Le parti de Benflis dénonce «l’affaiblissement continu de l’autorité de l’Etat»

Benflis souligne l’impérative nécessité de l’unité nationale dans la conjoncture internationale. New Press

Dans un communiqué rendu public sanctionnant la réunion de son bureau politique, le parti d’Ali Benflis, Talaie El-Hourriyet, a souligné l’impérative nécessité de l’unité nationale dans la conjoncture internationale actuelle. «Un impératif d’unité nationale qui commande la mobilisation de toutes les capacités et de toutes les ressources nationales en vue de permettre au pays de sortir de l’impasse politique totale dans laquelle il se trouve, de faire face à la crise économique d’une exceptionnelle gravité qui s’exacerbe en l’absence de toute stratégie de riposte crédible et performante et de conjurer les périls de la montée des tensions sociales aux conséquences imprévisibles.» Pour le BP, il y a un «manque caractérisé» d’effectivité, de rigueur et de sérieux avec lesquels sont désormais conduites les affaires de l’Etat.

Il dénonce «l’impéritie manifeste» dans l’organisation d’une manifestation internationale qui se voulait être un nouveau départ dans la relation entre l’Algérie et l’Afrique, le recul dans la programmation des vacances scolaires qui, selon lui, mène au désarroi et à la volte-face. Il dénonce également la «polémique» entre les membres du gouvernement au sujet des succursales des banques publiques en Afrique, le développement inquiétant du charlatanisme médical dont les pouvoirs publics «semblent s’accommoder de manière complaisante et irresponsable» ainsi que le report par cinq fois consécutives de la présentation du projet de loi sur la santé publique devant l’instance législative.

«Le BP a estimé que ce manque de rigueur et de sérieux ainsi que l’improvisation et la désinvolture dont pâtit sévèrement la gestion des affaires de l’Etat sont les résultats directs de l’impasse politique totale à laquelle le pays fait face et dont le régime politique en place continue à nier la réalité en dépit de toutes les évidences», note-t-on dans le communiqué, qui précise que cette impasse est «au cœur de l’affaiblissement continu de l’autorité de l’Etat, de la perte de crédibilité grandissante des institutions de la République et de l’élargissement du fossé de la défiance entre les gouvernants et les gouvernés».

Le BP du parti d’Ali Benflis indique que l’«illégitimité» des institutions et leur «non-représentativité» sont un «handicap» pour la gouvernance en place qui se révèle «incapable» de mettre le pays en position de résister aux effets des crises politiques, économiques et sociales qui l’assaillent de toutes parts. Et qu’au lieu d’apporter des solutions, cette gouvernance politique alimente la complication et l’aggravation des crises précitées.

Il est clair pour le BP de Talaie El-Hourriyet que cette gouvernance est le «facteur bloquant majeur des changements dont le pays a un besoin vital et comme la source principale de l’affaiblissement de l’Etat national et de ses institutions qui se trouvent ainsi empêchés de conduire ces changements impératifs et vitaux».

Houneïda Acil

Comment (17)

    Silence !
    25 décembre 2016 - 14 h 33 min

    Quand on est INAUDIBLE, et le
    Quand on est INAUDIBLE, et le sachant, on se tait… Mais c’est vrai que les sous sont sonnants et trébuchant… Ya si Ben Flousse ! Tu as de quoi te taire et vivre une retraite SANS BRUIT… Allez ! Prépares ton silence éternel !




    0



    0
    NATION
    25 décembre 2016 - 14 h 28 min

    je suis d’ accord avec la
    je suis d’ accord avec la dénonciation du charlatanisme médicale …une honte pour notre nation …Ben Flis a le droit de dénoncer et de dire son opinion , il est algérien , même si on n’est pas d’accord avec lui .. C’est une opposition nationaliste respectable dans le cadre de la nation algérienne … LE DEBAT POLITIQUE ENTRE NATIONAUX DOIT EXISTER




    0



    0
    TheBraiN
    25 décembre 2016 - 10 h 46 min

    Le parti de Benflis a de
    Le parti de Benflis a de drôles de positions sur les dossiers internationaux , ce qui me laisse « sentir » l’odeur de financements étrangers !




    0



    0
    Djamel.maraval
    25 décembre 2016 - 7 h 22 min

    Comment pourrait-on faire
    Comment pourrait-on faire confiance à une personne qui a trahi son ami (2004)




    0



    0
      Anonymous
      25 décembre 2016 - 10 h 52 min

      Trahit ? Ou plutôt qui a vu
      Trahit ? Ou plutôt qui a vu son « ami » devenir mégalomane et engagé dans une voie dangereuse et destructrice pour le pays…?

      L’Algérie est au-dessus des hommes et au dessus des desseins personnels
      Certains ne l’ont toujours pas compris. Nous sommes un pays d’hommes libres pas une copie du makhzen marocain!




      0



      0
    Dziri
    24 décembre 2016 - 23 h 42 min

    Benflis reste le seul homme
    Benflis reste le seul homme politique avec S. Djilali a porter haut et dignement la voix de l’Algérie profonde. C’est un authentique nationaliste en qui il faut croire pour un meilleur avenir de notre pays. Ne soyons pas ingrats et sachons distinguer le bon grain de l’ivraie. Le régime est pourri et seuls les Algériens vrais comme Benflis pourront sauver Notre Algérie, inchAllah!




    0



    0
    EL-BOULITIIIIIIQUE
    24 décembre 2016 - 23 h 35 min

    AVEC TOUS LES RESPECTS QUE JE
    AVEC TOUS LES RESPECTS QUE JE DOIS À L’HOMME ET PAS DU TOUT AU POLITICIEN, YA SI BENBLIS BARKA MA TAKKLI FI EL-HOUTE. BASTA DE TES DÉNONCIATIONS, ÇA SUFFIT VOUS ENDORMEZ LE PEUPLE COMME LE VEUT ET LE SOUHAITE LE POUVOIR. ALORS VOUS OPPOSANT!!!??? DEPUIS QUAND ?????? ALLEZ VAS, SI VOUS POUVEZ DONNER DES EXPLICATIONS SUR LE COMMENT ON EST ARRIVÉ LÀ OÙ NOUS SOMMES, FAITES LE SINON ROUH TELBASSE KGKECHAKE IL N’YA PLUS RIEN À CIRER.




    0



    0
    selecto
    24 décembre 2016 - 22 h 18 min

    Aucun homme politique n’ose
    Aucun homme politique n’ose dénoncer la marocanisation de la société algérienne ou l’expulsion des clandestins Marocains qui on dirait ils sont protégés, par qui ? toute la question est là.




    0



    0
    mouatène
    24 décembre 2016 - 17 h 58 min

    j’aurais bien voulu commenter
    j’aurais bien voulu commenter mais de peur de divaguer comme chikhena si ali je m’abstiens. meskiiiine Allah y chafih. yal khaoua, adiioulou balak yabra.




    0



    0
    Rafik Mouassi
    24 décembre 2016 - 17 h 21 min

    Ya Benflis est-ce que tu
    Ya Benflis est-ce que tu participes ou pas aux élections ??? C’est tout ce qu’on souhaite savoir. Pour tout ce que tu racontes , la majorité des algériens le sait déjà et ce …. depuis 1962. Il faut nous dire dès maintenant si tu vas aux élections ou pas. Si c’est oui on n’a plus qu’à fermer nos gueules. Tu sais pourquoi ya Benflis, ex-secrétaire général du FLN ? Eh ben, parce qu’à un moment on avait de l’espoir avec la CNLTD et l’ISCO. C’est vos actions et vos pressions actionnées à un certains moment sur le pouvoir qui alimentaient notre faible espoir de changement. Et donc même si toi , tu participes aussi aux élections il n’y a plus rien à espérer pour le changement de gouvernance et l’avènement de la démocratie ! Vous nous avez bercé avec votre soi-disant « force d’opposition et du changement », mais je pense que vous (CLNTD, ISCO etc..), vous vous êtes foutu des citoyens démocrates algériens. Que Dieu vous maudisse comme dit Ait Menguellet dans une de ces célèbres chansons, aussi bien votre parti que le RCD, le MSP, Nahda etc…etc… etc… Benbitour n’a pas parlé jusqu’à présent mais s’il n’a rien dit , c’est qu’il est d’accord avec vous. Finalement, il n’y a que Jil Jadid de Soufiane Djilali qui est resté fidèle à ses engagements et son combat. Que de perte de temps avec vous, mon Dieu !!!!!




    0



    0
    Alilapointe59
    24 décembre 2016 - 16 h 53 min

    Continue à parlé benflis, tu
    Continue à parlé benflis, tu ne feras pas mieux que eux pour sortir l’Algérie de la crise, personne n’est à l’abri de cet crise. La seule solution pour passé cette crise c’est l’argent que l’Algérie a mis de côté, il n’a pas de solution ou de réforme. Benflis n’a aucun programme, il fait comme tout les incompétents critiquer le pouvoir et quand il propose une solution elle n’est pas crédible… L’état algérien fait du bon boulot depuis 2008 la crise est la et elle ce ressent juste cette année, franchement 8 ans que l’Algérie investis et donne des subventions pour la consommation, il faut bien que Ca s’arrête, le peuples doit arrêter de squatter les cafés qu’ils aillent bosser. Ce que tout humains fait dans ce monde.




    0



    0
      Anonymous
      25 décembre 2016 - 2 h 56 min

      Dommage que ton accent
      Dommage que ton accent marocain dégueulasse de la bande frontalière ouest trahissent tes propos et les decredibilisent totalement.
      Sincèrement si tu mettais autant d’énergie à défendre ce régime d’escrocs qu’à pourchasser les hallabas et les dealers de zetla, on serait derrière toi et ton régime.

      Bientôt le retour de seydek khellil el maroki…j’imagine que tu dois préparer les karkabous importés de Marrakech…




      0



      0
      Anonymous
      25 décembre 2016 - 9 h 03 min

      ALI le péteux 17h53;t’aurais
      ALI le péteux 17h53;t’aurais mieux d’aller garder tes chèvres a ouajda;et etre utile a ton roi chéri m6;tu n’as rien d’algérien;et t’ose critiqué tes maitres;BENFLIS est un vrai algérien;meme comme tu dis il n’est pas compétent;il n’est pas traitres comme tes copains;




      0



      0
    lhadi
    24 décembre 2016 - 16 h 45 min

    « Quiconque veut devenir un
    « Quiconque veut devenir un grand homme ne doit pas s’aimer lui-même et ce qui tient à lui ; il ne doit aimer que le bien, soit en lui-même, soit dans les autres. C’est encore par cette illusion que tant de gens prennent leur ignorance pour du savoir : on se persuade qu’on sait tout, quoiqu’on ne sache pour ainsi dire rien ; on refuse de remettre aux soins d’autrui ce qu’on ignore, et on tombe dans sa conduite en mille fautes inévitables. Il est donc du devoir de tout homme d’être en garde contre cet amour désordonné de soi-même, et de ne pas rougir de s’attacher à ceux qui valent mieux que soi. »

    (Les lois – par Platon – livre v – l’athénien ).

    En s’inspirant de cette philosophie, mon devoir est d’ouvrir le champ des possibles pour ébranler l’ignorance enfermée dans ses illusions ou ses mensonges.
    .
    Ainsi, la philosophie politique, qui remet en cause les piliers, à la fois dans les domaines politiques, économiques, sociaux et culturels, de ce système politique, égaré dans un siècle qui n’est pas le sien, me conforte dans ma certitude que le progrès est toujours possible et que la rationalité et la rigueur sont à l’origine du progrès.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
      Anonymous
      24 décembre 2016 - 17 h 48 min

      ….. »on se persuade qu’on
      ….. »on se persuade qu’on sait tout, quoiqu’on ne sache pour ainsi dire rien ; on refuse de remettre aux soins d’autrui ce qu’on ignore, et on tombe dans sa conduite en mille fautes inévitables »..

      Tiens cela me rappelle furieusement quelqu’un….




      0



      0
    Quenelle
    24 décembre 2016 - 16 h 17 min

    Il n’a rien dit de ce que
    Il n’a rien dit de ce que nous ne savons déjà !
    Et après ?!
    Eh bien, rien !
    Je finirais par croire que nous n’avons plus d’hommes d’Etat qui prendraient des risques pour le bien de notre nation !
    TRAGIQUE !




    0



    0
    ghoula
    24 décembre 2016 - 15 h 54 min

    Oui mr tout va mal tu es
    Oui mr tout va mal tu es notre sauveur.
    Plus de 70 ans et il veut être président.fumons du thé et restons éveiller le cochemard continue.
    Ya aammi benflis ton problème n’est pas médical. Rouh tzour .Allah yestour.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.