Le FFS dénonce l’arrestation de l’un de ses militants à Ghardaïa

Abdelmalek Bouchafa, premier secrétaire du FFS. New Press

Dans un communiqué rendu public dimanche, le Front des forces socialistes (FFS) dénonce l’arrestation d’un militant de la fédération de Ghardaïa de ce parti. Le communiqué, signé du secrétaire national à la communication, indique que l’arrestation a eu lieu jeudi dernier. «Soixante-douze heures après son arrestation, il reste toujours détenu sans être présenté devant le procureur. Les raisons de son arrestation demeurent toujours inconnues», précise le document.

Le FFS exige la libération «immédiate» et «inconditionnelle» de son militant et s’interroge sur les motifs de cette arrestation qu’il qualifie d’«abusive», en ce moment précis. Ce parti qui vient de célébrer son 53e anniversaire dans le faste, met en garde les pouvoirs publics sur de telles pratiques qui, selon les termes du rédacteur du communiqué, «risqueraient de fragiliser la stabilité et le calme précaire qui règne dans cette région».

Enfin, le FFS appelle les autorités à mettre fin aux «intimidations» et au «harcèlement» des militants qui activent «pacifiquement et dans la légalité», conclut le communiqué.

R. Mahmoudi 

Comment (13)

    MELLO
    3 octobre 2016 - 19 h 06 min

    Le FFS, bien qu’il soit
    Le FFS, bien qu’il soit orphelin, après la disparition de son fondateur, feu Hocine Aït Ahmed en décembre 2015, il n’en reste pas moins qu’il est plus que jamais déterminé à poursuivre le combat. et ce n’est pas au FFS qu’on trouvera les sceptiques qui doutent de leur pays ou qu’ils l’enterrent chaque matin. Un combat, plein d’embûches, qui ne cessera que lorsque notre pays s’approprie son INDÉPENDANCE POLITIQUE et cela ne décourage pas le FFS d’aller à la rencontre de ces sceptiques. Mais, si les choses restent stagnées, le FFS ne devra rien se reprocher. . Le FFS par la force de ses propositions demeure l’un des remparts contre tous ceux qui cherchent à mettre le pays à genoux. Hocine AIT AHMED disait: » L’intégrisme islamiste et l’intégrisme anti-islamiste ont combattu le pluralisme irréductible de notre société. Ils ont – tous deux – contribué à aggraver les dégâts préalablement occasionnés par l’autoritarisme et l’intolérance du parti unique. Les deux ont également servi de base de manipulation des passions et des personnes par la police politique du régime. Cela fait des décennies que nous vous disons que votre démarche conduit le pays à sa perte ! Et vous venez maintenant nous dire que le pays est en danger ! Tout en persistant dans votre vision biaisée et unilatérale et en manœuvrant en sous-main vos réseaux pour qu’ils entravent notre travail de construction politique et pacifique de notre société ! Notre démarche, depuis le congrès de la Soummam, se distingue de la votre par l’option stratégique de la primauté que nous accordons à la construction du politique.




    0



    0
    MELLO
    3 octobre 2016 - 18 h 31 min

    La salle omnisports du stade
    La salle omnisports du stade du 1er novembre de Tizi-Ouzou ne pouvait pas contenir, ce samedi 1er octobre 2016, toutes celles et tous ceux qui se sont déplacés nombreuses et nombreux pour célébrer le 53ème anniversaire du FFS, le premier parti d’opposition en Algérie. Le meeting organisé par le FFS pour célébrer sa fondation a ému tous les présents. C’est un événement qui a permis à plusieurs générations de militants de se rencontrer pas seulement pour revisiter l’Histoire, mais aussi et surtout pour en tirer les leçons et se projeter dans l’avenir. Les anciens de 1963, à leur tête celui que feu Ait Ahmed appelait le « sage », en l’occurrence M’hand Izouvache, étaient tous aux anges, ravis de voir que les idéaux pour lesquels ils se sont sacrifiés sont pris à bras le corps par d’autres générations de militants, et le sourire aux lèvres, ils semblent très contents d’avoir transmis le flambeau. Le rassemblement organisé ce samedi par le FFS pour célébrer sa fondation a été aux couleurs nationales. Des délégations de militants d’autres fédérations du parti de l’Est, de l’Ouest et du Sud pays se sont déplacées à Tizi-Ouzou pour affirmer leur attachement aux principes fondateurs du parti fondé par Ait Ahmed et ses compagnons il y a 53 ans.




    0



    0
    guerdane moh
    3 octobre 2016 - 9 h 51 min

    etant militant du ffs et
    etant militant du ffs et suite au discours en langue arabe des cadres du ffs je depose ma demission de ce parti arabise et desa amaghiser depuis la mort de hocine ait ahmed;…




    0



    0
      Rascasse
      3 octobre 2016 - 11 h 50 min

      Le FFS est un parti de
      Le FFS est un parti de dimension nationale et non pas exclusivement kabyle,le FFS est le parti de tout les algériens sincères et patriotes qu’ils soit kabyles chaoui targui arabophones Chaambi etc etc ,…




      0



      0
      MELLO
      3 octobre 2016 - 18 h 25 min

      Si l’autorité appartient à
      Si l’autorité appartient à ceux qui l’exercent effectivement et la propagande à ceux qui la commettent, la vérité elle, n’appartient à personne, ni à une langue, ni à une discipline en particulier, elle est plurielle car la vie est diversité et pluralisme, et les problèmes de société de plus en plus complexes, les solutions pour les résoudre ne peuvent être que le fruit d’échanges, de recherches, de confrontation et d’argument de raison. L’intolérance et le mensonge sont des preuves de faiblesse, ils produisent le fascisme quand ils font main basse sur les moyens d’information et de communication et veulent régenter la vie intellectuelle, artistique et politique.
      La réflexion linguistique en dramatisant l’interrogation sur les conditions nécessaires à l’épanouissement et au développement d’une culture démocratique, conduit au cœur d’un projet de civilisation. Comme toutes les percées historiques, le printemps Kabyle est ainsi dépassé par son propre projet.




      0



      0
      said
      2 décembre 2016 - 8 h 13 min

      desole mais le FFS est
      desole mais le FFS est algerien ni kabyle ni arabe alors arrette de devise l algerie




      0



      0
    Bougamouss
    3 octobre 2016 - 6 h 52 min

    Que faisait ce « militant » à
    Que faisait ce « militant » à Ghardaïa, raviver la haine entre les habitants? Le FFS a juré de ne jamais prendre le pouvoir, mias de tout faire pour emp^écher ce dernier de travailler. La33Ab oula harram!!




    0



    0
      MELLO
      3 octobre 2016 - 18 h 19 min

      Ce militant s’appelle Mellal
      Ce militant s’appelle Mellal Abdelaziz militant de la fédération de Ghardaïa, il y vit , il milite pour la démocratie; Le FFS s’interroge sur les motifs de cette arrestation abusive, en ce moment précis. Le FFS met en garde les pouvoirs publics sur de telles pratiques qui risqueraient de fragiliser la stabilité et le calme précaire qui règne dans cette région.




      0



      0
    anonyme
    2 octobre 2016 - 22 h 11 min

    dans l’Algérie de 2016 ce
    dans l’Algérie de 2016 ce genre de pratiques ne devrait plus exister! c’est une honte! au moins que l’on sache ce qui lui est reproché quand il sera jugé et remis en liberté si possible. pourquoi tant de violence ? respectons nous entre citoyens d’un même pays respectons la parole d’autrui quand elle est constructive et pacifique!




    0



    0
      MELLO
      3 octobre 2016 - 18 h 23 min

      Le contrôle de la société par
      Le contrôle de la société par la désinformation, la neutralisation du mouvement associatif et le discrédit de l’opposition véritable, a montré ses limites. Les citoyens sont persuadés que le système ne pourra pas régler leurs problèmes Il ne l’avait pas fait avant quand le budget dégageait des surplus. Il ne le fera pas aujourd‘hui avec les déficits annoncés. Ils considèrent que la seule issue pour le pays est de faire tomber ce système d’une manière ou d’une autre car il est lui-même le problème et non la solution. Avec la population nous disons ça suffit. 53 ans barakat,




      0



      0
    Rascasse
    2 octobre 2016 - 19 h 00 min

    le chef du FLN disait dans
    le chef du FLN disait dans une conference de presse que nous sommes un pays libre democratique avec une presse libre




    0



    0
    Thidhet
    2 octobre 2016 - 17 h 38 min

    On préfère laisser activer
    On préfère laisser activer les petites frappes du MAK. Quoi de plus normal, le but étant de faire perdurer la confusion pour faire sortir l’oseille en paix?




    0



    0
      Rascasse
      3 octobre 2016 - 4 h 52 min

      Absolument
      Absolument




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.