Belani : «Les sorties burlesques de Hilale sont l’illustration de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf»

Amar Belani. D. R.

Nous reproduisons pour nos lecteurs l’entretien qu’a accordé l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani, au mensuel Afrique Asie, dans lequel il répond aux «vaines gesticulations nourries de rhétorique inepte» auxquelles il ne faut accorder «ne serait-ce qu’une once d’attention».

Afrique Asie : Selon la presse officielle marocaine, l’ambassadeur du Maroc, Omar Hilale, a «croisé le fer et recadré fermement» de hauts responsables algériens lors du sommet des Non-alignés. Qu’en est-il réellement ?

Amar Belani : Ecoutez, les sorties burlesques de ce monsieur sont une parfaite illustration de la fable de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, une plaisante allégorie sur le ridicule de la vanité narcissique. Il tente désespérément, à coups de pseudo « faits d’arme » dérisoires, de faire accroire à une bilatéralisation de la question du Sahara Occidental, alors que pour l’ensemble de la communauté internationale, il s’agit bien d’une question de décolonisation qui doit être menée à son terme conformément à la légalité internationale. Vous imaginez bien que les hauts responsables algériens ont mieux à faire que d’accorder ne serait-ce qu’une once d’attention à de vaines gesticulations nourries de rhétorique inepte.

Comment réagissez-vous aux conclusions de l’avocat général de la Cour de justice de l’UE (CJUE) sur l’accord avec le Maroc sur la libéralisation des échanges de produits agricoles et de la pêche ?

Comme vous le savez, l’Algérie n’est pas partie prenante dans ces procédures judiciaires et je crois savoir que les responsables du Front Polisario ont eu à s’exprimer sur ces conclusions de l’avocat général de la CJUE. Bien entendu, nous suivons avec intérêt l’évolution de ce dossier et je dois dire que ces conclusions doivent être appréciées, avant tout, sous l’angle du droit international et, qu’à ce titre, elles constituent une avancée majeure qui ne manquera pas de se refléter, d’une manière ou d’une autre, sur un positionnement plus cohérent de l’Union européenne sur la question du Sahara Occidental.

En effet, tout le monde devra prendre note des conclusions de l’avocat général de la Cour, M. Melchior Wathelet, publiées le 13 septembre dernier, dans lesquelles il s’est clairement prononcé en faveur de l’inapplicabilité des accords conclus par le Maroc avec l’UE sur le territoire du Sahara Occidental, en estimant qu’au sens du droit international, le Maroc n’exerce aucune compétence sur ce territoire et que sa souveraineté sur celui-ci n’est reconnue par aucun Etat au monde.

De fait, l’avocat général constate, et c’est un tournant, que le Sahara Occidental est, depuis 1963, inscrit par l’ONU sur sa liste des territoires non autonomes, qui relèvent de sa résolution 1514 (XV) portant Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux. Il ajoute dans ses conclusions que «l’Union et ses Etats membres n’ont jamais reconnu que le Sahara Occidental fait partie du Maroc ou relève de sa souveraineté», et que le droit international ne permet pas d’étendre le champ d’application d’un traité bilatéral à un territoire qui constitue une partie tierce par rapport aux parties au traité. Or, selon ces conclusions, le Sahara Occidental «constitue précisément un tel territoire par rapport à l’Union et au Maroc». 

En fait, dans son argumentaire, l’avocat général de la Cour a fait preuve de cohérence en s’identifiant au consensus international et à la doctrine des Nations unies en matière de décolonisation. Il conclut sur cette base que le Sahara Occidental «ne fait pas partie du territoire du royaume du Maroc et que, par conséquent, les accords d’association et de libéralisation des échanges conclus par le Maroc avec l’UE ne lui sont pas applicables».

Mais l’avocat général a également appelé à l’annulation de l’arrêt du tribunal, chose dont se félicite le Maroc…

Il faut lire attentivement l’ensemble du document reprenant les conclusions de l’avocat général. C’est en partant du constat que l’accord d’association UE-Maroc – et tous les accords subséquents – ne s’appliquent pas au Sahara Occidental, car ce territoire non autonome, identifié comme tel sur les tablettes de l’ONU, échappe totalement à la souveraineté marocaine, que l’avocat général motive le rejet de l’arrêt du tribunal du 15 décembre 2015. Il estime, en effet, que le tribunal a eu tort de présupposer l’applicabilité de l’accord sur les produits agricoles et de la pêche au Sahara Occidental, alors qu’aucune disposition explicite dans cet instrument ne le prévoit. C’est, d’ailleurs, cette lecture qui fait dire à l’avocat général que le Front Polisario «n’est pas directement et individuellement concerné par la décision litigieuse», dès lors que l’accord ne s’applique pas au territoire contesté du Sahara Occidental.

Vu sous cet angle, l’avocat général a fait une lecture juridique de l’accord tel qu’il a été conclu, renvoyant aux quinze juges de la Cour de justice européenne la décision de vérifier l’existence ou non de pratiques d’Etat attestant l’application de l’accord au territoire sahraoui. A cet égard, un rapport factuel publié récemment par l’ONG Western Sahara Resource Watch révèle, preuves à l’appui, qu’au moins une transaction commerciale portant sur l’importation dans l’espace européen d’une cargaison d’huile de poisson, produite au Sahara Occidental, a bien eu lieu en violation du droit international et de la décision de la justice européenne du 15 décembre 2015, qui est toujours valable, car l’arrêt du tribunal n’a pas été suspendu.

Dans le cas d’espèce, la CJUE se trouve face à un exemple concret prouvant l’extension de fait de l’application des accords signés par l’UE au territoire du Sahara Occidental. Elle devrait, par conséquent, suivre l’avis de l’avocat général lorsqu’il estime que, dans cette hypothèse, «le tribunal a procédé à juste titre à l’annulation partielle de la décision contestée en ce qu’elle approuve l’application de l’accord de libéralisation au Sahara Occidental», et que le Front Polisario est habilité à contester la décision litigieuse. 

Et au sujet de la représentativité du peuple sahraoui ?

S’agissant de la question de la représentativité du peuple sahraoui, l’avocat général de la Cour, tout en soulignant la responsabilité historique de l’Espagne en tant que puissance administrante du territoire, car l’Espagne n’avait pas le pouvoir de transférer l’administration de ce territoire à un Etat tiers sans le consentement des Sahraouis, n’a pas tenu compte de la spécificité et de l’interdépendance des questions inscrites dans le cadre du processus de décolonisation conduit par l’ONU. Lesquelles questions recouvrent de manière indissociable à la fois des aspects politiques, de respect des droits de l’Homme et de souveraineté des peuples colonisés sur les ressources naturelles de leurs territoires.

Pour toutes ces questions, le seul représentant légitime du peuple sahraoui auprès des instances onusiennes a été et demeure toujours le Front Polisario, partie au conflit et signataire de l’accord de cessez-le-feu de 1991. D’ailleurs, la configuration des négociations menées sous la médiation de l’ONU et reflétées dans toutes les résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU, le prouve explicitement.

Au vu de tous ces éléments, qui balayent la fiction d’un Maroc «puissance administrante de facto» dont usent trop commodément certains responsables européens, l’avis de l’avocat général représente véritablement un important gain politique pour le Front Polisario, en ce qu’il le conforte dans son combat libérateur visant à permettre au peuple sahraoui, dont il est le représentant légitime et attitré, d’exercer pleinement et souverainement son droit inaliénable à l’autodétermination.

Il apporte également un démenti cinglant aux soutiens des thèses annexionnistes du Maroc qui tentent, à travers un discours trompeur, de dénaturer le mandat de la Minurso en projetant leur propre conception et leur lecture biaisée des résolutions du Conseil de sécurité. En témoigne le discours contradictoire du Maroc. D’une part, il plaide pour la préservation de l’intégrité et de l’exclusivité du cadre de négociation conduit par l’ONU, excluant ainsi l’implication de l’Union africaine ou de toute autre organisation dans ce processus, et, dans le même temps, s’arroge le droit de redéfinir unilatéralement et à son avantage, le mandat de la Minurso déployée, faut-il le rappeler, pour l’organisation et la supervision du référendum d’autodétermination. La Minurso devrait, selon les desseins nourris par ce pays et au regard des mesures unilatérales qu’il a prises en violation de ses obligations internationales, se transformer en un instrument destiné principalement à parachever sa soi-disant «intégrité territoriale».

Un mot de conclusion ?

Fort de l’éclairage de l’avocat général de la CJUE, l’Union européenne est appelée à adopter une position plus conforme à la légalité internationale, en veillant à faire respecter les décisions de la Cour. Cela vaut notamment pour l’accord de pêche qui inclut, comme chacun le sait, les eaux territoriales du Sahara Occidental, car il appartient à l’UE de s’assurer que dans la mise en œuvre des accords économiques avec le Maroc, elle ne prête pas assistance à une entreprise de spoliation des droits inaliénables de la population sahraouie sur ses ressources halieutiques et minières.

Par ailleurs, l’ambition proclamée de l’UE à assumer le rôle d’acteur global dans la région devrait s’illustrer, également, par une position plus affirmée en vue de restaurer le mandat de la Minurso et, surtout, pour engager fermement les deux parties, le Front Polisario et le royaume du Maroc, sur la voie des négociations directes, sans conditions préalables. Ceci, afin de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple sahraoui, conformément à la légalité internationale.

Avec l’aimable autorisation d’Afrique Asie

(*) Le titre est de la rédaction

http://www.afrique-asie.fr/component/content/article/75-a-la-une/10504-amar-belani-ambassadeur-d-algerie-a-bruxelles-repond-aux-fanfaronnades-et-aux-mensonges-du-makhzen

 

Comment (25)

    Maroccoleaks
    25 septembre 2016 - 11 h 47 min

    France : des Marocaines
    France : des Marocaines employées pour espionner les salafistes

    Des Marocaines sont employées par les services de renseignement français pour espionner les salafistes, rapporte Al Massae dans son édition du week-end. Des fuites d’informations font état de la présence de plusieurs employées marocaines dans un département spécial relevant des renseignements français et dont la mission est de surveiller de près les salafistes. Celles-ci seraient, selon la même source, nettement plus efficaces dans leur travail que leurs consœurs françaises travaillant dans le même département. La mission de celles-ci consisterait en l’écoute téléphonique, l’analyse des données récoltées par les services de renseignement et la récupération d’informations stratégiques sur les salafistes en se rapprochant de leurs entourages




    0



    0
    Anonymous
    24 septembre 2016 - 23 h 01 min

    Comme toujours, il y a d’un
    Comme toujours, il y a d’un côté la vérité et le droit international et de l’autre côté la perfidie, les mensonges et les délires des marocains. en 1963 les marocains pouvaient tisser des relations de fraternité avec l’Algérie, au lieu de ça ils ont essayé de nous envahir, pensant qu’on était faible ce faisant ils ont anéanti toute la confian,ce que nous leur accordions…….pourquoi Hassan a voulu envahir l’Algérie en 1963 au lieu d’envoyer son armée libérer le Sahara occidental, lui qui prétendait que le Sahara était sa propriété?!!!….amis algériens je vous invite à lire le discours de Hassan qui a lancé la marche d’invasion du Sahara occidental en 1975, pour comprendre comment il percevait les sahraouis et espagnoles comment à la fois il avait peur des espagnoles et comment ils méprisait les sahraouis.




    0



    0
    thagaste
    24 septembre 2016 - 21 h 26 min

    merci à ce diplomate qui nous
    merci à ce diplomate qui nous donnez un peu de fierté par apport à ces gens qui nous aimes pas qui seront toujours fourbes pour dire que nous soMmes leurs frères mais tous mes frères algeriens le savait très bien un algérien de france




    0



    0
    Makhzen lache ses chiens !
    24 septembre 2016 - 14 h 14 min

    Il n’y a qu’à lire les
    Il n’y a qu’à lire les références à l’Algérie dans la « presse marocaine » papier ou électronique pour voir à quel point toutes les manoeuvres sont utilisées pour dénigrer ou décrier l’Algérie : toute info sur l’Algérie y est passé au crible pour ne retenir et n’insister que sur les côtés négatifs : que cela parle de chiffon ou de fait économique ou de fait politique ! On sent bien que l’Algérie est l’obsession du Maroc, cela démontre cette haine ou cette peur ! Juste pour cela, il suffit de voir les sites officiels ou les site cachés du Makhzen pour s’en rendre compte par exemple : http://afrique.le360.ma ; http://www.pressafrik.com ; http://www.afrik.com ; http://www.lemag.ma …. toutes les conférences internationales sont des tribunes où le Maroc pleurniche auprés de ses maîtres !!! mais c’est peine perdu mais comme on dit : Faqkou Garhetick Bikoum !




    0



    0
    DZLander
    23 septembre 2016 - 13 h 20 min

    Notre ambassadeur à Bruxelles
    Notre ambassadeur à Bruxelles a bien raison de qualifier le sieur Hilale et tout le Makhzen qui se trouve derrière lui de « grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf ». Le zélateur sujet de la féodale narco monarchie marocaine sous protectorat français a du certainement fumer de la moquette ; sinon il ne se serait jamais permis, toute honte bue, de faire éperdument accroire -encore une fois !- à une bi latéralisation de la question du Sahara Occidental alors qu’il sait pertinemment que c’est une question de décolonisation relevant des instances de l’ONU. Ce qui me révulse personnellement dans cette attitude marocaine « schizophréniquement » irrédentiste, c’est qu’elle a été fabriquée de toutes pièces par des pseudo-historiens à la solde du Makhzen tels que Bernard Lugan et la franco marocaine Zakia Daoud, qui n’existent que pour dire que le Maroc a été un empire dans le passé alors qu’il n’a jamais, au grand jamais existé en tant que tel. L’Algérie qui, dans sa version numide, a été territorialement plus importante que le Maroc, n’a jamais été un empire, sauf peut-être, et là je mesure mes mots, à travers la Confédération Maurétanienne -qui, en plus de la Numidie, englobait tout le territoire du Maroc actuel- et sur laquelle ont régné Juba II le numide et son fils Ptolémée. Pourtant, je le répète encore une fois, elle n’a jamais été un empire au sens où elle a colonisé d’autres pays, ne serait-ce que des pays voisins. Quant au Maroc, je voudrais sincèrement savoir, moi qui me documente autant sinon plus qu’un historien normé, quand exactement il a été un empire. Peut-être avec l’Algérien Tarik Ibn Ziyad né à Oulhaça, non loin de Ain Temouchent et ça, c’est Ibn Khaldoun qui la écrit noir sur blanc dans son histoire des Berbères ? Peut-être aussi avec Abdelmoumen, né à Tejra, à deux km à l’ouest de Honaine, le port antique de Tlemcen, et dont le parcours extraordinaire a donné naissance à la dynastie des Mouwahiddoune, (les Almohades) qui sont partis conquérir l’Espagne devenue andalouse ? Alors, le Maroc devenu « empire » peut-être , mais surtout grâce à ces deux illustres personnages qui ne sont autres que les ancêtres des Algériens actuels ? Pour tout dire le drame, avec des gens -tel que ce pathétique Hilale- qui constituent l’engeance actuelle du Makhzen, c’est que cela les crèverait d’admettre aujourd’hui que ce sont les ancêtres des Algériens actuels qui ont fait l’histoire, que ce sont leurs descendants qui continuent de la faire aujourd’hui et non leur soi-disant makhzen, qui n’est autre qu’une notoire création franco-sioniste initiée par le général Lyautey. Et qui le demeurera tant que les marocains ne prendront pas conscience qu’ils ont toujours été manipulés par le Makhzen et qui le sont encore à ce jour. Et bien entendu tant qu’ils ne prendront pas à bras-le-corps leurs responsabilités




    0



    0
      Ali
      26 septembre 2016 - 23 h 40 min

      Merci pour ce complément d
      Merci pour ce complément d’information. J’aimerais bien que vous nous donnez quelques titres d elivres ou de edocuments fiables à lire car à force de trouver des documents falsifiés je ne fais plus confiance aux livres d’histoire surtout ceux traitant de l’Afrique du Nord qui sont en général des récits de militaires français.




      0



      0
    Anonyme
    23 septembre 2016 - 13 h 12 min

    Dossier de decolonisation du
    Dossier de decolonisation du Sahara occidental : l’Algérie n’accorde pas d’importance à de « vaines gesticulations ».

    L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani, a remis les pendules à l’heure en réponse aux « sorties burlesques » du représentant permanent du Maroc auprès des Nations-unies, Omar Hilale, affirmant que les responsables algériens ont mieux à faire que d’accorder de l’importance à ces « vaines gesticulations ».

    Dans un entretien accordé au magazine Afrique Asie, Amar Belani a déclaré que « les sorties burlesques de ce Monsieur sont une parfaite illustration de la fable de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ».

    Le reste sans commentaire…..




    0



    0
    BabElOuedAchouhadas
    23 septembre 2016 - 12 h 45 min

    Merci a Mr Balani pour cette
    Merci a Mr Balani pour cette implacable riposte. Au moins ca nous change du frileux Medelci du moment que le principe algerien est de traiter cette narco-monarchie par ce qu’elle merite.




    0



    0
    Moroccoleaks
    23 septembre 2016 - 12 h 10 min

    L’ambassadeur d’Algérie à
    L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles recadre le Marokistan.

    Amar Belani, ambassadeur d’Algérie en Belgique et représentant auprès de l’Union européenne (UE), revient, ce jeudi 22 septembre, sur les récents développements dans l’affaire du Sahara occidental. Dans une interview à Afrique Asie, le diplomate algérien aborde également les tensions entre l’Algérie et le Maroc ayant émaillé le Sommet des pays non-alignés au Venezuela.

    L’ancien porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères y recadre le regime du Makhne.Compte-rendu.

    Sommet au Venezuela : les sorties du Marokistan qualifiées de « burlesques »

    Interrogé sur les échanges entre officiels algériens et marocains au sommet de l’île de Margarita, Amar Belani qualifie les sorties du sieur Omar Hilale, ambassadeur du Marokistan à l’ONU, de « burlesques ». Parlant de « pseudo faits d’armes » en référence à la tournure des événements présentée dans la presse propagandiste du Makhnez, le diplomate algérien évoque « la fable de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ».

    Surtout, il récuse la tentative « désespérée » du Marokistan d’impliquer l’Algérie comme partie prenante dans le dossier de decolonisation du Sahara occidental : « Pour l’ensemble de la communauté internationale il s’agit bien d’une question de décolonisation qui doit être menée à son terme conformément à la légalité internationale », rappelle-t-il. Dans ce contexte, les hauts responsables algériens ne font donc pas cas de ces « vaines gesticulations » du Marokistan, assène l’ambassadeur d’Algérie.

    Annulation de l’accord entre l’UE et le Marokistan : « Une avancée majeure »

    Par ailleurs, l’ancien porte-parole du MAE salue les conclusions de l’Avocat général de la Cour de Justice de l’UE (CJUE). Ce dernier a jugé illégale l’application au Sahara occidental de l’accord entre le Marokistan et l’UE sur la libéralisation des échanges de produits agricoles et de la pêche. Cette « avancée majeure (…) ne manquera pas de se refléter (…) sur un positionnement plus cohérent de l’UE sur la question du Sahara occidental », affirme Belani.

    À ce titre, l’avis de l’Avocat général de la CJUE est un « gain politique majeur pour le Front Polisario », poursuit la même source. C’est aussi « un démenti cinglant aux soutiens des thèses annexionnistes du Marokistan qui tentent, à travers un discours trompeur, de dénaturer le mandat de la MINURSO », précise l’ambassadeur d’Algérie.




    0



    0
    RasElHanout
    23 septembre 2016 - 9 h 44 min

    Belani ? Un autre pur produit
    Belani ? Un autre pur produit du terroir algérien de cette nouvelle génération de diplomates algériens aux dents longues, prête a tout pour remettre a leurs places les ennemis de l’Algérie et dont cette féodale famille allaouite allochtone occupe la première place. Merci a vous Mr Belani




    0



    0
      AZIZ
      23 septembre 2016 - 11 h 43 min

      CROYEZ MOI QU’AVEC L
      CROYEZ MOI QU’AVEC L’AVENEMENT DE LA 2eme REPUBLIQUE ALGERIENNE OU SEULS SES ENFANTS PROPRES ET PATRIOTES GERERONT CE PAYS, NI LE ROITELET M6, NI SES SBIRES DU MAKHNEZ ET ECONRE MOINS SES GREMISTES DE SON GROUVERNEMENT ISLAMISTE N’OSERAIENT PRONONCER LE MOT « ALGERIE » .
      A BON ENTENDUER SALUT




      0



      0
    HANNIBAL
    23 septembre 2016 - 9 h 40 min

    Une interview dans le torchon
    Une interview dans le torchon afrik asie qui travaille pour le makhnez et qui semble vouloir se racheter par une page de pub alors que leur hostilité a notre vis a vis sans gène et toute
    honte bue revient en quelque sorte a mendier comme une prostitué demandant pardon .
    Dans ce contexte je leur demande de faire un article d’une page et gratuite pour soutenir
    les Saharaouis au lieu de les ignorer et dénigrer l’Algerie par le sieur benyamed lèche cul du
    monarque ayant le plus grand lupanar sexuel et soporifique au monde qui a surclassé la Thailande ;le droit s’apliquera et déboutera sa majesté Michou escobar qui enflera un peu plus comme une grenouille sur un nenuphar lui enlevant le gout des reves de grandeurs de Tombouctou aux iles Persil qui sont le meilleur rappel a l’ordre..
    La fin de cette famille allochtone qui occupe le Sahara Occidental sera chassé par les Saharaouis de gré ou de force la victoire ne saurait tarder ;et les sujets soumis au baise main détaleront aux bruits des premières balles en abandonnant leurs babouches jaune ..
    Les marocains sont comme le coq les pieds dans la fange et crient victoire après chaque défaite …




    0



    0
    Thidhet
    23 septembre 2016 - 7 h 30 min

    Avec ces décisions de justice
    Avec ces décisions de justice, toute compagnie qui serait intéressée par l’exploitation des richesses du Sahara Occidental songera à toucher un mot au Polisario. La prochaine étape devrait être de permettre au Sahraouis de jouir des richesses de le leur pays.




    0



    0
    selecto
    22 septembre 2016 - 20 h 50 min

    Cette réserve comme vous le
    Cette réserve comme vous le dites est propre aux naturalisés du quatrième mandat pour ne pas froisser leur patrie d’origine et la France.




    0



    0
      selecto
      22 septembre 2016 - 23 h 05 min

      Cette réponse c’est pour :

      Cette réponse c’est pour :

      W19 – TP (non vérifié)

      22 Sep 2016 – 19:19




      0



      0
      Ziad Alami
      23 septembre 2016 - 11 h 46 min

      @Selecto va te faire f…….
      @Selecto va te faire f……. tu ferais mieux de t’occuper de ta prostituee M6 et de ton Makhnez




      0



      0
    selecto
    22 septembre 2016 - 20 h 43 min

    Bravo Mr Bellani, écrasez ces
    Bravo Mr Bellani, écrasez ces serpents Marocains c’est tout ce qu’il méritent.




    0



    0
      Thidhet
      23 septembre 2016 - 7 h 14 min

      Des serpents? Des cafards oui
      Des serpents? Des cafards oui. Et c’est pour ça que l’idée même de les écraser vous donne envie de gerber.




      0



      0
        W19 - TP
        23 septembre 2016 - 11 h 12 min

        des Barghot et des Baq : des
        des Barghot et des Baq : des insectes parasitaires.




        0



        0
    Anonymous
    22 septembre 2016 - 19 h 06 min

    L’Algérie a toujours été pour
    L’Algérie a toujours été pour la décolonisation des pays occupé a travers le monde y compris le Sahara occidental. Je pense que monsieur BELANI connaît son sujet et je ne peux que l’approuver.




    0



    0
      Béais
      22 septembre 2016 - 22 h 57 min

      Penses à la Palestine.tu fait
      Penses à la Palestine.tu fait le boulot sale des sioniste.




      0



      0
        Thidhet
        23 septembre 2016 - 7 h 17 min

        L’article parle du Sahara
        L’article parle du Sahara Occidental occupé par le Maroc, lequel Maroc soutient l’occupation de la Palestine.




        0



        0
        Tahar Ben Jelloun
        23 septembre 2016 - 12 h 51 min

        Pourquoi penser a la
        Pourquoi penser a la Palestine alors que ses responsables entretiennent de cordiales relations avec tous les ennemis de l’Algerie (Israel- Maroc-Monarchies Arabes) au point de les soutenir: 1/- dans cette guerre destructive de la Syrie, 2/- dans les massacres des femmes et enfants au Yemen, 3/- dans la colonisation du Sahara occidental.




        0



        0
    Toufik
    22 septembre 2016 - 18 h 54 min

    l’ancien porte parole nous
    l’ancien porte parole nous manque beaucoup. depuis son départ le makhzen humilie l’Algérie et personne ne répond




    0



    0
    W19 - TP
    22 septembre 2016 - 18 h 19 min

    Enfin, ils ont compris. Les
    Enfin, ils ont compris. Les etrangers ne comprennent pas le sens de notre reserve. Ils prennent notre reserve pour un aveu de faute. Les etrangers ne connaissent pas cette reserve Horma algerienne ni son role dans notre culture. Pour eux c’est du chinois, voire suspect. Il faut s’adapter aux interlocuteurs : il faut exposer ceux qui nous nuisent. Nos responsables, nos ambassadeurs doivent desormais occuper le champ de l’explicitation mediatique. J’ai lu la presse marocaine et en effet c’est Narcisse qui pete une durite.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.