Amar Belani répond aux «supputations incongrues» du journal américain Politico

Federica Mogherini avec Abdelmalek Sellal et Amar Belani. D. R.

L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles a adressé une mise au point à Politico, suite à son article sur les scénarii envisagés par l’Union européenne en Algérie. «La relation durable et structurante qu’entretient l’Algérie avec l’Union européenne dans le domaine de l’énergie est de nature éminemment stratégique et elle se place assurément au-dessus des supputations subjectives et incongrues puisées auprès d’une source européenne, réputée proche du dossier et qui a, bien entendu, préféré le confort bien commode de l’anonymat», note Amar Belani dans sa réponse au journal américain. «Balayant d’un revers de main ces incongruités spécieuses, tout comme l’énormité risible et fantasmatique d’une Algérie qui pourrait se retrouver sous la coupe de Daech ou d’Al-Qaïda, je puis vous assurer que le gouvernement algérien négocie au mieux des intérêts bien compris du peuple algérien dans le cadre d’une relation forte avec l’UE», a précisé l’ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Cette relation entre l’Algérie est l’Union européenne est «basée sur l’équilibre des intérêts» et «contribue substantiellement à la sécurité des approvisionnements en énergie de l’UE en contrepartie de la garantie pour l’Algérie de ses parts de marché et la rentabilité de lourds investissements qu’elle consent à cet effet», a encore souligné Amar Belani dans la mise au point dont Algeriepatriotique détient une copie.

L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles a fait remarquer que «le partenariat fiable entre l’Algérie et l’UE dans le domaine de l’énergie a connu de nouveaux développements qualitatifs depuis la signature du mémorandum de juillet 2013». Ce partenariat «se caractérise par l’intensité et la régularité des échanges de haut niveau à l’entière satisfaction des deux parties, comme en témoignent les propos tenus par les hauts responsables européens sur la réussite du Forum d’affaires Algérie–UE dans le domaine de l’énergie que la capitale algérienne a abrité en mai dernier et qui a regroupé plus de 500 entreprises européennes et algériennes», a ajouté Amar Belani. L’ambassadeur a mis en exergue la «profondeur» et la «régularité» de cette coopération qui «s’est illustrée encore récemment par le déplacement à Bruxelles, du 11 au 13 juillet dernier, de dix-huit experts algériens du secteur de l’énergie pour examiner avec leurs homologues européens les voies et moyens en vue de consolider cette relation stratégique à long terme».

En guise de conclusion de cette brève mise au point, Amar Belani a rappelé au journal américain «la dernière déclaration du Commissaire européen à l’énergie et au climat, M. Miguel Arias Canete, dans laquelle il qualifie l’Algérie de «partenaire de tout premier plan pour l’Union européenne», ajoutant que «le partenariat stratégique entre les deux parties est un partenariat fort, fondé sur la confiance réciproque et l’intérêt mutuel». M. Miguel Arias Canete a, d’ailleurs, fait part du souhait de l’Union européenne de «développer [ce partenariat] encore davantage et l’inscrire dans le long terme», a encore rappelé Amar Belani.

Sarah L.

Comment (18)

    Zakaria
    21 août 2016 - 13 h 27 min

    J’ai déjà intervenu lors d’un
    J’ai déjà intervenu lors d’un article publie par AP concernant les relations de la France et de Bouteflika et j’ai explique pourquoi les Français laissent tomber le président algérien et son clan.
    L’une des causes avancées était que le régime Bouteflika présente un danger réel pour la stabilité de l’Algérie, plus grand voisin de l’Europe, dans la rive Sud de la méditerranée. Alors imaginez quelles seront les Conséquences sécuritaires, économiques et politiques pour l’Europe que représente une Algérie déstabilisée ?
    Les preuves que la France laisse tomber Bouteflika ( après l’avoir bien pressé comme un citron bien sur), c’est le comportement de la classe politique française de gauche comme de droite (Sarkozy et Valls) à travers leurs déclarations vis-a- vis de l’Algérie, l’humiliation de Bouteflika par les moyens que connaissent tous les Algérien. Donc l’écrit du journal américain concernant la position de l’Europe vis-à-vis du pouvoir de Bouteflika est une réalité.




    0



    0
      Amitou
      23 septembre 2016 - 20 h 30 min

      Pour respecter la
      Pour respecter la constitution Algerienne,preparez vous Monsieur Zakaria et annoncez votre candidature ,vous ferez peut etre mieux que Bouteflika,qui a ramene la paix et la securite aux Algeriens.
      L algerie vous depasse et depasse tes chouchous les deux immigres,le hongrois Sarkosy et l espagnol Valls qui a obtenu sa nationalite francaise en 1982.




      0



      0
    algeriennumide
    20 août 2016 - 15 h 29 min

    Dès que j’ai lu l’article de
    Dès que j’ai lu l’article de politico j’ai compris que BOUTEFLIKA DÉRANGE L’OTAN donc Israël




    0



    0
    Anonymous
    20 août 2016 - 12 h 42 min

    ….dans laquelle il qualifie
    ….dans laquelle il qualifie l’Algérie de «partenaire de tout premier plan pour l’Union européenne», ajoutant que «le partenariat stratégique entre les deux parties est un partenariat fort, fondé sur la confiance réciproque et l’intérêt mutuel». M. Miguel Arias Canete a, d’ailleurs, fait part du souhait de l’Union européenne de «développer [ce partenariat] encore davantage et l’inscrire dans le long terme», a encore rappelé Amar Belani.

    QUEL PARTENARIAT?
    ILS SUCENT LE PAYS




    0



    0
    les damnes de la terre
    20 août 2016 - 11 h 32 min

    Ce que disent les europeens n
    Ce que disent les europeens n est pas nouveau.ils sont des visionnaires et leur seul souci c de voir leur europe prospere .Le duel de l europe d aujourd hui et de demain c comment contrecarer les Usa.C vrai qu il y a blocage ,et je dirais meme plus que ca,avec ce regime mis en place depuis 1999.N a t on pas vu des investisseurs nationaux se plaignant des entraves multiformes que subissent quotidienement ces algeriens dont leur seul tort est d investir ds leur propre pays au lieu d aller en afrique,rn europe ou en amerique latine.Le mot de la fin: ce que disent les europeens nous l avons exprime,il y a trop longtemps.WALAM TAJID ADHAN SAGHIA.




    0



    0
    Rak kbir
    20 août 2016 - 9 h 28 min

    À toi oueld echaab , c’est
    À toi oueld echaab , c’est toi l’élite !!!! C’est toi la clé de notre réussite. Vive oueld echaab ton analyse est objective , oueld echaab le sauveur.
    Un jour un algérien à dit on est tous des mécaniciens! Ouraaa…..




    0



    0
    Aguellidh
    20 août 2016 - 7 h 36 min

    Il y a un melange dans
    …LA situation energetique dans les agendas des sanguinaires politicians occidentaux est tres serieuse et ILS ne laisseront l’Algerie tranquille. Alors faire une mue dans LA competence eviter des responses incongrues aux questions serieuses.




    0



    0
    Oueld echaab
    20 août 2016 - 6 h 01 min

    À l’ignorance vous ajouter la
    À l’ignorance vous ajouter la suffisance, c’est bien la les principales caractéristiques des décideurs qui ont en mains l’Algérie, ainsi que celles plus exacerbées de leurs entourages. Il ne s’accrochent, conservent et se reproduisent à la tête du pouvoir politique que pour la prepande, ayant tous préparer leurs arriérés en élisant domicile principal à Monaco, Neuilly, Madrid, etc. Ils y envoient d’abord leurs rejetons, leurs sous volés à ce pauvre pays, ensuite eux mêmes quand leurs complices d’hier, les rejettent des cercles de décisions.

    Rouh ya bladi rouh !




    0



    0
    anonyme
    20 août 2016 - 6 h 01 min

    M. Ambassadeur,

    M. Ambassadeur,
    L’Union Européenne a tout obtenu des autorités Algérienne.
    L’Union Européenne a bien profité de la faiblesse du pouvoir en place.
    Voila la réalité M. Ambassadeur, il y avait personne de compétente pour défendre les intérêt de l’Algérie et les Algériens.




    0



    0
    Poli
    20 août 2016 - 5 h 51 min

    Politicomplot
    Politicomplot




    0



    0
    politicoco
    20 août 2016 - 0 h 21 min

    politico ???

    politico ???
    je crois qu’ils sont une douzaine de journaleux …
    mais là à répondre à leurs hameçons ….on aurait pu éviter de descendre à ce niveau …
    je veux dire que ce n’est pas le washington post !!!




    0



    0
    Oueld echaab
    19 août 2016 - 21 h 01 min

    J’ajoute, MR L’ambassadeur,
    J’ajoute, MR L’ambassadeur, que depuis les débuts de la désorientation coupable des institutions politiques actuelles à la tête du pays en 1999 en direction des prédateurs notoirement accusés au début des années 1980, aucun responsable politique ne s’est publiquement démarqué en, par exemple, démissionner en expliquant son geste. Tous, sauf un qui s’est indirectement excusé en publiant un ouvrage, aujourd’hui indisponible et largement inconnu, tous donc, se sont tus. Ils ont en tous rajouter en flagornerie et bassesses indignes d’un pays comme l’Algérie avec sa glorieuse histoire contemporaine menant à 1962. Ils ont tous continuer la flagornerie au détriment de la construction de l’État moderne, celui ou ce sont les institutions et une justice indépendante qui dirigent et veillent à l’intérêt collectif et non les individus quel que soit leur rang ou leur fonction. Ils ont continuer à user de bassesses et de flagornerie indignes en 2005, et plus encore depuis 2013 et le Val de Grâce, à ce jour.
    Voilà les vrais questions à posée et résoudre si on considère que le sens politique et les sacrifices du 20 Août pour l’édifice d’un État moderne indépendant qui survive aux hommes quels qu’ils soient, ne soient pas effacées à jamais.

    Rouh ya bladi rouh ! Yalaabou bik edhrari oua guaouaou ellaab !




    0



    0
    Anonymous
    19 août 2016 - 20 h 03 min

    Ils n’arriveront pas a
    Ils n’arriveront pas a comprendre. Les verrous ont saute, on s’en fout de leurs rapports, on les croit pas. On a compris leur chantage bidon. Aucune credibilite. Vous passez votre temps a critiquer l’Algerie, car la survie europeenne s’y joue aussi . On fera comme Poutine : fin de non-recevoir. Ca va se passer comme on le veut nous. Pas a vos ordres.




    0



    0
      Anonymous
      20 août 2016 - 5 h 25 min

      Ne soit pas ridicule l
      Ne soit pas ridicule l’algerie ce n’est pas la Russie
      Pour info la Russie =VETO ARMEMENT (USINE) FORCE NUCLÉAIRE L’ALGERIE RIEN DE TOUT CA




      0



      0
        Anonymous
        20 août 2016 - 10 h 25 min

        C’est ce que tu dis. Personne
        C’est ce que tu dis. Personne ne sait ce qui se passe en Algerie, c’est aussi sa force son opacite. Sans son opacite aux regards exterieurs, l’Algerie serait aujourd’hui le liban, l’afghanistant, l’irak, la syrie et la libye reunis.




        0



        0
    Farida
    19 août 2016 - 19 h 51 min

    C’est nul.
    C’est nul.




    0



    0
      zak
      20 août 2016 - 9 h 37 min

      Oui, c’est vraiment nul
      Oui, c’est vraiment nul




      0



      0
    Oueld echaab
    19 août 2016 - 19 h 27 min

    Mr l’ambassadeur, l’UE
    Mr l’ambassadeur, l’UE prévoit pour protéger et défendre les intérêts de son système économique communautaire. Un travail banal et courant de prospective politique international. Politico fait également son travail banal d’information des élites US.
    Et nous, Mr? Sinistre Après sinistre, aucune élite n’apparaît pour réorienter, corriger, percevoir!
    À une economie sous la coupe de corrompus notifiés internationalement dénoncés, s’ajoutent une école et université destructrices et prises par un effet de ciseau par une matrice politico_ideologique conservatrice attardée antiterroriste et génératrice du terrorisme islamique, s’ajoute une justice administrée au profit des clans maffieux à la tête du pouvoir et dominant toutes les institutions. La question posée en 1962 déjà reste d’une terrible actualité: Ou vas l,Algérie?

    Rouh ya bladi rouh !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.