Affaissement de la route à Ben Aknoun : entre critique excessive et démagogie

Un agent de la Protection civile sur le lieu du drame. New Press

L’affaissement qui s’est produit sur la rocade sud reliant Zéralda à Dar El-Beïda a suscité de nombreux commentaires, notamment sur les réseaux sociaux qui se sont vite enflammés dès la diffusion des premières images. Si certains internautes se sont montré plutôt mesurés et prudents dans leurs propos en tenant compte, surtout, du facteur naturel immaîtrisable partout dans le monde, d’autres se sont livrés à des critiques excessives, loin de toute perspicacité scientifique. Certes, il est tout à fait logique de demander une enquête sérieuse pour déterminer les causes de cette catastrophe. Mais faire le reproche aux autorités d’avoir laissé se produire une catastrophe naturelle, c’est prendre le risque de banaliser la critique. Car des phénomènes naturels tels que l’affaissement de terrains restent imprévisibles, comme d’ailleurs les séismes.

La preuve est que de tels affaissements ont affecté des pays habitués aux catastrophes naturelles comme le Japon. Dans ce pays, qui est l’une des plus grandes puissances économiques du monde, il y a eu, la semaine dernière, un cratère suite à un affaissement en plein cœur de l’une de ses grandes villes (https://www.youtube.com/watch?v=iMLWjGv-Mx0). Un affaissement provoqué par l’explosion d’une grosse conduite d’eau. Au Canada aussi, plus exactement au centre d’Ottawa, un immense trou s’est produit en juillet dernier, provoquant la fermeture pendant plusieurs jours d’un axe routier important de cette ville.

A cet excès de critiques s’ajoute le zèle de certains responsables qui s’aventurent à faire des déclarations et à prendre des engagements, sans consulter les techniciens du domaine. C’est le cas du wali d’Alger qui s’est engagé avant même que les victimes ne soient totalement secourues à «boucher» ce trou béant avant «samedi à 20h». Un délai qui risque de s’avérer plus que contraignant pour les techniciens en charge de conduire les travaux de réparation. Comment le wali a-t-il pu faire une telle annonce alors que les équipes techniques n’étaient pas encore sur place et n’avaient pas encore «ausculté» ce cratère pour pouvoir déterminer la nature des travaux à effectuer et, par conséquent, en fixer la durée ?

Il est clair que l’annonce du wali d’Alger vise à contenter la population en limitant au minimum la durée des désagréments. Mais satisfaire la population risque d’être très coûteux sur le plan de la sécurité routière. Car faire vite, c’est prendre un grand risque de bâclage des travaux avec toutes les conséquences qui en découleront. Le wali pourrait demain se féliciter d’avoir «fait» plus vite que les Japonais mais sans avoir la certitude d’avoir pris toutes les précautions nécessaires pour que cet affaissement ne se reproduise plus.

Les autorités japonaises, avec tout le sérieux, les moyens technologiques et l’expérience de leurs entreprises, n’ont pas osé fixer de délai aux travaux de réparation, laissant le soin aux techniciens de le faire une fois les études terminées. Et les travaux de réparation ont duré le temps nécessaire, à savoir une semaine (https://www.youtube.com/watch?v=W3A-kA3sEeA), ce qui est déjà considéré comme un «record» dans ce genre de situation. Les Japonais ont démontré que le plus important était de faire bien et vite quand cela est possible. Il y va de la sécurité du citoyen et de la crédibilité de l’Etat.

Sonia Baker

Comment (19)

    Benhabra brahim
    21 novembre 2016 - 3 h 51 min

    [email protected] etait pour toi un
    [email protected] etait pour toi un « minin tsunami » sous terrain!!!….dut a la secousse tellurique de………………Biskra.
    Et donc silence on bouche !!..moteur..action.Tu fais google »affaire OKN32″!!..c est encore une histoire de trou.

    RAMO
    21 novembre 2016 - 2 h 25 min

    Article très intéressant sur
    Article très intéressant sur les commis de l’Etat et leur incompétence flagrande

    MDAMAR
    20 novembre 2016 - 18 h 56 min

    Les catastrophes sont
    Les catastrophes sont imprévisibles à travers le monde, mais nous , Algériens et heureusement pas tous, avons la langue fourchue ,nous avons réponse à tout , nous critiquons tout ,nous voyons le mal partout sans aucune objectivité et parfois sans raison apparente. certaines critiques sont effectivement excessives mais il faut tempérer quand il le faut et raisonnablement. certes ! des responsables sont redevables aux citoyens et doivent rendre compte ou rendre des comptes . mais leur coller tout sur le dos c’est inadmissible. le tremblement de terre c’est eux, une tempête de sable c’est eux, un glissement de terrain c’est eux, un feu de forêt c’est eux, une pluie diluvienne c’est eux, un gosse qui déserte l’école c’est un eux, un énergumène qui roule à tombeau ouvert c’est eux, le bêlement des moutons de l’ aid el adha ,c’est eux , les étudiants à l’université qui volent des livres ou déchirent des feuilles du coran pour copier des versets qu’ils n’ont pas appris par coeur , c’est le recteur, des détritus qu’on jette par les fenêtres dans la rue c’est aussi le P APC .modérez un peu vos paroles, faites un peu la part des choses, nous sommes tous responsables. où est la part du citoyen dans tout ça? Le dromadaire voit la bosse des autres mais oublie qu’il porte une bosse plus « culminante » que celles des autres.

    Aziz le Chéllalien
    20 novembre 2016 - 17 h 31 min

    C’est aux techniciens de
    C’est aux techniciens de dresser un constat sur la cause de cet affaissement et à partir duquel des décisions ‎seront prises sans qu’aucune autorité s’immisce dans le délai pour leur permettre de mener à bien leurs ‎travails

    Thidhet
    20 novembre 2016 - 16 h 40 min

    AP, vous nous comparez à des
    AP, vous nous comparez à des gens comme les japonais et les canadiens. C’est bien et ça fait plaisir à entendre. Seulement, quand on voit l’état de nos routes …. voilà…. désolé mais… enfin vous voyez.

    G31
    20 novembre 2016 - 10 h 57 min

    Les infrastructures sous
    Les infrastructures sous terrains dans l eau et l assainissement sont l oeuvre du ministre des eaux si sellal qui a attribué un budget énorme à des boites étrangères sans contrôle .
    Le moments ou des algériens devait bénéficier du savoir Faire des ces étrangers le contraires a été fait de fait que les les dirigeants étrangers se contentent juste de la signature des factures faramineuses des oeuves réalisées par les entrepreneurs mafieux .
    Le Ministere des ressources en eau est au courant de ça je vous assure .

    grosse buse et petites vannes
    20 novembre 2016 - 10 h 39 min

    Depuis le mois de mai ils
    Depuis le mois de mai ils savaient que le double collecteur etait cassé, 6 mois ya aadjaba! Vous trouvez ça normal!,vous vous comparez au Japon et Au Canada,vous avez un toupet enorme,Quel aplomb,Ahachmou chouia,2 mm de pluie et c’est la debandade,on accuse la nature…,on cite comme comme exemple les autres pays que pour les mauvaises choses,jamais pour les choses positives qui ameliorent le quotidien!,ou sont les tout á l’egout?c’est le minimum pour l’evacuation des eaux,arretez de nous prendre pour des demeurés,nous savons faire la difference entre ce que provoque la nature et la negligeance humaine.

    Bison
    20 novembre 2016 - 10 h 37 min

    ((« Mais faire le reproche aux
    ((« Mais faire le reproche aux autorités d’avoir laissé se produire une catastrophe naturelle, c’est prendre le risque de banaliser la critique. Car des phénomènes naturels tels que l’affaissement de terrains restent imprévisibles, comme d’ailleurs les séismes. »))!!!
    A moins que, c’est l’inverse, c’est l’abus des autorités à faire porter le chapeau à tout va, à chaque catastrophe, aux phénomènes naturels sans jamais se remettre en causes ( en confiant l’étude, la réalisation et suivis des projets à des compétents) qui ont conduit les gens à l’excès de critique contre les autorités pour équilibrer les choses (en quelque sorte des avocats bénévoles de la nature qui a souvent bon dos)!!
    Et comparer objectivement les phénomènes qui se produisent au Japon quotidiennement aux pipi de chat de chez nous et qui pourtant font des massacres…participe aussi à ce genre de critiques que vous critiquez (autrement dis vous ne facilitez pas la critique raisonnable et réfléchie) !! C’est mon point de vue!

    Kichi Duoduma
    20 novembre 2016 - 10 h 14 min

    Il ne faut pas oublier New
    Il ne faut pas oublier New York et la Floride où ce phénomène est bien connu.

    Omar
    20 novembre 2016 - 9 h 42 min

    Le meme incident s’etait
    Le meme incident s’etait produit en fevrier dernier a Manchester UK. Une conduite d’egout avait explose apres des pluies torrentielles. Il aurait fallu pres de 4 mois pour reparer et rouvrir la route. C’est des choses qui arrivent et c’est bien que les techniciens aient decele le probleme, mais il faut qu’ ils soient surs que c’est le seul endroit touché.
    http://www.manchestereveningnews.co.uk/news/greater-manchester-news/mancunian-way-open-date-sinkhole-11416320

    Anonymous
    20 novembre 2016 - 9 h 23 min

    Courage à ceux qui trvaille
    Courage à ceux qui trvaille sur ce tronçon d’autoroute.

    TheBraiN
    20 novembre 2016 - 8 h 21 min

    Nous Algériens sommes
    Nous Algériens sommes excessifs dans nos réactions , trop de spontanéité et d’absnce de ….Brain dans tout ça ! (…)
    Ce genre de catastrophes se produit « régulièrement » et « partout » et seule une enquête technico-scientifique determinera les causes et responsabilités .

    nectar
    20 novembre 2016 - 8 h 02 min

    même le bébé qui suce son
    même le bébé qui suce son doigt sait que ce genre de catastrophe arrive partout..Le problème chez nous, malheureusement, souvent c’est du au laisser aller ou la complaisance de ceux qui sont chargés de veiller , un tant soit peu à les éviter quand c’est possible..Monsieur le journaliste, ce ne sont pas les quelques gouttes de pluie qui sont tombées qui puissent provoquer un tel trou béant, s’il n’ y a pas une cause majeure, naturelle ou humaine qu’il faudrait déterminer..Ce n’est pas à un walou, qui n’a aucune expertise, pour avancer de telles inepties (Allah ghaleb, c’est Dieu qui a voulu)..Il faut se rappeler des inondations de BAb-El-oued ou beaucoup d’innocents ont disparu à cause de la bêtise humaine et non de Dame Nature…Cela n’a pas servi de leçons, ni de sanctions exemplaires envers les responsables concernés, l’impunité à de beaux jours chez nous…et à tous les niveaux…Arrêtons de mettre toute catastrophe sur la fatalité, en oubliant les responsables directs de tels malheurs et dans beaucoup de domaine..Un exemple frappant sur la rocade Sud de la nouvelle autoroute, du coté de Mefftah, ou la chaussée c’est affaissée, avec des grosses crevasses, qui sont restées plus de six mois, pour qu’il y ait une intervention, avec beaucoup de personnes qui ont perdu leur véhicule et même mort d’homme..ça !! ça n’arrive pas au Japon, ni au Canada que vous avez cité pour justifier ce trou…Que chacun fasse son travail correctement et si cela arrive on pourra se comparer au Japon ou à un autre pays..Pour l’instant c’est l’anarchie qui règne partout, et aucun des concernés ne rend compte, à part venir avancer des contre vérités pour noyer le poisson.

    el hadj
    20 novembre 2016 - 7 h 41 min

    bravo aux équipes qui ont en
    bravo aux équipes qui ont en effet fait une véritable prouesse de rétablir dans la situation en un temps record et démontre leur capacité de venir a bout de tous les défis pour peu qu on soit motive.ce regrettable incident devra en conséquence inciter tous les responsables du pays a tirer les leçons qui s imposent pour revoir la situation de l ensemble des réseaux quels qu ils soient pour les conforter et éviter donc d autres risques majeurs.

    Bekaddour Mohammed
    20 novembre 2016 - 6 h 06 min

    Je me réjouis de cet article
    Je me réjouis de cet article complémentaire du premier, où mon commentaire a fait l’objet de…6 pouces rouges alors que j’ai à ma manière résumé ce que dit cet article, à savoir qu’il faut se départir du mauvais pli de la critique, nous sommes, oui, peu de choses, et à chaque seconde, ou micro seconde peut se produire l’impensable, autorités et peuple d’Algérie sont dignes, oui, des pires critiques, nous en sommes à cette malheureuse étape, mais il est bon que La Nature rappelle aux autorités et à leurs sujets qu’ils ne sont ensemble que PEU de choses, face à ces arrogances et inconsciences ignorances « Dieu » a planifié des « Rappels », c’est Lui Le Maître, ni président, ni wali, ni maire, ni Trump, ni Obama, ni Netanyahpou, ni, encore moins, Hollande, ou Juppé, allez ! Soyons simples, lucides, humbles !

      Samy
      20 novembre 2016 - 7 h 31 min

      Arrêtez de mêler Dieu à
      Arrêtez de mêler Dieu à toutes les incompétences des hommes.Je suis d’avis que si la conduite d’eaux usées à l’origine du drame était réalisée dans les normes la catastrophe aurait été évitée.Mais au pays de l' »aboubri » on évoque toujours Dieu pour camoufler des carences criardes!!! Il faut dire aussi que le « jemenfoutisme » est une seconde nature chez beaucoup d’entre nous,hélas!!!

    Anonymous
    20 novembre 2016 - 5 h 31 min

    Excellent dans la forme et le
    Excellent dans la forme et le fonds.

    Omar
    20 novembre 2016 - 5 h 29 min

    CATASTROPHE HUMAINE ….
    CATASTROPHE HUMAINE ….

    Anonymous
    20 novembre 2016 - 4 h 39 min

    CATASTROPHE NATURELLE OU
    CATASTROPHE NATURELLE OU ERREUR HUMAINE ??????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.