Abdelkader Bensalah : «Contester les prérogatives du Président est immoral»

Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation. New Press

Deuxième personnage de l’Etat en sa qualité de président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah n’accepte pas que des voix contestent les prérogatives du chef de l’Etat relatives à la nomination du tiers présidentiel. Lors de son intervention aujourd’hui à l’ouverture des travaux de la Chambre haute du Parlement, pour Abdelkader Bensalah, celui qui conteste cette prérogative transgresse la Constitution.

Le président du Conseil de la nation ira encore plus loin, en affirmant qu’une telle attitude est «inacceptable, voire immorale». Il souligne ainsi que «les désignations au titre du tiers présidentiel au sein du Conseil de la nation entrent dans le cadre des prérogatives constitutionnelles « exclusives » du président de la République (article 118) qui a le pouvoir de choisir la personne qu’il estime digne d’être nommée et quand doit se faire cette nomination».

«Les propos désobligeants et les jugements dépourvus d’objectivité auxquels recourent certaines plumes pour s’attaquer à l’institution et ses membres (sans droit) imposent de rappeler à leurs auteurs la nécessité de respecter les règles de la déontologie de la profession et les clauses régissant la liberté d’expression», a-t-il ajouté, soulignant que «son institution accepte la critique mais refuse qu’il y ait une remise en cause des dispositions constitutionnelles».

Pour Abdelkader Bensalah, la critique ne doit pas se transformer «en prétexte pour émettre des jugements non objectifs, impertinents, voire offensants». Contester les pouvoirs du président, c’est, pour lui, «une atteinte à la liberté d’opinion même avant d’atteindre les personnes visées». «Les écarts de langage qui vont souvent jusqu’à la diffamation et l’offense sont, en fait, des comportements qui nuisent à la culture de la différence et à la liberté d’expression, voire à la pratique démocratique», a-t-il souligné. Bensalah a assuré que le Sénat vient de valider la qualité de membre d’Amar Ghoul, désigné au titre du tiers présidentiel, à côté d’autres ex-ministres comme Saïd Barkat et Djamel Ould-Abbès qui sont recyclés ainsi dans la chambre haute du Parlement.

Sonia Baker

Comment (59)

    Faride
    17 juillet 2016 - 11 h 17 min

    Bensalah incarne lui même l
    Bensalah incarne lui même l’immortalité

    anwa wiggi
    14 juillet 2016 - 13 h 42 min

    Azul fellawen,

    Azul fellawen,
    Est ce immoral de bidouiller la constitution au mépris du peuple?
    Est ce immoral d’élire par la fraude un président au mépris de la volonté populaire?
    Est ce immoral de contester la constitution bidouilleé par un président illégitime car élu par la fraude au mépris de ce même peuple?
    Est ce immoral de contester les prérogatives d’un président élu par la fraude au mépris de la volonté populaire?
    Quand Ben Salah aura répondu à mes interrogations, on pourra philosopher sur la morale dont est dépourvu ce Ben Salah sujet du Royaume et devenu au mépris du peuple citoyen Algérien par la grâce du clan d’Oujda au même titre voire plus que Abane, Ben M’hidi, Ait Ahmed, Didouche, Boudiaf, Amirouche, Zighout Youcef, Belouizdad et tous les autres

    Bekaddour Mohammed
    14 juillet 2016 - 12 h 23 min

    On m’a présenté la dachra
    On m’a présenté la dachra natale de Monsieur Bensalah, pas loin du Maroc, érigée sur une crête que longe la route nationale menant de Tlemcen à… Maghnia, ET Oujda. Il faut sans doute la voir pour mesurer le parcours de l’homme, en Algérie tout étant allé peut-être « trop » vite, d’ailleurs sa Dachra natale ressemble à toutes les Dachras d’Algérie, celle du défunt et grandissime Boumédiène, lui ,ressemble. Les gens comme Monsieur Bensalah autant que leurs contradicteurs devraient simplement, SIMPLEMENT, prendre en ligne de compte d’où ces responsables viennent, il y a peut-être en psychologie une manière de s’adresser à eux, ils ont vécu plusieurs siècles mentalement en moins de temps que ceux qui sont issus de plusieurs siècles d’histoire, ça ne se digère pas en un clin d’oeil, et mieux vaut nous le dire, grosso modo, nous sommes actuellement bien mieux que la majorité des pays appelés « musulmans ». Bensalah est né dans la misère, sa Dachra le crie à première vue, et de cette crête là ma foi il est au sommet d’un État, et cet État n’est pas un sujet du narcotrafiquant sioniste Mohammed 6, et cet État défend l’indépendance du Peuple Sahraoui, etc. Ceux qui comme lui nous dirigent ont des défauts, mais mieux vaut pour nous avouer a qu’ils ont aussi des qualités, voilà j’y arrive ; La bonne critique est celle qui n’omet pas l’apport qualitatif du critiqué, une critique diplomatique en somme, capable d’améliorer l’intéressé, bref la formule « Nous vous aimons, MAIS… Ô Patriotes algériens, visitez les Dachras datant de l’époque du contexte colonial français, voyez dans quelle extrême nudité nous étions, vous apprécierez les êtres qui les vécurent, et vous consignerez leurs témoignages par écrits et films, ils seront surpris, et peut-être soulagés, voire guéris d’un mal que la pudeur, et un sens de la virilité les empêchent d’avouer. ETC

    8YpKdN2
    14 juillet 2016 - 12 h 02 min

    Les « maudits mots makhrab et
    Les « maudits mots makhrab et makhrabin » n’existent que dans les têtes de névrosés et de déculturés sous-produits de la colonisation. Un tel jeu de mots est un jeu pervers auxquels s’adonnent uniquement des Algériens égarés et mal intentionnés pour tromper des ignorants. Vous auriez mieux fait de commenter la citation de Malek Bennabi ……. ou de vous taire, car vous êtes sorti complètement hors du sujet.

    Anonymous
    14 juillet 2016 - 8 h 10 min

    L’article parle des
    L’article parle des prérogatives du président, vous,vous parlez de maghrébin, d’algérien ,de marocain ,des algériens de France, des franco-algériens . Je veux juste vous dire que l’algérien où qu’il soit ,il sait s’il est algérien dans son coeur.En parlant de maghrébin pour l’écrivain, ce monsieur voulez dire qu’il est connu au delà des frontières algériennes alors il ne faut pas mélanger une rose et un choux- fleur, ça n’a pas la même odeur.

    Anonymous
    14 juillet 2016 - 7 h 43 min

    Réponse à anonymes qui a
    Réponse à anonymes qui a écrit le 13 à 22h45. Je vis en France depuis l’âge de 8 ans ,j’ai fait 3 ans de service national en voulant rentrer en France après 1 mois de vacance au pays.3 ans dans les années 74 75 76 et un peu en 77.Je suis algérien et je te permet de dire des mensonges sur ceux qui vivent en France où ailleurs.Ils se sont toujours considéré comme des algériens.Alors ton mot maghrébin j’en ai rien à foute et JE T***. salut quand même.

    Anonymous
    13 juillet 2016 - 20 h 06 min

    Un anonyme Algérien n’est pas
    Un anonyme Algérien n’est pas tenu de connaître les actions de dépersonnalisation éventuelles qui, selon un autre anonyme, seraient menées en France par des groupes rêvant d’un Maroc dominant l’ensemble des pays du Maghreb. Et ce d’autant plus qu’aucun écrit n’a été publié dans l’Algérie patriotique sur ce sujet, du moins à ma connaissance. Il est fort regrettable, au demeurant, que cet autre anonyme parle de trahison et intervienne aussi brutalement et avec autant de vulgarité et de rancœur à l’encontre d’un anonyme algérien ayant utilisé le mot « maghrébin » dans son sens commun, à savoir habitant de l’Afrique du Nord, et ce, afin d’illustrer l’influence d’un écrivain algérien qui s’étend bien au-delà des frontières de notre pays.

      Anonymous
      13 juillet 2016 - 21 h 45 min

      Le maudit mot makhrab
      Le maudit mot makhrab makhrabin doivent sortir du vocabulaire de tout algérien digne de ce nom. Chaque algérien jaloux du respect de sa propre identité authentique algérienne, de son appartenance algérienne, doit rejeter absolument cette nouvelle identité « maghrebin » qui a été concoctée de façon méthodique dans les laboratoires français et marocains, dans le but d’associer les algériens, les tunisiens, les marocains dans la seule identité « maghrébine » au point que certains algériens de France se considèrent plus maghrébins que algériens, c’est vraiment un dénie de soi même et de son identité, et c’est même dramatique : renier son origine algérienne pour la qualifier de maghrébine, c’est d’une gravité extrême, jusqu’à aller dire que Mr Bennabi est maghrébin pour faire l’impasse sur son identité authentique algérienne, c’est encore plus grave. Je n’ai jamais entendu un marocain, ou un tunisien, de quelqu’un de n’importe quelle autres nationalités dire des leurs surtout si ils sont notoires, ne serait-ce qu’une petite notoriété, dire qu’il est maghrébin ou européen, ou asiatique, tout en faisant l’impasse sur leur identité authentique. Dire que Malek Bennabi est maghrébin au lieu de dire que c’est un penseur algérien de dimension universaliste, c’est carrément insulter ce penseur en le qualifiant de « maghrébin » ce grand monsieur doit se retourner dans sa tombe. Tout ce qui appartient au peuple algérien sa culture, ses penseurs, ses historiens, ses scientifiques, son histoire, ses artistes, etc… doivent demeurer exclusivement algériens, cela n’empêche pas de dire que tout ce qui appartient à l’Algérie, peut avoir aussi une dimension universelle. Quand on dit que Mozart est allemand, bien que sa musique est universelle, on ne lui ôte pas son identité allemande, pour le qualifier d’européen. L’Afrique du Nord ou Chamal Ifrikia (en arabe) ont toujours été appelées ainsi. Depuis quelques années on invente une identité « maghrébine » pour dissocier l’Afrique du Nord de l’Afrique en tant que continent dans le but d’arrimer « le Maghreb » qui a une consonance plus arabe, sur le Moyen Orient arabe, et ce, au nom du grand Moyen Orient inventé dans les laboratoire sionistes et impérialistes, c’est ce qui explique que la Syrie, l’Irak, la Libye et d’autres pays sont dans le chaos, eh bien bien c’est pareil pour le « Maghreb » cette appellation est très récente, parce que concoctée certainement dans les laboratoires français et marocains au nom du « grand Maroc » et intégrer « Maghreb » dans l’esprit des gens fragile du point de vu identitaire, qui ont perdu leur repère identitaire propre, cette appellation « Maghreb » est martelée sans cesse, en France, pour ôter, aux algériens, lentement mais sûrement leur appartenance algérienne en les associant aux marocains aux tunisiens et que sais je encore. Le mot maghrébin employé par les franco algériens au lieu de s’identifier en tant qu’algériens, c’est grave, et ceux qui interviennent sur ce site, je parle des algériens de France, qui s’identifie à un maghrébin au lieu d’algérien, et vont jusqu’à pousser le culot de qualifier un penseur algérien de maghrébin, il faut le rappeler à l’ordre point barre !!! est-ce claire dans ta tête!!!.

        souk-ahras
        14 juillet 2016 - 11 h 21 min

        Nationalité et frontière sont
        Nationalité et frontière sont des inventions du côté irrationnel et prédateur de l’homme et de sa soif du pouvoir. On naît d’une nationalité tout comme on peut l’acquérir pour les valeurs qu’elle véhicule. C’est un honneur d’appartenir à un habéas socialisant, un orgueil de faire partie d’un groupe ethnique, berbère en l’occurence depuis que l’homo érectus de notre ascendance a inventé son vocabulaire, qui s’étend originellement de la Tunisie au Maroc, et enfin, une fierté d’être un autochtone du Maghreb Central (al maghreb al moutawassit) qu’est l’Algérie d’aujourd’hui. Ce qui doit primer dans un personnage, c’est son essence et non pas la nationalité de l’acteur qui l’interprète. Quelqu’un avait dit avec justesse que la seule nationalité dont on peut se prévaloir est l’Humanité.Amicalement.

          Anonymous
          14 juillet 2016 - 15 h 52 min

          Au diable le makhrab des
          Au diable le makhrab des incultes et vive l’Algérie authentique tout court avec ses frontières existantes depuis des millénaires c’est à dire depuis l’antiquité et ce n’est pas pour rien que ces frontières existaient depuis l’antiquité Massinissa savait ce qu’il faisait, en règnant uniquement sur l’ex Numidie, un pays qu’il a unifié avec de vrais frontières celles de la Moulouya et celles de l’empire punique carthaginois se trouvant dans une partie de la Tunisie actuelle.. Entre le makhrab des incultes qui tentent d’ôter l’identité millénaires du peuple algérien amazighe, et tentant par tous les moyens de faire de l’Algérie un sous pays « arabe » et l’Algérie authentique fière de plusieurs millénaires d’histoire, mon choix et fait, je dis vive l’Algérie avec ses frontières millénaires, son identié millénaires, n’en déplaise aux fossoyeurs de la souveraineté territoriale de l’Algérie, de son identité. Quand à ton Maghreb el moutawassit, il n’,existe aussi que dans l’esprit des incultes arabophones qui ont vendu leur âme aux arabes et veulent faire de l’Algérie un pays « arabe » qu’elle n’est pas.,
          Tous le peuples qui se respectent développent leur patriotisme, leur amour de leur patrie, leur combat pour la dignité pour la sauvegarde de leur identité, leur territoire, leur histoire, leurs cultures, ne s’associent pas artificiellement aux autres, chaque peuple doit demeurer dans son identité propre c’est une richesse pour l’humanité, la diversité identitaire des peuples, dans leur frontières territoriales, est la plus belle richesses. Les ensembles territoriaux artificiels répondent aux politiques siono américaine pour le contrôle des richesses en ôtant les identités propres des peuples, les asservir au pouvoir de l’argent.
          L’Europe est en train de se désagraver et c’est bienfait, il n’y a aucun ensemble qui ressemble à l’UE nulle part ailleurs, mais des échanges économiques oui. Ni les USA, les pays asiatiques, ni même les pays arabes ne parlent d’ensemble à l’image de l’EU dont ses membres ont perdu leur souveraineté territoriale, politique économique, et en voix de perdre leurs identités propres, au nom de la mondialisation. C’est drôle ceux qui ont décidé de ces ensembles territoriaux, ne les appliquent pas à eux mêmes, médite là dessus.. L’humanité telle que tu la vois n’existe pas, l’histoire est là pour témoigner ses horreurs, elle n’a pas de sagesse dans son ensemble l’égalité entre les peuples n’existent pas pour se permettre de faire tomber les frontières, , c’est la loi de la Jungle dans toute son honneur qui nous attend, ou le plus fort bouffe les plus faibles, alors ton humanité telle que tu la conçois, c’est de la chimère, et un vieux pieux. Je dis qu’il ne faut nous occuper que de l’Algérie de ses intérêts, de la préserver de la prédation, et ce dans ses propres frontières et au diable les ensembles et la mondialisation, oncoctés dans certains laboratoires qui détruisent la planète.

          Anonymous
          14 juillet 2016 - 16 h 48 min

          Lire svp sur mon précédent
          Lire svp sur mon précédent poste qui t’est adressé

          c’est la loi de la Jungle dans toute son HORREUR qui nous attend, ou le plus fort bouffe les plus faibles, alors ton humanité telle que tu la conçois, c’est de la chimère, et un VOEUX pieux. Je dis qu’il ne faut nous occuper que de l’Algérie et non pas du « makhrab » uniquement les intérêts de l’Algérie, afin de la préserver de la prédation, et ce dans ses propres frontières et au diable les ensembles (UE Makhrab) et la mondialisation, concoctés dans certains laboratoires néfastes qui détruisent la planète pour le contrôler, contrôler ses richesses, les peuples. J’ai vu des jeunes anglais pourtant très fiers de leur identité dire nous « sommes européens » avant d’être anglais, et c’est cela qui attend les européens, les français, les espagnoles, etc… finiront par oublier qu’ils sont français espagnoles, italiens entre autres, pour s’identifier européens, et cela va à une vitesse supérieure, voilà ce qui attend les algériens avec le Maghreb des sous développés pauvres dont le Maroc et la Tunisie sont des pays vassaux, à la remorque du sionisme de l’impérialisme, du néocolonialisme, ils vont oublier qui ils sont pour se confondre dans une masse de populations voisines qui n’ont ni nos valeurs, ni notre histoire, ni notre dignité.

          répondre

    Anonymous
    13 juillet 2016 - 12 h 25 min

    Monsieur BENSALAH si vous
    Monsieur BENSALAH si vous dites qu’on a honte de notre immoralité, vous oubliez que l’immoralité est sur une échelle ou votre moralité devrait avoir honte aussi.

    Anonymous
    13 juillet 2016 - 11 h 48 min

    @Les damnés de la terre.
    @Les damnés de la terre. Merci d’avoir contribué au ryonnement culturel de Malek BENNABI, un autnetique intellectuel maghrébin qui fait honneur à son pays l’Algérie.

    HOUARI LE CHAOUI
    13 juillet 2016 - 9 h 08 min

    TAIS TOI SOUSSEM YAL MAROKI
    TAIS TOI SOUSSEM YAL MAROKI TOI ET BOUTEFLIKA PAIERAIT VOS MEFAITS RACISTES ET REGIONALISTES.VOUS ETES MAROCAINS TOUS LES2 .COMME GHOUL SAID GAID SALAH SONT TUNISIENS A BOU RAB

    en direct du vieux port , Marseille 31°
    13 juillet 2016 - 8 h 32 min

    supposons que je sois un
    supposons que je sois un sinistre et que j’avoue avoir une boite au panama : Est-ce immoral ? je suppose que non , du moins pas dans les pays où l’impunité des gens de la haute sphère est une règle ! heureusement que cela n’existe pas chez nous ..

    les damnes de la terre
    13 juillet 2016 - 0 h 43 min

    Savez vous les ptts gens
    Savez vous les ptts gens comme moi ke seuls les hommes au pouvoir ont droit de s exprimer et meme de nous insulter .ce ki est demande a nous c de taire et d obeir.

    Anonymous
    12 juillet 2016 - 23 h 38 min

    . »makrabin » , Mokoko », , Qu
    . »makrabin » , Mokoko », , Qu’est-ce que vous racontez ????? Ou avez*vous appris à parler ainsi ?????? Malek Bennabi est un intellectuel maghrébin – et pas seulement algérien -, du fait qu’il a traité des problèmeS qui dépassent de loin les frontières de notre pays. Ayant constaté le déclin et la stagnation des pays musulmans depuis l’époque post-almohadienne el’illustre penseur nous suggére l’acculturation comme moyen de sortir du sous-développement ; Mais vous paraissez vous intéresser plutôt à son lieu de naissance. Sachez que, selon certains historiens, Malek Bennabi serait né à Tebessa et non à Constantine. Et s’il vous plait, la prochaie fois ne confondez pas « Maghrébins et « Marocains ».

      les damnes de la terre
      13 juillet 2016 - 2 h 34 min

      En effet malek bennabi est ne
      En effet malek bennabi est ne a tebessa et sa resonnace depasse le region maghrebine j allais dire universelle.

      souk-ahras
      13 juillet 2016 - 8 h 08 min

      Les frasques ubuesques de
      Les frasques ubuesques de Bensalah devraient laisser place à une réflexion méthodique de sa part (mdr) sur cette sentence de Bennabi : « Aujourd’hui, dès les premiers pas, on doit savoir vers quel but lointain on est parti ».
      Je ne peux m’empêcher de reproduire les propos du visionnaire et réformateur qu’il était, tenus à des intellectuels tunisiens venus lui rendre visite chez lui avant son décès en 1973 : «…nous traversons actuellement une étape cruciale, un tournant décisif ; ce qui impose d’entreprendre des changements révolutionnaires. Nous devons, nous autres musulmans, introduire des changements au sein de nos sociétés, sous peine de subir d’autres changements que l’époque nous imposera de l’extérieur. C’est l’esprit du temps. Il faut garder toujours présent à l’esprit que si nous n’opérons pas ces changements de notre propre chef, ils nous seront imposés ». Quelle profondeur de vision !!!

      anti infiltrés mekhrebi
      13 juillet 2016 - 9 h 39 min

      on t’a dit de déguerpir le
      on t’a dit de déguerpir ! malek benabi est algérien et rien d’autre c’est comme ça, faudra penser à vous fabriquer des intellos si vous en êtes capables!

      Anonymous
      13 juillet 2016 - 11 h 59 min

      Des vendus voilà ce que vous
      Le mot Maghreb est relativement nouveau, et derrière ce mot «maghrébins», il y a une arrière pensée manifeste, qui consiste méthodiquement d’ôter la nationalité algérienne aux ressortissants algériens vivant surtout en France et la confondre aux marocains et tunisiens. La France a décidé de qualifier tous les algériens de France de maghrébins pour les associer aux marocains qui eux portent le qualificatif de «maghribine» ou «maghrib» derrière cette appellation de «maghrébins» pour qualifier les algériens il y a l’arrière pensée de «grand Maroc» El Maghib. Les 40 millions d’algériens vivant en Algérie et ailleurs en dehors de la France se considèrent algérien tout court, ils rejettent cette appellation de «maghrébins» que la France leur a coller à la peau. Les non patriotes algériens qui s’associent aux marocains aux tunisiens, sont les pires danger pour l’Algérie son identité propre. On ne mélange pas le bon grain avec l’ivraie. Ce grand Mr Bennabi se retournerait dans sa tombe en sachant que des idiots lui ont donné collé la nationalité makhrabine. Tous les penseurs, l’histoire, l’identité algérienne, la culture, ses arts, ses artistes, ses grands hommes qui appartiennent à l’Algérie doivent demeurés strictement algériens. Tu piges oui ou merde!!
      Est-ce qu’un penseur français qui travaillent dans les sciences entre autres sur pays et sur d’autres pays accepterait qu’on le qualifie d’Allemand ou d’européens? ou idem pour un scientifique chinois qui travaillent pour des choses universelles accepterait qu’on le qualifie d’asiatique ou de japonais tout en lui ôtant sa propre identité chinoise. Bennabi est ALGÉRIEN TOUT COURT et un scientifique universaliste.

    BOUBOU
    12 juillet 2016 - 22 h 03 min

    je ne sais pas si ce bensalah
    je ne sais pas si ce bensalah lit ses réactions des internautes, si c’est le cas il découvriras qu ce sont de simples citoyens et qu’il n y a aucun journaliste, a bon entendeur

    Anonymous
    12 juillet 2016 - 17 h 44 min

    Napoléon avait dit un jour :

    Napoléon avait dit un jour : “La plus grande des immoralités est de faire un métier qu’on ne sait pas”. Et Le président du Conseil de la nation (Sénat), Abdelkader Bensalah, ne semble vraiment pas savoir faire son métier.

    En sa qualité de deuxième personnage de l’Etat, selon les dispositions de notre Constitution, et potentiel successeur d’Abdelaziz Bouteflika en cas de décès, Abdelkader Bensalah est censé faire preuve de bon sens, d’exemplarité lorsqu’il prend la parole et s’adresse aux Algériens. Or, ce dernier, n’a rien trouvé de mieux que de qualifier d”immorale” la critique de certains titres de la presse algérienne à l’encontre de la nomination d’Amar Ghoul au Sénat dans le tiers présidentiel. Selon le sieur Bensalah, la “remise en cause” des prérogatives du chef de l’Etat constitue “un acte tout autant immoral qu’inacceptable”. Lors de l’ouverture de la séance plénière du parlement, le deuxième personnage de l’Etat s’en est violemment pris à “certaines plumes” qui recourent, selon lui, “à des écarts de langage et des jugements non fondés pour dénigrer l’institution et ses membres”.

    Un tel discours constitue par lui-même un triste acte d’immoralité. Monsieur Bensalah n’a aucune prérogative, aucune autorité pour déterminer ce qui est immoral et ce qui ne l’est pas. Le président du Sénat n’a nullement le droit de s’ingérer dans les lignes éditoriales de la presse nationale. Monsieur Bensalah semble ignorer que la Constitution de notre pays, celle qui est censée régir son métier, protège la liberté de la presse. Aucune loi en Algérie ne sacralise le président de la République. Et pourtant, à entendre monsieur Bensalah, Abdelaziz Boutefika serait devenu, sans que les Algériens ne le sachent, un prophète dépêché par Dieu pour nous remettre sur le droit du chemin ! Le Chef de l’Etat n’est qu’un humain. Un humain à l’image des 40 millions d’Algériens. Ses décisions peuvent et doivent être autant critiquées que celles des autres gestionnaires du pays.

    Aucune loi, aucun usage politique ne le dispense de ce devoir de critique. Et la nomination d’Amar Ghoul est effectivement une décision de laquelle les Algériens ont parfaitement le droit de débattre, surtout lorsqu’on sait que ce monsieur a géré un secteur qui a connu l’un des scandales de corruption les plus répugnants de l’histoire de notre pays.

    Non, monsieur Bensalah, rappeler cette vérité, demander des comptes et exiger des explications au président n’a rien d’immoral. Absolument rien. En revanche, le silence de votre institution et de votre personne sur les multiples esclandres qui ont ébranlé notre pays et hypothéqué son développement est bel et bien immoral. Où était votre moralité lorsque des cadres innocents ont été injustement condamnés à la prison ? Où était tapie votre moralité lorsque des deniers publics étaient détournés par de hauts responsables qui ont fait plier la justice ? Pourquoi votre institution n’a pas fait pression pour élucider le “mystère” des surcoûts énormes de l’autoroute Est-Ouest ? Et au nom de la moralité dont vous vous targuez aujourd’hui, il n’aurait pas été judicieux que vos sénateurs initient une commission d’enquête sur les dessous de ce méga-projet ?

    Monsieur Bensalah, le tiers présidentiel de votre conseil est devenu, par la grâce de l’immunité parlementaire, un refuge douillet pour tous les anciens ministres et décideurs mis à la retraite par la Présidence de la République. Votre conseil est devenu un “bunker” de luxe pour ces décideurs cupides et peu regardants sur l’intérêt public. Votre conseil protège des puissants qui ont fait de leur position dans les rouages de l’Etat un moyen d’enrichissement personnel. Il offre une retraite dorée à des dirigeants qui ont retardé l’Algérie avec leur incompétence et leur sens aigu des affaires.

    Vous feignez de l’ignorer, mais votre institution incarne l’immoralité. Oui, appelons à la moralité, défendons-la, plaidons pour une véritable moralisation de la vie politique dans notre pays. Mais il faut juste commencer par vous et vos acolytes sénateurs qui se sucrent sur le dos de nos compatriotes livrés à l’appétit vorace des chacals. Au final, vous critiquer semble être la chose la plus morale qu’exige le patriotisme authentique…
    Comments

      Anonymous
      12 juillet 2016 - 23 h 09 min

      HEUREUSEMENT QU IL Y A ENCORE
      HEUREUSEMENT QU IL Y A ENCORE DE VRAIS PATRIOTES EN PLUS ÉLITISTE DANS LEUR CONCEPTION DE L IMMORALITÉ POLITIQUE BRAVO MONSIEUR

    waw effect
    12 juillet 2016 - 15 h 41 min

    c’est surtout interdit plutot
    c’est surtout interdit plutot…

    Anonymous
    12 juillet 2016 - 15 h 23 min

    M. Bensalah, vous oubliez
    M. Bensalah, vous oubliez seulement un détail : La Constitution algérienne n’est pas, loin s’en faut, la loi fondamentale censée exprimer la volonté du peuple. Grâce à nos media, le peuple du million et demi de martyrs sait dans quelles conditions elle a été écrite et la manière avec laquelle vous avez accédé à des fonctions aussi élevées. C’est pourquoi le peuple est en droit de critiquer tous les gouvernants y compris le Chef de l’Etat dont il n’ignore pas les conditions frauduleuses de son élection. Si vous aviez pris la peine de vous cultiver un tant soit peu, vous auriez appris de notre éminent philosophe maghrébin Malek Bennabi que « le citoyen doit ouïe et obéissance. Mais il refuse d’ouïr et d’obéir dès l’instant où il constate une dérogation chez l’homme du pouvoir. A ses yeux, le rapport de réciprocité et alors rompu et ne l’engage plus » (Le problème des idées dans le monde musulman).

      Anonymous
      12 juillet 2016 - 16 h 56 min

      Malek Bennabi «makhrabin» c
      Malek Bennabi «makhrabin» c’est quoi ça ? as tu honte de préciser qu’il est algérien et non pas makhrabin? mais ma parole je rêve, voilà des renégats dans ton genre qui s’identifient aux «mkharabins» et ne sentent pas algériens, de vrais traites, et renégats, les types comme toi qui se font passer pour makhrabins en oubliant qu’ils sont algériens. Un makrabin est un mokoko, les algériens de sont pas makhrabins que tu te mettes bien cela dans le cibolo. Mr Bennabi est algérien constantinois et non pas mkhrabin voici qui est Malek Bennabi est un penseur algérien, né en 1905 dans l’intra-muros de la vieille ville de Constantine, décédé le 31 octobre 1973 à Alger. Il a étudié les problèmes de civilisation en général et ceux du monde musulman en particulier

    Driss
    12 juillet 2016 - 15 h 16 min

    Parlez-moi monsieur de
    Parlez-moi monsieur de constitution à l’algérienne et je vous fous mon poing sur la gueule pour le respect que je vous dois. Combien de fois le président a violé cette constitution pour se maintenir au pouvoir’ n’êtes-vous pas les véritables transgresseurs?

    souk-ahras
    12 juillet 2016 - 15 h 04 min

    Il est immoral de rester, de
    Il est immoral de rester, de plein gré, dans l’illégitimité, la médiocrité, l’illégalité constitutionnelle, la servitude proclamée, l’abus d’autorité, la séquestration de la voix du peuple, d’aller se soigner et tenir réunions ministérielles sous le portrait du président français. L’immoralité c’est l’égout où se déversent les caniveaux.

    sami
    12 juillet 2016 - 14 h 52 min

    Bensalah marocain,saadani
    Bensalah marocain,saadani,tbila tunisiens,bouchouareb francophile,chekib americain et quoi encore!!!!
    Il est plutot immoral et insensé de te voir,mr beensalah à la tête du sénat. Pourquoi est-il immoral de contester une décision de Bouteflika.Est-il un Dieu,un envoyé de dieu.
    En fait la phrase qu’il a lancée consacre l’ancrage d’une nouvelle dictature du clan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.