Les Algériens angoissés par les sombres perspectives de l’économie nationale

La situation économique n’est guère rassurante pour la population. New Press

2016 s’achève sans pour autant emporter avec elle les inquiétudes et les angoisses des Algériens qui commencent une nouvelle année avec beaucoup d’incertitudes et d’inconnues. Nombreux sont d’ailleurs ceux qui, à travers les réseaux sociaux, ont fait part de leurs préoccupations et peurs.

La situation économique, qui va de mal en pis, n’est donc guère rassurante pour la population. Les mots du Premier ministre à quelques jours de la nouvelle année s’avèrent insuffisants pour éloigner les incertitudes, chasser les angoisses et panser les «plaies» de l’année écoulée. Les Algériens ressentent déjà les répercussions de la persistance de la crise financière sur leur pouvoir d’achat qui se contracte de jour en jour. Ils saisissent les risques d’une conjoncture économique des plus difficiles qui appelle d’autres sacrifices, beaucoup d’ingéniosité, d’audace et de labeur.

La diversification économique n’est pas pour demain. L’outil de production national reste limité. Son développement nécessite des années encore. Le vécu de l’Algérien dépendra encore durant cette nouvelle année du volatil marché pétrolier. Ainsi, nombre de citoyens se disent conscients de cette situation de crise très pesante qui nécessite plus que des vœux pour la dépasser. L’année qui commence ne sera assurément pas celle du farniente, ni même celle de la quiétude sociale.

Des acquis sociaux sont bien menacés. L’approche des échéances électorales (législatives et locales) crée un climat électrique sur la scène politique où les «guerres» de position ne font que commencer. La participation massive des formations de l’opposition renseigne sur l’importance qu’accordent les partis à ces élections qui semblent être déterminantes pour les échéances futures. Et les problèmes socioéconomiques que connaît le pays vont peser dans les débats et dans les campagnes des uns comme des autres. Beaucoup de décisions et de mesures prises par le gouvernement Sellal ont été décriées. Des réformes de l’école à la question des retraites, en passant par les choix économiques et la pression fiscale qui sera assurément fortement ressentie cette année, les tensions enregistrées en 2016 persistent encore et risquent même de s’aggraver, selon l’évolution de certains paramètres économiques, dont l’inflation et la parité du dinar avec les monnaies fortes (euro et dollar).

La gestion des tensions sociales qui pourraient être provoquées par la baisse du pouvoir d’achat ne sera pas sans conséquences sur le gouvernement. La reculade spectaculaire du gouvernement sur le nouveau calendrier des vacances scolaires renseigne sur sa peur face à la rue. Et les actions de protestations, notamment à travers des manifestations de rue, risquent d’être nombreuses. Le dossier explosif du logement, géré de manière chaotique par l’actuel ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, va sans nul doute constituer l’un des facteurs d’instabilité sociale. Car les espoirs suscités par les ambitieuses et diverses formules lancées par le gouvernement s’effilochent face aux retards irrattrapables dans la réalisation des projets. Et quand on sait que des centaines de milliers d’Algériens attendent impatiemment ces hypothétiques logements, il y a de quoi tenir son ventre.

Si durant l’année 2016, les pouvoirs publics ont réussi à calmer les esprits grâce à un réservoir de logements construits depuis des années, les émeutes du logement risquent de revenir de plus belle une fois que les postulants auraient perdu espoir en les promesses de leur ministre.

Autre dossier qui va impacter le quotidien des Algériens, la gestion du flux des importations qui n’obéit visiblement à aucune stratégie mûrement réfléchie. Ainsi, les restrictions appliquées contre certains importateurs vont inévitablement concerner d’autres produits. Ces restrictions pourraient provoquer des pénuries de certains produits. Ce sont autant d’inquiétudes dont font part des Algériens conscients des lendemains difficiles qui les attendent dans une Algérie encore dépendante d’un marché pétrolier des plus instables.

Il reste cependant une lueur d’espoir que représente la perspective d’une remontée des prix de l’or noir une fois la réduction des quotas décidée par les pays membres de l’Opep et non-Opep est appliquée.

Hani Abdi

Comment (25)

    MELLO
    3 janvier 2017 - 14 h 00 min

    La crise algérienne s’inscrit
    La crise algérienne s’inscrit naturellement dans le cadre des crises en cours. Pour autant, il n’est pas question de céder à une quelconque « contagion démocratique » dans l’explication et le traitement de chaque situation nationale. Malheureusement plus de cinquante ans après la proclamation de l’indépendance nationale, nous voici face aux mêmes absences : Absence d’un Etat de droit, absence de vie politique, absence de constitution digne de ce nom, absence d’institutions légitimes capables de protéger le peuple autant que le pays des abus et d’assurer son droit à vivre dans la liberté et la dignité. Le malheur de l’Algérie n’aurait pas été si sanglant, ni son désarroi si profond, si le choix de l’exclusion et de la violence n’avait été le fait que du pouvoir. Il se trouve que des courants au sein de la société se sont construits exclusivement sur l’apologie de l’exclusion et de la violence. Quel que soit le lourd soupçon de manipulation par le pouvoir réel qui pèse sur ces courants, il n’en demeure pas moins qu’une clarification de leur part demeure indispensable pour signifier clairement un saut qualitatif dans la formulation du sacré en politique.




    0



    0
    Anonymous
    2 janvier 2017 - 23 h 07 min

    cela fait 4 mois que j ai
    cela fait 4 mois que j ai perdu ma carte d identite et on refuse de me la refaire .au comissariat on refuse de me delivrer une declaration de perte . revient demain ramene sa et si va chercher sa tout en me maltraitant visuelement j ai perdu en tout 7 jour de travaille.alor j ai decider de vivre sans papier alors l angoisse je n en veut plus .




    0



    0
    Al "Hmemdji
    2 janvier 2017 - 13 h 30 min

    @H-B

    @H-B
    «  » L’ALGERIE CONSACRE GRATUITEMENT L’ACCES A L’EDUCATION ET AUX SOINS ET EST LE SEUL PAYS A DISTRIBUER LES LOGEMENTS GRATUITEMENT AUX DEMUNIS. BEAUCOUP DE PEUPLES DANS LE MONDE RÊVENT DE JOUIR DES MÊMES AVANTAGES QUE LES ALGERIENS ……. » »

    Mon cher , il ne s’agit pas de donner gratuitement pour faire avancer un pays , l’algerien n’a pas besoin qu’on lui construise son logement MAIS IL A BESOIN QU’ON LUI DONNE LES MOYENS DE SE CONSTRUIRE UN LOGEMENT autrement dit l’algerien a besoin de trouver un travail , un salaire et le reste est possible .
    Pour ce que tu as ecris , rien n’est vrai il y a des petits pays en Europe pays qui nont aucune richesses miniere ni fossile et pourtant les gens sont logés ( pas gratos , ils paient et c’est eux memes qui doivent se chercher un logement ou s’en construire un – le systeme de santé est 1 million de fois meilleur qu’en algerie – les etudes ne sont pas gratos tu paies mais tu recoies en retour le jour ou tu seras sur le marché du travail , d’ou le fait que leurs universités sont competitives -le transport est mille fois meilleur qu’en algerie quand on arrive a l’aeroport tu n’as pas besoin qu’on vienne te chercher , tous les moyens existent train – bus -taxi on peut voyager de ville en ville par train sans embarras
    Alors arretez les algeriens de vous masturber les neurones et regardez la realité telle qu’elle est : vous avez a la tete de l’Etat Algerien un gouvernement de type mafieux dont la majorité des ministres est bi- nationale (francais algerie ) hchouma aib aleikoum 1.5 million de chouhadas pour en arriver a cela .
    Il FAUT ARRETER D’IMPORTER SINON LE PAYS COULERA ET SURTOUT SURTOUT METTRE CE GOUVERNEMENT DE MAFIOSI DEHORS autrement la Gadar Allah vous allez droit a une guerre civile




    0



    0
    Amitou
    2 janvier 2017 - 12 h 24 min

    Nous Algeriens exagerons tout
    Nous Algeriens exagerons tout,nous voulons tout et tout de suite….Ya Hbebis,regardons la verite..ou nous etions et ou nous sommes aujourd hui….Notre probleme c est celui d avoir compter sur le petrole seulement,et nous avons fait un long sommeil,aujourd hui on se reveille et on met tout sur le pouvoir….la voie juste a suivre est celle de produire et diversifier notre economie comme celle de reduire nos importations au minimums indispensables et encourager la consommations des produits Algeriens.
    DEvelopper l agriculture et la moderniser,appliquer les nouvelles cultures exportatrices,aider nos jeunes a creer des petites et moyennes entreprises a fortes valeurs ajoutees surtout dans les nouvelles technologies,developper un tourisme individuel et surtout pas un tourisme de masses succeptible de devenir un moyen de chantage aux mains des fournisseurs etrangers.Inciter nos compatriotes a decouvrir leur patrie la
    grande Algerie et ses merveilles naturelles et ses coins paradisiaques.Notre Patrie a besoin de nous tous pendant les annees de vaches maigres,soyons au rendez vous pour aimer l Algerie comme elle nous aime.




    0



    0
    ALGÉRIE-UNIS
    2 janvier 2017 - 12 h 04 min

    Le sous sol ALGÉRIEN est
    Le sous sol ALGÉRIEN est bourés de richesse même de ce que l’on ne connait pas ! PAS D’INQUETUDE
    Nous ne savons pas assez vendre et être influant, enfin si c’est pour nous faire croire à une crise qyi n’éxiste pas comme en France pour mieu nous faire les poches d’ou s’inspire les Valets passez votre chemin !!!




    0



    0
    Youcef
    2 janvier 2017 - 6 h 53 min

    On mirite tout ce qu’il nous
    On mirite tout ce qu’il nous arrivé.




    0



    0
    Jean-Boucane
    2 janvier 2017 - 1 h 02 min

    Je pense que l’on se trompe
    Je pense que l’on se trompe de combat… tout d’abord il y a enormement de gens devenus riche grace a l’importation ou tous les contrats 49-51 car un algerien a toujours eu 51% de la richesse d’un contrat… dans ce cadre je vous invite tous a dire a notre elite de reinvestir poir que lAlgerie se releve… c’est a notre elite de tirer l’Algerie vers le haut!!! Ce qui critique l’Etat font le mauvais constat… moi je critique tous les faux algeriens qui construisent en Algerie des maisons de mauvaise qualités pour s’acheter des chateaux en Espagne ou en France… le mal est en nous, si vous ne le comprenez pas vous ne pouvez pas etre de vrai patriote algerien




    0



    0
    Anonymous
    1 janvier 2017 - 22 h 22 min

    Les algériens ne sont
    Les algériens ne sont nullement angoissés,ils ont vécus le pire,c est pas quelques dinars en plus qu’ils vont les aneatirs,pauvre pays avec toutes ses richesses le peuple Meskine reste pauvre,pauvre de son histoire usurpée, de son avenir incertain.




    0



    0
    anonyme
    1 janvier 2017 - 21 h 47 min

    La voleurs accélèrent le
    La voleurs accélèrent le pompage du pétrole pour sauver leurs peaux, autrement c’est les émeutes, c’est tout ce qu’ils savent faire ces minables.




    0



    0
    mimoun
    1 janvier 2017 - 21 h 24 min

    ça ne concerne que les
    ça ne concerne que les laissés pour compte et les hommes inègres, les autres ont amassé des fortunes colossales par la grace d’un gouvernement hors champ et qui ne pense qu’à sa survie




    0



    0
    H-B
    1 janvier 2017 - 21 h 09 min

    L’ALGERIE CONSACRE
    L’ALGERIE CONSACRE GRATUITEMENT L’ACCES A L’EDUCATION ET AUX SOINS ET EST LE SEUL PAYS A DISTRIBUER LES LOGEMENTS GRATUITEMENT AUX DEMUNIS. BEAUCOUP DE PEUPLES DANS LE MONDE RÊVENT DE JOUIR DES MÊMES AVANTAGES QUE LES ALGERIENS ET BOUTEFLIKA EST UN PRESIDENT QUE NOMBRE DE PAYS RÊVERAIENT D’AVOIR. .

    L’enjeu de la tempête médiatique calomnieuse entourant le RHB est bien définitivement de protéger l’intérêt des Pharmas, ce qui est insinué par l’article au lien suivant –> http://(…)com/?p=7326!
    Comme souligné plusieurs fois antérieurement, sur cette page et dans des commentaires, le bruit assourdissant entourant cette affaire est suspect ! Plus de la propagande que l’info, surtout lorsque diffusée par les merdia affilés à Paris-Sion !(…)
    (Traduction partielle de l’article—> )
    « Des sources non officielles ont révélé que l’Algérie importera dans les prochains jours le complément alimentaire « Glycobiol » destiné aux malades atteints de diabète. Ce produit a été découvert par un chercheur français, et il s’est avéré identique au « RHB » de l’inventeur Tawfik Zaibat, qui a suscité beaucoup de controverse ces derniers jours. CE QUI EST UNE ENIEME CONFIRMATION QUE LE PRODUIT EST PLUS QUE FIABLE, A ETE PLUS QU’UNE REUSSITE. UN GENIE ALGERIEN QUE LA CAMPAGNE DE CALOMNIE VEUT CASSER PAR SIMPLE JALOUSIE. AU LIEU DE VOUS ACHARNER INUSTEMENT CONTRE RHB ET TOUFIK ZAIBET, UTILISEZ CETTE ENERGIE CONTRE LES VACCINS D’ETATS OCCIDENTAUX QUI SONT UN POISON ET QUI PULLULENT NOTRE TERRITOIRE. LA ON NE VOUS ENTENDS JAMAIS BANDES DE FELONS. VOUS CRIEZ AU SCANDALE IMAGINAIRE SUR RHB MAIS VOUS TAISEZ LES DANGERS DES VACCINS FABRIQUES DANS LES LABORATOIRES OCCIDENTAUX. RHB EST 10 PLUS EFFICACE ET FIABLE QUE CES PSEUDOS VACCINS.

    VIVE RHB
    VIVE RHB
    VIVE RHB
    VIVE RHB
    VIVE RHB
    VIVE RHB
    VIVE RHB
    VIVE RHB
    VIVE RHB
    VIVE RHB

    Dans ce contexte, des participants Facebook ont relayé la nouvelle selon laquelle l’Algérie est le premier pays à exprimer sa volonté d’importer le supplément français « Glycobiol » pour les diabétiques, après homologation par le ministère de la santé, et celui du commerce en France autorisant les laboratoires à le commercialiser. Le chercheur français inventeur, l’a « découvert » dans le centre de recherche sur le diabète, selon des sources médicales à Nice. Le complément alimentaire français Glycobiol est une réplique identique du complément fabriqué par Zaibat en Algérie RHB et contients les mêmes ingrédients,n’est différent que le nom et le nombre de comprimés dans la boite, où seuls 20 comprimés sont inclus. En attendant la signature du contrat avec un laboratoire français et la livraison et disponibilité en l’Algérie de Glycobiol, sois début 2017, les patients diabétiques sont sous le choc après l’interdiction du même produit algérien




    0



    0
      Arezki
      1 janvier 2017 - 23 h 25 min

      Et le jour ou aura plus assez
      Et le jour ou aura plus assez d’argent pour distribuer les pensions, pour payer les fonctionnaires, pour subventionner l’alimentation, pour payer les Chinois pour qu’ils nous construisent des logements ou vivre des routes pour circuler, etc, etc.. On fera comment pour eviter que les 40 millions de bouches à nourrir continuent à végéter tranquillement ? Cette mentalité d’assisté me dégoute au plus au point. Bouteflika et sa clique de bac -10 ont usé et abusé de la rente de façon totalement anarchique mais il se trouve encore des gens pour les féliciter…




      0



      0
      Cheikh kebab
      1 janvier 2017 - 23 h 44 min

      Mais l’ami,si jamais ce
      Mais l’ami,si jamais ce complément alimentaire français rentre en algerie comme tu le dis,on verra bien et on va demander des comptes. Quant au RHB,il dit qu’il l’exporter dans plusieurs pays? On n’a jamais entendu parler, personnellement je suis pas contre zaibet




      0



      0
    MELLO
    1 janvier 2017 - 20 h 21 min

    Souvent pour expliquer le
    Souvent pour expliquer le malaise qui ronge le pays, on accuse le peuple et l’armée.
    Je suis un militant. Je ne peux pas accuser un ministre, simple commis de l’Etat, lorsque la responsabilité de la faillite de mon pays est collective, est engendrée par ses propres élites. Insultez-moi, accusez-moi et dites ce que vous voulez sur ma personne, je ne changerai pas d’avis sur cette question. Ce n’est pas le peuple algérien qui manque de courage et de volonté de changement. Mais l’échec de notre pays dans la voie du développement, tient essentiellement à la faiblesse de ses élites politiques, militaires, administratives, intellectuelles et universitaires. L’Occident continue d’y être roi et de se comporter en maître nostalgique d’un passé récent avec la complicité des élites qui n’arrêtent pas de fuir leur passé douloureux et leurs responsabilités historiques. Le manque de confiance et de respect notoires des Algériennes et des Algériens en eux-mêmes, est entretenu par les autorités politiques. Quel que soit le secteur considéré du développement (culture, éducation, santé, agriculture, économie), on assiste partout à l’incurie notoire des élites, absolument aveuglées par la course au pouvoir, la recherche des prestiges, de la gloire perdue depuis novembre 1954 et très enclins à s’approprier les richesses publiques pour une consommation immédiate incontrôlée. Nos élites appartiennent au règne des Hérodiens, une race qui n’aime ni sa patrie ni son peuple, une race qui ne trouve sa satisfaction que lorsque elle devient l’esclave des autres.




    0



    0
    Salim
    1 janvier 2017 - 19 h 51 min

    Triste Algérie gouvernée par
    Triste Algérie gouvernée par sa rue…disent les écoliers des années respectueuses de l’instit et du prof et qui essayent en vain de revisiter la coulisse d’une école jadis exemplaire ! Des citoyens ferment une route et on se met à leur disposition. Des jeunes brûlent un pneu et le logement est au bout de la fumée. La loi sur la retraite est promulguée…et vlan : retour à la case départ. La réforme du bac est annoncée à grande pompe puis se dilue dans les valses- hésitations – abandons du gouvernement . C’est la Dolce Vita sur asphalte pour les uns et reniement et manque de courage pour les autres !




    0



    0
    Cheikh kebab
    1 janvier 2017 - 19 h 09 min

    Inquiet et angoissé surtout à
    Inquiet et angoissé surtout à cause de l’incompétence de c gouvernants. Ils nous ont conduits à la faillite malgré des rentrées de $ colossales. Et ils veulent continuer,dans l’incompétence: ils misent sur le tourisme ,erreur stratégique: on annonce 147 touristes a TAM!!! Nous ne sommes pas pays à touristes si sellal. 2. Rationaliser les dépenses? Un exemple: postes de H DeY,el achour,kouba……des systèmes d’affichage file fnattrnte différents! Pourquoi? Pourquoi ne pas mettre même dispositifs et appareils dans toutes les postes et actels??? Meilleurs prix,pièces de rechange et dépanneurs uniques??




    0



    0
    Arezki
    1 janvier 2017 - 18 h 58 min

    On devrait arrêter d’exporter
    On devrait arrêter d’exporter du pétrole tant qu’il ne remonte pas à 85-100 dollars minimum. On épuise nos reserves inutilement en gaspillant la rente de façon improductive. Il n’y a pas si longtemps on importait moins de 10 milliards par an, aujourd’hui ca a été multiplié par 8 ou 9, c’est vraiment ridicule. Il faut aussi arrêter d’importer massivement et miser les quelques sous qu’il nous reste dans l’agriculture, l’élevage, la pêche, le textile, l’industrie, le tourisme, etc… Pour devenir autonome à au moins 90% dans un premier temps et ensuite pourquoi pas pour l’export. La nourriture, les médicaments, les habits, les deux roues, l’électroménager, etc.. toutes ces choses qui ne demandent pas une technologie de pointe, on devrait tout produire nous même. Il y a beaucoup de chose à faire mais nos bac -10 aux commandes sont des assistés mentaux, ils vivent sur le dos de la rente sans faire de prévision à long terme. De toutes façons ces vieillards seront morts quand ça s’effondrera. Un jour ou l’autre la rente prendre fin, donc autant construire une economie saine avant plutôt que de vouloir trouver des richesses naturels de substitution (hydrocarbures de schiste, or, uranium, phosphate, etc..) pour continuer à vivre comme des assistés. Serieusement, on devrait arrêter d’exporter le pétrole à moins de 100 dollars le baril et arrêter aussi les importations inutiles. Il faut se serrer la ceinture, on ne crèvera pas de faim. Ca nous forcera à produire et un jour ou l’autre le pétrole remontera, à 100, 150, 200 et même plus de 500 dollars le baril. C’est inévitable, c’est la loi du marché, mais nous, les assistés mentaux on aura tout bradé avant pour 35 dollars comme des ânes et ira mendier à l’OMC en bradant notre souveraineté pour ne pas mourrir de faim. Comme les pires pays d’Afrique noir.




    0



    0
      Cheikh kebab
      1 janvier 2017 - 23 h 56 min

      Wallah bravo arezki! C la
      Wallah bravo arezki! C la logique même,je vends pas mon pétrole à 50$, mais c gouvernants ne cherchent pas le bien du pays,ils cherchent a durer!! Quitté à brader toutes les réserves du pays.




      0



      0
    6500 DA !!!
    1 janvier 2017 - 18 h 55 min

    Le kilo de cerises à 6500 DA
    Le kilo de cerises à 6500 DA à Ardis ….excusez moi …mais je préfère aller chez le bijoutier !!




    0



    0
      Lady Faria
      1 janvier 2017 - 19 h 48 min

      Je vais devoir faire
      Je vais devoir faire construire un écrin pour mes deux cerisiers alors, et y affecter mon redoutable Berger allemand pour décourager les maraudeurs.Ces arbres (bigarreau Moreau) me donnent bon an mal près de 40 kg de fruits chacun, une récolte qui faisait jusqu’à présent le bonheur de la famille, des amis et même des voisins. Mais à ce prix-là, je crois que je vais me lancer dans le commerce. 80 x 6500 DA,, ça donne à réfléchir!




      0



      0
      Anonym
      3 janvier 2017 - 1 h 02 min

      Et la baguette,le lait,les
      Et la baguette,le lait,les médicaments,les gobelets de café,le carburant,les paraboles avec un million de chaine de TV piraté,edoumine,eronda,ergued,el Omra,tounes ,Fuck la cerise,ce n’est pas ça le problème,ce sont ceux qui nous ont rendu fainéants et pensé qu’à nos ventres, qui sont notre problème « la politique du populisme et du social »si nous étions traités comme des adultes aujourd’ hui le sujet est différent et même dans dès périodes difficiles on se comportera comme des gens civilisés.




      0



      0
    selecto
    1 janvier 2017 - 18 h 49 min

    Pourtant Cheb Khaled a été
    Pourtant Cheb Khaled a été invité à Alger pour un gala à Alger pour les fêtes de fins d’année contre un faramineux cachet en devises négocié par son manager qui n’est autre que sa femme Marocaine.




    0



    0
    AMAR MOKHNACHE
    1 janvier 2017 - 18 h 01 min

    EN S ACCROCHANT AUX COURS DU
    EN S ACCROCHANT AUX COURS DU PETROLE NOS GOUVERNANTS ACCENTUENT L ANGOISSE ET SEMENT L INCERTITUDE SOURCES DE DESESPOIRS ET D INQUIETUDES ! Monsieur SELLAL a produit un discours completement dedie a la justification des mesures d austerite contenues dans la loi de finance 2017 ensaucun cas il n a detaille ne serait-ce qu une alternative en guise de solution….il n a dit aucun mot sur les proplemes de corruption ni sur l impunite dont jouissent de nombreux secteurs publics et economique a l image de SONATRACH QUI A OSE ORGANISE UN CONCORS DE RECRUTEMENT DE 600 CADRES (SIX cents) EN CATIMI SANS QUE LES AUTEURS SOIENT IDENTIFIES ET ENCORE MOINS SANCTIONNES!! ET COMME TOUTE REPONSE ON ANNONCE SON ANNULATION CEST A DIRE QUE L ON VA PAUT ETRE LE REPPRENDRE EN CACHETTE ….COMMENT PEUT ON RASSURE AVEC DE TELS PRATIQUES…ET QUI PEUT BIEN FAIRE CONFIANCE ….L ANNEE 2017 EST ANNONCEE SOUS LE SLOGAN DE TAG ALA MEN TAG SEMBLE T IL DIRE…




    0



    0
    anonyme
    1 janvier 2017 - 17 h 53 min

    Le gouvernement est
    Le gouvernement est responsable de la faillite financière et économique du pays.
    Le gouvernement est responsable du gaspillage de l’argent des Algériens.
    Un Etat sans stratégie et sans vision pour son avenir, ceci a conduit le pays dans l’IMPASSE TOTAL.
    L’ Etat non seulement recule tous les jours et cède de la place à anarchie.




    0



    0
    Anonymous
    1 janvier 2017 - 17 h 50 min

    Les Algériens angoissés par
    Les Algériens angoissés par les sombres perspectives de l’économie nationale

    Les Algériens angoissés par l’incompétence managériale, et le manque d’une stratégie économique salutaire
    Les Algériens angoissés par les manques d’austérité, et de rigueur dans les dépenses de l’état
    Les Algériens angoissés par le manque d’autorité de l’état sur les institutions, et les opérateurs économiques

    Une crise forte = Un état fort




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.