Mékidèche : «Les prix des carburants doivent encore augmenter»

Mekideche.jpg

Le vice-président du Conseil national économique et social (Cnes), Mustapha Mékidèche, appelle à plus d’efforts pour juguler la crise économique. Il considère que beaucoup reste à faire pour tirer la machine économique vers le haut et, surtout, pour préserver les équilibres intérieurs et extérieurs. Le vice-président du Cnes estime que certains produits qui sont toujours subventionnés ne sont pas suffisamment chers pour faire baisser la consommation comme, par exemple, le carburant. Intervenant sur les ondes de la Chaîne III, le vice-président du Cnes a ainsi appelé à une augmentation plus conséquente du prix du carburant afin qu’il se rapproche de sa valeur réelle et, surtout, que l’on réduise le «gaspillage». Mékidèche estime qu’il est impératif de «mettre à plat le système des subventions». En plus du carburant, Mékidèche demande également la révision à la hausse des prix de l’électricité, du gaz et de l’eau. Il appelle aussi à  prendre en main la question du «gaspillage dans la dépense publique». Le vice-président du Cnes souligne que le déficit commercial qui se creuse va dépasser toutes les prévisions. Estimé à 25 milliards de dollars, ce déficit va atteindre les 30 milliards, et peut-être même qu’il les dépassera. Il considère ainsi urgent de faire le bilan des «réformes» effectuées depuis 2014, au lendemain de la chute des prix du pétrole. «Cela fait deux ans que la crise a commencé. Qu’a-t-on fait ?» a-t-il soutenu, rappelant que le gouvernement avait sous-estimé l’ampleur de la crise. Le vice-président du Cnes juge «insuffisantes» les mesures entreprises jusque-là. Il rappelle que le traitement du dossier du foncier industriel a été décentralisé et confié directement aux walis. Ce n’est pas pour autant que le problème d’accès a été réglé. Il parle aussi des mesures incitatives à l’investissement qui méritent d’être appliquées avec rigueur. Pour Mustapha Mékidèche, la crise pétrolière risque de durer très longtemps et l’Algérie a tout intérêt à mettre en œuvre des réformes afin de créer une économie de substitution. Il affirme que le pays a plus que besoin d’une croissance économique à deux chiffres en dehors des hydrocarbures. Revenant sur le nouveau modèle économique débattu lors de la tripartite, Mustapha Mékidèche estime que le plus important réside dans l’effectivité de sa mise en œuvre. Selon lui, le gouvernement a mis du temps pour prendre des mesures visant à rationaliser les dépenses. Il fait remarquer que «ce n’est qu’à l’occasion de la loi des finances de 2016 qu’a été véritablement prise en compte l’ampleur de cette dernière dont le premier élément a été illustré par la contrainte budgétaire». Le vice-président du Cnes relève que la «capacité de résilience» de l’Algérie a diminué de moitié. Ce qui contraint le gouvernement à trouver d’autres moyens d’«allumer d’autres moteurs de croissance» pour mobiliser d’autres ressources budgétaires. Pour lui, c’est une question de survie de l’Etat.

Sonia Baker

Comment (46)

    Anonymous
    6 novembre 2016 - 19 h 43 min

    Les investissements dans le
    Les investissements dans le solaire mais aussi l’exploitation ne se’font’ pas dans la precipitation comme notre sellal national organise une ‘ balade africaine avec aucune retombé pour nos entreprises .
    Je ne vois pas pourquoi être dans le paraitre lorsque les fondations de la maison Algérie éclatent de toutes parts




    0



    0
    Anonymous
    6 novembre 2016 - 19 h 38 min

    L’Algérie vas tous droit en
    L’Algérie vas tous droit en enfer et nous devons remercier nos dirigeants pour cela car l’état algérien est endette comme ce n’est même pas possible d’imaginer d ‘ailleurs la semaine a été emprunté près de 1 milliard de dollar à la bad mais bon le pire reste les 37 milliards que l’état doit au banque publique et les 20 milliards de dollars quel’état doit aux entreprises algériennes .
    Les réserves financières algériennes vont fondre en décembre janvier et février prochain puis de nouveau en aout et septembre
    L’endettement extérieur est évalué selon les sources entre 7’ et 18 milliards de dollars
    Je comprend à prése20 nt pourquoi nos dirigeants politiques.
    Les investissements en 2017 vont famélique .et si les cours ne remontent pas alors il n’y en aura même pas en 2018
    On s’est bien moque de nous en prétendant que des centaines de milliards de dollars allaient être investi d’ici 2020.
    Notre sellal national est en train de. Donner les richesses minières algériennes contre des infrastructures chinoises cela me fait penser aux colons européens qui venaient en Afrique échanger les richesses africaines avec des babioles de pacotille mais pendant ce temps nos ennemis sont payés à construire des infrastructures en Afrique contre les richesses agricoles et minières .
    J’entend déjà certain me dire que je suis un oiseau de mauvaise augure plutôt que d’évaluer la situation et de la partager avec le plus grand nombre d’algerien afin de mettre la pression sur le gouvernement .
    L’armée doit siffler la fin de la récréation pour sauver ce qui peut l’être car si la situation perdure alors l’Algérie vas droit à la bad en 2016 ,à la banque chinoise du développement en 2017 ,à la banque européenne en 2018,à la banque de France en 2018,à la banque mondiale en 2019 ,au usa en 2020 et pour finir au fmi 2021 puis la faillite en 2023 .




    0



    0
    Anonymous
    10 juillet 2016 - 16 h 16 min

    Augmenter les prix de l
    Augmenter les prix de l’électricité ? Pourquoi faire ??? …..Quoiqu’on fasse de rationnel, les grands (…) qui font la loi au sein des administrations et des entreprises publiques ont vite fait de l’annihiler et de le dévoyer pour servir leur profit personnel. Comment peut-on expliquer qu’aucun document indiquant les coûts standard des matériaux et produits pour la construction, – telle que la revue française Batiprix par exemple – n’ait encore été édité depuis l’indépendance ????? Comment peut –on expliquer que les grandes entreprises publiques, y compris SONELGAZ n’aient pas réussi à mettre en place une comptabilité analytique, si ce n’est en raison de l’opacité dans laquelle les prix sont établis à tous les niveaux, et ce, par la volonté de nos gouvernants ? Quand on sait que ces prix dépendent dans une large mesure de ceux de l’énergie, on peut s’interroger sur l’efficacité d’une telle mesure.




    0



    0
    Anonymous
    9 juillet 2016 - 18 h 15 min

    Le refus de paiement par nos
    Le refus de paiement par nos industriels des factures d’électricité et la fraude fiscale annihilent tout effort de rentabilisation des Energies renouvelables et de l’Efficacité énergétique. Tout compte fait, rien ne sert de disposer d’un immense gisement solaire si nos gouvernants continuent à laisser faire, alors que l’heure est à la rigueur dans la gestion ……




    0



    0
    Anonymous
    8 juillet 2016 - 14 h 28 min

    Rien ne sert d’augmenter les
    Rien ne sert d’augmenter les prix de l’énergie si, par ailleurs, les mafias qui tiennent en laisse notre industrie avec la bénédiction du panamiste qui nous gouverne, continuent de ne pas honorer les factures de SONELGAZ, profitant ainsi d’un monopole de fait grâce à des prix outrageusement bas. Ainsi par exemple, les briquetiers qui ne payent ni le coût de l’énergie ni même leurs impôts peuvent se permettre de consentir des prix réduits de plus de 30 % de leur valeur réelle tout en engrangeant un bénéfice de plus de 20 %. Dans ces conditions, il n’y a pas de place pour des Algériens honnêtes et désirant investir dans la fabrication de produits innovants. Voila un langage de vérité qui devrait inspirer nos gouvernants afin qu’ils s’attaquent aux vrais problèmes responsables de la non-diversification des matériaux et techniques de construction » et dont souffre le pays depuis l’indépendance. Parmi ces problèmes, et non des moindres, il y a ces fonctionnaires algériens qui se virent occuper du jour au lendemain des postes au plus haut niveau grâce à la « promotion Lacoste », en contrepartie d’une déclaration à la radio par laquelle ils déclarèrent leur collaboration à la France coloniale. A ce jour et malgré le temps qui passe, ces tristes individus continuent de nuire gravement au pays et en toute impunité.




    0



    0
    BELAID Djamel
    20 juin 2016 - 18 h 17 min

    Espérons que cette
    Espérons que cette augmentation des prix encourage le développement de l’énergie solaire. Il est difficilement compréhensible qu’en Algérie, pays au fort ensoleillement, les terrasses des maisons et immeubles ne soient pas couverts de panneaux solaires.
    En Bavière (Allemagne), les toits sont couverts de ce type de panneaux. C’est un comble qu’en Algérie avec notre ensoleillement bien meilleur qu’en Allemagne, Sonelgaz ne fasse que très peu d’efforts.
    Développer ce type d’équipement pourrait créer des emplois d’installateurs. Par ailleurs, le citoyen avec panneaux solaires pourrait ré-injecter du courant dans le réseau (le compteur tourne alors en sens inverse).
    Il faut que Mr Bouterfa propose de racheter l’électricité des citoyens. Il faudrait également encourager les investisseurs privés à créer des fermes solaires.




    0



    0
    BELAID Djamel
    20 juin 2016 - 18 h 01 min

    La hausse des carburants va
    La hausse des carburants va avoir également une incidence sur le secteur agricole. Pour produire du blé il faut beaucoup de gazoil pour alimenter les tracteurs lors du labour.
    Une solution peut venir d’une technique nouvelle: le non labour avec semis direct. La consommation de carburant est alors fortement réduite sans nuire au rendement. Il est même amélioré.
    Il faut cependant des semoirs spécifiques. Or, depuis peu, l’entreprise CMA-SOLA en fabrique à Sidi Bel-Abbès. Pour s’adapter à la crise, la vulgarisation du semis direct est cruciale. Or, on trouve peu d’information grand public sur ce sujet fondamental qui concerne les céréales, mais aussi les fourrages et les légumes secs (et plus tard les oléagineux).
    Ce matériel est produit grâce à des partenariats étrangers mais aussi grâce à la tenacité d’ingénieurs agronomes algériens. Cet exemple montre nos capacités d’adaptation.
    Pour plus d’informations, voir sur you tube la vidéo de l’ITGC. Tapez « ITGC + CMA SOLA ».




    0



    0
      Anonymous
      6 novembre 2016 - 19 h 45 min

      Mais les autres font cela
      Mais les autres font cela depuis des siecmes




      0



      0
    FLN Canal Historique
    20 juin 2016 - 9 h 21 min

    Mekidech c’est un illustré
    Mekidech c’est un illustré comique pour enfant… Donc il fait du comique, il a oublié tout les bandits politiques




    0



    0
    Tahar
    19 juin 2016 - 17 h 07 min

    Ya si Mekideche, vous et M
    Ya si Mekideche, vous et M Bouterfa vous ne savez que préconiser des augmentations sur les produits énergétiques. Et cela prouve que vous vivez gratuitement, c’est à dire au frais de l’état et que vous êtes très loin des réalités que vit le peuple.




    0



    0
    BROBRO
    19 juin 2016 - 16 h 07 min

    ne te casse pas trop la tete
    ne te casse pas trop la tete Mr mekideche,avec le nouveau directeur de la banque centrale,la planche a billets va tourner à plein regime et on va avoir de la monnaie de singe plein les poches,

    plein regime,




    0



    0
      Anonymous
      6 novembre 2016 - 19 h 49 min

      Que du’ bon sens
      Que du’ bon sens




      0



      0
    messaoud messaoudu
    19 juin 2016 - 13 h 18 min

    Ce,n,est pas trop et si vous
    Ce,n,est pas trop et si vous demandez a chakkal khellil,drabki ladji,bouchouareb,autogool,fakakir et compagnie de restituer ce qu,il ont pris comme deniers publics detournes sans la moindre inquietude du pouvoir et de la justice lbled couvrira ces depences d,au mois deux ans si ce n,est pas plus




    0



    0
    Anonymous
    19 juin 2016 - 8 h 43 min

    Abou Stroff (non vérifié)

    Abou Stroff (non vérifié)
    15 Jun 2016 – 09:05

    Bravo très bien répondu à cet énergumène ignare .




    0



    0
    momo
    18 juin 2016 - 12 h 21 min

    je ne comprend plus rien .
    je ne comprend plus rien . notre pouvoir n arete pas de baisser . l inflation le vrai monte comme le mercure au soleil . devaluation a tout va 20 pour cent et puis 30 pour cent ..ou vas t on comme sa .c encourager la speculation. . j en apel a nos soi disant responsables occuper vous de notre pays et ni de vous et vos proches car l histoire vous jugera ……




    0



    0
    Slimane
    17 juin 2016 - 16 h 41 min

    Tant que le pouvoir sera
    Tant que le pouvoir sera muselé par la mafia des briquetiers, on ne pourra pas résoudre le grave problème des gaspillages insensés d’énergie dans le secteur résidentiel qui consomme à lui seul prés de la moitié de l’énergie finale. Cette lamentable situation explique en grande partie le refus du Ministre concerné pour engager des actions vigoureuses visant à promouvoir des matériaux de construction qui soient moins énergivores que les briques, tant au niveau de leur fabrication que de leur utilisation.




    0



    0
      Idir
      18 juin 2016 - 11 h 06 min

      @ Slimane Et la mafia des
      @ Slimane Et la mafia des fabricants de parpaings qui ont envahi les wilayates du Sud et du grand Sud ? et la mafia italienne qui s’est « arrangée » avec les briquetiers et les marchands de parpaings algériens pour que le matériau utilisé depuis plus de 30 ans pour la construction des bases de vie de SONATRACH continuent à jouir de leur monopole, alors que ce matériau local possède des qualités isolantes permettant de réduire l’emploi des panneaux isolants ? Il faut donc se rendre à l’évidence : : Seule l’élimination du système de la rente instauré depuis l’indépendance et, du même coup, la suppression de la corruption à grande échelle, pourront sauver notre pays d’une nouvelle tutelle.




      0



      0
    aa
    16 juin 2016 - 11 h 10 min

    Pourquoi ne pas aller
    Pourquoi ne pas aller chercher l’argent transféré, illégalement à l’étranger, par certains occupant des hautes responsabilités du pays, qui n’ont même pas le méritent, et éclabousser tout ce sale monde et vous verrez ensuite comment va se comporter le citoyen lambda. il va serrer doublement la ceinture.




    0



    0
    carburant
    16 juin 2016 - 9 h 37 min

    Nous avons une opportunité
    Nous avons une opportunité pour démarrer sérieusement le programme GPL carburant (objectif de 1982). Creuser l’écart entre le prix du gasoil et du sirghaz et donner des quotas d’importation conséquents de voitures au GPl

    De même pour les distributeurs, augmenter la marge pour le sirghaz.
    Cette politique qui date de 1982 aurait permis d’économiser des milliards de $ et de réduire la pollution

    On a décidé de l’ignorer avec l’usine Renault




    0



    0
    SUPERCHERIE
    16 juin 2016 - 2 h 24 min

    COMMENT EXPLIQUER QUE L
    COMMENT EXPLIQUER QUE L’ALGERIE EST BOURRES DE RICHESSES ET ON NOUS DEMANDE QUE L’ON SE SERT LA CEINTURES ?! Augmentation de tout, invention de taxes à la Française etc…??
    Je suis nul en math mais la je me perds dans leurs calculs, pourtant dans leurs fausse crise (Qui consiste à s’en remettre pleins les poches !) Car si ils veulent jouer à ce jeu la, je demande aux peuple ALGERIENS de descendre dans la rue et de demander au responsables du pays de réacheminer l’argent volé dans le circuit ALGERIEN ! Se trouvant à l’étranger !!
    AMIS ALGERIEN NE PAYER RIEN DU TOUT C’EST A EUX DE PAYER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    15 juin 2016 - 22 h 34 min

    Tout d’abord, je tiens à
    Tout d’abord, je tiens à saluer le courage patriotique de Monsieur MEKIDECHE, qui vient de dénoncer les lobbies mafieux liés au clan mafieux des Bouteflika, ses sponsors et soutiens à l’échelle nationale et internationale, qui bloquent l’économie nationale.

    Mr Mekideche est un honorable économiste, très compétent. Son analyse fine de la situation économique est d’une précision chirurgicale. Le CNES, cette honorable institution est capable de guider le pays dans ses choix économiques et dans son développement. Le CNES est la seule institution saine, capable de mettre le pays dans le droit chemin de la croissance saine et durable. Mais les Bouteflika ont tellement marginalisés sciemment le CNES, officieusement et officiellement, qu’elle n’est plus audible dans le paysage audiovisuel mafieux du bluff, magouilles, toc et paillettes des Bouteflika.

    La proposition de Monsieur MEKIDECHE qui consiste à augmenter le prix des carburants (le diesel surtout), à elle toute seule, est un mode de gouvernance très saine et très pragmatique en ces temps de crise économique grave. Cela permettra de réduire considérablement le déficit budgétaire de l’état, qui pourra atteindre cette année 30 milliards de dollars, si rien n’est fait le plus rapidement possible.

    Je suggère de s’attaquer à l’isolation de l’habitat (collectif et individuel) tout de suite et de faciliter considérablement la tâche aux producteurs Algériens de panneaux solaires. Avec un ensoleillement unique au monde comme en Algérie, dans chaque habitat, l’eau chaude sanitaire pourra être produite grâce à l’énergie solaire. En plus et grâce aux panneaux PV, l’énergie solaire pourra être stockée dans des batteries à l’intérieur des habitations et utilisée pour l’éclairage et pour faire fonctionner le petit matériel d’électroménager (Réfrigérateur, machine à laver, TV, ordinateur….).
    Toute cette technologie est banale. Elle est à la portée des Algériens. Seul le secteur privé sérieux pourra répondre à ces besoins utiles et urgents. Cela permettra la création de milliers de Start up, de l’emploi et des recettes fiscales supplémentaires, qui réduiront le déficit budgétaire.
    Toutes ces économies mises bout à bout nous permettront de réduire considérablement l’impact de la baisse des prix des hydrocarbures.

    Il y a tellement de choses à dire et à faire. Je m’arrête là. Chacun fera son opinion par lui-même.




    0



    0
      anonyme
      16 juin 2016 - 16 h 49 min

      Merci pour votre commentaire.
      Merci pour votre commentaire.




      0



      0
    anonyme
    15 juin 2016 - 22 h 22 min

    Pour notre economie aléatoire
    Pour notre economie aléatoire si vous continuez dans cette politique theorique vous allez mette à plat l’economie nationale et non le systeme des subventions selon vos études ridicules d’economie à l’etranger apres avoir copié au bac!




    0



    0
    anonyme
    15 juin 2016 - 22 h 16 min

    Et pourtant le prix du
    Et pourtant le prix du petrole chute et les carburants augumentent,c’est la logique du totalitarisme et du hizb el wahed! ne croyez surtout pas qu’on est en democratie,nous avons échapé à Azrein nous sommes tombés dans les bras de Kabbadh lerwah!




    0



    0
    momo
    15 juin 2016 - 21 h 42 min

    que l etat comence a faire
    que l etat comence a faire des economies .les walis roules en audi et mercedes.ils se croient au quatar ou quoi.puis baisser les salaires de nos haut fonctionaires .pour un pays socialiste il sont payer comme des nababs.et qu il pays leur impots svp. en algerie non seulement il ny a pas d interet sur les enprunts bancaire mais on eponge a tout va..que l etat pays l electricite avec leur climatiseur a fond dans nos administrtions qui sont leur serves a lire les journaux plutot qu a travaller. alors laisser nous tranquille svp nos poches sont vides messieurs les ministres.




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    15 juin 2016 - 15 h 07 min

    Il faut être très lucide,
    Il faut être très lucide, vigilant et très intelligent que nos pires ennemis de toujours en France.
    Ce qui se passe fait partie du complot Français permanent contre l’Algérie.

    LE CONTEXTE

    La France a une haine incommensurable à l’égard de notre pays. Les complots permanents Français dirigés contre notre pays sur les plans économique en priorité et historiques, touchent directement notre présent et notre avenir. avec la France. C’est la raison pour laquelle, je remets les choses dans leur véritable contexte.

    QUELQUES RAPPELS

    Monsieur BENOUARI (ex-ministre des finances) a déclaré dans les colonnes de la presse et sur le web, que ce sont les services secrets Français qui sont derrière la destruction du secteur bancaire privé Algérien au profit des deux grandes banques mafieuses Françaises la BNP et la Société générale, toutes les deux condamnées très lourdement aux USA et ailleurs.

    Monsieur BENOUARI a également déclaré d’une part, que que 1000 milliards de dollars ont été dilapidés de 1999 à ce jour, et d’autre part, plus de 20 milliards de dollars sont détournés chaque année au niveau de l’import-export, depuis 15 ans. Ce qui explique l’institutionnalisation de la corruption par les Bouteflika, pour impliquer le très grand nombre et endormir le peuple Algérien.

    Le rôle de la banque est fondamental dans l’économie de n’importe quel pays. Avec un secteur bancaire privé Algérien dynamique, les hommes d’affaires Algériens pourront réaliser leurs projets aussi bien en Algérie qu’à l’étranger et réussir et ceci sans entraves d’où qu’elles viennent. Les politicards véreux seront sans ressources face au dynamisme des industriels visionnaires Algériens, comme Mr REBRAB, notamment. Un secteur bancaire Algérien privé et dynamique, mettra fin à l’influence de la France en Afrique et au moyen orien, notamment. C’est la raison pour laquelle, la France a tout fait pour prendre la place du secteur privé en Algérie contre les intérêts du peuple Algérien avec la complicité et la trahison des Bouteflika et de son clan mafieux, sur lequel elle détient des secrets explosifs et sur lequel elle exerce en permanence un chantage odieux contre les intérêts du peuple Algérien, comme en témoigne la situation actuelle que vit l’Algérie. En plus, la France détient le dossier médical de Bouteflika, arme redoutable qu’elle utilise pour obtenir tout ce qu’elle veut sournoisement sous peine de tout dévoiler, pour qu’il soit immédiatement destitué, pour incapacité. C’est pour cela qu’elle fait tout pour bloquer le développement de l’Algérie, qu’elle veut garder comme un marché, pour sa quincaillerie. Mais ça c’est révolu et elle le sait très bien. Son petit jeu et toutes ses magouilles sont dévoilées et connues maintenant.

    Le révolutionnaire Feu Ali KAFFI s’est opposé de toutes ses forces, dans des vidéos diffusées sur youtube, à la désignation de Bouteflika pour succéder à Mr Zeroual, parce qu’il savait que c’est un traître. D’ailleurs d’autres patriotes et un général à la retraite l’ont confirmés publiquement dans les colonnes de la presse et sur le web.

    Ce clan mafieux des Bouteflika a obtenu le soutien sournois de la France pour ses 3 derniers mandats. Ce clan mafieux est au service de la France. Il a organisé la faillite de l’industrie Algérienne, au profit de la France, comme le prouvent les témoignages publiés, Wikileaks ….

    Ce clan mafieux des Bouteflika a bloque, sur ordre de la France, les projets vitaux pour l’Algérie, dans l’industrie automobile, sidérurgique, métallurgique, électronique….créateurs de richesses et d’emplois de Mr REBRAB depuis 25 ans. Ces mégas projets de Mr REBRAB permettraient à l’Algérie des exportations de plus de 35 milliards de dollars et le création d’un million d’emplois directs et indirects. Grâce à ces projets, l’Algérie serait de facto dans l’ère de l’après pétrole.

    La France a également refusé sur son territoire à Mr REBRAB plusieurs reprises d’entreprises Françaises en faillite au profit d’autres dont plusieurs ont d’ailleurs fait faillite à nouveau.

    Le dépôt de bilan de l’entreprise BRANDT en faillite allait coûter à la France la perte de plus de 10 000 emplois directs et indirects et plusieurs milliards d’euros pour indemniser les licenciés pendant plusieurs années et je ne parle pas de sa situation d’instabilité politique économique et sociale, intenables. C’est pour éviter ces licenciement qu’elle a accepté de vendre BRANDT à Mr REBRAB, qui était obligé d’y aller en Italie, en Espagne et ailleurs, pour réaliser certains de ses projets.

    La France n’a jamais accepté sournoisement, que des industriels et inventeurs Algériens réussissent, en utilisant les traîtres qu’elle a placé au pouvoir depuis 1962, à nos jours. Ce qui explique le blocage des hommes d’affaire comme Monsieur Rebrab en Algérie, sur ordre de la France. Mais tout cela est terminé pour elle et elle va perdre très gros, pour toujours. Grâce à internet, les Algériens savent tout sur elle. Son petit jeu et son complot permanent contre l’Algérie sont terminés. IL FAUT ABSOLUMENT COUPER LE CORDON AMBILICALE AVEC ELLE et la traiter comme les autres pays. Tous les traîtres d’influence Française en Algérie doivent être écartés.

    L’affaire du torchon Le Monde fait partie du complot permanent Français., auquel il faut mettre un terme définitif.Ce journal est un nid d’espions Français.

    Il faut ignorer les rumeurs hypothèses et disettes du complot permanent français que vous avez entendu ou que vous pourrez entendre.

    LE COMPORTEMENT PATRIOTIQUE QU’IL FAUT QUE NOUS ADOPTIONS.

    Le comportement patriotique qu’il faut que nous adoptions, c’est de vivre nos vies, reprendre le travail, les études, la recherche scientifique appliquée et théorique …. avec beaucoup plus de conviction, de sérieux et d’espoir en un avenir inévitablement meilleur, car il n’y a que le travail sérieux qui paie durablement et sans aucun doute.

    La liberté dont nous jouissons, qu’on a acquis très chèrement, que nous gagnons chaque jour est la seule chose qui vaincra nos ennemis et qui nous rendra forts.

    Je m’arrête là. Cet espace ne permet pas de tout dire. Chacun fera sa propre opinion, par lui-même.
    Vive l’Algérie et vive le peuple Algérien.




    0



    0
      Kenz
      18 juin 2016 - 16 h 20 min

      Effectivement Mohamed vous
      Effectivement Mohamed vous avez mis le doigt sur le problème de l Algérie . on a besoin de patriotes et on s’en sortira incha Allah il suffit aussi de savoir UN PRINCIPE de base la France qui a détruit notre pays pendant 132ans est notre pire ennemi , croire qu’elle peut nous apporter un quelconque bénéfice !!! Est qui vaut a croire que Ben M’hidi rahmatou Allah alih et tant d’autres avaient tort…NON JAMAIS




      0



      0
      abdk
      21 juin 2016 - 10 h 20 min

      Tres juste la France a tout
      Tres juste la France a tout fait pour garder l’Algerie,sous sa coupe elle sabote tout ce qui peut aider l’Algerie, a se developper bien sur avec la complicite d’une partie du pouvoir en place.




      0



      0
      algerienoufhel
      21 janvier 2017 - 15 h 29 min

      toi t’est le grand frère de
      toi t’est le grand frère de tout les algériens et algérienne j’ai été émus de lire tout ce que ta écrit, des comme toi sont très rare. chapeau mon frère Mohamed,




      0



      0
    Kassaman
    15 juin 2016 - 10 h 03 min

    La rationalisation des
    La rationalisation des dépenses de l’état est inévitable et effectivement les subventions en tout genres devraient progressivement être supprimées.
    Bien évidemment, en parallèle, des aides sociales ciblant au mieux ceux qui en ont besoin doivent être mises en place.
    Le réajustement du prix des carburants va de pair avec la maîtrise de l’utilisation des véhicules personnels, conduire moins et utiliser plus les transports en commun, ce qui suppose là encore d’avoir une offre adéquate. Il faudra aussi penser aux conséquences d’une hausse des prix des carburants sur l’économie et prévoir une compensation pour les entreprises afin qu’elles demeurent compétitives.
    En résumé les mesures préconisées par M. Mékidèche doivent se faire en anticipant leur effets sur la population et l’économie.




    0



    0
    hadj02
    15 juin 2016 - 9 h 59 min

    Les plus grands consommateurs
    Les plus grands consommateurs d’énergie (Gaz, électricité et carburant) sont les représentants de l’état. Tout est gratuit . Logement de fonction, véhicules avec carnets de bon d’essence, tout est gratuit.




    0



    0
    icialG
    15 juin 2016 - 8 h 26 min

    skuz rectif

    skuz rectif
    cialG (non vérifié)
    15 Jun 2016 – 04:00 ,,,,lire: sur A 1 au lieu de A P




    0



    0
    Samy
    15 juin 2016 - 8 h 21 min

    Même si le pétrole repart à
    Même si le pétrole repart à la hausse comme beaucoup le prédisent ça ne changera rien étant donné que nos dirigeants ne retiennent pas les leçons.Ca fait plus de 50 ans qu’ils nous parlent de l’après pétrole mais nous sommes toujours à moins de 2% d’exportations hors hydrocarbures.Le pire c’est qu’ils bloquent les projets destinés à créer des emplois et des biens à exporter sans compter ce fameux 49/51% qui fait fuir les investisseurs potentiels étrangers.C’est pitoyable.




    0



    0
    icialG
    15 juin 2016 - 3 h 00 min

    Bouterfa exclut toute hausse
    Bouterfa exclut toute hausse des prix des produits énergétiques pour 2016 ,,sur A P qui dit mieux




    0



    0
    anonyme
    14 juin 2016 - 23 h 43 min

    il est facile de se
    il est facile de se singulariser en chantant la mélodie de la voix de ses maîtres Ce monsieur est encore une thuriféraire parmi tant d’autres qui rivalisent d’impudence pour ponctionner le peuple Relisez donc Dumésil Mars Uranus Quirinus .Un homme qui a faim est un homme aux abois et un homme aux abois est un homme sans discernement




    0



    0
    Amazighkan
    14 juin 2016 - 21 h 13 min

    Ah non Monsieur Mekideche, il
    Ah non Monsieur Mekideche, il ne faut pas augmenter le prix du carburant. Vous allez priver beaucoup d’enfants pardon d’adultes de leur joujou préféré « Tonobile ». Pourtant c’est sensé ce que vous dites et même bénéfique pour la qualité de l’air..etc. Si cette mesure est suivie, il faut cependant diminuer le prix des transports publics, favoriser l’utilisation du vélo et de la marche à pied en creeant des couloirs pour la petite reine. Je sais que je rêve debout…




    0



    0
    New kid
    14 juin 2016 - 18 h 59 min

    Mr Mekideche veut augmenter
    Mr Mekideche veut augmenter le prix du carburant!
    Qu’il commence d’abord à rendre sa voiture à l’état et qu’il utilise sa propre voiture et paye son carburant.
    Comme les dépités, ils profitent tous des subventions tout comme le chaab.
    Le déficit est creusé par la nomenklatura qui en plus de la subvention profite de payes et bonus généreux. Sans compter la rente et la nourriture et logis gratuit au Club des Pins. !
    Voilà Mr Mekideche comment réduire le déficit. Avec une gouvernance plus apte à développer l’économie aurai aidé d’avantage Monsieur !




    0



    0
      Erdt
      16 juin 2016 - 2 h 21 min

      Bien parle camarade,ce
      Bien parle camarade,ce Mekideche n’a rien d’autre a proposer que l’augmentation des prix! C très facile si Mekideche ma grand l’ère en ferait autant. Pour un cnes c très insuffisant! On importe pour 5 milliards$ d’essence si Mekideche,et vous avez été dg d’une entreprise d’ingénieurie pétrolière ….?????!




      0



      0
    anonyme
    14 juin 2016 - 18 h 39 min

    Tout le monde n’a pas votre
    Tout le monde n’a pas votre salaire et les avantages qui vont avec.




    0



    0
    derbal
    14 juin 2016 - 17 h 50 min

    pourquoi tu ne gagne pas
    pourquoi tu ne gagne pas assez?




    0



    0
    ANA
    14 juin 2016 - 17 h 37 min

    C’est normal pour lui qui
    C’est normal pour lui qui roule gratis




    0



    0
    Abou Stroff
    14 juin 2016 - 17 h 07 min

    mékidèche propose beaucoup d
    mékidèche propose beaucoup d’actions mais évite de mentionner une action essentielle, à savoir celle qui consiste à ponctionner les prédateurs qui profitent du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation et à trouver les moyens nécessaires à la destruction de ce système qui nous avilit et nous réduit à de simples tubes digestifs ambulants. en effet, pour mettre la « plèbe » au travail, il faut mettre les voleurs en prison. autrement, n’importe quel quidam considérera que le travail est une activité « anormale » alors que le vol et la prédation sont des activités « normales ».
    qiuant à cette histoire du « nouveau modèle économique de sellal », si la situation n’était pas aussi grave je aurais été foudroyé par un …………………. fou rire. en effet, peut on ,un moment, juste un moment, imaginer une marabunta dont le pouvoir repose sur son monopole dans la distribution de la rente décider de se faire harakiri en révolutionnant le système qui lui donne autant de pouvoir?
    moralité de l’histoire: je pense, avec toute la modestie qui m’étouffe, que mékidèche a été instruit pour balancer un ballon-sonde par ceux qu’il sert. car, mékidèche a toujours gravité (on ne devient pas vice-président du cnes grâce à ses compétences, n’est ce pas?) autour de ceux qui décident et ces derniers prendront les décisions idoines dès qu’ils mesureront et analyseront les réactions




    0



    0
      salim
      14 juin 2016 - 23 h 19 min

      et toi tu travailles?? tu
      et toi tu travailles?? tu passes ton temps à squatter les commentaires sur ce journal et à débiter des conneries




      0



      0
        Abou Stroff
        15 juin 2016 - 8 h 05 min

        monsieur, d’abord, vous n
        monsieur, d’abord, vous n’avez pas à me tutoyer (cela dénote un manque flagrant d’éducation) , ensuite si vous n’aimez pas mes commentaires ou critiques, ne les lisez pas. enfin, puisque vous considérez que je débite des « conneries », je vous prie de faire l’effort nécessaire pour nous éclairer grâce à la science infuse que vous devez, sans aucun doute, posséder.
        en fait qu’avez vous à dire sur ce que raconte le sieur mékidèche?




        0



        0
        abdk
        21 juin 2016 - 9 h 16 min

        Aboustrof a toujour eu des
        Aboustrof a toujour eu des commentaires reflechie merci de continuer a nous regaler de tes analyses.




        0



        0
      Anonymous
      15 juin 2016 - 18 h 31 min

      bien dit
      bien dit




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.