Rumeurs sur un remaniement ministériel «imminent»

Abdelmalek Sellal. New Press

Les rumeurs sur d’importants changements au gouvernement et au sein d’autres institutions enflent. Elles sont tellement incessantes qu’elles se retrouvent sur les colonnes de la presse nationale. Ainsi, selon le quotidien arabophone Echorouk, ces changements devraient intervenir «juste après la fête de l’Aïd et toucheront l’exécutif d’Abdelmalek Sellal, les walis et les responsables de l’administration locale en général». Ces supputations ont commencé à circuler depuis plus d’un mois. Elles reviennent en force en cette rentrée sociale qui a été marquée par la sortie sur le terrain du chef de l’Etat. Les enjeux sont tels que le Président sente le besoin de s’afficher publiquement. Son gouvernement est sous pression en raison de nombreuses décisions «impopulaires» qu’il est en train de prendre ou de préparer.

Face à une situation économique de plus en plus difficile, le gouvernement décide, entre autres, de supprimer la retraite avant l’âge et d’augmenter les taxes. Des augmentations qui toucheront directement le consommateur final et qui suscitent de ce fait la colère citoyenne. Les syndicats représentants différents secteurs d’activité sont déjà montés au créneau pour dénoncer une atteinte aux droits des travailleurs et à leur pouvoir d’achat. Les colporteurs des rumeurs sur les changements  envisagés au sein notamment du gouvernement parlent donc de la volonté du chef de l’Etat d’injecter du «sang neuf» au sein de l’Exécutif afin d’aborder de la meilleure manière les problèmes du pays et relever les défis, notamment celui de la diversification économique, de la maîtrise de l’inflation et du déficit.

Le dernier remaniement gouvernemental remonte au 11 juin dernier. Plusieurs ministres avaient été éjectés à l’instar d’Amar Ghoul ou d’Abderrahmane Benkhalfa. De nouvelles têtes ont rejoint le gouvernement à l’image d’Ould Ali El-Hadi et d’Abdeslem Chelgham. Ce remaniement a été précédé, comme d’habitude, par d’incessantes rumeurs qui allaient dans tous les sens. On avait annoncé la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, à la tête de l’Enseignement supérieur et que Tahar Hadjar allait s’occuper de l’école.

Mais le véritablement changement n’est intervenu qu’au moment voulu par le chef de l’Etat et ses collaborateurs, et il n’avait pas forcément touché les secteurs évoqués. Autrement dit, le prochain remaniement ministériel pourrait intervenir juste après l’Aïd comme il pourrait attendre encore des mois pour se réaliser.

Sonia Baker

Comment (51)

    Loubna
    13 décembre 2016 - 21 h 36 min

    Mon entonnement est de voir
    Mon entonnement est de voir une ancienne cadre de la communication de l’activité amont de Sonatrach qui ne sait rien faire que prendre des photos, devenir ministre de l’artisanat. Pauvre Algérie

    may
    6 décembre 2016 - 12 h 30 min

    Et non! Apparemment, Ali
    Et non! Apparemment, Ali Hadadd est aujourd’hui un homme mort suite à sa maladresse protocolaire au forum interantional du 03 décembre 2016 induisant un incident diplomatique à haut niveau. hhh!  »Li koulli Feraaoun Moussa ».
    Seulement, ce que je ne comprends pas c’est qu’on aurait pu en finir avec cet hommei autrement sans sacrifier les intérêts généraux de tout un pays qui a besoin, plus que jamais, d’investisseurs locaux ou étrangers.

    La Cigale
    14 septembre 2016 - 11 h 04 min

    Il faut virer abdelmalek
    Il faut virer abdelmalek sellal et 90 % des ministres de cette mafia étrangère qii gouvernent l’Algérie.

    malika
    13 septembre 2016 - 0 h 08 min

    ce système joue sur la
    ce système joue sur la psychologie du peuple : l’âne et la carrotte : il va donner l’enseignement supérieur à celle de l’éducation alors qu’on ne connaît pas son CV et l’education à un « bachelier », la santé au frère de l’ex-wali comme ça le peuple va espérer et ainsi de suite…. comme depuis 62…. ça sent la peur, c’est bon signe…

    ض الاحرار
    12 septembre 2016 - 17 h 57 min

    ماقولة شهيرة قالها الرءيس
    ماقولة شهيرة قالها الرءيس الراحل هواري بومدين ( القضية قضية رجال ) و فقط

    MELLO
    12 septembre 2016 - 15 h 57 min

    je cite cette phrase d’André
    je cite cette phrase d’André Gide : « Un seul passé ne peut proposer qu’un seul avenir ». Tout comme un âne ne peut pas être un cheval. L’Algérie souffre, parce que la grande carence de ce pays tient à l’inexistence d’une bourgeoisie éclairée, qui découle elle-même de l’absence d’hommes d’Etat. Et ce ne sont pas des chanteurs de cabarets ou des trabendistes qui peuvent dire à l’Algérie ce qu’elle doit faire ou comment se reconstruire où les liens de l’union et de la solidarité sont plus forts que les germes de la division que porte en lui le régime.

    les damnes de la terre
    12 septembre 2016 - 10 h 38 min

    Au lieu de regler d abord le
    Au lieu de regler d abord le probleme de l un des fondements essentiels de l Etat au haut sommet, on parle de remaniement ministeriel.Le dernier exemple relatif a l inauguration du centre internationnal des conferences est edifiant.Essayez pr une fois de travailler vos consiences en l associant a un brin de dignite.Mr Sellal a parle une fois que notre nez est en haut .Non Mr sellal ,notre nez c est ecrase par cette comedie.Je m adresse a vous Mr Sellal ,une fois en deplacement officiel a l etranger ,quelle attitude entrepreniez vous vis a vis de.vos homologues?Savez vous que nous simples citoyens nous nous n avons aucune intention de sortir de l algerie par crainte de presenter nos passeports aux frontieres des pays etrangers.Comment allons nous nous presenter?Je sais que mes mots vous font eclater de rire mais sachez une chose que nous sommes d une lignee qui a pr devise:EL KHOBZ WA EL MA WA RAASS FE ESSAMA.Enfin l histoire retiendra que l Algerie a ete a un certain moment sujet d histoires droles dont vous etes les principaux acteurs.Comme je sais aussi que vos interets priment sr le devenir de l algerie.Viendra t il le jour de la balance comptable?

      MELLO
      12 septembre 2016 - 15 h 16 min

      Entre l’Orient et l’Occident,
      Entre l’Orient et l’Occident, l’Algérie ne sait plus qui elle est. L’Algérie ne se souvient plus de Ben Boulaid, de Ben M’hidi., de ABANE, de KRIM. et de tant d’autres militants Décidément, l’Algérie à la mémoire courte. L’Algérie des bachaghas, l’Algérie de fafa, l’Algérie des éplucheurs de pommes de terre qui retiennent la presse par la gorge, l’Algérie des idoles d’Ibn Tamia ne cessent de s’affronter dans un combat singulier qui fait marrer…Aucune organisation politique n’est en mesure de se développer et de se ramifier de sorte à accueillir une forte intégration de la société civile, qui du reste elle-même n’est pas demandeur. Aussi ne faut-il pas s’étonner que le développement politique aujourd’hui prenne la forme d’une multiplication par la division. L’heure est encore à la multiplication par la division des entités, elle n’est pas à celle de la convergence et de la croissance de leur taille.

    UMERI
    12 septembre 2016 - 10 h 25 min

    A part quelques ministres,
    A part quelques ministres, comme Md Aïssa, N.Benghebrit, R.Lamamra, le reste des ministres, ne font que de la figuration, tels que le Tourisme, le Sport, l’Agriculture, la Défense, le Commerce, les Travaux publics.L’Algérie a besoin d’hommes de terrain, qui doivent apporter la preuve de leurs capacités a bien gérer leur secteurs d’activités.

    pegasse
    11 septembre 2016 - 23 h 03 min

    Des fois je me questionne: »un
    Des fois je me questionne: »un changement de gouvernement meme en y mettant les personnes qu’il faut changera t-il quelque chose vu l’etat du pays? » Et ensuite je me ravise , je me dis qu’il faut tjrs garder espoir, mais tous cela est une utopie!car en fait nouveau gouvernement ou pas les desirs du peuple n’ont jamais ete pris en consideration,ils ont elemines les nationalistes les plus recalcitrants et coriaces qui pouvaient nous servir de guide , ils ont fait de nous une populasse livree a elle meme sans le moindre repere c’est le tag alamentag, le ciment n’y est plus, il y’a pratiquement autant de chapelle que d’individus,ils ont reussi a nous demenbrer! Quel est le leader qui pourrait reparer tous ces degats?

    Quenelle
    11 septembre 2016 - 21 h 37 min

    Dans notre cynique système (
    Dans notre cynique système ( système et non Etat, car nous n’en avons pas !) les ministres comptent souvent, dans leur immense majorité, pour du beurre. Ils sont interchangeables. Le système , lui, perdure.
    Si l’illusion du changement réussissait il y a quelques années encore, ce n’est plus le cas maintenant .
    La fin de cette tragi-comédie ne peut venir que de la rue , et les islamistes, à l’affut, attendent une nouvelle fois encore d’entrer en scène pour en recueillir les fruits .
    J’en ai les larmes aux yeux devant cette cécité chronique qui caractérise ces gens du « pouvoir » .
    Rabbi yestar !

    Erracham
    11 septembre 2016 - 20 h 20 min

    Remaniement ministeriel dites
    Remaniement ministeriel dites-vous? Peuf! un simple jeu de chaises musicales: on prend les mêmes énergumènes et on continue à braire. Le changement radical viendra quand vous verrez tous ces rats d’égout fuir car ça sentira le roussi. Le big bang est imminent. On ne peut pas se foutre de son peuple indéfiniment. Et ceux qui n’ont pas retenu cette leçon d’histoire sont condamnés à la revivre à leur dépens.

    Amar el Gayed
    11 septembre 2016 - 20 h 16 min

    Il faut bien occuper L’GHACHI
    Il faut bien occuper L’GHACHI ! Tant va la cruche à l’eau qu’elle finit par se casser. Ces ouleds fafa nous ont tout fait… et ce n’est pas encore terminé. Maintenant, c’est la terreur par les enlèvements d’enfants innocents qu’ils tuent… Ya lotf ! Où va-t-on comme çà ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.