Pierre Manent à Algeriepatriotique : «Les musulmans ne doivent pas considérer toute critique comme une marque d’islamophobie»

Pierre Manent. D. R.

Le philosophe français Pierre Manent est convaincu que ce n’est pas le racisme et la xénophobie qui augmentent en France, mais la «méfiance réciproque». Pour lui, musulmans, chrétiens et juifs doivent contribuer à «animer la conversation civique». Interview.

Algeriepatriotique : Votre livre Situation de la France est un appel à adopter des «accommodements raisonnables» avec les musulmans de France, comme c’est le cas au Canada. Quel écho votre appel a-t-il reçu ?

Pierre Manent : Le livre a suscité un vif débat. Certains m’ont reproché de jeter par-dessus bord la laïcité, d’autres de «livrer les femmes à la charia», mais je crois pouvoir dire que la réaction dominante a été que je proposais une démarche pratique sérieuse et que mes propositions méritaient d’être discutées.

Quels seraient, selon vous, ces accommodements pour que l’intégration de la communauté musulmane puisse se faire en France ? Pensez-vous que la France est prête à un tel concept ?

Mon idée est simple. Comme face à tout problème social, l’issue suppose une négociation et un compromis entre les positions et les partis. Je propose donc d’être moins crispé à l’égard de certains aspects des mœurs musulmanes, qu’il s’agisse des repas sans porc dans les cantines scolaires ou des horaires de piscine distincts pour les garçons et les filles d’âge scolaire. Je propose donc d’accepter de meilleur cœur les mœurs musulmanes quand, bien sûr, elles ne vont pas à l’encontre des lois de la république, comme celle qui interdit la polygamie. Du côté musulman, je souligne que, s’il doit y avoir un islam de France, un islam français, alors les associations cultuelles et culturelles musulmanes doivent être dirigées et animées principalement par des musulmans de nationalité française et parlant français. Autrement dit, il importe que les musulmans français prennent leur indépendance par rapport aux pays dont ils sont, eux ou leurs ascendants, originaires, c’est-à-dire principalement les pays du Maghreb.

Vous avez déclaré que «ni les musulmans de France dans leurs institutions ni les gouvernements français successifs ne semblent vraiment désireux de faire entrer nos compatriotes musulmans dans la nation française». Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

Je constate d’abord que s’il est un point sur lequel tout le monde est d’accord, c’est que cette intégration ne progresse pas. En outre, chacun déplore que les efforts pour organiser la représentation institutionnelle des musulmans français ou le financement des lieux de culte, ces efforts n’ont guère eu de succès. Encore une fois, sur le diagnostic, presque tout le monde est d’accord. Je n’arrive pas à croire que nous n’aurions pas pu mieux faire.

Vous dites qu’il y a un lien étroit entre la loi islamique et les mœurs de la vie quotidienne des musulmans de France. Ce lien empêche-t-il l’intégration ?

C’est une immense question et je ne prétends pas avoir la réponse. Il est certain que la vie des musulmans est puissamment caractérisée par leur religion. Celle-ci donne à leur communauté une physionomie propre qui tend à les isoler du reste de la communauté nationale. Je crois cependant que nous pouvons ensemble éveiller parmi les Français musulmans le désir de participer plus activement à la vie de la nation, faire en sorte que la fidélité à la religion musulmane et le sentiment d’appartenance à la nation française soient éprouvés comme compatibles.

Vous préconisez un dialogue significatif entre les trois religions monothéistes qui sont, selon vous, «plus exposées» et «en première ligne». «Plus exposées» et «en première ligne» par rapport à quoi ?

L’interprétation française de la laïcité tend à repousser la religion dans la vie privée. D’où la difficulté avec l’islam où la religion est chose éminemment publique. Alors, je plaide pour que, sans rompre avec la laïcité et le principe de séparation entre l’Etat et la religion, les religions, spécialement les trois religions monothéistes, communiquent entre elles publiquement dans la société civile, qu’elles contribuent à animer ce que j’appelle la conversation civique. Nous avons eu quelques signes encourageants dans la dernière période.

N’est-ce pas trop tard pour vouloir donner une place à l’islam dans une société qui devient de plus en plus xénophobe et raciste, poussée par une partie de la classe politique française qui verse dans le discours populiste ?

Je ne crois pas que la société française devienne de plus en plus xénophobe et raciste. Les relations entre les personnes de différentes origines sont le plus souvent correctes, et même, je vous assure, plutôt amicales. Ce qui augmente, en effet, c’est la méfiance réciproque en raison des événements extérieurs et intérieurs qui ne sont pas notre sujet aujourd’hui. Les deux côtés doivent faire des efforts. Ce que je répète aux musulmans avec lesquels je débats, c’est qu’ils ne doivent pas considérer toute critique comme une marque d’«islamophobie». Accepter sinon avec plaisir, du moins de bonne grâce, la critique, cela fait partie de la vie d’un pays libre.

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi

Comment (43)

    benchikh
    15 août 2016 - 17 h 05 min

    Pour l’interview de Mr Pierre
    Pour l’interview de Mr Pierre il y a de la raison ,pourquoi les Musulmans se sent-ils visés?? à cause le manque de lire et comprendre mieux leur religion ??? Ils faut que ces Musulmans donnent plus à leur religion pour que les autres les respects et non pas attendre qu’on ramène l’Islam de Londre ou bien de Washington ,qui sera plein de haine et de sang (pour des raisons capitalistes) çà ne sera facile sans des démarches au sein de l’individu vis a vis à son créateur (fidèle et sincère,honnête)




    0



    0
    karimdjazair
    13 août 2016 - 12 h 50 min

    J invite ce pseudo phylosophe
    J invite ce pseudo phylosophe à s adresser à la communauté juive en lui rappelant que toute critique à l légard du judaisme et d israel doit etre acceptée…




    0



    0
      Anonymous
      13 août 2016 - 16 h 20 min

      C’est precisement parce qu’il
      C’est precisement parce qu’il ne peut pas le faire (et s’il est un patriote francais, l’envie ne doit pas lui manquer de retrouver une france independante), qu’il se dirige vers d’autres qui ne sont pas pour le moment puissants ni defendus. Ca a toujours ete comme ca en France. Ceux qui n’ont pas de defenseurs paient pour les autres craints. Chez nous on dit : y tafew l’roch 3ala dou3afa.




      0



      0
    anonyme
    9 août 2016 - 6 h 40 min

    Vous faites erreur cher
    Vous faites erreur cher monsieur, il ne faut banaliser l’islamophobie.
    Pourquoi vous ne le dites pas aux
    Arrêter de banaliser les choses!
    Oui, nous sommes visé par cette montée dramatique de la haine des musuLmans.




    0



    0
    Prolétaire
    9 août 2016 - 3 h 00 min

    ARME DE DISSUASION MASSIVE.
    ARME DE DISSUASION MASSIVE. Pour la clarification du débat ou de l’analyse, il importe d’emblée, par souci de rigueur intellectuelle, de procéder à une définition rigoureuse des termes islamophobie et anti- musulman. Tout le monde s’accorde sur la création récente du néologisme islamophobie. Il est formé du radical islam et du suffixe phobie. Si le premier terme appartient à l’usage courant du vocabulaire compréhensible par tout le monde. Le second vocable, en revanche, relève de la terminologie psychiatrique. Et il définit la Peur irrationnelle de quelque chose. À l’évidence, associer deux termes aussi dissemblables est une opération tendancieuse. Dès sa création, le mot (à l’évocation terrifiante) visait à jeter le trouble (au sens pathologique) dans l’appréhension de la question de l’islam. Subrepticement, ce terme fut introduit comme une arme contre toute critique de l’islam. Ce n’est pas un hasard qu’il se soit exclusivement répandu en Europe et dans les autres pays occidentaux.
    Dépourvus de la notion religieuse désignée sous le vocable de Blasphème, depuis longtemps tombé en désuétude, ces pays, notamment la France, n’interdisent pas la critique libre de la religion. Le blasphème n’est donc pas criminalisé, contrairement aux pays musulmans. De façon concertée, afin de contourner l’absence de législation sur le blasphème, et surtout en vue d’instaurer l’interdiction de toute critique de l’islam, on a pondu un clone du blasphème édicté comme une fatwa. Pour l’imposer dans les consciences, et lui donner une certaine légitimité, le terme islamophobie est associé, pour ne pas dire rendu synonyme, du vocable anti- musulman. Et le tour de prestidigitation a bien réussi.
    De fait, alors que la critique de l’islam ressortit du débat d’idées, de la liberté de mener des controverses, il est maintenant considéré comme une atteinte à la croyance des musulmans. Comme si le fait de critiquer l’islam revenait à s’attaquer aux musulmans (en chair et en os).
    En effet, associer la critique de l’islam à une attaque contre les musulmans est très insidieux. Car si la critique des musulmans relève du Racisme, et donc légitimement condamnable et répréhensible, d’ailleurs elle est passible de condamnation judiciaire; la critique de l’islam, elle, ne vise qu’à débattre librement des dogmes de la religion musulmane. D’autant plus lorsqu’il s’agit de pays laïques comme la France connue pour ses controverses anticléricales. En l’espèce, la liberté de critique prime sur tout autre considération, qui plus est religieuse. Pour insister sur le cas de la France, il ne faut pas oublier qu’elle fut le premier pays à mener une guerre impitoyable contre l’Église, notamment pendant la Révolution. Sans omettre les diatribes corrosives initiées par les grands philosophes durant tout le 18 ème siècle.
    En définitive, pour prouver leur sincérité dans leur souhait d’impulser un débat en vue de réformer l’islam, comme l’ont proclamé, notamment sur votre site, Boubakeur et Ghaleb Bencheikh , les musulmans devraient accepter de dissocier les deux vocables islamophobie et anti-musulman. S’il faut absolument conserver le second terme pour lutter contre le racisme anti-musulmans, notamment auprès des juridictions afin de condamner les coupables; il faudrait a contrario fondamentalement bannir l’usage du premier vocable inventé pour museler tout débat critique sur l’islam. A cet effet, pour commencer, les musulmans ne devraient plus brandir cette Glaive (islamophobie) pour trancher (proscrire) toute critique de l’islam, sous couvert d’atteinte à la croyance musulmane. Pour ce faire, afin de pouvoir débattre librement, Ils devraient d’abord Désacraliser la religion musulmane. Sans ce préalable de Désacralisation, indispensable à l’ouverture d’esprit pour un dialogue dépourvu de toute emprise irrationnelle, les proclamations d’intention des musulmans désireux d’amorcer des réformes, demeureront lettre morte. Une fois seulement cette condition acceptée, ils pourront plus aisément engager des débats controversés sur l’islam sans se sentir personnellement offensés ni éprouver quelque culpabilité religieuse.
    Car, rationnellement, dans une discussion critique sur l’islam, ce qui est sacré c’est le locuteur et l’interlocuteur, et non l’islam, doctrine religieuse, objet de discussion. La critique libre de la religion est plus sacrée, que l’interdiction de la critique religieuse consacrée.




    0



    0
      Anonymous
      9 août 2016 - 5 h 40 min

      Faux. Le mot islamophobie
      Faux. Le mot islamophobie existe depuis de le debut du 20e siecle. Il a ete reactive.




      0



      0
    salim
    9 août 2016 - 2 h 36 min

    Les chrétiens, ils sont
    Les chrétiens, ils sont français, allemands, ou espagnoles, et d’Amérique Latine, et ils dépendent d’un Pape qui est au Vatican à Rome. Ils trouvent cela normal

    Des juifs, aux Usa, en Allemagne ou en France, ont des liens avec Israel et ont tous la double nationalité, ils trouvent cela normal

    Des musulmans de France, les responsables français et d’autres têtes pensantes veulent qu’ils coupent toutes relations avec les autres musulmans, avec leur source et leurs origines, où veulent ils en venir.




    0



    0
    Anonymous
    8 août 2016 - 21 h 53 min

    Blabla blabla blablabla
    Blabla blabla blablabla enfumage

    Que ce monsieur se souvienne que son pays a génocidé notre peuple , qu’en plus non content de s’en être sorti sans être juger, sans avoir rien réparé, ils se permettent de nous refaire le même coup à travers le néocolonialisme que représente cette gigantesque arnaque »daesh, al-qaida, gia,etc…

    Et que ce monsieur devrait plutôt s’inquiéter que des parlementaires français se rendent désormais au nom de la france en israel afin de s’inspirer de leur pseudo savoir faire quant au traitement du terrorisme …..dans un pays dont il faut rappeler qu’il viole,torture, extermine, vole les Palestiniens…

    Peut-être que ce monsieur attend que nous lui disions qu’ils ne sont pas islamophobes après qu’ils aient appris des criminels sionistes comment gazer au phosphore ses compatriotes de confession musulmane

    Le vrai problème de la france c’est la mainmise du sionisme , car les isareliens ayant échoué à gagner sur les terrains militaires et médiatiques ont décidé de retourner leur guerre contre le peuple français , à l’aides des idiots utiles terroristes dae »chien »…ainsi ils pensent s’assurer un soutien inconditionnel dans leurs politqiue de la terreur à l’encontre des Palestiniens




    0



    0
      Anonymous
      9 août 2016 - 5 h 43 min

      Exactement, ils ont envie d
      Exactement, ils ont envie d’etre rassures, une envie de ne pas etre vus au regard de l’histoire. Le jour viendra ou un tribunal international jugera le colonialisme francais.




      0



      0
    Anonymous
    8 août 2016 - 18 h 14 min

    Islam de France…. C’est la
    Islam de France…. C’est la meme chose au final que ce que font les wahabites ou les freres musulmans. C’est sectariser et privatiser une religion qui a pour vocation un rapport direct entre l’homme et Dieu. La France est bien immature en somme, voire aveugle. Elle manipulait la religion musulmane durant la colonisation en prenant appui sur certains hommes de religions et imams pour mater les revendications de justice du peuple algerien. Aujourd’hui, puisque les musulmans sont majoritairement d’origine algerienne, c’est la meme histoire. Sauf que cette fois-ci, c’est doublement criminel, apres la colonisation. C’est depersonnaliser ces musulmans (algeriens pour ce qui nous concerne) apres leur avoir impose (en le facilitant dans les medias mainstream) la clique des Tariq Ramadan. Maintenant le projet est claire : couper tout lien avec la societe d’origine.
    Les portugais, les espagnols, les juifs francais ont des cours de langue ouvert, ils n’ont jamais eu a couper avec leur histoire. Pour ce qui m’interesse, les franco-algeriens ont non seulement ete maintenus dans une relegation scolaire, mais en plus l’education nationale francaise a prepare sciemment ou non un containment scolaire et professionnel. Il en est de meme, avec plus d’hypocrisie, pour les francais de couleur noire. Pourtant on connait peu ces ecoles juives sous contrat avec l’etat francais (donc les professeurs sont payes sur les impots de francais) et qui sont des ecoles d’elite. Ouvrir une ecole musulmane en France (je n’en vois pas l’interet vu l’arrieration de certaines « chapelles ») est une aventure ubuesque. Ouvrir des cours de langue pour la population nord-africaine est juste impensable, tant la machine administratice bloque sur demande des politiques cette possibilite, mais aussi tant le formatage de l’education nationale est terrifiant. Des milliers d’enfants desormais, dans ces quartiers populaires, ne maitrisent meme pas la langue francaise ! Cette coupure demandee avec la culture et les pays d’origine est inhumaine, cela est-il demande a des franco-israeliens alors qu’Israel est un etat recent et fait de populations diverses de langue differents ? Cet argument ne tient pas la route. La demande inconsciente est que les franco-etrangers se fassent violence pour nier et renier leurs origines. Cette demande a l’egard des juifs francais (qui connaissent un retour a la religion juive et a l’hebreu moderne ) serait mal vue et pourrait meme engager la mise en berne de la carriere de celui qui la proposerait. Mais lorsque cela concerne les africains et les nord-africains cela ne pese pas, car l’inconscient collectif n’a toujours pas assume sa responsabilite dans cette immigration. Il aurait fallu a la france de coloniser les allemands pour pretendre a avoir des nouveaux francais de couleur blanche. Cette incapacite a assumer les consequences des choix politiques de l’etat francaise dans son histoire est effarant. On dirait un enfant capricieux qui voudrait que les choses se passent selon ses fantasmes et non selon la realite et les consequences de ses actes politiques passes.




    0



    0
    Anonymous
    8 août 2016 - 18 h 12 min

    La societe francaise se pose
    La societe francaise se pose meme la question de savoir si finalement ce ne sont pas les enfants d’origine etrangere qui font baisser le niveau scolaire en France. Mais jamais, la societe et surtout l’admnistration educative ne se pose la question de sa propre competence en matiere pedagogique. Car s’il n’existe pas d’eleves mauvais, il existe bel et bien (et ce n’est pas le cas seul de la France mais de nombreux pays) des pedagogies inadaptees, ideologiques, des professeurs mediocres ou nonchalants ou inconscients. Sans compter l’inefficience evidente de l’inspection generale de l’enseignement qui ne sait pas apporter des remediations aux echecs scolaires tant leur carriere ne se base pas sur la reussite de leurs actions, mais sur leur adaptation/obeissance des injonctions administratives au gre de la couleur politique au pouvoir.. A moins que… tant l’echec perdure… a moins que ce ne soit une politique reellement volontariste de ne pas permettre aux enfants d’origine etrangere de reussir scolairement pour eviter la presence de ces enfants dans le futur dans des secteurs cles. Tout l’enseignement francais pour ces enfants est compose de voies de garage. Il a déjà existe des formations universitaires pour ces etudiants d’origine etrangere. Recemment l’education nationale a recu parmi ses cooperations avec d’autres ministres, celui de la Defense… KESAKO ???




    0



    0
    Anonymous
    8 août 2016 - 18 h 07 min

    Les moeurs (porc, alcool) ne
    Les moeurs (porc, alcool) ne posaient pas probleme jusqu’en 2005. Quand a la polygamie, on ne voit guere la difference entre un Francois Mitterand qui fait payer la vie de sa maitresse et de leur fille sur les deniers de l’etat sans mariage et un play-boy qui pense combler la vie de deux a trois femmes en simultanee. L’un est dans le registre du dissimule et l’autre dans le domaine public voir institutionalise comme dans certains pays musulmans. Meme les musulmans ne connaissent pas le pourquoi de la polygamie, cela ne concerne pas le plaisir, mais la protection de femmes veuves ayant des enfants orphelins et qui auraient besoin d’un mari institutionnel qui les protege au regard de la societe. Et meme dans ce cas la, le syllogisme coranique dit bien qu’il est preferable de ne prendre qu’une seule femme par crainte d’etre injuste entre ces femmes. Car, dit le texte coranique, les hommes seront injustes etant donne qu’on ne peut avoir les memes sentiments d’une femme a l’autre. La realite c’est qu’on est gene de rendre public ce que l’on fait en cachette. Si je suis contre la polygamie, je reconnais a la religion musulmane de savoir legiferer publiquement un domaine qu’elle n’approuve pas pour autant. Combien de gens en France sont concernes par la polygamie ? De quelle religion ou non religion sont-il ? Personne ne le sait, mais tout le monde fantasme.




    0



    0
    Sprinkler
    8 août 2016 - 18 h 02 min

    …Dissocier la « 
    …Dissocier la  » problématique  » de la  » dilution  » des musulmans dans la société française de la politique  » arabe  » de la France tient tout bonnement de la malhonnêteté intellectuelle. L’armée française, directement ou par procuration, participe activement aux côtés de l’Otan aux massacres de musulmans et à la destruction de leurs pays (Irak. Syrie, Libye, Yémen) Le discours  » intégrationniste  » ne peut donc pas faire l’impasse sur la politique  » néocolonialiste  » que mènent les gouvernements français successifs depuis une décennie, au moins depuis l’accession à l’Elysée du plus français des…juifs hongrois.




    0



    0
    Anonymous
    8 août 2016 - 18 h 01 min

    On se demande bien des choses
    On se demande bien des choses. D’abord le racisme et la xenophobie ont pour base la mefiance. Le racisme ideologise la mefiance et la peur avec le raciste qui se pense superieur et celui pour qui il eprouve du racisme qui sert de bouc emissaire. La xenophobie le dit clairement : peur (mefiance) de l’etranger. C’est la dimension du rejet qui sous-tend cette « mefiance ». Cela revient au meme, avec des degres divers. On a la dans ce jeux de mots toute la difficulte francaise a remplacer des mots par d’autres pour parler d’une meme realite. Pour Pierre Manent, il reste une gene a reconnaitre que sa societe, dans sa construction historique s’est fait sur le rejet des autres, y compris dans sa construction territoriale (refoulement de l’origine allemande d’une grande partie de la france actuelle), la demande qu’ils ne soit plus ce qu’ils sont en propre (bretons, alsaciens, basques, corses). La maladie francaise est plutot du cote de son assimilation forcee de tout ce qui ne correspond pas a sa matrice ideologique. Les accomodements raisonnables, expression canadienne et non americaine, est une approche brittanique. Les Francais en sont incapables, leur formatage demanderait une telle revolution des mentalites, un changement de paradigme qui demandera au moins trois generations, si d’autres crises identitaires (y compris au niveau international) ne sont pas poussives. Les Francais n’ont pas assez de recul sur leur propre passe pour pouvoir penser le present. Ils se racontent des histoires. Les debats de societe n’ont pas, par exemple, le ton et le liberte du royaume-uni. Les francais, eux-memes, ont une vision erronee de leur histoire, comment, dans ces conditions pourraient-ils comprendre les effets de cette histoire dans le present ? Les etrangers qu’ils soient musulmans ou non, servent de paratonnerre a la societe francaise, mais surtout a sa classe politique bien immature, a defaut de s’en prendre a quelques tenors « intellectuels » sionistes de la scene mediatique. Ces memes courants philo-sionistes ont ete a l’origine du discours lenifiant des etrangers contre les francais de souche. Depuis que les etrangers ou franco-etrangers osent etre affectes par le sort des palestiniens et critiquer lsrael, nos philo-sionistes change d’epaule et chargent maintenant l’arme contre leurs musulmans. Cette situation helas est sans issue, car la France n’est plus independante politiquement.




    0



    0
    Tout compte fait
    8 août 2016 - 17 h 30 min

    Quiconque a vécu et étudié en
    Quiconque a vécu et étudié en France découvre sur le tard qu’il eut mieux valu pour lui ne rien savoir des Français et de leurs livres. Objectivement, les problèmes que ce Monsieur détaille sont le résultat d’une multitude de Facteurs, le premier est l’histoire impériale française, et son fiasco, le fiasco du christianisme contre l’islam, SURTOUT EN ALGERIE, cas extrême, en accueillant sur son sol les couples relevant de l’islam, mais en errance économique, ou en errance tout court, en ouvrant son école à leurs enfants, sans modifier ses programmes scolaires, en constatant l’évolution démographique sans modifier sa politique étrangère, il s’en suit des réactions violentes, des pathologies, sur lesquels interviennent des manipulateurs malveillants, qui ont pour but de perturber d’avantage les victimes, ce qui donne l’atmosphère actuelle. Il faut avoir vécu de près la France hexagonale pour savoir que les Français étaient et restent un monde malade, même au plus fort de l’abondance c’était un monde qui ne savait pas dire « El Hamdoulillah », toujours mécontents, ajoutez la pression des partis de l’extrême droite, leur constante mise en question de l’étranger, (surtout « L’arabe »), pendant que la population étrangère grossissait, et elle a grossi ! Dans des cités lugubres, asphyxiantes, pathogènes… De quelle « conversation civique » parle ce « philosophe » ? Entre qui et qui ? Encore des plateaux de télévision ? Et animés par qui ? Les Juifs en France ont été les plus forts jusqu’ici, mariant la force de l’argent à la maîtrise de la langue française, ils ont pu évincer de Gauile, neutraliser pour l’avilir la France traditionnelle, mais les Juifs ont un esprit de corps que sont incapables d’avoir ceux qui se disent musulmans, qui sont en fait autant d’individus que de malades, pas forcément au sens péjoratif, mais des êtres en éveil, en apprentissage, vulnérables et manipulables, c’est le second travail de l’Hercule juif, il a évincé de Gaulle, il lui faut neutraliser « L’arabe », « Le musulman »,… Conversation civique : Une belle trouvaille ! Entre qui et qui ?




    0



    0
      Anonymous
      8 août 2016 - 18 h 04 min

      Quiconque a vécu et étudié en
      Quiconque a vécu et étudié en France découvre sur le tard qu’il eut mieux valu pour lui ne rien savoir des Français et de leurs livres. …………………………………………………………………………… Je partage. On s’en rend compte quand on se met a lire des livres d’autres langues. L’excellence a la francaise est souvent une posture et une haute idee de soi. On ne vit pas sur la rente indefiniment. En fait, je m’en fiche, puisque j’ai sauve ma peau du brain-washing francais.




      0



      0
      anonyme
      8 août 2016 - 21 h 38 min

      eh ben dis donc vous doutez
      eh ben dis donc vous doutez de rien vous alors! hu-mi-li-té!




      0



      0
        Anonymous
        9 août 2016 - 4 h 41 min

        Il dit vrai : « La lucidité
        Il dit vrai : « La lucidité est la blessure la plus proche du soleil » René Char. Mais vous avez effectivement le droit absolu de nier, refuser et d’imaginer une réalité confortable de paradis artificiel.




        0



        0
      el milia kvayl
      8 août 2016 - 22 h 02 min

      J’aime beaucoup votre
      J’aime beaucoup votre commentaire, c’est exactement cela….
      J’apprécie algériepatriotique car précisément j’y respire des analyses justes
      J’espere que vous continuerez et d’autres également




      0



      0
      Anonymous
      9 août 2016 - 4 h 37 min

      Il faut avoir vécu de près la
      Il faut avoir vécu de près la France hexagonale pour savoir que les Français étaient et restent un monde malade, même au plus fort de l’abondance c’était un monde qui ne savait pas dire « El Hamdoulillah », toujours mécontents.==================== Oh que oui ! Jamais content, toujours sur la critique. Et jamais sur au final, L’equipe de France gagne en 98, youpi, vous etes francais monsieur Zidane. L’equipe de france fait de mauvais, c’est la faute a qui Bebert ?. S’ils vivaient le 5e de ce que vivent soit les syriens, soit les libyens, ils deviendraient fous. Ils ne s’interrogent pas sur ce bonheur materiel, vole sur le dos des autres nations qu’ils meprisent. Ils ne se posent jamais la question des actes alors que le monde entier est passe sous le scapel de leur magistere moral. Ils ne saisissent pas que l’histoire se termine. Et etre satisfaits des choses sans en demander plus et plus … Ils connaissent pas.




      0



      0
      Marcel
      24 décembre 2016 - 18 h 08 min

      Ça dépend de quel quiconque
      Ça dépend de quel quiconque on parle! Je suis né en France et ce sont les philosophes des lumières qui m’ont donné l’éclairage pour trouver mon chemin, la lecture du Coran ne m’a apporté aucune lumière. Certains quiconque seraient bien inspirés de faire preuve d’un peu plus de modestie.




      0



      0
      Serge Tubal
      24 décembre 2016 - 18 h 14 min

      Belle Algérie patriotique que
      Belle Algérie patriotique que celle où les débats se font masqués. Bonjour, la confiance démocratique!sS99h




      0



      0
    lhadi
    8 août 2016 - 14 h 50 min

    Selon le livre sacré, la

    Selon le livre sacré, la religion musulmane est une religion de tolérance pour les croyants et les incroyants. Si on considère que la laïcité est une émanation chrétienne non ecclésiastique, la religion musulmane n’ayant pas de cléricature, est donc laïque. Par conséquent, la religion musulmane, laïque et humaniste, ne peut engendrer le « courant salafiste » qui veut nous islamiser alors que nous sommes musulmans En vérité, l’islamisme a été fomenté dans les laboratoires Wahhabites pour défendre les citadelles des monarchies arabes. Et du coup, rend service à l’entité sioniste qui voit d’un bon oeil la politique anti sioniste prendre la courbe du « U » inversé.

    Fraternellement lhadi
    (lahdi24@yahoo.fr)




    0



    0
    kenza
    8 août 2016 - 13 h 10 min

    Tout à fait d’accord avec Mr
    Tout à fait d’accord avec Mr Pierre Manent, les musulmans ne doivent pas considérer toute critique comme une marque d’islamophobie. Mais il faut qu’il dise, aussi, aux français et surtout à leurs politiques, qu’ils ne doivent pas considérer toute critique des juifs ou même d’Israël comme une marque d’antisémitisme!




    0



    0
    mouatène
    8 août 2016 - 12 h 59 min

    Monsieur Pierre Manent,
    Monsieur Pierre Manent, bonjour. en vous lisant je me suis senti un peu perdu. je me ressaisi et je retrouve mes esprits, et, je me dis, aller tant pis pour moi et poste toujours la question. qui est la suivante: cher monsieur, ayant lu tant de livres, avez vous lu le Saint Coran ?. lisez le c’est un très bon conseil. je suis certain que vous n’avez ni lu la torah ni la bilble. se documenter c’est toujours bon, sinon pourquoi toutes ses études.




    0



    0
    Diogène
    8 août 2016 - 12 h 30 min

    Monsieur, arrêtez de faire l
    Monsieur, arrêtez de faire l’amalgame entre des mercenaires, des voyous, créés et chouchoutés par les services secrets occidentaux, et l’Islam et les musulmans! Avez-vous remarqué que les musulmans figuraient parmi leurs cibles favorites?Bientôt, il ne restera qu’une poignée de musulmans au Moyen Orient, ce qui faciliterait l’appropriation et le partage de ses ressources. Pourquoi faites-vous abstraction de tous les massacres commis autour du monde au nom de Jésus Christ? Qui sont les terroristes? Nous aussi, nous savons faire la différence entre « Chrétiennistes » ou terroristes chrétiens (du genre KKK, et les néo-nazis en Europe) se réclamant de la pureté de la race blanche et chrétiens. Seulement voila, votre presse, comme la nôtre d’ailleurs, n’utilisera jamais ces termes insensés. Vous avez créer deux monstres, Israël et DAESH, à vous de trouver le moyen de les neutraliser. L’avenir du monde en dépend.




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    8 août 2016 - 10 h 03 min

    De la dictature de la raison
    De la dictature de la raison en occident.
    Les b**ds de Voltaire.
    . Auteur. JOHN SAUL.




    0



    0
      Anonymous
      8 août 2016 - 18 h 17 min

      J’ai lu ce livre de John Saul
      J’ai lu ce livre de John Saul, il est EXCELLENT. Un bijou.
      Voltaire’s Bastards: The Dictatorship of Reason in the West
      Les Bâtards de Voltaire: la dictature de la raison en Occident, Paris, édition Payot,




      0



      0
    Abou Stroff
    8 août 2016 - 9 h 56 min

    soyons radical, c’est à dire
    soyons radical, c’est à dire attaquons nous à la racine du problème pour retrouver son essence. alors nous découvrirons, que, en dehors du problème récurrent du sexe (problème qui occupe quasiment 99% du discours musulman et/ou islamiste), en général et de la femme et de ses rondeurs, en particulier, l’islam en général et l’islamisme en particulier n’ont STRICTEMENT rien à proposer d’original. et je défie tous les idéologues musulmans et/ou islamistes de trouver une idée ou une posture (le problème du sexe mentionné plus haut, excepté) qui caractériserait particulièrement le musulman et/ou l’islamiste ou une société musulmane et qui ferait défaut dans un environnement non-musulman.
    en fait, l’islam, dans son interprétation dominante du moment, reflète l’état d’arriération palpable des formations sociales dites musulmanes. cet islam là est l’idéologie du monde ancien (un monde pré ou proto-capitaliste) qui ne veut pas mourir, monde où l’oppression et la répression de larges couches sociales, reposent sur et sont justifiées par l’oppression et la répression de la femme comme donnée de départ (voir sur ce pont « la psychologie de masse du fascisme » de W. Reich). En effet, Un « moins que rien »-homme qui serait méprisé et opprimé par son maître ou son patron pourrait toujours se consoler en en se convainquant qu’il y a moins que rien, c’est-à-dire les femmes, que lui. Ce monde ancien freine ainsi l’émergence du monde nouveau (le monde capitaliste avec ses valeurs propres, c’est à dire le monde basé sur le travail qui libère, d’une certaine manière, les individus humains) qui ne parvient pas encore à naître.
    moralité de l’histoire: il n’y a aucune possibilité de dialogue entre les idéologues du monde ancien et les idéologues du monde nouveau car, le second ne peut éclore qu’à travers la destruction du premier. il s’agit donc d’une lutte à mort où l’un des deux mondes doit disparaitre. par conséquent, prôner un quelconque dialogue ne peut servir qu’à retarder le moment du « règlement de comptes ».




    0



    0
      brobro
      8 août 2016 - 12 h 35 min

      les questions existentielles
      les questions existentielles sont le propre de l’homme. qu’il ait crée la religion pour apaiser ses angoisses, pourquoi pas?




      0



      0
        Abou Stroff
        8 août 2016 - 15 h 39 min

        brobro, je vous salue! que la
        brobro, je vous salue! que la religion ait été créée par l’homme pour répondre à son angoisse existentielle, je ne puis qu’acquiescer. en effet, l’homme est le seul animal qui sait qu’il va mourir (grâce à la tridimensionnalité du temps humain que provoque le travail). par conséquent, l’homme a tous les droits de s’inventer un Dieu et un au-delà pour affronter, ainsi, sereinement sa mort inéluctable. mais que la religion servent à angoisser, et à décérébrer les hommes (ce que fait, au moment présent, la religion musulmane à travers ses interprétations dominantes), je ne puis que me révolter face à cette posture qui nous (les musulmans) déshumanise et nous réduit à des clones interchangeables tout à fait impotents et stériles face à l’humanisation sans fin de l’être de l’homme. les musulmans sont, de ce fait et au moment présent, hors de l’histoire humaine qui se fait sans eux. par conséquent, je persiste et signe: il y a une lutte à mort entre deux mondes ou deux conceptions du monde. cette lutte est une lutte à mort puisque, contrairement à ce que racontent certains, l’un (le monde ancien qui ne veut pas mourir) des deux mondes doit disparaitre pour laisser place à l’expression féconde de l’autre (le monde nouveau qui ne parvient pas encore à naitre). ce que prône le philosophe me semble donc être d’une naïveté maladive.




        0



        0
    Anonymous
    8 août 2016 - 9 h 17 min

    je ne comprends pas cet
    je ne comprends pas cet interview…on y parle de politique ou de religion ? les chiffre de cnrs démontrent que les musulmans sont totalement intégré, et qu’un nombre infime revendique une pratique…
    ce monsieur ne sait pas de quoi il parle, la simple phrase « l’intégration ne progresse pas » peut être contredite par n’importe quel chercheur sociologue ou démographe…c’est là que j’ai décroché
    je ne comprends pas qu’un monsieur ayant des diplomes et qui semble etre un intellectuel imagine sérieusement qu’un groupe entier confonde critique et racisme ??
    Je ne suis pas contre créer des débats mais bon là…c’est un peu light quand même…
    on confond immigration crise identitaire, pauvreté et religion…
    ceci étant dit c’est très français…il y a des témoignage de guerre de 39 de famille française juive qui ne se savaient plus « israélites » mais qui se sont trouvé déporté…
    on s’en sort pas en fait…c’est une tendance forte en France, les ghettos,




    0



    0
    TheBraiN
    8 août 2016 - 8 h 59 min

    Mr le philosophe !

    Mr le philosophe !
    Les musulmans considéreront pas toute critique comme une marque d’islamophobie le jour ou vous oserez critiquer les juifs et le sionisme !




    0



    0
      Akim
      8 août 2016 - 10 h 42 min

      Très bien dit
      Très bien dit




      0



      0
      Lhaouari
      8 août 2016 - 12 h 03 min

      et moi j’ajouterais sans
      et moi j’ajouterais sans risque de me tromper :  » et ce ne sont pas les arguments ni les raisons prouvés et justifiés qui manquent ! » seulement voilà : La france , des médiats, de la finance, d’une certaine « culture » inspirée de bernard henri levy et autres zemmour, des sarkozy, valls, de la droite réactionnaire surtout ne peuvent pas critiquer le sionisme et les juifs qui le portent à bout de bras, d’abord parcequ’ils se sont trop engagés (sans conditions aucune) à ses côtés, avec cette loi « anti révisionnisme » qui lui reconnait la qualité d’ange POUR L’ETERNITE, malgré les méfaits accumulés depuis Moïse ( que la paix soit avec LUI) jusqu’à demain et après-demain ensuite du fait de la casserole que les français depuis depuis vichy et leur complicité avec les nazis. MAIS LA PLUS GRANDE DES INJUSTICES LES PLUS INTOLERABLES, est que ce sont les musulmans qui paient les méfaits et les tares (les casseroles), des uns et des autres; Cela Mr le philosophe, n’a besoin d’aucune dicertation ni preuve : LE SIONISME, et ceux qui l’écoutent et le soutiennent, ce sont c eux-là LES CREATEURS DE DESORDRES SUR TERRE. SALUT A CEUX QUI ONT LA FOI, l’HONNETETE ET LA JUSTICE AU C OEUR.




      0



      0
        Bemo
        8 août 2016 - 12 h 42 min

        Très bien dit mon frère rien
        Très bien dit mon frère rien n’a rajouter !




        0



        0
    Anonymous
    8 août 2016 - 8 h 53 min

    Pour ma part, je vous
    Pour ma part, je vous suggérerais dire que «Les musulmans ne doivent pas considérer toute critique comme une marque d’islamophobie», non pas au peuple avisé qui lit ce journal, mais à nos hommes politiques qui ont fait de l’Islam un instrument, les uns pour aliéner mentalement les Algériens dès leur enfance et pérenniser ainsi leur pouvoir anti-démocratique, et les autres pour en faire un fond de commerce en vue de conquérir le pouvoir.
    Le seul moyen d’en sortir au plus vite est l’éducatioancen, tant il est vrai que les gouvernants algériens ont, dès le lendemain de l’indépendance, pris soin de clochardiser le corps enseignant en important massivement des marchands de zalabia tout juste capables d’écrire leur nom en arabe.
    Vous déniez que la société française devienne de plus en plus xénophobe et raciste ; une manière comme une autre de ne pas reconnaître les effets dévastateurs que font subir les islamistes radicaux à la société française dans son ensemble.
    A vrai dire, j’aurais préféré que vous vous indigniez devant le comportement ignoble de certains hommes politiques français qui continuent d’entretenir de bonnes relations avec leurs pairs d’Arabie saoudite et de Qatar pour des raisons inavouables d’enrichissement personnel, et ce, en dépit du soutien idéologique et financier que ces pays arabes apportent à ces mouvements extrémistes.




    0



    0
    à étudier
    8 août 2016 - 8 h 38 min

    Assez défendable , pertinence
    Assez défendable , pertinence et cohérence dans les propos .




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    8 août 2016 - 8 h 35 min

    Que serait « La France » sans
    Que serait « La France » sans un étranger à se mettre sous la dent, sans un musulman à malmener !




    0



    0
      Anonymous
      8 août 2016 - 9 h 35 min

      100% d’accord…c’est une
      100% d’accord…c’est une tradition, un vice, une nécessité….en même temps 39.7% du système de santé français fonctionne par le biais de diplômés algériens …bref plus les « immigré » s’intègrent plus il faudra dire le contraire..en même temps valls a bac+2 comme la dame du guichet de la banque…enfin il faut bien s’occuper de quelque chose.




      0



      0
    S.O.S Indigestion
    8 août 2016 - 7 h 19 min

    Monsieur VEUT différer La Fin
    Monsieur VEUT différer La Fin, Monsieur VEUT susciter des distractions, des « conversations civiques », Monsieur VEUT apaiser sa maisonnée, Monsieur a écrit son livre, qui a suscité « un vif débat », Les Syriens qui meurent, les Irakiens, les Libyens, les Sahraouis, les mers qui montent, le climat qui se dérègle, non, non c’est rien tout ça, « ce n’est pas notre sujet », dit-il… Quand une chose est arrivée à sa fin, on ne veut parfois pas y croire, La Laïcité doit être éternelle, alors que, jongle t-il, « D’où la difficulté avec l’islam où la religion est chose éminemment publique. », c’est d’ailleurs, parait-il, Chevènement l’imam el mahdi qui va animer la question sur le territoire français… Il faut avoir l’estomac de l’esprit bien solide, quelle KHALOUTA ! Malgré le réchauffement climatique, ils sont glacés de peur, la peur est parfois un bien, donc ! Ha ! Tout sauf Mohammed à la tête de France. Mieux vaut vivre sans tête, leur murmure le démon. Une vie sans porc, sans pinard, sans femmes et maris infidèles, sans désordres sur Terre, sans invasions, non, vous ne pensez pas !




    0



    0
    HAKIM
    8 août 2016 - 6 h 29 min

    ce qui est en cours les
    ce qui est en cours les intellectuels européens ou juifs et intellectuels dit « musulmans » , de France , d’Algérie ou d’ailleurs ne veulent pas le voir , pourtant il est là , un phénomène têtu ,parce que vrai ,même s’il est souterrain , mais qui agit par pics , un geyser qui remue la conscience universelle , un iceberg dont on ne voit pas la masse qui pousse le tsunami de demain , la révolution spenglerienne qui arrive et dont les signaux sont là .. les intellectuels formés au réflexe messianique séculaire ne veulent pas cette fin de cycle parce que il n’ont pas les outils conceptuels éthiques et philosophiques pour décrire ce qui sera après cette révolution dont ils voient pourtant les prémices .. Pourtant les intellectuels doivent nous renseigner sur ces prémices et leur signification … Ce qui ers en cours c’est la fin du Cycle Abrahamique de la conscience universelle , la Terreur mondial idée du judaïsme juif et de l’Islamisme arabe comme idéologies Sémitiques de domination impériales sont entrain de précipiter ce cours inéluctable de l’Histoire où il ne restera aux peuples non sémitiques que de prendre en main leur destin pour renverser cet Ordre oligarchique totalitaire ou sombrer dans les guerres et l’esclavage .. en Europe et en Amérique , on voit dans la montée de ce qu’on appelle l’extrême droite , l’islamophobie , le souverainisme , la revendication identitaire , une prise de conscience plus profonde et refoulée depuis plus de deux siècles mais qui revient , c’est le règlement de compte des peuples aryens avec le ferment judeocratique ou sémitique de leur civilisation , et que les intellectuelles désignent par euphemisme par l’élément judéo-chrétien , cette tendance lourde et implacable connait une accélération vertigineuse avec l’irruption de l’Islamisme dans les sociétés organiques européennes … dans le monde dit musulman , le phénomène de ce que les anciens intellectuels arabes appellent la Choobia pour réprimer les revendications nationalistes des peuples conquis , a atteint un point de non retour , après 70 ans de Baathisme panarabiste et le panislamisme monarchiste racistes et dictatoriaux qui avaient cru régler la question nationale dans l’Utopie d’un imaginaire magico-messianique et maniaco-dépressif et par la répression et le déni des identités et par la production de la guerre civile , le monde arabo-musulmlan ets arrivé au bout de sa crise historique dans la tragédie d’une réactualisation d’un désir refoulé califale morbide qui indique très bien la momification et la putréfaction de la culture Abrahamique transformée en Totems théologiques qui ne produisent que la Terreur et la barbarie , fatalement les peuples vont trouver la voie de leur survie , et de leur libération et la question de l’éradication de l’Idéologie Sémitique par le renversement de la puissance impériale israelo – arabe ( saoudienne ) à l’échelle universelle , s’accomplira par la jonction des trois continents dans une révolution dont le premier champ de bataille est en cours au Moyen Orient




    0



    0
      Kenza
      8 août 2016 - 20 h 41 min

      Ce qui est en cours? moi je
      Ce qui est en cours? moi je le résume en un mot: MONDIALISATION!




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.