Poutine : «Il n’était pas nécessaire de démanteler l’URSS»

Le président russe Vladimir Poutine. D. R.

Il était possible de sauver l’Union soviétique en procédant à des réformes, affirme le président russe, qui a accusé au passage Vladimir Lénine d’avoir posé une mine sous l’édifice de l’État russe.

Il ne fallait pas désintégrer l’Union soviétique, on pouvait emprunter la voie des réformes démocratiques, mais le Parti communiste promouvait des idées destructrices pour le pays, a déclaré le président russe Vladimir Poutine.

«Vous connaissez mon attitude envers la désintégration de l’Union soviétique. Ce n’était pas du tout nécessaire. On pouvait procéder à des réformes, y compris démocratiques, sans passer par là. Mais je tiens à souligner que notre patrie, l’URSS, était dirigée par le Parti communiste », a-t-il indiqué lors d’une rencontre vendredi avec les chefs des partis ayant remporté les récentes législatives.

En janvier dernier, le leader russe a vivement critiqué l’activité de Vladimir Lénine, premier dirigeant de l’URSS, qui avait, selon lui, mené la Russie historique à la destruction. Il a d’ailleurs qualifié l’œuvre de Lénine de mine posée sous l’édifice de l’État russe.

Mikhaïl Gorbatchev est devenu le dernier dirigeant de l’URSS. Il a occupé le poste de secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique de mars 1985 à août 1991. Entre mars 1990 et décembre 1991, il a été président de l’Union soviétique.

R. I.

Comment (10)

    timour
    30 septembre 2016 - 8 h 29 min

    Il n’y a que de grands hommes
    Il n’y a que de grands hommes d’état comme Vladimir pour formuler, après coup, de telles inepties : « il n’était pas nécessaire de démanteler l’Urss ». Comme si le Peuple russe n’avait pas existé car c’est le peuple (lequel en avait marre de cette gabegie avec des queues interminables devant les magasins alimentaires) qui a balayé l’URSS, peuple qui en avait assez du manque de démocratie, qui était excédé par les privations et avait soif de liberté. Le démantèlement s’est produit à la suite d’un pourrissement de la société soviétique. Les mots, les discours des dirigeants ne correspondaient plus à aucune réalité. Au sommet et alentour du pouvoir, les apparatchiks vivaient très bien (dont M. Poutine) mais la populace végétait en particulier dans les campagnes. La plupart des peuples d’Europe et d’Asie sous la coupe de l’Urss aspiraient eux aussi à l’indépendance. Et cette réforme démocratique à laquelle il fait allusion, c’est Gorbachev qui pensait pouvoir l’entreprendre. Nous connaissons la suite avec Elsine puis Poutine son héritier. On dirait que Poutine n’a qu’une obsession : retrouver la grandeur et l’influence de l’Urss d’avant l’année 1990. Annexion de la Crimée, intervention déguisée en Ukraine, participation à la défense du régime de Bachar El Assad en confrontation avec les Occidentaux, montrent au Monde que Poutine veut sa place en tant que dirigeant d’une grande puissance. Et il ne cache pas sa volonté de reconstruire en filigrane le Grand empire russe. En 1960, je me souviens que de Gaule avait dit que le plus grand empire colonial de tous les temps était l’Urss. Poutine aurait-il l’intention de le reconstruire? Mais il y a le Peuple russe. Le soutient-il dans sa démarche ? Difficile de le savoir exactement tant les médias sont sous l’influence du pouvoir. Enfin, avec ce dernier scrutin où moins de 45% d’inscrits ont participé, on ne peut pas dire que c’est très enthousiasment quand on veut symboliser la Russie forte et invincible même si la Douma est acquise à sa cause. La situation économique n’est pas très brillante d’après les dernières statistiques économiques de 2015. Même si la Russie table sur ses ventes d’armes, vu qu’elle apporte « la preuve de leur qualité destructrice en situation en Syrie » et de l’efficacité de ses matériels militaires, beaucoup doutent que cela soit suffisant pour redresser la barre. Enfin, la Russie qui comporte 147 millions d’habitants pour un espace de plus de 17 millions de km² (dont la partie sibérienne est presque vide d’habitants) a une frontière avec un pays de 1 380 589 823 habitants qui ont tendance à déborder sur le domaine de Poutine, en Sibérie du sud, d’après ce qu’on peut entendre ça et là. Cela pourra peut-être lui poser un problème à l’avenir avec la Chine. Quelques uns louent le patriotisme de ce dirigeant, c’est leur droit mais pour ma part je vois dans l’idée de patriotisme ce qu’on peut apporter à son pays du point de vue du bien-être, de la culture, de la science, de la liberté .Ce qui n’est pas le cas pour Poutine. Souvent, les politiques se cachent derrière ce mot « patriotisme » pour masquer leurs ambitions impérialistes. Nous ne devrions pas l’oublier, nous, ex-colonisés. Il est vrai que les jeunes générations ont tendance à voir la réalité sous la forme d’un jeu vidéo. En 1954, quelques uns de nos Aînés prenaient leurs armes pour défendre la Terre de leur Père. Eux étaient Patriotes. Mais nous assis devant notre écran, nous sommes des spectateurs du « monde vu d’Algérie ». Alep n’est pas un jeu. Peut-être qu’un jour, M. Poutine dira-t-il benoîtement : « Il n’était pas nécessaire de raser Alep et de tuer les enfants d’Alep, les femmes d’Alep, les vieillards d’Alep et des Combattants. On aurait pu discuter… et j’aurai gardé mes bases navales et aériennes en Syrie ». Et pourtant l’idéal communiste pouvait constituer un pas vers le bonheur des Hommes sur cette Terre. Mais la bêtise des Hommes en a décidé autrement. Tant pis !




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    25 septembre 2016 - 10 h 13 min

    Poutine accuse le judeo
    Poutine accuse le judeo bolchevisme d’avoir detruit son pays.Il faut lire entre les lignes.




    0



    0
    Anonymous
    24 septembre 2016 - 13 h 45 min

    @Azo Gour : On a remplacé la
    @Azo Gour : On a remplacé la peste par le choléra! Martyrs pour rien ! La France est partie en façade seulement,ses rejetons harkis sont restés pour détruire l’Algérie et lui pomper toutes ses richesses naturelles!




    0



    0
    W19 - TP
    24 septembre 2016 - 13 h 32 min

    Cet homme est patriote et sa
    Cet homme est patriote et sa critique de Lenine permettra aux russes la lucidite historique pour avancer et perdurer . Les russes ont bien de la chance d’avoir un homme d’etat de cette envergure apres leurs epreuves durant le mandat d’Eltsine et la gestion perilleuse de Gobartchev avec la perestroika. Si Poutine reussit, d’autres hommes d’etat, dans d’autres pays, prendront le pari du patriotisme pour arracher leur peuple a la debandade politique actuelle. Il faut partout des patriotes. Quand en Algerie, un homme s’eveillera avec fermete et vision pour gerer notre nation ?




    0



    0
    Karim
    24 septembre 2016 - 12 h 56 min

    Sans Lenine et tous ses
    Sans Lenine et tous ses compagnons, L’URSS n’aurait jamais existé. Le communisme n’a pas triomphé par ce que il n’a pas tenu compte de l’ego de l’être humain. Brejnev comme Koscescu ont été des grands amateurs de tout ce qui est de luxe,en plus du culte de la personnalité qu’ils entretenaient.




    0



    0
    ح ض الاحرار
    24 septembre 2016 - 11 h 26 min

    حسب الدراسة الاخيرة التي
    حسب الدراسة الاخيرة التي توجد في الميدان فان روسيا تريد استعادة مجدها و الهيمنة على بعض الدول مثل اوكرانيا وتدخلها في سوريا كما تريد تجديد عقدها مع الدول التي مازالت وفية للشيوعية و الاتحاد السوفياتي كما ان منهج لينين و الماركسية الشيوعية مزال مقدس في الاوساط الروسية كما هو المنهج الخميني في ايران و بذالك فهم يشكلون تحالف جيد في سوريا ووجهة نضر واحدة




    0



    0
      Anonymous
      24 septembre 2016 - 16 h 15 min

      Vous n avez rien compris ya
      Vous n avez rien compris ya Si el Ahrar,la politique est un art reserve aux veritables patriotes avec une totale independance ,loin des lobbys et seul la defense des interets du pays comptent.




      0



      0
    TheBraiN
    24 septembre 2016 - 8 h 44 min

    Encore plus de courage Mr
    Encore plus de courage Mr Poutine pour dénoncer la trahison de l’ivrogne Eltsine !!!




    0



    0
    Anonymous
    24 septembre 2016 - 8 h 22 min

    A méditer par le pouvoir
    A méditer par le pouvoir algérien. Mais comme lenine et tous les tarés communistes russes, il ne s’en rendront compte que quand le pays se disloquera.
    Pour l’ instant, comme leurs idoles russes, ils se croient ou feignent de se la jouer sûrs de leurs forfaits.




    0



    0
      Azo Gour
      24 septembre 2016 - 10 h 54 min

      C’est ces « tarés »
      C’est ces « tarés » communistes qui ont aidés la révolution algérienne.. Il faut également se rappeler également que beaucoup de communistes sont morts en martyrs dans les maquis de l’ALN. Cessez svp vos âneries !




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.