Pétrole : réunion samedi pour sceller une baisse de l’offre

Cette réunion va couronner l’entente des pays producteurs sur la réduction des quotas. D. R.

Les principaux pays exportateurs de pétrole vont se retrouver samedi prochain à Vienne pour concrétiser l’accord de la baisse de l’offre. Selon le porte-parole du ministère russe de l’Energie, cité par les grandes agences de presse internationales, il s’agit de sceller définitivement la baisse de l’offre décidée la semaine dernière dans le but de faire remonter un tant soit peu le prix de l’or noir. Cette réunion va couronner l’entente des pays producteurs sur la réduction de leurs quotas de production afin de préserver les prix et d’éviter l’effondrement total du marché et ses conséquences sur l’économie des pays exportateurs. La rencontre du 10 décembre sera marquée par la présence du ministre russe de l’Energie afin qu’il appuie cet accord de l’Opep. N’étant pas membre de l’Opep, la Russie s’est engagée à contribuer à la stabilisation des prix du pétrole, si jamais les pays de l’Opep arrivent à trouver un terrain d’entente pour la baisse de l’offre qui est abondante.

Lors de la réunion du 30 novembre, les pays de l’Opep ont entériné l’accord trouvé en septembre dernier à Alger. La production des pays de l’Opep doit donc baisser en 2017 de 1,2 million de barils par jour. La Russie n’a pas encore révélé le niveau de baisse de sa production. Elle devra le faire lors de cette réunion à laquelle l’Algérie, à travers son ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, va prendre part. Mais on parle déjà de la possibilité d’une baisse de la part de la Russie de 300 000 barils par jour. «L’accord négocié la semaine dernière devrait être finalisé ; cependant, des informations indiquant que le cartel a une fois de plus augmenté sa production en novembre vont entraîner un certain scepticisme», estiment les analystes de la maison de courtage Accendo Markets, repris par l’AFP.

Le marché pétrolier, très volatile, se montre attentif à la concrétisation de cet accord. Un accord qui a fait augmenter le prix du pétrole de presque 10 dollars. Il est actuellement autour de 55 dollars. Une fois la baisse appliquée, le prix du baril pourrait atteindre, voire dépasser légèrement les 60 dollars, selon des spécialistes du marché pétrolier.

Sonia Baker

Comment (3)

    HANNIBAL
    6 décembre 2016 - 18 h 45 min

    Pomper moins pour que le
    Pomper moins pour que le baril s’apprécie a sa juste valeur c’est logique ; mais il y a l’hiver
    donc surconsommation en période de froid ; bienvenu a cette embellie qui comble notre voisin de dépit !!!!!




    0



    0
    TheBraiN
    6 décembre 2016 - 14 h 49 min

    Le mouvement vers la hausse
    Le mouvement vers la hausse est inéluctable surtout que les Américains , par leur « silence », semblent impulser cette appréciation des cours du Brent sachant que ça profitera d’abord aux ….USA !
    Bien entendu , il n y aura pas de hausse exponentielle mais la barre des 60 Dollars n’est qu’une question de semaines voire de jours .




    0



    0
    bravo
    6 décembre 2016 - 12 h 48 min

    bravo à Mr. Bouterfa surtout
    bravo à Mr. Bouterfa surtout et grand merci à la Russie qui malgré non opep a accépté de jouer le jeu d’Alger !
    merci à tous ceux qui travaillent dur pour rétablir un baril assez fort !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.