L’ambassadeur d’Italie : «Il faut assouplir la règle 51/49»

Michele Giacomelli, a qualifié les relations algéro-italiennes d’«excellentes». New Press

L’ambassadeur d’Italie à Alger, Michele Giacomelli, a qualifié les relations algéro-italiennes d’«excellentes». Des relations, a-t-il soutenu, qui «datent d’avant l’indépendance de l’Algérie». Pour lui, la présence d’entreprises italiennes en Algérie confirme l’importance de la relation entre les deux pays, faisant référence au renouvellement du contrat entre la société italienne ENI et Sonatrach, lequel sera suivi par d’autres. L’ambassadeur a fait savoir, dans l’entretien qu’il a accordé à l’hebdomadaire économique algérien Cresus, que les échanges se sont chiffrés l’année dernière à «11 milliards de dollars, soit 6 milliards d’exportations algériennes et 5 milliards d’exportations italiennes».

«L’Italie est le premier partenaire commercial de l’Algérie, avec une balance commerciale plutôt équilibrée», a-t-il indiqué, en réfutant les allusions sur l’absence des entreprises italiennes en Algérie. «Les PME italiennes sont présentes à travers des sociétés mixtes, notamment dans l’agro-industrie, dans les transports et dans les machines», a-t-il assuré. Et de préciser : «Hormis les hydrocarbures, il n’y a pas encore un grand investissement structurant, mais il y a des initiatives qui se font et je suis confiant qu’un grand projet industriel se fera à l’avenir.» Pour l’ambassadeur d’Italie, les entreprises italiennes «doivent» investir dans la production agricole, l’agro-industriel, le renouvelable, les machines et dans les secteurs qui sont proches du bâtiment, arguant que l’expertise italienne est «établie» dans tous ces secteurs. 
Selon Michele Giacomelli, il s’offre à l’Italie, qui est présente dans plusieurs secteurs d’activité économique, l’opportunité de participer au développement du secteur des énergies renouvelables en Algérie, louant la contribution des PME italiennes dans le développement des infrastructures, en précisant que l’Italie «peut apporter une contribution importante dans ce qui est ouvrages d’art ou ingénierie».
Concernant le secteur automobile, l’ambassadeur italien a annoncé que cette question était à l’étude, sans donner plus de précisions. «C’est un dossier qui avance bien et qui doit mûrir», s’est-il contenté de dire. Abordant la loi 51/49, l’ambassadeur d’Italie a estimé que «rendre plus souple» cette règle pourrait effectivement faciliter les investissements. Et d’ajouter : «Je pense que les autorités algériennes le savent très bien.» Pour lui, il y a une nette évolution de la législation concernant la loi sur les investissements et le code des marchés.

Mohamed El-Ghazi

Comment (15)

    Anonymous
    4 septembre 2016 - 22 h 57 min

    Malheureusement, pour l
    Malheureusement, pour l’Algérie, et pour son économie fortement pénalisée, et surexploitée, sans contre partie
    Qui dit Italiens, dit manque de fiabilité du Made in Italy, de corruptions, d’affaires scabreuses, de litiges, …..?!
    Qu est ce que l’avenir , va nous réserver, comme mauvaises surprises des rusés italiens,
    Et malheureusement de,…..leurs collaborateurs algériens, par manque de climat de démocratie, de justice,
    Et de transparence




    0



    0
    bahri
    15 août 2016 - 17 h 02 min

    Au vu de ce qui se passe ,je
    Au vu de ce qui se passe ,je pense qu il serait utile de maintenir le 49/51 pour les unités de production et interdire des sociétés mixtes de service qui ne font que voler l’argent des Algeriens
    Les services se servent de salaires faramineux qu ils changent au noir et transferent illegalement
    De meme leur Ambassade refusent des visa à des associés de société mixte Algero Italienne sous des pretextes falacieux
    je suis une de leur victime
    Ils traitent tous les jeunes Algeriens de clandestins et pourtant nous ne traitons pas tous les italiens de MAFIEUX




    0



    0
    bahri
    15 août 2016 - 12 h 12 min

    Au vu de ce qui se passe ,je
    Au vu de ce qui se passe ,je pense qu il serait utile de maintenir le 49/51 pour les unités de production et interdire des sociétés mixtes de service qui ne font que voler l’argent des Algeriens
    Les services se servent de salaires faramineux qu ils changent au noir et transferent illegalement
    De meme leur Ambassade refusent des visa à des associés de société mixte Algero Italienne sous des pretextes falacieux
    je suis une de leur victime
    Ils traitent tous les jeunes Algeriens de clandestins et pourtant nous ne traitons pas tous les italiens de MAFIEUX




    0



    0
    FN. Algérien
    23 juillet 2016 - 20 h 07 min

    ET POURQUOI PAS LEURS FAIRE
    ET POURQUOI PAS LEURS FAIRE DES COURBETTES AUSSI ?
    Tu veux nos richesses et de qualité tu dois mettre le pris !!




    0



    0
    FN. Algérien
    23 juillet 2016 - 20 h 07 min

    ET POURQUOI PAS LEURS FAIRE
    ET POURQUOI PAS LEURS FAIRE DES COURBETTES AUSSI ?
    Tu veux nos richesses et de qualité tu dois mettre le pris !!




    0



    0
    la téte à l'envers
    23 juillet 2016 - 17 h 52 min

    déja qu’on est trés en retard
    déja qu’on est trés en retard dans l’économie ….on n’a pas trouvé mieux que de pondre cette régle dissuasive 49/51 ! incroyable comment on réfléchit !




    0



    0
    la téte à l'envers
    23 juillet 2016 - 17 h 52 min

    déja qu’on est trés en retard
    déja qu’on est trés en retard dans l’économie ….on n’a pas trouvé mieux que de pondre cette régle dissuasive 49/51 ! incroyable comment on réfléchit !




    0



    0
    New kid
    23 juillet 2016 - 17 h 50 min

    L’arnaque de 49/51 est
    L’arnaque de 49/51 est corruptive.
    Le chef de mafia ant3a Vimpelcom (ex jezzi), a réussi à se faire débloquer 500.000 euro (un demi-milliard) de la banque centrale d’Algérie pour ses besoins personnels. Vimplecom est minoritaire dans l’affaire Jezzy.
    Donnez cours à votre propre conclusion ! Sachant qu’il a la liste des corrompus qui ont laissé el Sawiri s’implanter en Algérie




    0



    0
    New kid
    23 juillet 2016 - 17 h 50 min

    L’arnaque de 49/51 est
    L’arnaque de 49/51 est corruptive.
    Le chef de mafia ant3a Vimpelcom (ex jezzi), a réussi à se faire débloquer 500.000 euro (un demi-milliard) de la banque centrale d’Algérie pour ses besoins personnels. Vimplecom est minoritaire dans l’affaire Jezzy.
    Donnez cours à votre propre conclusion ! Sachant qu’il a la liste des corrompus qui ont laissé el Sawiri s’implanter en Algérie




    0



    0
    New kid
    23 juillet 2016 - 10 h 17 min

    On n’a pas besoin d’être
    On n’a pas besoin d’être capitaliste pour reconnaitre ses intérêts !
    En tant que berger de montagne, Pourquoi irai-je garder les moutons d’un gros investisseur ? Je préfère construire mon propre troupeau et progresser par mes propres moyens, à mes pertes et profits. Alors le gouvernement algérien doit avant tout investir sans l’aide des requins et de ses corrompus et arrêter de pleurer ! Les gens qui investissent dans les villa et châteaux à travers le monde sont les mêmes qui veulent maintenir le système des 49/51 et donc punir les algériens au chômage endémique !
    Vous achetez une voiture, mais vous ne la donnez pas à une tierce personne. Vous pouvez avoir un chauffeur rémunéré mais la voiture reste votre propriété privée. Votre choix !
    Le business est trop complique pour certains. Les investisseurs essentiellement veulent agrandir leurs profits au maximum pour réinvestir ces profits et ainsi de suite. Ce que les gouvernants actuels aiment c’est l’informel qui ne paye ni impôts ni contribution au fisc ou retraite, mais rempli ses shkaras !
    Tout le reste c’est de la mendicité !




    0



    0
    New kid
    23 juillet 2016 - 10 h 17 min

    On n’a pas besoin d’être
    On n’a pas besoin d’être capitaliste pour reconnaitre ses intérêts !
    En tant que berger de montagne, Pourquoi irai-je garder les moutons d’un gros investisseur ? Je préfère construire mon propre troupeau et progresser par mes propres moyens, à mes pertes et profits. Alors le gouvernement algérien doit avant tout investir sans l’aide des requins et de ses corrompus et arrêter de pleurer ! Les gens qui investissent dans les villa et châteaux à travers le monde sont les mêmes qui veulent maintenir le système des 49/51 et donc punir les algériens au chômage endémique !
    Vous achetez une voiture, mais vous ne la donnez pas à une tierce personne. Vous pouvez avoir un chauffeur rémunéré mais la voiture reste votre propriété privée. Votre choix !
    Le business est trop complique pour certains. Les investisseurs essentiellement veulent agrandir leurs profits au maximum pour réinvestir ces profits et ainsi de suite. Ce que les gouvernants actuels aiment c’est l’informel qui ne paye ni impôts ni contribution au fisc ou retraite, mais rempli ses shkaras !
    Tout le reste c’est de la mendicité !




    0



    0
    Aicha Benguendouze
    23 juillet 2016 - 7 h 43 min

    L’ambassadeur d’Italie : «Il
    L’ambassadeur d’Italie : «Il faut assouplir la règle 51/49….Le chantage du capitalisme extrême….si vous ne me laissez pas investir et contrôler a plus de 49% mes investissement je vais aller investir en Chine, aux Indes ou ailleurs et je viendrai vendre ma ferraille chez vous…c est le chantage des pays capitalistes utilisant les pays a bas salaires et bas coûts de production. Ce n est pas uniquement l Algérie qui est sous cette pression….C est quoi la crise économique en Europe…On dit a l Europe vos taxes, vos salaires vos avantages sociaux et vos syndicats et surtout les impôts sur les revenus trop forts…on s excuse mais on va aller investir en Asie, au Mexique etc….Les capitalistes crient haut et fort on veut plus de profits pour nos actionnaires…alors Algérie Bye Bye…




    0



    0
    Aicha Benguendouze
    23 juillet 2016 - 7 h 43 min

    L’ambassadeur d’Italie : «Il
    L’ambassadeur d’Italie : «Il faut assouplir la règle 51/49….Le chantage du capitalisme extrême….si vous ne me laissez pas investir et contrôler a plus de 49% mes investissement je vais aller investir en Chine, aux Indes ou ailleurs et je viendrai vendre ma ferraille chez vous…c est le chantage des pays capitalistes utilisant les pays a bas salaires et bas coûts de production. Ce n est pas uniquement l Algérie qui est sous cette pression….C est quoi la crise économique en Europe…On dit a l Europe vos taxes, vos salaires vos avantages sociaux et vos syndicats et surtout les impôts sur les revenus trop forts…on s excuse mais on va aller investir en Asie, au Mexique etc….Les capitalistes crient haut et fort on veut plus de profits pour nos actionnaires…alors Algérie Bye Bye…




    0



    0
    New kid
    22 juillet 2016 - 16 h 18 min

    La formule des 49/51 est un
    La formule des 49/51 est un piège que tous connaissent, pour les véritables investisseurs le seul moyen est de conduire leurs propres usines avec une main d’œuvre bon marché qui sera bénéfique pour cette délocalisation. Des lois de protection des travailleurs et du smig et l’installation de syndicats libres au choix des travailleurs.
    Une taxation écrite et qui sera appliquée à tous mais qui ne changera pas lorsque le gouvernement du jour fait faillite.
    Les investisseurs, veulent être indépendants et non pas attachés aux bons plaisirs des corrompus ou d’une administration incompétente.
    L’Algérie par contre doit avoir une taxation bien définie et ferme mais « fair » envers les investisseurs tant locaux qu’étrangers. Une loi des finances pour une année financière mais non rétroactive !




    0



    0
    New kid
    22 juillet 2016 - 16 h 18 min

    La formule des 49/51 est un
    La formule des 49/51 est un piège que tous connaissent, pour les véritables investisseurs le seul moyen est de conduire leurs propres usines avec une main d’œuvre bon marché qui sera bénéfique pour cette délocalisation. Des lois de protection des travailleurs et du smig et l’installation de syndicats libres au choix des travailleurs.
    Une taxation écrite et qui sera appliquée à tous mais qui ne changera pas lorsque le gouvernement du jour fait faillite.
    Les investisseurs, veulent être indépendants et non pas attachés aux bons plaisirs des corrompus ou d’une administration incompétente.
    L’Algérie par contre doit avoir une taxation bien définie et ferme mais « fair » envers les investisseurs tant locaux qu’étrangers. Une loi des finances pour une année financière mais non rétroactive !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.