Ecole : l’arme des islamistes

Par Kamel Moulfi – Le MSP d’Abderrezak Mokri annonce l’intention des islamistes de tout faire pour conserver leur monopole politique et idéologique sur l’école, établi depuis de longues années et qu’ils estiment sérieusement menacé actuellement par l’action de la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit. Ils essaient, par leur propagande mensongère, de faire croire que la bataille de l’école menée par la ministre et les forces sociales et politiques qui la soutiennent porte non pas sur la sortie de la médiocrité, mais sur l’abandon de l’identité nationale, sous-entendu arabité et islamité.

Sur cette base, le MSP compte ainsi mobiliser un «front national uni» pour faire barrage aux réformes envisagées par la ministre (voir l’article d’Algeriepatriotique). Dans leur offensive incessante contre Mme Benghebrit depuis sa nomination au gouvernement en 2014, les islamistes ont utilisé différents angles d’attaque qui ont pour source commune les questions essentielles d’identité, que sont la religion et la langue nationale, allant jusqu’à la caricature, puisqu’ils l’ont accusée, au départ, à titre personnel, d’être d’origine juive avant d’abandonner ce grossier prétexte pour se concentrer sur le contenu des programmes et soulever le fameux problème de la derdja (langue arabe parlée) que des experts ont recommandé d’utiliser dans les tout premiers moments de l’apprentissage scolaire.

Puis ce fut l’affaire de la fraude massive à la session de mai du bac 2016, agrémentée de futilités montées en épingle par les islamistes. Aujourd’hui, une nouvelle année scolaire commence, une année d’épreuves pour Nouria Benghebrit. Tout dépendra, non pas de son courage et de sa détermination qui ne sont plus à prouver, mais de la capacité de la société algérienne à résister et à s’engager dans la démarche de modernisation en cours.

Les jours qui viennent permettront de savoir quel impact réel a eu l’agitation fébrile des islamistes sur le corps enseignant et sur les parents d’élèves et quelle influence ils ont encore, d’une façon plus globale, sur la sphère de l’éducation, principalement sur les fonctionnaires et cadres du ministère dont le comportement a été jusqu’alors ambigu dans la mise en œuvre, toujours incomplète, des mesures recommandées par la commission nationale chargée de la réforme du système éducatif, installée en 2000.

K. M.

Comment (20)

    Quenelle
    10 septembre 2016 - 18 h 03 min

    « Dieu est notre but, le
    « Dieu est notre but, le Prophète notre chef, le Coran notre Constitution, le Jihad notre voie, la mort pour Dieu notre désir le plus cher. » est le credo des Frères musulmans.
    Partant de là, les modernistes doivent apprendre à se battre au coude à coude avec ces primitifs médiévaux qui ne sauront jamais comment le reste du monde fonctionne et avance.
    A l’Etat de se montrer inflexible .




    0



    0
    Slam
    5 septembre 2016 - 11 h 40 min

    détrompez-vous !
    Le Fond du problème n’a rien à voir avec la langue mais plutôt avec la méthode d’enseignement !
    Vous pouvez enseigner en anglais,en arabe, en tamazight et même en suedois mais si la méthode consiste a fabriquer des beni oui-oui qui récitent par coeur au lieu de forger des consciences qui raisonnent et réfléchissent, le resultat sera le même ! Vous aurez un peuple débile qui croira aux charlatans et qui refusera la science et l’Esprit critique deviendra Haram.
    Les islamistes ont bien compris la problématique : Pour fabriquer un troupeau de moutons il faut les gaver de Tarbiya Diniya jour et nuit, a l’école et à la mosquée. Il faut gaver ce peuple de Hadiths et lui inculquer à la base la peur de Dieu afin de l’empêcher de réfléchir et de créer. Il faut lui remplir ensuite son kerch et le peu de neuronnes qui lui restent par des produits importés par les trabendistes islamistes qui monopolisent le marché de gros. Les innovations technologiques, la recherche fendamentale, on s’en fout ! On va tout importer. L’essentiel est de réciter le coran et les hadith par coeur et surtout d’obéir à nos Emirs de la médiocrité. C’est le peuple idéal pour le projet islamiste.




    0



    0
      W19 - TP
      5 septembre 2016 - 14 h 35 min

      Oui !
      Nous avons deux defis : resoudre la question linguistique et vous avez totalement raison les methodes d’enseignement sont a revoir. La repetition et la memorisation comme seules methodes d’enseignement est un travail d’abrutissement. Il faut voir le travail remarquable de Montessori, Emmi Picklers Alice Miller. Et, en effet, pour etudier l’histoire algerienne depuis un temps certain, nous sommes objectivement le peuple ideal pour un laboratoire de terreur. La decennie noire a ete ce laboratoire de terreur.. La raison est l’acculturation de la population quant a a sa vraie histoire et sa depersonnalisation en raison des traumatismes historiques (Frantz Fanon).




      0



      0
    HAMOUDI
    4 septembre 2016 - 13 h 41 min

    Laa mithak, laa doustour, elhal doulaa islamya
    Je pense, comme l’ont déjà dit certains internautes, qu’il est impossible de parler ou de chercher un compromis politique ou quoi que se soit, avec les islamistes (qu’ils soient modérés ou pas) ou bien ce qu’on appelle les partisans de l’arabo-islamistes salafo-djihadistes en général ! Je pense que c’est de la perte de temps car le seul objectif de ces individus, leur seul projet politique, leur seul voie, leur seule aspiration, leur seul finalité, leur seul rêve, leur seule vocation se résume dans cette phrase, ce slogan des Frères Musulmans (FM) de Hassan El Banna l »Égyptien , que je répète souvent car c’est vraiment leur seule marque de fabrique,leur identifiant, leur IP ou leur SSID :

    « Dieu est notre but, le Prophète notre chef, le Coran notre Constitution, le Jihad notre voie, la mort pour Dieu notre désir le plus cher. »

    Tout le reste leur parait dérisoire et sans importance ! S’ils pouvaient transformer l’école en lieu d’apprentissage et de récitation par cœur du Coran exclusivement, eh ben ils n’hésiteront pas à le faire et sans aucun scrupule !

    Donc, çà ne sert à rien de chercher un compromis. Il n’existe pas ce compromis avec eux et malgré toutes les bonnes volontés politiques. C’est sûr et établi , ils n’accepteront ….. aucun compromis !




    0



    0
      Anonymous
      4 septembre 2016 - 20 h 07 min

      Ils ne sont pas Dieu. Leur
      Ils ne sont pas Dieu. Leur intransigeance n’est pas notre problème.




      0



      0
    lhadi
    4 septembre 2016 - 11 h 45 min

    s’affranchir de la digression
    L’l’illusion est une puissance du leurre, de l’apparence. Elle entre dans cette attitude de voir la réalité telle qu’on voudrait qu’elle soit, non ce qu’elle est. Ce manque d’exigence, de pragmatisme entraine une tromperie à l’égard de soi et des autres. Dans le cas de l’illusion, l’épreuve de la réalité est nécessaire et utile pour détromper celui qui en est victime En lisant l’éditorial, il est très aisé de constaté le panégyriste très dominant de l’auteur qui s’illusionne et illusionne autrui. L’illusion ne fait pas long feu face à la réalité. Madame la ministre de l’éducation nationale n’est pas à la hauteur de la noble mission qui consiste à placer l’éducation nationale sur les rails de l’excellence. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    TheBraiN
    4 septembre 2016 - 9 h 51 min

    1-Les islamistes font de la
    1-Les islamistes font de la politique et donc ne vont pas rater cette occasion en or offerte par Benghebrit pour se refaire une santé et tenter de bénéficier d’une redistribution des cartes , c’est de bonne guerre mais ça peut malheureusement faire très mal .
    2-La Derdja à l’école ce n’est pas un prétexte mais une catastrophe annoncée et je vous défie de trouver le moindre état (ou même république bananière) ayant osé franchir ce pas .
    3-Les fraudes massives du BAC 2016 auraient du pousser la ministre à démissionner au lieu de victimiser .
    Les complots de ce genre ont plutôt été le fait des « amis idéologiques » de la ministre qui ont « fuité » les sujets en 1991 (ou 1992) pour faire partir un ministre qui a eu l’idée (malheureuse pour ces francophiles) de remplacer le Français par l’Anglais comme seconde (et pas première) langue de l’enseignement .
    4-Que veut dire modernisation ?
    Personne ne répondra , j’en suis sur !




    0



    0
      Anonymous
      4 septembre 2016 - 14 h 49 min

      Les islamistes, la chair a canon des sionistes
      Nous savons que les islanistes sont votre chair a canon sale soniste. Degage !




      0



      0
        TheBraiN
        4 septembre 2016 - 16 h 22 min

        MDR
        Il ne manquait que ça !
        On m’a déjà accusé de tout et n’importe quoi sauf ça !
        Bravo et merci !
        TheBrain …sioniste !!
        MDR




        0



        0
      djafar
      4 septembre 2016 - 16 h 09 min

      reponse
      dans tous les pays arabes, les peuples parle le dialecte. en Egypte à l’école l’enfant dira za à la place du dha, il appellera un pont cararé. en arabie saoudite l’enfant ne dira jamais ق mais ga. aucun pays n’enseigne en langue académique. par ailleurs dans tous les pays arabes on, enseigne les sciences en langue étrangère (anglais ou français). la guerre n’est pas celle du msp, elle est celle des etats unis qui en veulent à l’Algérie d’etre la qibla des révolutionnaires. tu dois suivre tes freres aînés d’arabie saoudite et tu seras une metastase arabe, ils t’insulteront quand ils veulent pour te traiter de non arabe monsieur. l’égyptien sait qu’il est descendant es pharaons et fière de l’être




      0



      0
        TheBraiN
        5 septembre 2016 - 8 h 51 min

        Il y a une différence entre
        Il y a une différence entre un dialecte et une langue !




        0



        0
          W19 - TP
          5 septembre 2016 - 15 h 31 min

          La langue a toujours ete un
          La langue a toujours ete un dialecte qui a vaincu un autre dialecte institutionalise. L’arabe est ne du nabateen. L’hebreu a survecu pendant que l’arameen a presque disparu. La qualite de la langue arabe c’est son injonction a utiliser l’arabe coranique lors des rituels (prieres, lecture du texte, etc). L’allemand s’est organise 2 fois au contact de l’alphabet latin par deux fois avant la chute de Rome. La disparition de la langue arabe n’est pas pour demain, ni l’arabe classique. Les chinois, les bosniaques, les tchetchenes, les berberes passent par la langue arabe. Les meilleurs gardiens de la langue arabe ne sont pas dans les pays arabes, ce sont les musulmans non-arabes




          0



          0
      hodni
      4 septembre 2016 - 18 h 56 min

      la dardja
      A TheBraiN en guise de reponse
      toutes les langues ont pour origine la langue maternelle ou dardja
      les pays ? la chine le japon le Vietnam la Corée du sud la Russie l’Iran la Turquie
      meme le français dont l’origine et le latin vulgaire alors basta




      0



      0
        TheBraiN
        5 septembre 2016 - 8 h 49 min

        Derdja dites-vous ?
        La Chine a plus de 2 000 Derdjas (dialectes) , vous croyez que le gouvernement Chinois va faire des programmes scolaires en 2000 versions dialectales ?
        Et en parlant de la France , qui est à l’origine de cette « trouvaille » de Benghebrit ,pourquoi ce pays ne commence pas lui-même à appliquer cette « règle » et à obliger ses écoles à assurer les cours pour chaque élève dans sa « langue maternelle » qui peut être l’arabe dialectal Oranais , le Serbo-Croate , le berbère chleuh ou le Wu de Shangai ???
        Ce qui est drôle et dramatique , à la fois, c’est que ce sont des soit-disant « élites modernes » qui avancent et soutiennent de telles inepties .




        0



        0
          W19 - TP
          5 septembre 2016 - 14 h 21 min

          Erreur !
          Comparer les choses incomparables ne menent pas loin. En Algerie, il y a une derdja. C’est plus gerable, vous en conviendrez… Ce n’est pas la France qui est a l’origine de cette trouvaille mais bel et bien d’Algeriens/Algeriennes qui ont a la fois recemment sollicite Benghebrit sur cette question et aussi d’Algeriens/Algeriennes qui ont ecrit dessus depuis tres longtemps… Car la solution se trouve dans la resolution de l’insecurite linguistique creee par la colonisation francaise (on passe de 80 pour 100 d’alphabetises en 1830 a 93 pour 100 d’analhabetes en 1962). La France a, au contraire, interet que cette question linguistique ne soit jamais resolue afin de permettre sa manipulation des forces en jeu sur ce sujet precis. D’un cote elle suggere que les francophones sont tous des pro-francais et de l’autre son sutien des forces islamistes n’est plus a prouver. Au contraire la France a interet a ce que la question linguistique ne soit pas resolue pour garder la societe en conflit interne. Les autres pays qui ont interet a la casse de l’algerianite sont : l’egypte, l’arabie saoudite, le qatar pour empecher une emancipation intellectuelle et politique de ce qu’ils pensent etre leur pre-carre.

          Lisez ces livres et vous decouvrirez le traumatisme de l’insecurite linguistique. Penser passe par la langue. La depersonnalisation evoquee par Frantz Fanon est encore d’actualite.———————————————————–

          1967 – ABDELMALEK S.: Bilinguisme et éducation en Algérie, Mouton, Paris. ———————————————–
          1995 – TALEB IBRAHIMI K., Les Algériens et leur(s) langue(s), Alger, El Hikma.———————————————-
          1997 – Marouf, Nadir et Carpentier Claude (dir.) : Langue, Ecole, Identités.- Paris, L’Harmattan. ————————-
          1999- BENRABAH M., 1999, Langue et pouvoir en Algérie. Histoire d’un traumatisme inguistique, Paris, Séguier.–
          2000 – Maougal, Mohamed-Lakhdar : Langages et langues entre tradition et modernité.- Algérie, Marinoor.———-
          2003 – DOURARI A., Les malaises de la société algérienne d’aujourd’hui. Crise de langues et crise d’identité, Alger, Casbah, 2003—————————————————————————————————————————-
          2004 – ASSALAH S., plurilinguisme et migration, éd L’Harmattan, Paris. ——————————————————–




          0



          0
          TheBraiN
          5 septembre 2016 - 14 h 41 min

          pas complètement faux
          1-Rien qu’en Algérie il y a plus d’une dizaine de derdjas (arabophones ou berbérophones ou un mélange des 2 ).
          2-Je vous rejoins totalement sur l’alphabétisation du peuple Algérien en 1830 en y ajoutant l’analphabétisme du peuple Français à cette même époque .
          3-Je n’ai jamais dit que les Francophones (dont je fais partie) étaient tous pro-Français .
          4-Les pays que vous citez (et auxquels nous n’avons rien à envier soit-dit en passant) devraient tous être dans notre « zone d’influence » et servir de marché à nos entreprises .

          Pour en revenir à la Derdja , ou aux Derdjas expliquez-nous donc comment ferait un enseignant kabyle que le destin aura emmené à Oran pour apprendre à ses élèves dans une derdja qu’il ne connaît pas lui qui maîtriserait à peine quelques mots d’arabe ….Algérois ?

          Et concernant ces Algériens qui ont « conséillé » cette absurdité à la ministre ils n’ont rien inventé du moment que ce genre de « demandes » a existé de tout le temps dans des pays tels que l’Egypte , le Liban ou la Syrie .

          Il y avait même un intellectuel Libanais qui proposait de créer une langue Libanaise avec la derdja Libanaise transcrite en caractères latins .

          Et , à propos de caractères latins , je suis sur et certain que ceux qui « revendiquent la Derdja » revendiquent aussi sa transcription en caractères latins !




          0



          0
          W19 - TP
          5 septembre 2016 - 15 h 24 min

          Je pense Algerien
          The Brain, j’ai suivi cette affaire depuis le debut. Benghebrit ne veut pas de la Derdja dans l’ecole primaire ou le college ou le lycee. Non. L’idee du derdja dans le jardin d’enfants (prescolaire) plus la 1iere classe du primare vont permettre a l’enfant de faire une transition douce entre le parler de la maison (le seul qu’il connaisse) et l’arabe academique qu’ils pourront aborder vers l’age de 8 ans une fois le choc de la scolarisation digeree. C’est pour aider l’enfant a traverser sa scolarite sans stress, sans peur, sans recul. Ensuite dans tous les pays, des universites ouvrent des departements d’histoire et d’etudes des parlers disparus et/ou des dialectes. En Algerie ce serait pour le prescolaire d’abord. Cela ne veut en rien dire que l’arabe classique soit meprisee. Au contraire. C’est une histoire d’age. En effet, ces enfants ne peuvent pas toujours transmettre a leurs meres ce qu’ils font a l’ecole, c’est une excellente idee pour permettre ce lien entre mere/enfant/educateur pour les premieres annees. Faites un tour en Suede, en Autriche et vous verrez que le prescolaire est aborde sans stress, idem pour la lecture qui peut prendre deux annees. Leur systeme est cible, progressif et digestible pour leurs enfants. La derdja vous l’ingnorez etait ecrite au cote de l’arabe classique avant l’arrivee des francais avec des caracteres arabes maghrebins (signes diacritiques pour le Fa en bas par exemple). Franchement vous stressez pour rien. Ce sujet doit etre aborde au possible sans emotions de peur. Le monde qui vient va tres vite et c’est important que nos enfants l’abordent avec les meilleures armes. Je pense Algerien, je m’en tape comme de l’an 40 des egyptiens, des libanais, ce n’est pas ma culture ni mes origines. Mon souce pour l’arabe est algerien et d’ordre religieux. Un arabe algerien (pluriel et c’est le cas dans d’autres pays) pour revisiter notre patrimoine, nos contes, nos legendes, notre artisanant et l’arabe coranique pour une question d’acces direct au texte sans passer par les sectes de frappadingues qui ont ruine des vies dans notre pays. Tous ces pays, ce n’est pas mon histoire, ni ma vie, ni mon interet, ni mon ame. Chacun doit s’occuper de lui et rester a sa place chez lui. Lisez ces livres et pensez au-dela de vos peurs mais pour donner a nos enfants le meilleur. Je ne pensais pas comme ca il y a cinq ans et je m’y suis colle. The Brain : nos enfants doivent etre prepares. Ils ne doivent pas vivre ce que nous avons vecu. Le reste c’est de la logistique, c’est facile. Il faut d’abord affronter ce debat dans la serenite, apres on avisera en organisant.




          0



          0
          TheBraiN
          6 septembre 2016 - 8 h 36 min

          1-Je ne pense pas que , à l
          1-Je ne pense pas que , à l’heure actuelle, on parle dans une langue autre que la (ou les) derdja(s) aux enfants dans les crèches .
          2-Je suis totalement favorable à l’ouverture de sections spéciales , à l’université, de recherche sur les dialectes autochtones Algériens et leur sauvegarde dont se fout éperdument toute la racaille berbériste qui ne cherche qu’à utiliser le kabyle pour chasser la langue arabe et imposer le Français à la place .
          C’est même un devoir de l’état Algérien que de le faire dans le cadre de la préservation du patrimoine immatériel Algérien .
          3-D’abord je ne comprends pas votre « sensibilité » envers les Libanais ou Égyptiens qui ne sont pas plus « arabes » que nous selon les critères que vous semblez retenir .
          Ensuite , pour la sérénité et le débat , je pense que le débat doit sortir du cadre « idéologique » imposé par la cinquième colonne Française et porter sur les critères méthodologiques et « techniques » car la question de la langue n’a pas à être posée pour un pays officiellement indépendant depuis 54 ans !
          4-Je vous rejoins sur le fait que le parler Algérien était à 100 pour cent « arabe » avant l’invasion Française !




          0



          0
          Rezki Djerroudi
          12 septembre 2016 - 12 h 38 min

          L’école: L’arme des islamistes
          TheBraiN, vous employez le nous comme si l’Algérie que vous avez pris en otage depuis le congrès de Tripoli a été et le sera arabo arabique. Vous vous adressez à qui cher Monsieur ? persistez-vous encore et encore à cultiver le déni identitaire dont a souffert et souffre encore au jour d’aujourd’hui une bonne partie de la frange du peuple algérien authentique ? De grâce, évitez-nous l’emploi de la première personne du pluriel pour disserter à votre aise donnant l’impression de quelqu’un qui ne se reconnait nullement dans son algérianité plusieurs fois millénaire.Vous osez vous étaler sans ménagement sur ce mur pour pondre vos insanités à l’endroit de l’histoire sans aucun scrupule. Vous êtes un ignorant certes, pour n’avoir pas voulu questionner l’histoire de ce pays et le crime le plus abjecte que vous venez de commettre est celui de dire que le parler algérien -comme si vous le saviez encore- est 100% en arabe et ce avant même la colonisation française. Cette cinquième colonie Monsieur a été l’oeuvre de vous autres, les bâtisseurs de l’Algérie assimilationniste du MTLD et des Oulémas de cheikh Ben Badis et consorts, les bachagha et autres zaouïas de l’arabo soufiste.




          0



          0
    W19 - TP
    4 septembre 2016 - 9 h 38 min

    Les islamistes tenant du
    Les islamistes tenant du contre-islam ont echoue depuis 1979. Qu’ils nous foutent la paix, nos enfants ne doivent plus etre leurs cobayes. Pas touche a l’ecole algerienne ! Allez chez le Turk ou Morsi et foutez-nous la paix. On veut le retour de nos langues nationales et leur enseignement pour nos enfants. On veut des enfants bien dans leur peau et qui connaissent leur histoire et leur culture nationale. Ras le bol des laboratoires de Frankenstein. Dans quelles ecoles sont vos propres enfants, messieurs les islamistes complexes de la culture algerienne. Nous on aime notre culture et nous n’en avons pas honte !




    0



    0

Les commentaires sont fermés.