Automobile : des concessionnaires proposent d’investir

L'usine de montage de Renault Algérie. New Press

Une dizaine de concessionnaires ont proposé, jusqu’à maintenant, des projets d’investissements liés à l’industrie automobile, a fait savoir dimanche le ministre de l’Industrie et des mines, Abdesselam Bouchouareb. «Une dizaines de concessionnaires ont proposé des projets. Nous leur avons demandé qu’ils avaient jusqu’au 31 décembre 2016 pour déposer leurs projets industriels. Ils ont encore le temps pour le faire si réellement ils souhaitent s’impliquer dans ce métier», a déclaré le ministre à la presse en marge de la séance d’adoption du projet de loi relatif à la promotion de l’investissement par le Conseil de la Nation. Bouchouareb a également tenu à préciser que l’avenir de l’activité de concessionnaire «n’est pas uniquement d’acheter et de vendre des véhicules mais d’intégrer la construction mécanique d’une manière générale dans notre pays». Pour rappel, l’article 52 de la loi de finances 2014 stipule que les concessionnaires automobiles sont tenus dans un délai maximum de trois ans, à compter de la date de publication de la LF 2014, d’installer une activité industrielle et/ou semi-industrielle ou toute autre activité ayant un lien avec le secteur automobile. Les concessionnaires qui n’auront pas réalisé l’investissement dans les délais impartis se verront retirer leur agrément. Lors de sa dernière visite à Tiaret il y a quelques jours, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait rappelé aux concessionnaires nationaux et étrangers activant en Algérie la nécessité de se plier à cette disposition de la loi de finances. Le ministre de l’Industrie a écrit le 29 juin dernier aux concessionnaires automobiles pour leur rappeler l’obligation de se plier aux dispositions de l’article 52 de la loi de finance 2014 avant l’expiration du délai de trois années. Mercredi dernier, il avait indiqué que le délai arrêté à début 2017 et accordé aux concessionnaires automobiles pour créer une activité industrielle ne serait pas prorogé. A une autre question sur le projet Peugeot Algérie, Bouchouareb, a affirmé que le rôle du gouvernement était de «rapprocher les avis des trois partenaires» concernés par ce projet, soulignant que «la phase la plus compliquée a été dépassée». S’agissant du projet Volkswagen, le ministre a réaffirmé qu’il était en cours, sans fournir plus de détails.
R. E.

Comment (10)

    La Cigale
    19 juillet 2016 - 18 h 34 min

    Peugeot au chiots* les
    Peugeot au chiots* les véhicules français sont de très mauvaises qualités.
    Volswagen c’est nettement mieux. .




    0



    0
    La Cigale
    19 juillet 2016 - 18 h 34 min

    Peugeot au chiots* les
    Peugeot au chiots* les véhicules français sont de très mauvaises qualités.
    Volswagen c’est nettement mieux. .




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 17 h 36 min

    L’Algérie doit apprendre l
    L’Algérie doit apprendre l’expérience sud-coréenne,
    et de d’autres pays du BRICS (Brasil, Russia, India,China,South Africa) pays industriels,à revenues intermédiaires

    Mais qu’il faut des industriels algériens courageux, imaginatifs, formés à la culture industrielle, à l’esprit de sacrifice, de bons perdants qui prennent des risques sans paniquer, et sans abandonner

    Transformer des importateurs à la mentalité du petit comptable, où du petit épicier, dont le souci, est le gain facile, et rapide, et le sur-profit, du jour au lendemain, s’avèrera une entreprise difficile et hasardeuse aux résultats non garantis




    0



    0
    Anonymous
    19 juillet 2016 - 17 h 36 min

    L’Algérie doit apprendre l
    L’Algérie doit apprendre l’expérience sud-coréenne,
    et de d’autres pays du BRICS (Brasil, Russia, India,China,South Africa) pays industriels,à revenues intermédiaires

    Mais qu’il faut des industriels algériens courageux, imaginatifs, formés à la culture industrielle, à l’esprit de sacrifice, de bons perdants qui prennent des risques sans paniquer, et sans abandonner

    Transformer des importateurs à la mentalité du petit comptable, où du petit épicier, dont le souci, est le gain facile, et rapide, et le sur-profit, du jour au lendemain, s’avèrera une entreprise difficile et hasardeuse aux résultats non garantis




    0



    0
    Algérino
    18 juillet 2016 - 12 h 01 min

    Nous ne tirerons jamais
    Nous ne tirerons jamais profits des partenariats avec les français. Alors, quand est-ce que l’Algérie s’éloignera une bonne fois pour toutes de ce maudit pays.




    0



    0
    momo associer a toto
    18 juillet 2016 - 10 h 11 min

    on propose d investir .1 ans
    on propose d investir .1 ans puis on develope un projet 3 ans puis on demande s des delais 5 ans les consecionnaires ont de qui tenir avec la mega usine de tiaret 40 ans et rien.entre temp il s en foutes plein les poches et un chateau en espagne .tout es tellement previsible




    0



    0
    Amitou
    18 juillet 2016 - 8 h 00 min

    La reussite de l Indonesie
    La reussite de l Indonesie dans ce domaine revient aux lois qu elle a promulguees relatives aux investissements etrangers,et l implantation sur le territoire national.L Evolution continue du PIB et le volume des investissements n arrete pas d augmenter a tel point que les previsions des instituts internationaux prevoient que l Indonesie a ce train sera la 5 eme puissance economique mondiale en 2030.Raison pour laquelle notre pays doit faire du gagnant/ gagnant sa strategie principale de developpement et de transfert technologique conformement aux lois qui font la reussite de L Indonesie.Chaque investisseur etranger doit imperativement avoir un partenaire associe Algerien sur le principe de gagnant/gagnant.




    0



    0
    Alilapointe59
    18 juillet 2016 - 0 h 40 min

    Pas besoin, elle n’est vendu
    Pas besoin, elle n’est vendu qu’en Algérie…




    0



    0
    Anonymous
    17 juillet 2016 - 20 h 43 min

    combien coûte une voiture
    combien coûte une voiture symbole en euro monsieur le ministre




    0



    0
      Kassa Bouneffa
      18 juillet 2016 - 7 h 00 min

      La voiture Renault symbole n
      La voiture Renault symbole n’est pas commercialisée
      Dans les pays de l’union européen.
      Ça prouve que Renault n’est pas vraiment intéressé
      Par le projet de l’usine d’oran«algérie».




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.