L’expert en informatique Ali Kahlane explique aux lecteurs d’Algeriepatriotique la dernière cyberattaque d’envergure

Tout porte à croire que nous sommes dans la cyberguerre 3.0. D. R.

L’ancien professeur à l’Ecole militaire polytechnique (ex-Enita) et Ph. D. en informatique de l’université de Londres, explique à nos lecteurs l’attaque informatique majeure qui a paralysé une partie du web pendant plusieurs heures.

Les guerres telles que nous les connaissions se passaient dans des champs de bataille classiques, telles les guerres terrestres, navales, aériennes et, pour certaines, spatiales mêmes si celles-là on en parle beaucoup moins. Il existe maintenant un cinquième type de guerre, que tout pays peut mener et même gagner sans coup férir. Elle est accessible à tous, aux petits et aux grands, aux puissants comme aux faibles, son champ de bataille est l’internet ou l’espace du Net, une guerre qui se déroule dans le cyberespace.

Avec ce type de guerre, les contraintes d’armée conventionnelle disparaissent complètement. La flexibilité de mouvement est totale, car elle est supranationale, sans aucune frontière physique et sans aucune frontière virtuelle non plus d’ailleurs. Les conflits et les éléments de la guerre classique et traditionnelle sont désormais obsolètes, ils peuvent à peine servir à la dissuasion. C’est une guerre silencieuse, une guerre où l’ennemi est invisible. Les pertes humaines peuvent très bien ne jamais exister du moins pas d’une manière directe.

La Cyberguerre 2.0

Même si l’ennemi est invisible, il n’est pas forcément inconnu. C’est la cyberguerre 2.0 par analogie au web 2.0. Elle a été inaugurée par les Etats-Unis, juste après les attentats de 11 septembre 2001. Deux exemples contemporains, que j’ai choisis, peuvent illustrer admirablement ce type de guerre.

En août 2008, les troupes russes pénétraient en Géorgie. Presqu’au même moment, une énorme cyberattaque multiforme est perpétrée contre les infrastructures et les sites web gouvernementaux géorgiens. Défaçage de sites web, dénis de services, arrêt complet du système de communication VoIP, etc. Sans compter que tous les sites institutionnels et les infrastructures opérationnelles étaient tous bloqués ou lourdement défacés. Suite à cette attaque, certains sites web souverains, notamment celui de la Présidence et celui du ministère des Affaires étrangères géorgiens ont été prestement délocalisés et hébergés aux Etats-Unis pour assurer la continuité de l’Etat aux yeux du reste du monde. Les Etats-Unis ont averti que si jamais ces sites venaient à être attaqués, ils considéraient cela comme une guerre dirigée contre eux et riposteraient immédiatement. Les «assaillants» de l’époque ne l’ont finalement pas fait.

Ouf ! Fait historique troublant, durant cette attaque, nous sommes passés très près de vivre la première cyberguerre mondiale. Il n’en demeure pas moins que les retombées psychologiques de cette action ont été dévastatrices sur tout le pays ; il ne s’en était toujours pas remis plusieurs mois après.

L’autre cas est plus proche de nous. Il s’est passé en 2012 à Dhahran, en Arabie Saoudite, la veille du 27e jour de Ramadhan. Un groupe de hackers, se disant terroristes islamistes, effaçaient les disques durs de 30 000 ordinateurs de la plus grande compagnie pétrolière du monde, Saudi Aramco. Les pertes se sont comptées en centaines de millions de dollars. Pour la bonne mesure, ces mêmes terroristes afficheront sur tous les écrans de chaque ordinateur attaqué un drapeau américain en feu.

Sommes-nous déjà entrés dans une cyberguerre ?

Oui, tout porte à croire que nous sommes désormais dans la cyberguerre 3.0. Elle prend en compte le fait que plus de trois milliards d’humains sont connectés à l’internet. La nouvelle norme d’adressage, l’IPv6, adressera tous les êtres humains sur terre y compris leurs animaux domestiques et mêmes les autres qui ne le sont pas. En fait, tous les objets présents et futurs seront adressés pour encore des milliers d’années à venir sans que le «pool» d’adressage soit épuisé comme l’a été celui de l’IPv4 au bout d’une vingtaine d’années d’utilisation seulement.

En effet, dans l’internet de demain, en plus des êtres humains qui seront directement connectés et interconnectés entre eux, l’essentiel des données du réseau viendrait d’objets et de capteurs interconnectés entre eux. Ils échangeraient des données, se parleraient même et ils le font déjà…

Le Net n’est pas une créature immuable et nous aurons tort de le croire. L’internet actuel est un réseau de machines ; il interconnecte des ordinateurs entre eux. Une bonne partie des données qui y transite et qui y est stockée est produite par les internautes eux-mêmes enrichis par celles qui seront produites par les objets connectés et interconnectés.

Savoir où se trouve ce qu’on connecte et qui est connecté, c’est mieux et, surtout, indispensable. Les cyberattaques et les cyberguerres font maintenant partie de l’arsenal des guerres modernes. Contre qui, quand et où la prochaine attaque sera lancée est certes inconnu, mais une chose est sûre, celle-ci arrivera si elle n’est pas en train de se passer quelque part dans le monde au moment où vous êtes en train de lire ces lignes. Les chiffres sont affolants, les capacités et les moyens techniques aussi. L’internet mobile, de plus en plus rapide et omniprésent, a changé toute la donne. C’est, certes, la communication totale, mais c’est aussi la surveillance globale.

Les évènements que nous vivons depuis une quinzaine d’années montrent clairement que nous sommes entrés dans un autre type de «guerre», d’autres rapports de force qui ont enfanté un autre type de diplomatie où trois types d’internet cohabitent. L’internet utile qui permet à un pays d’exister et de fonctionner, l’internet des réseaux sociaux qui divertit et occupe le peuple et, enfin, l’internet physique secret et pernicieux que tous les pays courent et qu’ils voudront harnacher comme naguère ils le faisaient et le font toujours pour la bombe atomique.

Ali Kahlane

Comment (26)

    Hami
    22 décembre 2016 - 14 h 54 min

    Article tres pertinent,à un
    Article tres pertinent,à un moment crucial où l’on assiste au retour de notre pays à l’âge de la PIERRE rejetant ainsi le rationnel,l’esprit critique,la démarche scientifique,laissant place au charlatanisme primaire(Çà me rappelle le sorcier qu’on retrouve dans chaque tribu amerindienne d’antant dont le pouvoir était énorme,et du fameux Raspoutine..) et aux miracles.à la roqia,
    Feu,mon Beau-frère (Paix pour son âme) ,à chaque qu’il se sentait mal préférait consulter le taleb du coin,qui lui prescrit une potion accompagnée d’un talisman.Il a fini avec un Avc qui la emporté.
    Les islamo-bathistes,les arabo-islamistes,les salafistes et.. avec la complicité de nos élites ont fini par paupériser et clochardiser notre population.




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    24 octobre 2016 - 8 h 05 min

    C un coup monté par les
    C un coup monté par les services du mossad
    Os raelien et la Nsa.
    Pour accuser la Russie de poutine.
    Et Donald Trump le candidat républicain à la
    .maison blanche noircie par barak obama.




    0



    0
    Cash
    24 octobre 2016 - 6 h 34 min

    Le géant informatique
    Le géant informatique américain Microsoft a remporté le marché public du ministère de la Défense. Il équipe 200 000 ordinateurs de l’armée française. Ce choix stratégique pose des questions pour la sûreté de l’Etat car le numéro 1 mondial des logiciels n’est pas sans faille. Le magazine « Cash Investigation » a lancé une opération commando pour tester la fiabilité des logiciels américains utilisés par les militaires français.

    La journaliste Elise Lucet s’est rendue sur le campus de l’Esiea à Laval, dans la Mayenne. L’Ecole d’ingénieurs du monde numérique a notamment pour spécialité la cybersécurité… Un professeur et un étudiant vont lancer une attaque informatique sur l’ordinateur d’un journaliste de « Cash Investigation » à Paris.

    L’ordinateur sous contrôle grâce à une faille dans le système informatique

    L’ordinateur cobaye de « Cash Investigation », piraté grâce à une faille dans le système, est configuré comme un ordinateur du ministère de la Défense en 2013, année du renouvellement du contrat passé avec Microsoft. L’étudiant a envoyé un courriel faisant croire qu’il s’agit de l’adresse d’Elise Lucet. Il contient un lien sur lequel le destinataire est invité à cliquer et qui va ouvrir une page exploitant une vulnérabilité du navigateur Internet Explorer de Microsoft.

    Depuis Laval, l’ordinateur de « Cash » à Paris est désormais sous contrôle. Il est possible de se promener librement à l’intérieur : ouverture des dossiers, lecture des mails, suivi en temps réel de ce qui est tapé sur le clavier, utilisation de la webcam… et arrêt à distance du PC piraté ! Voilà comment « Cash Investigation » est entré facilement dans un ordinateur type du ministère de la Défense…

    Extrait de « Marchés publics : le grand dérapage », une enquête de Loïc Tanant et Nolwenn Le Fustec pour le magazine « Cash Investigation » diffusé mardi 18 octobre à 20h55 sur France




    0



    0
    Lotfi magh
    23 octobre 2016 - 22 h 39 min

    Il y avait un bon début avec
    Il y avait un bon début avec l’ INSE , durant les années 80 , ensuite la regression je ne sais pas pourquoi , la crise n’est pas une excuse .




    0



    0
      Lotfi magh
      24 octobre 2016 - 0 h 06 min

      INSI institut national des
      INSI institut national des systemes informatiques et non INSE excusez moi .




      0



      0
    Lotfi magh
    23 octobre 2016 - 21 h 59 min

    On doit investir énormément
    On doit investir énormément dans le domaine de l’informatique et aider les jeunes talents et les moins jeunes dans ce domaine , on a perdu trop de temps , j’ai remarqué que nos ennemis comme la narcomonarchie nous mène une guerre électronique à travers le net comme youtube, facebook , leurs sites makhzeniens , j’ai remarqué beaucoup d’insultes , mensonges ,déformer notre histoire , voler notre patrimoine culturel , historique , musical ,culinaire , habits traditionnels etc à leur faveur , IL FAUT QUE L’ETAT BOUGE TROP DE LAXISME , NOTRE EXISTENCE ET NOTRE IDENTITE EST EN JEU , ANONYMOUS VIENT M’AIDER ;




    0



    0
    nahnou
    23 octobre 2016 - 18 h 35 min

    l algerie possède des élites
    l algerie possède des élites a l,étranger dans ce domaine. de la sécurité de l informatique




    0



    0
    Cyber attaque
    23 octobre 2016 - 16 h 21 min

    Pas mal de pays ont recourt à
    Pas mal de pays ont recourt à cette guerre des sites et cybernet, je conseil vivement au RG ALGERIEN si il y en as ? d’en faire autant pour défendre les interets de l’Algérie.




    0



    0
    TheBraiN
    23 octobre 2016 - 9 h 03 min

    Ce sont les « 4G Wars » ou
    Ce sont les « 4G Wars » ou alors les guerres de 4 ième génération !
    Dire que certains se moquent de cette expression et crient à la « théorie du complot » lorsqu’on en parle .
    Maintenant que ce la sorcellerie se retourne contre le sorcier , on se dit que c’est peut-être tout sauf une illusion .




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    23 octobre 2016 - 8 h 35 min

    Monsieur merci pour cet
    Monsieur merci pour cet article.Je vous pose deux question ? Notre pays se prepare t-il a cette menace et trouvez vous le budget consequent ou devrions nous inquieter pour notre securite informatique
    Merci.




    0



    0
    Bekaddour Mohammed
    23 octobre 2016 - 7 h 47 min

    La composante imbécile de l
    La composante imbécile de l’humanité va faire beaucoup de dégâts avec Internet, qui est peut-être La Plus Belle Chance donnée à l’humanité d’être à la hauteur de sa raison d’être… J’ai failli être cadre de l’ENITA, il y a longtemps, en 1974 ! Je venais d’avoir le bac…en France ! Je me réjouis qu’elle ait produit des profils comme celui d’Ali Kahlane, sincèrement, le moteur propulseur « Houari Boumédiène » continue de démontrer son efficacité ! Les Ali Kahlane ont le devoir du second souffle de l’Indépendance. Trop à dire… Guerre et Paix, en toute chose, normal !




    0



    0
    L'apprenti
    23 octobre 2016 - 0 h 08 min

    Monsieur Ali kahlane je vous
    Monsieur Ali kahlane je vous donne raison sauf qu’il vous manque une guerre que vous n’avez pas cité qui est plus forte qu’internet, comme vous êtes un expert je vous laisse chercher ( je met pas le terrorisme au milieu) je parle comme vous.je vous ai répondu sans piège et celle là est difficile à arrêter où à battre alors vos expertise sont encore loin de la vérité (même les grandes puissances la connaissent pas) amicalement.




    0



    0
    Asseaâdhi...
    22 octobre 2016 - 23 h 18 min

    En Effet! l’Algérie est bien
    En Effet! l’Algérie est bien protégée. 1°/ Par les « Douaâ » de milliers de fideles de la grande mosquée d’Alger,ainsi que par le plus perfectionné des « Missiles »,qui est son « minaret ».




    0



    0
      ELBOUDHISTE
      23 octobre 2016 - 7 h 05 min

      Mais il va bien decoller car
      Mais il va bien decoller car on est entrain de fabriquer de puissants moteurs made in Hna, grace aux beaux soins et la puissance technologique de la langue d’EL BOUHTOURI.




      0



      0
      Mohamed El Maadi
      23 octobre 2016 - 8 h 41 min

      [email protected]

      [email protected]

      Je me doute bien que votre commentaire est ironique mais je suis persuadé que c’est la seul replique que nous avons au pays. Malheureusement vu l’Etat de delabrement total.
      On n’est meme pas foutu de construire un CHU.
      Neanmoins je pense que l’armee algerienne y travaille serieusement .




      0



      0
      Farid1
      23 octobre 2016 - 18 h 51 min

      Je ne pouvais m’empêcher de
      Je ne pouvais m’empêcher de rire§§§

      Merci




      0



      0
    Amechoum
    22 octobre 2016 - 21 h 22 min

    L Algerie est proteger par
    L Algerie est proteger par ces imams rien a creindre. Allah est grand.




    0



    0
      Assaâdhi...
      22 octobre 2016 - 23 h 12 min

      hahaha! Permet-moi de lire,
      hahaha! Permet-moi de lire, car, ouellah que tu l’as bien trouvée la « défense ». Rebbi K’bir.Rebbi Dhamoqrane…




      0



      0
      Mohamed El Maadi
      23 octobre 2016 - 8 h 44 min

      L’islam bien compris demande
      L’islam bien compris demande de faire des efforts et de tout mettre en place et ensuite se fier a Dieu .Non comme c’est l’habitude au pays d’attendre que l’argent tombe du ciel sans travailler.




      0



      0
      Farid1
      23 octobre 2016 - 18 h 55 min

      MDR!!! même s’il arrive quoi
      MDR!!! même s’il arrive quoi que çe soit, ça sera le mektoub… Il a bon dos le Mektoub….




      0



      0
    OMAR
    22 octobre 2016 - 19 h 55 min

    SAADANI OU SAAD ENNI EST
    SAADANI OU SAAD ENNI EST TOMBE DANS LE PIEGE

    TENDU PAR LES GRANDS STRATEGES!!!!

    CEUX QUI AVAIENT APPLAUDI SAADENNI NE VONT PAS DORMIR!!!!!!

    BEAUCOUP SERONT DEBARQUES COMME LUI/

    EST CE L OPERATION NETTOYAGE ET QUI L A ORDONNE??

    NOUS LE SAURONS DANS LES PROCHAINS EPISODES…..

    GO




    0



    0
    ANONYME
    22 octobre 2016 - 17 h 19 min

    Les services de l’ETAT sont
    Les services de l’ETAT sont-ils protéger? y compris notre ANP




    0



    0
      le retour de manivelle
      22 octobre 2016 - 21 h 24 min

      Mais bien sûr qu’ils sont
      Mais bien sûr qu’ils sont protégés,la grande mosquée d’Alger va servir justement à nous protéger de la main de l’étranger,120 000 prières ce n’est pas rien,le peuple algérien peut dormir tranquille,nos dirigeants sont prévoyants.




      0



      0
    el wazir
    22 octobre 2016 - 17 h 17 min

    apparement cet exposé n
    apparement cet exposé n’incite guerre a l’exploitation (même profitable) des NTIC, puisque les système d’information (notamment de gestion) peuvent faire l’objet d’une attaque et de blocages, plongeant les institutions de l’e- administration et les entreprises économiques dans une panne fortement préjudiciable a la sécurité nationale, sans compter les risques d’espionnage par les puissances mondiales, dans ce cas il est préférable d’avancer au rythme choisi par notre pays dans l’exploitation des NTIC et de rester en mode semi-automatique ce qui réduit les incertitudes de mauvaises surprises et nous permet de demeurer a l’abris des dictatures des puissance mondiales des NTIC de leurs applications et de leurs SI. En résumé l’Algérie est la plus avancée en matière de NTIC




    0



    0
      lefhama
      22 octobre 2016 - 21 h 29 min

      vous êtes vraiment ch*é! les
      vous êtes vraiment ch*é! les pays qui informatisent tous leurs secteurs d’activité dans le sens d’améliorer les prestations et surtout de les rendre plus rapides gardent toujours la possibilité de se replier sur le mode classique de travail , tout est précieusement archivé sur de multiples supports! ils ne sont pas fous non plus de tout hypothéquer en ne misant que sur internet! oser dire que pour des raisons de piraterie auxquelles du reste tous les pays sont soumis , l’algérie fait le bon choix et qu’elle est en avance, c’est tout simplement de la crétinerie de haute volée!




      0



      0
      ELBOUDHISTE
      23 octobre 2016 - 7 h 01 min

      OUI NOUS SOMMES TRES AVANCES
      OUI NOUS SOMMES TRES AVANCES EN ARRIERE, surtout que la belle langue arabe nous permet meme d’occuper la premiere place en arriere, on va mieux s’adosser une fois le mur arriere atteint.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.