Sellal : «La croissance est une priorité du gouvernement»

Abdelmalek Sellal. New Press

La croissance économique demeure «une priorité et un objectif permanent» du gouvernement, a souligné le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans une publication parue à Washington et consacrée à l’investissement en Algérie. «Notre stratégie est simple: la croissance comme priorité et objectif permanent, et les entreprises comme un moyen pour y parvenir», a déclaré le Premier ministre, cité dans cette publication distribuée à l’occasion des Assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale. Intitulée Algeria Investment Report, la publication de 28 pages a pour objectif de promouvoir le marché algérien auprès de la communauté d’affaires américaine. Le chef de l’exécutif a ajouté que «tout est fait pour encourager l’investissement, la création d’entreprises et l’amélioration du climat des affaires».

«Depuis plus d’une décennie, nos revenus pétroliers sont orientés vers la création des programmes structurels et les grands projets d’infrastructures de base pour rattraper le retard économique, dont nous avons souffert pendant la période du terrorisme», a enchaîné M. Sellal. «Nous sommes en train de préparer l’économie pour l’après-pétrole», a-t-il résumé en réponse à une question sur le nouveau modèle de croissance lancée par le gouvernement pour relancer la productivité dans un contexte baissier des cours de pétrole. Mais le projet le plus ambitieux, selon lui, est celui de mettre «le pays sur la voie du développement et de la prospérité et de changer avec succès certaines mentalités et habitudes» de la société algérienne.

Dans ce cadre, le Premier ministre a expliqué que la politique économique du gouvernement était basée sur un patriotisme économique qui n’exclut cependant pas le recours à l’expertise et à l’investissement étrangers. Il a expliqué que le nouveau code de l’investissement consacrait la liberté d’investir en Algérie et subordonnait l’octroi automatique des avantages tout en réorganisant les entités en charge de l’investissement. «Nous avons aussi mis en place une procédure simplifiée pour superviser la gestion des terrains industriels, qui est maintenant ouverte à l’investissement privé et peut être contrôlée localement», a-t-il expliqué.

Le Premier ministre a souligné que le savoir-faire des hommes d’affaires américains est bien établi, relevant les nombreux domaines de coopération entre les deux pays tels que la pétrochimie, l’énergie, l’industrie pharmaceutique et l’agriculture. «Les opportunités pour les investisseurs américains pour faire de bonnes affaires sont là et elles sont nombreuses», a-t-il dit.

R. E.

 

Comment (15)

    mouloud madoun
    11 octobre 2016 - 13 h 13 min

    Il est la, encore. Donc Il
    Il est la, encore. Donc Il parle. Pour dire quoi? Le sait il au moins?
    La croissance, dit il , est une priorité? Il y a quelques années, elle était de 5+…A t-elle eu un effet? lequel?

    Enfin autant de questions …POUR RIEN. Dans un régime dictatorial sur lequel règne un MORIBOND….sur 40 millions de moutons qui brassent du vent. On en est la…encore. PS: Une ligne de SNTF de 23 kms entre alger et zeralda de plusieurs millions d`euro et des centaines d`expropriations, des familles entières décimées, des vergers transformes en ruine. Quelqu`un a t-il BOUGE en solidarité des familles livrées aux mafieux de ce gouvernement. 23 kms de ferraille…c`est cela la croissance?




    0



    0
    Ain El Berda
    11 octobre 2016 - 12 h 30 min

    OH LES GARS D AP ! QUE SE
    OH LES GARS D AP ! QUE SE PASSE T IL AVEC MON MESSAGE SUR CETTE TETE PARALEPEDIQUE DE SELAL..POURQUOI PAS DE PUBLICATION… EST CE QUE SELAL EST UN AMI A AP? EST CE QUE VOUS ETES ALIGNER A UN SEGMENT DE POUVOIR? EST CE QUE VOUS N ETES PAS INDEPENDANT DE TOUTES CONTRAINTE POLITIQUE? HEIN YA RAB ! MOI J ADORE LES GENS QUI SONT LIBRE DE FAIRE DE DIRE DE VOYAGER..AU FAITE J AIME LA LIBERTE…POUR CETTE TETE CUBIQUE DE SELLAL JE VOUS LE REPETE C UN MESQUINE PARACHUTER AU POUVOIR ET NE DEVRAIS PAS ETRE LA BAS…DITES MOI CE QU IL A FAIT? IL A CORROMPU TOUTE LA POPULATION POUR QU ELLE NE FASSE RIEN ..IL A PROMIS TOUT ET N AS RIEN FAIT ET IL APPEL CA LA BOULITIQUE YA RAB..IL N A AUCUN PRINCIPE CAR IL EST COMMANDER PAR LES AUTRES MAROKI… JE SAIS PAS COMMENT IL A ACCEPTER DE TRAVAILLER AVEC DES MAROKI , TLIBA ET LE DREBKI..IL NE PEUT ETRE QU UN OPPORTUNISTE. MAINTENANT IL NOUS PARLE D ECONOMIE ETC…TOŹZZZZ BANDE D INCOMPETENT ! SALAM ET JE SUIS PAS LOIN DE CONSTANTINE ET J AIME PAS CES OPPORTUNISTE




    0



    0
      les damnes de la terre
      11 octobre 2016 - 16 h 56 min

      Tu n es pas le seul a etre
      Tu n es pas le seul a etre censure.Moi aussi j ai fait l objet de censure mais pas sr cet article.Et pourtant je ss apolitque et ds mes commentaires j essaie tjrs de me rapprocher de l objectivite.J ai horreur des insultes.




      0



      0
      KAFKA
      11 octobre 2016 - 20 h 34 min

      @Ain El Berda

      @Ain El Berda
      mERCI AIN EL BERDA POUR CE COM
      NOUS ESPÉRONS QU’AP GARDERA LE CAP ET QUE J’AI TOUJOURS DU PLAISIR A LIRE AU CONTRAIRE D’AURES JOURNAUX QUI SE SONT MIS A PLAT VENTRE ET QUI ONT CHANGER DE CAMISOLE
      HELAS DANS UN PRECEDENT COM J’AI REPONDU A UN BALTAGUI DE SERVICE SANS QUE MES MOTS NE SOIENT DEPLACES ALORS QUE LUI A TRAITER LES COMMENTATEURS DE BANDE D’IDIOTS…
      MALHEUREUSEMENT MON COM N’A PAS ETE PUBLIER , C’EST D’AILLEURS LE MÊME BALTAGUI QUI ENCENSE CES VERMINES
      Merci a algerie Patriotique une des seules lucarnes ouvertes aux hommes libres et non à ceux de la brosse qui ont trouvé leur compte en cette médiocrité




      0



      0
    lhadi
    11 octobre 2016 - 12 h 12 min

    L’indépendance de l’Algérie
    L’indépendance de l’Algérie gagnée au terme d’une cruelle lutte contre la domination extérieure aurait du être riche d’espérance : libération, justice sociale, développement. Rarement mot eut pareil succès : ne fallait-il pas, entre autres, construire une économie nationale moderne ? En vérité, cette question a été occulté par toutes les équipes gouvernementales qui n’ont pas vu dans le développement de l’économie la condition d’une action à venir et la base de leur crédibilité. N’en déplaise aux marxistes, de plus en plus isolés, qui affirment avec opiniâtreté le caractère inéluctable de la crise dans la logique du capitalisme, je persiste à dire que le développement implique un ensemble de mutations des structures, économiques, sociales, politiques, idéologiques, etc. Je suis convaincu que la crise aurait pu être évitée : une habile conduite de la demande (investissement, consommation et, s’il le faut, exportation) permettra chaque fois que nécessaire de soutenir la croissance. Que l’on se méprenne pas sur le mot crise. Crise ne signifie pas effondrement, blocage, arrêt absolu.La crise est un mélange de difficultés et d’opportunités ; des pays s’embourbent et d’autres s’affirment; des secteurs régressent et d’autres connaissent de fortes croissances; des technologies se révèlent désuètes, dépassées et d’autres surgissent, s’imposent; de mêmes pour les entreprises, les activités, les emplois, les savoirs…c’est cette mutation que les responsables politiques algériens doivent analyser pour mieux en faire sentir toute la complexité multiforme, multidimensionnelle, à l’image de l’économie nationale, mondiale contemporaine. Fraternelllement lhadi ([email protected])




    0



    0
    faiza
    11 octobre 2016 - 7 h 03 min

    il veut dire décroissance car
    il veut dire décroissance car tout est en train de chuter, prix de pétrole, pouvoir d’achat, etc etc…il ne nous reste que tchbatchek aicha,




    0



    0
    hakim
    10 octobre 2016 - 22 h 05 min

    entre Temp le pétrole reste
    entre Temp le pétrole reste le dieu dinars.




    0



    0
    YA DELALI!!
    10 octobre 2016 - 20 h 13 min

    Votre stratégie est
    Votre stratégie est subitement devenue simple!!!! les bras m´en tombent!!
    anhaar kikanou elflous a gogo win kount si mohamed!!!quand il y´avait du fric à gogo, vous étiez ou si fakakir!!!à tripatouiller avec le fric des 40 millions de tateches que nous sommes et les transferer la bas chez vos enfants!!! innaaa3lou blis au moins une fois et taisez-vous!!! la bahbouha de votre fakhamatoukoum est derrière vous, alors place maintenant au rafistolage et à la démagogie!!! walah 3iiiib, Don Quichotte se retourne dans sa tombe. Brassez du vent, y´aura toujours des idiots pour vous écouter!!! la croissance dit le sieur…. et puis quoi encore…. avec une épave à la tête de la nation et ca jacasse fort!!! (…)




    0



    0
    Anonymous
    10 octobre 2016 - 20 h 08 min

    Wellah sur la tête de t ce
    Wellah sur la tête de t ce qui on perdu leur vie pour cette Algérie que vous puez de loin le peuple vous vomis .ehechmou chya DEHAGE si vous nous donnez TT les richesses du monde le peuple vous vomis .(peuple j ai raison ou pas ???)




    0



    0
    Ahran
    10 octobre 2016 - 19 h 41 min

    Un premier ministre très
    Un premier ministre très faible mais pas d’inquiétude c’est le reflet de la réalité vitale de notre pauvre Algerie ,
    Ce premier ministre qui a met des sommes d’argent colossales entre les mains des étrangers dans le cadre de la gestion déléguée , cette dernière a favorisée toute sorte de corruption issue d’une complicité des hauts fonctionnaires et des sois disants les apporteurs du savoir faire étranger .
    Pauvre Algerie !!!!!!!




    0



    0
    bof!
    10 octobre 2016 - 17 h 43 min

    Priorité pour qui?!pour eux
    Priorité pour qui?!pour eux oû pour l’Algerie! La question est en suspend depuis 1962, le precipice est lá et oooh combien profond! Et toute les parois pour tenter de remonter y sont friables , vous perrorer á longueurs de temps, vous votupérer des solutions dignes d’un film de science fiction en vous y croyant réellement et le comble vous voulez qu’on adhere absolument a votre patanoia tel des moutons de panurge, on est lás de vos diatribes de fous du village et de vos sois disant remédes miracles de charlatans.




    0



    0
    el wazir
    10 octobre 2016 - 14 h 48 min

    A condition que cette
    A condition que cette croissance soit créée par le travail productif de l’économie réelle pas par nos réserves des changes et ensuite veiller a réduire l’inflation de sorte que la croissance réelle reste positive




    0



    0
    kadda
    10 octobre 2016 - 14 h 44 min

    « Patriotisme économique » j’en
    « Patriotisme économique » j’en ris encore
    En effet shab chkara en ont profité de ce « patriotisme économique »
    D’anciens voyous ont profité de cette manne inespérée et sont devenus du jour au lendemain milliardaire




    0



    0
    kadour
    10 octobre 2016 - 14 h 38 min

    Ne faut il pas remettre le
    Ne faut il pas remettre le tablier et laisser place aux technocrates




    0



    0
    Anonymous
    10 octobre 2016 - 13 h 32 min

    Que de belles paroles depuis
    Que de belles paroles depuis des années, la réalité est autre ,il suffit que le premier ministre sorte dans la rue et demander le sentiment du peuple.Ça va être un autre discours qu’il entendra.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.