Une version papier de textes fondateurs de la République éditée en Tamazight

La Constitution amendée en février 2016 est disponible en version amazighe. D. R.

La version papier de textes fondateurs de la République algérienne traduits vers Tamazight vient d’être éditée dans un document spécial sous forme de cahier.

Coédité par le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA) et Algérie Presse Service (APS), le document de 90 pages, comprend les textes traduits vers Tamazight la Déclaration du 1er Novembre 1954, la Plate-forme du Congrès de la Soummam du 20 août 1956 et la Constitution algérienne de 2016.

Subdivisé en trois chapitres, le document, transcrit en caractères latins, se base sur les textes originaux traduits vers Tamazight.

Ce document, en quadrichromie, comprend «Tighri n wember 1954 (la Déclaration du 1er Novembre 1954), Tigheryent n Ssumam (Plate-forme du Congrès de la Soummam) et «Tamendawt» (la Constitution).

En plus d’une affiche grand format de la Déclaration du 1er Novembre 1954 en Tamazight, le document est accompagné d’un support sonore (CD) comprenant un enregistrement en Tamazight de la Déclaration du 1er Novembre.

Le HCA avait organisé en juillet dernier un atelier au siège de l’APS sur la traduction vers le Tamazight des textes fondamentaux de l’Etat algérien.

La Constitution amendée en février 2016 est disponible depuis le mois de mai 2016 en version Tamazight, sous format papier et numérique.

La version numérique est visible sur les sites web du HCA et de l’APS.

La version papier de la Constitution en Tamazight comprend 218 articles, repartis en onze chapitres sur 45 pages, de la Loi fondamentale amendée en février 2016.

R. N. 

Comment (6)

    Anonymous
    20 août 2016 - 8 h 45 min

    Garder ses traditions ,sa
    Garder ses traditions ,sa langue régionale ne m’a jamais dérangé au contraire c’est une richesse,je voulais simplement dire que l’Algérie est indivisible et que tout le monde fait partie de ce pays avec un seul drapeau.




    0



    0
    Prolétaire
    20 août 2016 - 7 h 34 min

    Quand l’Histoire bégaie, en

    Quand l’Histoire bégaie, en Algérie, elle baille, signe d’un profond sommeil éternel qui la guette. Ainsi, sous les auspices du Commissariat bien policé à l’Amazighité, vient d’être édité le premier document officiel en langue tamazight. « Coédité par le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA) et Algérie Presse Service (APS), le document de 90 pages, comprend les textes traduits vers Tamazight la Déclaration du 1er Novembre 1954, la Plate-forme du Congrès de la Soummam du 20 août 1956 et la Constitution algérienne de 2016. », dixit AP.
    Concocté par des Commissaires armés de la légitimité conférée par l’État policier algérien, ce document sacré en langue de Massinissa comprend ainsi trois grands chapitres de l’histoire de l’Algérie. Paradoxalement, la publication de ces textes en tamazight interviennent au moment où la pérennité de l’Algérie est compromise.
    Comme si, dans un sursaut de survie, le pouvoir tentait de se racheter une virginité en renouant avec les sources berbères appelées à la rescousse pour ressouder un peuple en perte de confiance identitaire. Et ainsi redorer son blason élimé, à bon compte.
    Ironie de l’histoire, cet État, qui a toujours marché sur la tête en piétinant les droits des Algériens ( mais eux toujours sur leurs pieds pour l’affronter), entreprend des initiatives politiques salutaires qu’il aurait dû prendre à la naissance du pays, dès l’indépendance. Or, on sait ce qu’il est advenu. Durant plus d’un demi siècle, il s’est acharné à pourchasser et à emprisonner tous les Kabyles en lutte pour la reconnaissance de l’identité berbère de l’Algérie, et l’officialisation de leur langue. S’il se résout aujourd’hui à publier des documents en tamazight, ce n’est pas par un amour sincère de la berbérité mais par tactique. Englué dans une crise économique sans précédent, ce pouvoir aux abois, faute de solutions concrètes pour sortir le pays de la misère, tente d’endormir le vrai peuple par des mesures artificielles sans grande portée sur leurs conditions de vie. Pour preuve des intentions manoeuvrières de ces dirigeants ennemis de l’Algérie, au lieu de traductions en tamazight d’ouvrages scientifiques ou littéraires propices à l’enrichissement intellectuel et culturel des Algériens, ils nous livrent une énième livraison de lectures soporifiques sur la révolution algérienne. On sait que la Révolution algérienne fut exemplaire et les Moudjahidines, hommes dignes. Mais, de grâce, laissons les morts reposaient en paix. Et occupons – nous des Algériens de notre temps enterrés vivants par la faute de ces fossoyeurs de la révolution installés par la force au Pouvoir.
    Si traduction il doit il y avoir, c’est d’une traduction en justice de ces mafieux du gouvernement. Et celle-ci aura besoin de la participation de tous les authentiques et sincères algériens opprimés, exploités, brimés, bridés. Et notre révolution conte ce régime se fera en arabe, en tamazight, en français, et en toutes les langues.




    0



    0
    Anonymous
    19 août 2016 - 6 h 12 min

    Même en marbre ils peuvent
    Même en marbre ils peuvent écrire l’Algérie ne changera jamais .l’Algérie appartient à tous les Algériens quelque soit leurs régions.




    0



    0
      Algérien
      19 août 2016 - 11 h 18 min

      Avec des gens comme toi, c
      Avec des gens comme toi, c’est sûr que l’Algérie ne changera pas. On reste toujours dans la politique des caniveaux, dans la haine de l’autre et l’adulation de soi. Penses-tu qu’avec avec ton petit message mal inspiré tu feras une révolution ! pauvre toi.
      Tamazight est déjà inscrite dans les coeurs elle n’a pas besoin d’être sur le marbre. En imposant l’arabe dans toute l’algérie et excluant les autre cultures et langues on ne fait que la division de cette nation si chère à chacun.




      0



      0
      algerien pur et dur
      19 août 2016 - 17 h 39 min

      Rien ne retient ceux qui
      Rien ne retient ceux qui denient a l’algerie ses origines amazighes. Rentrez chez ce que vous croyez etre chez vous en arabie teyhoudite et surtout ne revenez pas. Il parait qu’ils ont besoin de mercenaires pour leur sale guerre au yemen. PS. Rien n’est pire qu’un berbere arabise.




      0



      0
        anonyme
        20 août 2016 - 9 h 58 min

        bien envoyé ! ces gens n
        bien envoyé ! ces gens n’arrêtent pas de nous importer des us et coutumes d’orient et d’ailleurs et parasitent l’expression de notre propre culture , un colonialisme pur et dur!




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.