Vague d’agressions contre des enseignants en France

Les agressions contre le corps enseignant se multiplient. D. R.

Plusieurs incidents graves ont récemment éclaté dans la banlieue nord de Paris, comme lundi matin, à Tremblay-en-France, où la proviseure d’un lycée a été molestée pour avoir tenté de raisonner une bande de jeunes cagoulés qui lançaient des cocktails Molotov sur la façade de l’établissement.

Les émeutiers s’en sont également pris aux forces de l’ordre, qui ont essuyé des tirs de mortier confectionnés de façon artisanale. Il s’agissait du troisième épisode de violences en quelques jours aux abords du même lycée.

Dans cette même zone populaire du nord de Paris, le proviseur d’un lycée professionnel s’est fait casser le bras jeudi par un élève qui n’avait pas supporté une remontrance sur son retard.

Toujours en banlieue parisienne, un enseignant a été passé à tabac en pleine rue lundi alors qu’il raccompagnait ses élèves d’un cours de sport. «Le seul maître c’est Allah», aurait justifié l’un des agresseurs alors que cet instituteur avait expliqué qu’il était en train de gronder une élève parce qu’il était son «maître».

«L’État poursuivra sans relâche ceux qui s’en prennent à nos professeurs, nos écoles, nos forces de l’ordre», a réagi mardi sur Twitter le Premier ministre français Manuel Valls.

La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a condamné une «montée des violences à l’égard des fonctionnaires» dans la région parisienne, visant «aussi bien les policiers que les enseignants et les proviseurs». Elle a encouragé les personnels à porter plainte systématiquement.

Les violences ne se limitent pas à la région parisienne : une professeur de sport a été frappée au visage lundi par un élève qui tentait de sortir par une porte non autorisée d’un lycée près de Toulouse (sud de la France).

Vendredi, un élève de terminale d’un lycée professionnel de Calais (nord) a cassé la mâchoire et plusieurs dents de son professeur en plein cours, lors d’une altercation.

Plus tôt ce mois-ci, quatre policiers ont été attaqués dans leurs véhicules par une dizaine de personnes à coup de cocktail molotov dans la banlieue parisienne. Plusieurs centaines de policiers ont manifesté de manière inédite leur mécontentement sur les Champs-Elysées à Paris dans la nuit de lundi à mardi.

R. I. 

Comment (7)

    TheBraiN
    19 octobre 2016 - 13 h 45 min

    Ouais , on peut voir des
    Ouais , on peut voir des mouettes mais pas de sardines !
    Alors que s’il n y avait pas de sardines , il n y aurait pas de mouettes .
    Cantona avait raison , lui c’était (et c’est toujours) un philosophe !




    0



    0
    New kid
    19 octobre 2016 - 8 h 45 min

    Bravo à flamby et à son
    Bravo à flamby et à son protégé Valls, ils ont réussi la Saoudisation et le la qatarasisation de leur enseignement néocolonialiste !




    0



    0
      anonyme
      22 octobre 2016 - 10 h 30 min

      Excellent commentaire qui
      Excellent commentaire qui résume l’état du délabrement de l’enseignement chez fafa et j’espère qu’ils auront bientôt une institutrice qui dira aux petits français que « la langue arabe est la langue du paradis ».




      0



      0
    Thidhet
    19 octobre 2016 - 8 h 34 min

    Enseigner en France est
    Enseigner en France est extrêmement épuisant, déprimant et, dans bien des cas, dangereux. L’enseignant y est comme un soldat envoyé seul et sans armes sur un champs de bataille. Le mot « collègues » n’y a aucun sens. C’est beaucoup plus agréable d’enseigner en Algérie. Je parle d’expérience, de deux longues expériences.




    0



    0
      el gatt
      23 octobre 2016 - 8 h 02 min

      Si j’ai bien compris le sens
      Si j’ai bien compris le sens de votre intervention qui reflète une expérience que vous dîtes avoir vécue longtemps, le métier d’enseignant en France est très exigeant, très très pénible, il faut « combattre » pour faire acquérir les notions du programme aux élèves. C’est la guerre quoi ! Alors qu’ici, c’est « agréable » d’enseigner comme si on était perpétuellement en vacances. Nos élèves sont tous gentils, mignons, disciplinés, calmes…intelligents, les enseignants n’ont aucun effort à faire : tout se passe parfaitement. Si seulement cela pouvait être vrai ! A l’école primaire Ben Saci Abdelkader de Bab Ezzouar par exemple, école de 12 classes avec une quarantaine d’élèves par classe et un mobilier dégradé depuis de longues années, je ne crois pas que cela soit aussi radieux que vous le dîtes pour les enseignants comme pour les pauvres gosses. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Il m’est indifférent qu’on crache des bêtises sur la France mais je suis atterré qu’on se donne des airs supérieurs alors que nous avons tant à faire pour redresser la barre en matière d’éducation. J’ajoute qu’à la radio ce mercredi 19/10/2016 M. Benramdan a fait état que le système éducatif pose problème et cela suite au rapport de la Commission d’évaluation mise en place par Mme la Ministre de l’E.N. Deux grands thème émergent de ce rapport : 1° trop d’échec scolaire = trop de redoublements = abandons des études 2° les niveaux atteints par les élèves algériens en math, arabe et français sont décevants. Maintenant pour en revenir à l’article de R.I. en ce qui concerne l’attaque d’une voiture de police par des voyous il ne fait aucun doute que ce phénomène de violence a de quoi étonné. Et cela juste avant des élections présidentielles françaises ! Qu’un groupe de voyous attaque des policiers au point de vouloir les tuer me paraît suspect. Des médias sous-entendent que derrière ceux-ci des officines de droite ou d’extrême droite peuvent agir. Les Le Pen et Sarko sont les grands bénéficiaires de ces graves désordres. Et qu’en plus avec une épidémie de violence qui se propage à l’école, les racistes, les islamophobes et les xénophobes ne peuvent que se réjouirent ! Il est à noter que cette agression se passe dans une cité comme on en construit un peu partout ici. Cité où une frange de la jeunesse est au chômage et vit de l’économie de la drogue. Aurons-nous ces graves problèmes ? Je souhaite que nos responsables restent vigilants et soient à l’écoute des citoyens en cas de besoin.




      0



      0
    Dr justice
    19 octobre 2016 - 7 h 46 min

    Ils osent agresser leur
    Ils osent agresser leur enseignant leur formateur leur maitre de leur éducation et de leur savoir en citant Allah , non Allah qui est notre Dieu à nous chrétiens et musulmans et juifs ne cautionne jamais ces comportements violents qui au contraire favorisent la montée de l’islamophobie .
    Devant dieu les auteurs de ces actes condamnables ont commis des pêchers envers autrui.
    Le musulman doit savoir raison gardée , s’il y’a vraiment des comportements xénophobes il ne faut les régler que par le dialogue et les dénoncer à qui de droit voire même aux medias.
    De telles attitudes au contraire compliqueront d’avantage les problèmes il faut laisser l’autre partie commettre des erreurs pour prouver réellement qu’on est victimes de gens quand bien même des enseignants.




    0



    0
      diaspora en danger
      20 octobre 2016 - 18 h 09 min

      quel drôle de commentaire on
      quel drôle de commentaire on sent que vous hésitez à condamner les abrutis bons à rien qui frappent leurs profs : il faut rester tranquille pour que ce soient eux qui vous agressent, commentaire d’un psychopathe qui ne sait pas sur quel pied danser , je vous plains




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.