Un magazine britannique prédit l’apocalypse en Algérie après le départ de Bouteflika

L’article insiste sur la probabilité d’un basculement islamiste après Bouteflika. D. R.

L’Algérie post-Bouteflika basculerait dans l’islamisme et menacerait ainsi l’Union européenne (UE). Le scénario catastrophe nous vient d’un journal britannique, The Spectator, qui analyse et fabule. Près de trois décennies après les manipulations anglaises sur le programme nucléaire algérien, les langues britanniques malintentionnées reprennent du service. Humour noir, intox et catastrophisme signé par un média qui confond l’Algérie victorieuse contre le terrorisme avec les poches obscurantistes du Londonistan. «Comment l’Algérie pourrait détruire l’Union européenne», c’est le titre de l’article proposé aux lecteurs par The Spectator, un magazine «référence des intellectuels et des dirigeants conservateurs», selon ce qu’on peut lire sur internet dans les colonnes du Courrier International, par exemple. Les mots choisis sont graves, associant l’Algérie à l’idée de destruction. Offense à un peuple et tissu de contre-vérités.

Dans sa vilaine anticipation de l’après-Bouteflika, l’élégance britannique crache sur sa tradition en supposant non pas une alternance par les urnes, mais la fin physique du président Abdelaziz Bouteflika. «Quand le président Bouteflika sera mort, les islamistes se saisiront du pouvoir», écrit le médium de la presse britannique. Citant une source, «un observateur» qui lui aurait confié que «l’esprit du président Bouteflika serait plus infirme que son corps», l’article évoque, par la même occasion, «un mauvais pronostic» suite à la dernière visite médicale du président algérien en France.

S’ensuit une série de commentaires mettant en doute l’amélioration de la santé de Bouteflika. «Parmi les personnes qui connaissent bien l’Algérie, il ne fait aucun doute qu’il est gravement diminué et qu’il ne lui reste pas beaucoup de temps à vivre. Cela signifie que son régime est aussi en sursis. Les conséquences de cette situation dépassent les frontières algériennes.»

Puis, la prophétie du Spectator concernant la succession emprunte au classique scénario alarmiste que les ennemis de l’Algérie développent pour saper le moral des partenaires et assombrir le tableau : les islamistes au pouvoir, «les tensions qui ont été enterrées depuis la guerre civile qui vont ressurgir». Et de prédire «une vague de réfugiés sans précédent» qui envahirait l’Europe «en provenance de l’Afrique du Nord».

Sans trop de scrupule par rapport au défaut de cohérence de ses affirmations, le média britannique continue sur la voie du charlatanisme par une prémonition macabre, «plus sanglante» que la décennie noire, se basant sur l’expansion du terrorisme armé dans le monde. L’auteur de l’analyse avouant quelques lignes plus haut qu’«aucun service de renseignements occidental n’est en mesure de prévoir ce qui peut se passer en Algérie» et reconnaissant, paradoxalement, que les «islamistes ont eu des résultats médiocres lors des dernières consultations électorales» et «qu’ils n’ont pas réussi à bloquer une loi criminalisant la violence contre les femmes».

Les lecteurs auront donc du mal à comprendre pourquoi, selon The Spectator, «les gouvernements occidentaux se préparent à une nouvelle guerre civile et à ses conséquences». Une telle dichotomie entre le constat factuel et l’hypothèse ne peut trouver son explication que dans la mauvaise foi et l’intention de fabriquer une analyse sur mesure. Les pressions islamistes et la légitime querelle des idées sur les orientations de la société, d’un point de vue démocratique d’habitude si chère aux Britanniques, veulent illustrer le propos pessimiste du magazine britannique.

Feint-il d’ignorer que le gouvernement de son pays rencontre exactement les mêmes difficultés face à une société anglaise métissée où le droit à la différence idéologique et religieuse est théoriquement consacré ? Allant jusqu’à donner des statistiques sur le port du voile chez la femme algérienne, The Spectator semble en décalage à la fois avec la réalité et avec la perception britannique plus éclairée que celle de la plupart des pays occidentaux à propos du foulard islamique. Achevant de trahir ses préjugés islamophobes en désapprouvant indirectement la construction de la Grande Mosquée d’Alger.

Ainsi, le magazine The Spectator, référence des intellectuels héritiers de Shakespeare et de Charles Dickens, s’autorise l’inacceptable amalgame entre l’islam et l’islamisme radical. Encore une fois, sans vergogne, dans le feu de la montée de l’islamophobie européenne, les propagandistes de la droite populiste occidentale attisent les braises de l’intolérance pour enflammer les esprits. Les derniers paragraphes de l’article insistent exagérément sur la probabilité d’un basculement islamiste de l’Algérie, suivi d’un flux migratoire extraordinaire «de 10 à 15 millions d’Algériens vers la France». La fiction se termine obstinément sur le basculement de la France vers l’extrême-droite et sa sortie inévitable de l’Union européenne.

La Grande-Bretagne, qui assume mal son Brexit, source de tensions internes, voudrait-elle torpiller l’UE en misant sur un drame franco-algérien ? C’est sous-estimer la jalouse souveraineté algérienne qui a su expulser le colonialisme français et vaincre le terrorisme dans l’isolement le plus total. Le départ de Margaret Thatcher n’a pas livré la vieille Angleterre aux séparatistes violents de l’IRA, pourquoi celui d’Abdelaziz Bouteflika donnerait-il les clefs de la glorieuse Algérie aux mercenaires islamistes ?

Les scénarii catastrophes de ce type n’apportent qu’une seule information sérieuse : l’Algérie comptera dans le modelage de la rive nord de la Méditerranée. Et les Algériens ne peuvent que s’en réjouir.

Akli Tira

Comment (169)

    mr so DZ nationaliste
    8 décembre 2016 - 19 h 36 min

    Il n’y a pas à dire quand on
    Il n’y a pas à dire quand on est un pays dont tout le monde parle de nous mais oui l’Algérie fait peur aux voisines de l’Ouest à cette travestis de la France et bien sûr a little Satan Israël.
    l’Algérie ne tombera jamais après monsieur le Président Bouteflika il y aura un autre président qui continuera le travail de notre cher excellence monsieur Bouteflika qui a fait du très bon travail depuis 99 voilà pourquoi les gens souhaitent du mal à l’Algérie parce que l’Algérie ne marche plus elle court nous avons des satellites aucun pays arabe n’a envoyé de satellite à part l’Algérie qui fait d’elle l’un des meilleurs pays arabes de toute la nation arabe et ceci n’est qu’un début les usines qui sont déjà en place et celles qui vont venir et sans oublier cette nouvelle génération d’enfants algérien qui est très très très intelligente mashallah bientôt on va développer le nucléaire civil et en cachette le nucléaire militaire pour détruire les ennemis intérieurs et extérieurs de l’Algérie l’Algérie restera debout jamais elle ne tombera elle s’est libéré de ses tortionnaires ce n’est pas pour devenir soumise nous sommes libre et fier et ceci jusqu’à la fin des temps




    0



    0
    Sarah
    6 décembre 2016 - 8 h 46 min

    Les britanniques donnent l
    Les britanniques donnent l’asile aux terroristes qui prolifèrent dans leur pays et viennent nous bassiner avec des âneries pareils!!! Faut arrêter les délires, car l’Algérie restera debout que cela leur plaise ou pas




    0



    0
    Lafendi
    5 décembre 2016 - 21 h 57 min

    Effectivement, l’Algérie
    Effectivement, l’Algérie détruira l’union européenne, mais contrairement à vos suggestions, la destruction se réalisera par le développement de l’agriculture.




    0



    0
    klouchi
    4 décembre 2016 - 13 h 18 min

    je ne savais pas que madame
    je ne savais pas que madame soleil existe toujours,alors vous avez détruit l’Irak,puis la Syrie,la Libye sans oublier la Palestine en 1948 ,




    0



    0
    Zen
    3 décembre 2016 - 20 h 13 min

    Est ce que ce journal avait
    Est ce que ce journal avait prédit le brexit ? Foutaise!!!! Encore une info affolante!




    0



    0
    Hamid Bensalah
    3 décembre 2016 - 19 h 24 min

    C’est plus de la fiction! au
    C’est plus de la fiction! au temps où les choses vont les islamistes n’ont aucune chance de prendre le pouvoir pacifiquement!.




    0



    0
    Retour de manivelle
    3 décembre 2016 - 19 h 09 min

    Je ne vois pourquoi en
    Je ne vois pourquoi en vouloir aux médias étrangers de dire ce que les officiels et les lèches bottes du prince ne cessent de nous faire avaler.

    Cette analyse de Akli Tira omis de faire le parallèle entre les alarmistes de chez nous et les alarmistes étrangers – On oublie que pour forcer le quatrième mandat, les médias à la solde et les partisans du pouvoir ont fait pire pour terrifier les algériens d’une éventuelle défaite de bouteflika aux élections ou de son éviction par empêchement constitutionnel, de renouer avec les violences des années 90.

    D’ailleurs ce média contesté conforte les thèses du pouvoir en place et lui apporte aval pour une succession héréditaire, succession qui garantit les acquis occidentaux en Algérie contre un éventuel retour au pouvoir des chaouis de l’Est.




    0



    0
    tahar
    3 décembre 2016 - 17 h 54 min

    Qui dit que cet article qui
    Qui dit que cet article qui prévoit l’apocalypse, n’est pas commandité par les partisans d’un cinquième mandat?

    Sinon de quels islamistes parle-on et comment feraient-ils pour prendre le pouvoir? Par les armes, par le scrutin, on nous le dit pas!?!

    Bref, voilà bien là, un pipi de chat qu’on veut faire passer pour du ben-haroun.




    0



    0
      Anonymous
      3 décembre 2016 - 18 h 25 min

      frère TAHAR je partage
      frère TAHAR je partage entièrement votre hypothèse;il fallait trouver la faille pour distraire les moutons et voir comment ils réagissent les bergers




      0



      0
      anonyme
      3 décembre 2016 - 19 h 16 min

      les occidentaux exigent plus
      les occidentaux exigent plus de privilèges pour poursuivre le soutien entamé en 2014 :




      0



      0
      Brahim
      3 décembre 2016 - 21 h 47 min

      Vous partez trpo loin Mr
      Vous partez trpo loin Mr tahar,car s’ils veulent passer le 5eme mandat ils le fassent sans souci,exactement comme le 4eme et les modifications de la loi fondamentale du pays en 2 fois voir 3 sans passer par un magazine britanique.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.