Campagne sur les réseaux sociaux pour rendre Yennayer jour férié

L'appel pour une journée fériée de  Yennayer sera-t-il entendu ? D. R.

Une intense campagne est lancée sur les réseaux sociaux pour rendre férié le premier jour du calendrier berbère qui correspond au 12 janvier du calendrier grégorien. Des sites internes, des groupes fermés et des commentaires insistent sur l’impératif de reconnaître officiellement ce calendrier en consacrant le 1er jour de Yennayer fête nationale, comme le nouvel an grégorien ou le calendrier hégirien.

Une nouvelle pétition a été lancée pour que cette journée soit chômée et payée et donc fêtée par l’ensemble des Algériens. Les internautes estiment qu’il n’y a plus aucune «excuse» pour «achever la reconstruction de l’identité algérienne», maintenant que la nouvelle Constitution, adoptée en mars dernier, consacre tamazight comme langue officielle aux côtés de la langue arabe. Ainsi, ils interpellent le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour agir dans ce sens et déclarer le premier jour de l’an berbère journée chômée et payée. Va-t-il le faire ? Peut-être. Une chose est sûre. Les hautes autorités consacrent d’importants moyens pour la célébration de cette date, habituellement fêtée par des associations et des citoyens sans trop de bruit médiatique.   

Ainsi, cette année, les célébrations du nouvel an amazigh Yennayer 2967 seront marquées par un riche programme de festivités, impliquant plusieurs  secteurs ministériels et des caravanes culturelles qui sillonneront une dizaine de villes du pays, du 11 au 16 janvier. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui le secrétaire  général du Haut Commissariat à l’amazighité (HCA), Si El-Hachemi Assad. Cette large mobilisation dénote, selon Si El Hachemi Assad, d’un «réveil identitaire» du citoyen algérien qui s’est «réconcilié avec  son histoire ».

Le lancement des célébrations est prévu à Alger avec des expositions de livres, d’artisanat et d’art culinaire, des spectacles musicaux, en plus  d’une rencontre autour des «connaissances historiques sur la célébration de Yennayer» et d’une parade des éléments de la Protection civile. Les caravanes culturelles se dirigeront le 11 janvier vers Béni Snous,  à Tlemcen, Touggourt (Ouargla), Batna, Guelma, Béjaïa, Sétif et Tissemsilt où des programmes de célébration sont prévus jusqu’au 16 janvier en partenariat  avec les collectivités locales, les centres culturels et le mouvement associatif. Un cours sur la fête de Yennayer sera dispensé dans toutes les écoles  du pays qui accueilleront également des activités de célébration du nouvel an amazigh, a-t-il encore souligné.

Sonia Baker

Comment (71)

    L'Hocine Yahia
    10 janvier 2017 - 23 h 37 min

    Assegas Ameggaz , Assegas
    Assegas Ameggaz , Assegas Az3im !




    0



    0
    Djamel.maraval
    10 janvier 2017 - 17 h 48 min

    J’aurais préfère une campagne
    J’aurais préfère une campagne pour éradiquer les jours fériés, et surtout que l’Algérien retrousse les manches et va travailler




    0



    0
      Algérienne
      10 janvier 2017 - 18 h 23 min

      Les Allemands ont plus de

      Les Allemands ont plus de jours fériés que NOUS.
      mais les Allemands vont chaque matin pour travailler….et ne vont pas au travail pour faire la sieste.
      En Allemagne, la loi est au-dessus de TOUS et non pas en-dessous de tous




      0



      0
    ALGERIE
    10 janvier 2017 - 17 h 13 min

    A lire tous les commentaires
    A lire tous les commentaires anti kabyle on mesure les dégâts et les dangers qu’ont fait peser sur l’unité de l’Algérie les pushistes et pouvoirs illégitimes qui nous ont volé notre indépendance en 62.
    La Kabylie s’etant opposé à leur coup d’état à été diabolisée auprès du reste de l’Algerie, de peur qu’elle soit suivie. Pour renforcer leur dictature et leur idéologie baathiste, ils ont naturaliser des dizaines de milliers de baathistes et intégristes, alors qu’ils refusent la nationalité aux descendants et partisans de l’Emir et d’El Mokrani. ^. ,




    0



    0
    Numédia
    10 janvier 2017 - 16 h 27 min

    Merci pour la photo ! Beau à

    Merci pour la photo ! Beau à voir. Les femmes Algériennes dans leur tenue d’origine.

    Reconnaitre YENNAYER c’est dire NON à la secte wahhabite et ses tenues de ZORRO.




    0



    0
    Dyhia
    10 janvier 2017 - 16 h 22 min

    Malheureusement, beaucoup

    Malheureusement, beaucoup préfèrent parler de la civilisation des pharaons que de la civilisation Amazigh.

    C’est la faute à ceux qui ont ramené les cordonniers égyptiens pour nous apprendre leur histoire et effacer la nôtre.
    Il est impératif de redonner À CÉSAR ce qui est à CÉSAR.




    0



    0
      Yahia
      10 janvier 2017 - 17 h 05 min

      @Dyhia (non vérifié), koune
      @Dyhia (non vérifié), koune sbaah comme on dit chez nous (sois lion) ! Il est urgent que tu apprennes que les Pharaons n’ont rien à voir avec le Égyptiens des temps modernes ou d’aujourd’hui ! Réveille toi ya kho!!! Tu confonds tout et c’est dommage ….pour toi !!! C’est la bouillabaisse dans ta tête, pardon de te le dire ! Il faut que tu t’informes un peu sur ce qu’était la civilisation des Pharaons, mon frère. Avec tous mes sincères respects.




      0



      0
    Tinhinane
    10 janvier 2017 - 16 h 08 min

    YENNAYER c’est l’Algérie

    YENNAYER c’est l’Algérie profonde. Il faut le mettre en valeur pour sauver l’Algérie de cette intrusion culturelle que nous subissons.

    Toutes ces belles robes kabyle dont les couleurs respirent le naturel/nature, la joie, le bonheur et l’optimisme est un moyen de résistance à la secte wahhabite qui a mis les Algérienne dans un deuil éternel, cette couleur noire de l’obscurantisme.

    Et pourtant le prophète ( SAWS) a dit:  » Le Dieu est beau et il aime la beauté ».




    0



    0
    Djamel.maraval
    10 janvier 2017 - 15 h 57 min

    J’aurais préfère une campagne
    J’aurais préfère une campagne pour éradiquer les jours fériés, et surtout que l’Algérien retrousse les manches et va travailler




    0



    0
    Anonym
    10 janvier 2017 - 15 h 55 min

    Ghir houma ya Latif, c’est
    Ghir houma ya Latif, c’est toujours eux ,ils sont jamais contents,les seuls qui parlent au nom de tout les amazighs, c’est seulement grâce à eux que l’Algérie est indépendante,tout les hommes au pouvoir sont incompétents, tout les partis sont ou bien chiyatines du pouvoir ou faible,sauf le RCD,tous les hommes d’affaires sont des voleurs sauf Rebrab,bande d’hypocrites et ignorants,hier bark ils disaient que les chawiyas sont le mal du peuple, BTS, jamais accepté les mozabites de faire du commerce chez eux, Zaama aujourd’hui benelhoum etouaregs,ya bourab ghir houma ,ya Latif kerhouna bladna.




    0



    0
      Habib
      10 janvier 2017 - 16 h 55 min

      Tu es un vrai pyromane ! Tu
      Tu es un vrai pyromane ! Tu ne laisse jamais le feu s’éteindre. Un vrai gardien de la haine et de la stupidité !
      Oublie un peu ce brasier qui te consume de l’intérieur et arrête de polluer l’atmosphère de la fraternité entre algériens par tes misérables propos ! On est tous algériens et nos ainés sont morts côte à côte pour te libérer. Il n’y avait ni chaoui, ni kabyle, ni oranais… il y avait des HOMMES qui sont tombés au champ d’honneur… pour L’ALGERIE et ses enfants. Alors de grace, nettoie un peu tes idées anti-algériennes et cultive toi un peu.




      0



      0
      Anti intégrisme
      10 janvier 2017 - 17 h 49 min

      Alors ! retourne au pays de
      Alors ! retourne au pays de tes ancêtres : l’ARABIE YAHOUDITE ou LE YEMEN pour faire paitre les chamaux




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.