Vers une nouvelle gouvernance

Par R. Mahmoudi – Les faux pas successifs que commet le gouvernement depuis quelques semaines – dont le dernier en date est le revirement du ministère de l’Education au sujet des vacances scolaires –, sont-ils des signes avant-coureurs d’un remaniement imminent ou le reflet d’une incurie autrement plus profonde et consubstantielle au système politique ? Ou les deux à la fois ? 

On a cru, un moment, que le limogeage aussi inédit que retentissant de quatre walis pour des bavures certifiées, mais parfois moins répréhensibles que celles dont se sont rendu coupables certains ministres, était un signal, une sorte d’avant-première d’un grand nettoyage dont on attendait qu’il emportât tous ceux qui ont failli dans leurs missions ou se sont fourvoyés dans des actes ou des propos inappropriés. On pensait que cela aurait pu, au moins, stopper ce processus d’auto-dévalorisation qui a fini par ternir l’image de ce gouvernement aux yeux de l’opinion publique, nationale et internationale. Il n’en fut rien. 

Cela dit, cet immobilisme trouverait son explication dans ce qui va découler des prochaines échéances électorales. On croit savoir que, dans les centres de décision, l’on préférerait supporter encore quelques mois – et continuer à gérer l’amateurisme politique de l’actuel Exécutif –, pour tenter de constituer un gouvernement de coalition qui ait plus d’ancrage politique et qui puisse, surtout, dégager un nouveau partenaire islamiste. Le parti d’Amar Ghoul n’ayant plus apparemment les faveurs des décideurs.

La course aux alliances dans les partis islamistes comme le FJD d’Abdallah Djaballab et Nahda, et l’enthousiasme qui gagne depuis quelque temps des partis habituellement sceptiques, comme le FFS ou le RCD, augurent d’un nouveau départ et d’une nouvelle gouvernance. 

R. M.

Comment (13)

    MELLO
    24 décembre 2016 - 18 h 32 min

    gouvernance participative
    Aujourd’hui, en Algérie, c’est la rue qui dirige le pays. Des citoyens ferment une route et on se met à leur disposition. Des jeunes brûlent un pneu et le logement est au bout de la fumée. La loi sur la retraite est promulguée…et vlan : retour à la case départ. La réforme du bac est annoncée à grande pompe puis se dilue dans les valses- hésitations – abandons du gouvernement . La ministre de l’Education décide de réduire la durée des vacances d’hiver pour compenser le déficit chronique du savoir chez les élèves…Et c’est la paix des cancres qui fait torchère aux abords des lycées et collèges. Triste Algérie gouvernée par sa rue…disent les écoliers des années respectueuses de l’instit et du prof et qui essayent en vain de revisiter la coulisse d’une école jadis exemplaire. Où est l’autorité de l’Etat, se demandent les plus crédules d’entre nous ? L’autorité de l’Etat…incarnée par une galerie de dirigeants en farniente prolongé à Club des pins ? Superbe galerie de cires costumées se cachant sous le masque de l’inutilité. La rue présidant aux destinées de l’Algérie ? On aura tout vu.




    0



    0
    MELLO
    24 décembre 2016 - 14 h 53 min

    IN-GOUVERNANCE
    Il va de soi que la crise algérienne est le fait des hommes et non des capacités naturelles du pays. Cela étant dit, la responsabilité des Algériens est totalement engagée. Car, si le combat pour l’indépendance était nécessaire, celle de la construction de l’État, conformément à la charte du 1er novembre 1954, exigeait encore plus d’engagements.
    Hélas, la démission du peuple –il se peut aussi qu’il ne soit tout simplement pas à la hauteur des enjeux – va favoriser la déliquescence de l’État. Du coup, depuis belle lurette, seuls les plus forts ont leur place dans cette Algérie fonctionnant à plusieurs vitesses. Depuis longtemps aussi, si la situation financière est favorable, celle-ci profite aux dirigeants et leurs proches et quand la situation se dégrade, ce sont les pauvres qui trinquent. Et ça risque de continuer ainsi pendant des années jusqu’à ce que chaque acteur ait son rôle défini.




    0



    0
    BISKRA
    24 décembre 2016 - 13 h 16 min

    En plus des vacances
    En plus des vacances scolaires,il y a aussi le problème des cantines scolaire. HHabituellementles marchés publiques sont effectués auprès des commissions de chaque académie et avec des contrôleur chevronnés et expérimentés, c’est à dire le ministère de l’éducation nationale.
    Maintenant, le budget des cantines est transféré au ministère de l’intérieur et des collectivités locales mais c’est au niveau de chaque commune que les marchés publics vont être gérer. Sachant que les communes n’ont pas reçu des formations ou d’accompagnement et elles n’ont aucune expérience dans le secteurs.
    Les élections se rapprochés mais pourquoi doit on donner la gestion des cantines si le système est opérationnel, contrôler et les sanctions sans expéditives.
    Est ce que certaine personne veulent détruire le système de cantine




    0



    0
    le Naif
    23 décembre 2016 - 17 h 41 min

    Bouh…Bouh…Qui va changer
    Bouh…Bouh…Qui va changer qui?




    0



    0
    lhadi
    23 décembre 2016 - 10 h 57 min

    un pouvoir autiste
    Platon disait:  » que rien n’est pire que d’être gouverné par des hommes qui croient savoir et ne savent pas ». Je dirai, humblement, que rien n’est plus pire que de considérer l’intelligence comme une menace et la compétence comme un danger. fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    Rien-ne-va-plus
    23 décembre 2016 - 10 h 29 min

    « Après moi le déluge »
    Une vraie gouvernance existe-t-elle d’abord ? Malgré la succession d’échecs sur échecs à tous les niveaux, les choses continuent leur bonhomme de chemin comme si de rien n’était. Combien de ministres ont-ils démissionné dans le but de sauvegarder leur dignité politique ?
    On intervient lorsque la contestation s’amplifie. Le plus souvent, les autorités ne cèdent-t-elles pas sous la pression. Or, n’aurait- il pas été plus judicieux de penser, au préalable, à préserver avec tact, et intact la respectabilité de l’Etat en mettant fin à la dégradation de la situation sociale, et combattre sans pitié l’opportunisme, et l’individualisme.
    A-t-on vraiment aussi la faculté de gagner la confiance ravie du peuple pour le laisser, librement, choisir en toute transparence, dans les différentes échéances électorales? Les prochaines élections prévues en 2017 ne seraient-elles pas une autre occasion « gâchée » de nouveau pour se réconcilier avec les citoyens, et leur étaler une véritable gouvernance légitime au lieu d’une vieille recette politique mitée qui fera plonger le pays dans l’inconnu ?! Ne ressasse-t-on pas, à la veille de chaque nouvelle échéance, l’anecdote : « On se prépare pour partir et laisser la place aux jeunes,…. avant de rester ».
    Ne s’agit-il pas pour le moment que d’une illusion ! L’Algérie ne serait-elle pas alors vaccinée intramuros et extramuros contre tous les dangers des forces du mal. Ou sommes-nous arrivés à un point de non-retour. Le front interne ne se fragilise-t-il pas de plus en plus. Les environnements régionaux et mondiaux ne sont-ils pas devenus de plus en plus menaçants.
    A moins que ceux qui corrompent impunément les richesses du pays se sentent blindés et pénétrés par l’expression : « Après moi le déluge ». Donc ils se soucient peu ou pas du tout de ce qui adviendra après leur mort au pays. La femme algérienne serait-elle devenue alors infertile au point de ne plus réussir à mettre au monde que des politiciens manœuvriers plutôt que des hommes d’Etat au sens propre du terme.
    Combien même ailleurs l’Armée syrienne et ses alliés ont-ils libérés Alep ; cette grande ville centrale sur laquelle « la communauté internationale des forces du mal » avait parié pour s’y lancer afin d’aller déchirer tour à tour les pays arabes et musulmans au profit d’Israël. La situation générale ne risque-t-elle pas de prendre une nouvelle dimension, en incitant les initiateurs de guerres et de conflits dans le monde, de chercher ailleurs une autre option compensatoire aux cuisants échecs subis en Syrie et en Irak…
    La « vulnérabilité » du Maghreb arabe ne semble-t-elle pas être un choix facile et indiqué par rapport à l’Europe de l’Est pour calmer l’ardeur des armées terroristes automatisées « battus » mais toujours assoiffés de sang; dans cette sale guerre occidentale dite de quatrième génération qui ravage le monde.
    Les forces du mal ont toujours été des lâches, des hypocrites et des sanguinaires obscurcis. Le paroxysme de la sauvagerie de l’homme animal n’a plus de limite. Quel est ce père cruel, barbare et fanatisé qui endoctrine sa propre fille de 9 ans, l’oblige à porter une ceinture explosive, et l’envoie se faire sauter dans un commissariat de police à Damas pour assouvir ses instincts bestiaux. C’est incroyable mais vrai.
    La stratégie barbare des forces du mal n’a pas donc changé : endoctriner, fragiliser et piéger sans relâche le front intérieur de pays visés, épuiser leurs forces vives avant de bondir sur eux pour les anéantir. Cependant ne réfléchissent –t- elles pas deux fois avant de s’attaquer à un quelconque espace géographique uni et protégé par conviction.




    0



    0
    Erdt
    22 décembre 2016 - 21 h 10 min

    Wallah pour une fois c bonne
    Wallah pour une fois c bonne analyse. La seule raison de c indécisions hésitations à changer le gouvernement,pas la gouvernance comme vous dites,que moi j’appelle gouvernation,c d’attirer les partis islamistes dans l’équipe!! Car et c malheureux c la seule mouvance qui bouge,les partis démocrates pt rcd ffs jil djadid benflis..n’arrivent pas a surmonter leur je ne sais quoi et restent divisés! Alors le pouvoir cherche un allié de circonstance pour durer et le courant islamiste est le plus indiqué. C bien fait pour notre gueule.




    0



    0
    Pro gouvernement
    22 décembre 2016 - 20 h 08 min

    Depuis 1999
    L’Algérie va de mieux en mieux depuis 99. Donc je ne c’est pas de quoi tu parle, arrête ta propagande du maknez, quand tu vois des pays comme les occidentaux, leurs écoles ‘régresser d’années en années et que l’Algérie fait tout pour l’école progresse. Je ne lis que des mensonges dans ce que tu dit.




    0



    0
      Anonymous
      23 décembre 2016 - 12 h 49 min

      hhhhhh moh laviriti vient de
      hhhhhh moh laviriti vient de mentir encore




      0



      0
    CHAMEHROUCHE
    22 décembre 2016 - 14 h 54 min

    Seuls les charlatans survivent
    On te respecte seulement si tu produits du Rehmat Rebbi a gogo.




    0



    0
    Erracham
    22 décembre 2016 - 13 h 23 min

    … il faut partir à point!
    Le changement ne s’improvise pas. Le changement doit être mûrement réflêchi et doit répondre à un besoin d’améliorer les choses. Une réflexion en profondeur doit être menée pour identifier les lignes directrices et les pièges à éviter. Rien ne se fait dans la précipitation! Le changement pour la galerie ne règle aucun problème. Il fait enfin appel à des spécialistes en organisation et non à des charlatans soucieux d’affirmer leur puissance du moment. Les différents remaniements ministériels n’ont pas réussi à donner un coup de fouet à l’action de notre gouvernement. Juste un jeu de chaises musicales. Risible!




    0



    0
    Anonymous
    22 décembre 2016 - 9 h 16 min

    Anonyme Dz
    Nouvelle gouvernance??? À quoi servirait-elle. Nous sommes dans une machine, un système, qui ne fonctionnent qu’avec ses propres pièces de rechange d’origine.
    Donc celui qui viendra sera la copie conforme du précèdent. Ne nous faisons aucune illusion.
    Les hommes qui gouvernent enfoncent chaque jour un peu plus l’Algérie et les Algériens dans la médiocrité et l’obscurantisme. C’est la machine machiavélique et ses engrenages qui sont usés. L’activisme politique et le rafistolage ne servent plus. C’est tout ou rien.




    0



    0
    TheBraiN
    22 décembre 2016 - 8 h 32 min

    Depuis 1999
    Les reculades gouvernementales font partie des constantes nationales depuis 1999 et aucun ministre humilié ,l’actuelle ministre de l’école réformée et modernisée (SIC) collectionnant les humiliations, n’a eu la présence d’esprit voire le NIF de démissionner .




    0



    0

Les commentaires sont fermés.