Zitouni : «Nous n’abandonnerons pas les crânes de nos martyrs»

Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine. New Press

L’affaire des crânes de martyrs algériens qui se trouvent toujours exposés au Musée de l’Homme en France est loin d’être classée. Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a affirmé aujourd’hui que l’Algérie n’a pas abandonné les efforts diplomatiques visant à rapatrier ces crânes.

Dans une déclaration à la presse en marge de la distinction des lauréats du prix du 1er Novembre 1954, le ministre des Moudjahidine a assuré que «l’Algérie poursuit ses efforts à travers ses canaux diplomatiques pour la récupération des crânes de ses martyrs conservés au Musée de l’Homme en France». Zitouni a souligné que le travail des commissions conjointes se poursuivait toujours sur les dossiers de la mémoire, notamment les archives et les victimes des essais nucléaires, dans l’espoir que chacun puisse bénéficier de ses droits. Tayeb Zitouni avait assuré, en juin dernier, que cette affaire «est prise en charge» au plus haut sommet de l’Etat. «Nous œuvrons actuellement en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères pour une prise en charge optimale de cette question dont l’histoire remonte à plus d’un siècle», avait-il affirmé.

Du côté français, on se montre très prudent. Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères s’était contenté de rappeler sa déclaration du 30 septembre 2016, selon laquelle il y avait «un dialogue étroit avec les autorités algériennes sur toutes les questions de mémoire» et cette question des crânes s’inscrivait dans ce dialogue. Il avait également fait référence à la loi du 18 mai 2010 sur la restitution selon laquelle qu’il doit y avoir une demande officielle de restitution de la part des autorités algériennes, préalable à un travail scientifique d’identification sur les demandes formulées. «C’est dans ce cadre qu’ont lieu les échanges au sujet des restes de combattants algériens tués pendant la conquête de l’Algérie et conservés au Musée de l’Homme à Paris», avait-il affirmé, en précisant que ce travail se fait dans un climat de confiance avec les autorités algériennes.

Interrogé il y a quelques mois sur le sujet, Ahmed Ouyahia, en sa qualité de secrétaire général du RND, avait dit qu’il était «préférable» que ces crânes restent en France pour «servir la mémoire de l’Algérie sur place». Des propos qui avaient été interprétés comme un manque de volonté des gouvernants de «récupérer» ces crânes.

Les crânes à restituer sont ceux de résistants algériens du début de la colonisation française. Ce sont les crânes secs qui appartiennent, entre autres, à Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Cherif «Boubaghla», Cheikh Bouziane, chef de la révolte des Zaatchas, dans la région de Biskra en 1849, Moussa El-Derkaoui et Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui. On parle aussi de la tête momifiée d’Aïssa El-Hamadi, qui fut le lieutenant de Chérif Boubaghla, qui fait partie du lot à restituer, outre le moulage intégral de la tête de Mohamed Ben-Allel Ben Embarek, lieutenant de l’Emir Abdelkader.

Sonia Baker

Comment (39)

    Anonymous.dz
    19 janvier 2017 - 19 h 59 min

    TOUT ce qui appartient a l
    TOUT ce qui appartient a l’Algerie doit revenir au pays. Rendez a Cesar ce qui est a Cesar et rendez nos martyrs a la terre a laquelle ils ont donne leur vie, c’est non negociable.




    0



    0
    Mr Tartampion
    19 janvier 2017 - 12 h 31 min

    C ‘ est tres bien d ‘ en
    C ‘ est tres bien d ‘ en parler mais on peut faire mieux, expliquer à qui étaient ces cranes et donner toutes les informations sur les résistants décapités, chacun d ‘ eux merite d ‘ être connu et même d ‘ être dans les livres scolaires et les reportages à la TV.




    0



    0
      krimou
      2 février 2017 - 16 h 20 min

      Un livre de plus de 500 pages
      Un livre de plus de 500 pages a été écrit par Belkadi, il est paru aux Editions Thala, Alger, qui développe le sujet, avec une belle préface de l’historien français Gilles Mnaceron : « Boubaghla, le sultan à la mule grise. La résistance des Chorfas ». Tout y est.




      0



      0
    Podemos
    19 janvier 2017 - 7 h 34 min

    Je suis indigné, j’ai signé
    Je suis indigné, j’ai signé,indignez-vous aussi, SIGNEZ https://www.change.org/p/restitution-des-t%C3%AAtes-des-r%C3%A9sistants-alg%C3%A9riens-d%C3%A9tenues-par-le-mus%C3%A9e-de-l-homme




    0



    0
      Mr Tartampion
      19 janvier 2017 - 12 h 32 min

      Merci pour le lien, j ‘ ai
      Merci pour le lien, j ‘ ai signé aussi




      0



      0
      Anonymous.dz
      19 janvier 2017 - 20 h 01 min

      Je signe aussi, merci Podemos
      Je signe aussi, merci Podemos




      0



      0
    diaspora
    19 janvier 2017 - 6 h 51 min

    Incroyable! Je tombe des nues
    Incroyable! Je tombe des nues! Où peut-on signer la pétition? Merci.




    0



    0
    Just me
    19 janvier 2017 - 5 h 48 min

    Comme tout les matins je lit
    Comme tout les matins je lit vos news pour suivre l’actualite de mon pays et je vois ce titre ‘nous n’abandonnerons pas les cranes de nos martyrs’ et je me dit WTF!!! et apres lecture de votre l’article et des comments je me dit que s’est pas just les cranes qu’on n’abandonne, s’est nos glorieux martyrs, s’est notre histoire, s’est notre memoire, notre dignite, on a rendus les armes!!!! ALLAH YARHAM CHOUHADA




    0



    0
    War-isem
    19 janvier 2017 - 5 h 36 min

    Des pages de notre histoire
    Des pages de notre histoire qui ne seront jamais tourné, des chouhada privé de sépulture, un gouvernement laxiste, on a encore bcp de chemin a faire!!!




    0



    0
    Vangelis
    19 janvier 2017 - 4 h 48 min

    C’est toujours la même
    C’est toujours la même politique avec ces pontes du régime. Faire des promesses pour faire croire aux algériens qu’ils défendent au mieux leurs intérêts y compris sur les questions de mémoire. On n’a jamais vu, lu ou entendu de la part de gouvernements étrangers qu’ils devaient discuter éternellement de ce type de question. Les juifs sont toujours au « front » pour faire admettre leur « chouha » avec les succès que l’on sait, les aborigènes d’Australie ainsi que les indiens américains ont obtenu la reconnaissance de leurs génocides, les noirs américains ont aussi vu la reconnaissance de leur esclavage et même les arméniens ont eu cette reconnaissance de génocide par ….. la France alors même qu’elle n’y était pour rien, s’agissant d’une affaire turque. Alors pourquoi les dirigeants algériens sont frileux à exiger ces reconnaissances depuis plus de 50 ? La réponse est dans la question. Ils ne le veulent pas pour la bonne et simple raison qu’ils sont encore liés à l’ancien colon par des liens autres que ceux qu’ils devraient avoir avec le peuple algérien. Ils ne sont pas du tout des patriotes et leurs actes sont là pour le confirmer.




    0



    0
    Bougaci
    18 janvier 2017 - 20 h 33 min

    La place de ces crânes est en
    La place de ces crânes est en Algerie, dans une sépulture digne. La documentation doit être dans un musée algerien, accessible à chacun de nous pour qu’on connaisse notre histoire et rendre hommage a tous nos valeureux martyres.




    0



    0
    anonyme
    18 janvier 2017 - 19 h 58 min

    On va vous croire comme pour
    On va vous croire comme pour l’innocence de Chakib Khelil qui d’après vous a été victime d’un complot.




    0



    0
    Anonymous
    18 janvier 2017 - 18 h 32 min

    La phrase du ministre est
    La phrase du ministre est pleine de mépris . Nous devons récupérer les restes des corps de nos chouhadas pour les enterrer avec un profond respect et beaucoup d’honneur.




    0



    0
    Akchiche
    18 janvier 2017 - 18 h 13 min

    « Selon sa femme, le jour de
    « Selon sa femme, le jour de sa mort,BouBaghla, avait fait venir le barbier et s’était fait raser la tête en disant: « il faut que ma tête soit propre car ce soir elle sera promenée dans les tribus ». » Extrait du livre de Ali Farid Belkadi « Boubaghla, le sultan à la mule grise. La résistance des Chorfas »




    0



    0
    Anonymous
    18 janvier 2017 - 18 h 12 min

    Ceux qui ont fait de la
    Ceux qui ont fait de la guerre d’Algérie un fond de commerce, ont passé un demi siècle à comploter des lois sur mesure sur leur secte ( des licences de taxi, de bar, de d’importation renouvelable au bout de 3 ans pendant 46 ans …………… des terrains des appartements qu’ils revendent aussitôt, le service national ? non pour eux non ! ils partent à la retraite 7 ans soient 21 trimestres avant les autres pour le travail, ils squattent toutes les mairie et tous les organisme de l’administration y compris les syndicats étatiques comme l’UNGTA et les associations satellites du FLN, ils ont même obtenu un BAC pour eux seuls bien sûr le tau de réussite a dépassé les autres réunis ce sont ces parasites de la nation qui viennent te saouler avec leur pseudo hyper patriotisme.

    Allez au diable lâchez l’Algérie vous l’empêcher de respirer !!




    0



    0
      anonyme
      18 janvier 2017 - 19 h 56 min

      L’intervention d’un chiattte
      L’intervention d’un chiattte qui n’a aucun lien effectif avec l’Algérie et sa révolution, les profiteurs qui ont profités aux noms des veuves et fils de chouhadas, des vrais moudjahidine sont des escrocs alliés aujourd’hui avec les rescapés de la rafle de 1975, des naturalisés et descendants de harkis.




      0



      0
    anaALGERIEN
    18 janvier 2017 - 15 h 56 min

    Moi , je suis curieux de
    Moi , je suis curieux de savoir où étaient ces défenseurs des cranes de nos martyrs exposés comme de vulgaires reliques depuis 54 ans dans un musée français , et pourquoi donc cette réaction bien tardive du Pouvoir ? Peut-étre que notre ministre est un adepte du  » mieux vaut tard que jamais » . Mais un « tard » de 54 ans n’est pas négligeable. On aura tout vu ici-bas !




    0



    0
    CHIBL
    18 janvier 2017 - 15 h 26 min

    Habaltouna avec cranes
    Habaltouna avec cranes,bientôt on aura un ministère de carnes,c’est quoi encore cette histoire?ce ministre ne parle que de ces cranes et j’ai l’impression qu’il ne fera rien. les dits cranes ca fait des lustres qu’ils sont en France et jamais ce ministre parlé d’eux si ce n’est un chercheur Algérien qui a osé le faire.tant que vous y êtes monsieur le ministre demandez la restitution de la consulaire (BABA MARZOUG).vous savez très bien que vous n’aurez rien. que du bla bla,la France vous tiens la les …. c’est pour ça que vous n’aurez rien.ALLAH YERHAM ECHOUHADA.




    0



    0
    Nasser
    18 janvier 2017 - 14 h 52 min

    on se moque éperdument des
    on se moque éperdument des déclarations de Mr Ouyahia ça ‘ engage que lui et pas les algériens et algériennes, alors qu’ il snous les rendent surtout je ne vois pas l’ interêt qu’ils les gardent au fond d’ un placard ou dans des boites, ont ils ont encore une once d’ humanité , au vue de ce comportement en ce qui me concerne j’ en doute.
    Mr Zitouni ne cédez pas ,tenez bon, ils sont notre mémoire et font partie de notre patrimoine




    0



    0
    MOUDJAHID
    18 janvier 2017 - 14 h 38 min

    LE MAGICIEN ZITOUNI.pourquoi
    LE MAGICIEN ZITOUNI.pourquoi s’acharné autant a des cranes de nos combattants ils sont bien en france ;ils ne sont pas les seuls a choisir de vivre a paris;ou de se soigner dans les hopitaux français;monsieur zitouni pourquoi ne pas faire le ménage sur les faux moudjahids; et enquèter comment ont pus bénéficies de cette carte de moudjahids; mais en réalité se sont des harkis;le reste on s’en fous




    0



    0
    Hanz-DZ
    18 janvier 2017 - 10 h 58 min

    L’Algerie doit les exiger et
    L’Algerie doit les exiger et en échange on donne ceux des moines de tibherine,comme ça chacun trouvera son compte




    0



    0
      Lady Faria
      18 janvier 2017 - 13 h 46 min

      Ce parallèle est infondé. C
      Ce parallèle est infondé. C’est un raccourci déloyal qui ne nous honorerait en aucun cas. Sachez monsieur que si ces moines reposent dans le cimetière du monastère de Tihbhirine, c’est parce qu’ils en avaient émis le vœu. Alors dites-moi, au nom de quel droit ou de quelle morale pourrions-nous aller à l’encontre de leur volonté? Leur dépouilles sont là où ils souhaitaient qu’elles soient. Respectons leur choix, rendons-leur au moins cette justice!




      0



      0
        Hanz-DZ
        19 janvier 2017 - 6 h 39 min

        Danke schön, je ne savais pas
        Danke schön, je ne savais pas que c’etait leur volonté. Vous avez raison, leur place est où ils ont choisit.




        0



        0
      CHIBL
      18 janvier 2017 - 15 h 38 min

      Non monsieur la France n’a
      Non monsieur la France n’a jamais demandée la restitution des ossement des moine de Tibhirine,la france veux juste faire la (lumiere) sur leur assassinat par lumière je veux dire faire pression sur le gouvernement algérien et plus precisement sur nos militaires.




      0



      0
    5colonne
    18 janvier 2017 - 1 h 50 min

    Faut mediatiser partout, pas
    Faut mediatiser partout, pas trop compter sur l’état ,




    0



    0
    ALGERIE
    17 janvier 2017 - 21 h 27 min

    La civilisation n’est
    La civilisation n’est certainement pas à où l’on croit. Vous pourrez me prendre pour une personne superstitieuse, mais cela porte malheur et une malédiction profonde concernant ce qui s’est passé en Algérie pèsera sur la France. Impossible que le sang versé par la France dans le génocide de 10 millions d’algériens ne pèse pas. Impossible d’oublier.




    0



    0
    ACTION
    17 janvier 2017 - 20 h 13 min

    Il est temps que L’ ANP
    Il est temps que L’ ANP récupère nos cranes !




    0



    0
    Lady Faria
    17 janvier 2017 - 20 h 07 min

    Pour mémoire, précisons qu’il
    Pour mémoire, précisons qu’il y a au Musée de l’Homme 37 crânes de martyrs algériens, non pas exposés (c’eût été encore plus ignoble) mais entreposés dans les réserves de ce musée et non accessibles au public. Chaque crâne est conservé dans un carton spécial. C’est un historien (Ali Farid Belkadi) qui a découvert des fiches relatives à ces crânes alors qu’il se documentait pour un livre consacré à Cherif Boubaghla. En sa qualité d’historien chercheur, il a eu accès aux réserves du musée et est ainsi tombé sur ces crânes (en 2011). Son indignation fut telle qu’il alerta la presse et les autorités algériennes. Il initia aussi une pétition pour le rapatriement des crânes. C’est son combat à ce jour. Derrière chacun de ces crânes, il y a un homme, une histoire. L’un de ces crânes est donc celui de Mohammed Lamjad Ben Abdelmalek, plus connu sous le pseudonyme de Boubaghla. Le livre de M. Belkadi a d’ailleurs pour titre « Boubaghla, le sultan à la mule grise, la résistance des Chorfas ». C’est au cours d’une insurrection qu’il menait en 1854 contre les forces armées de l’occupant français que Cherif Boubaghla a été tué, en Kabylie. Sa tête fut tranchée et servit de trophée avant d’être envoyée au médecin-chef de l’hôpital de Constantine. Celui-ci l’offrit au collectionneur Paul Broca. C’est parmi les collections de ce dernier que notre compatriote historien à découvert le crâne de Bougaghla. ..




    0



    0
      Cémoi
      17 janvier 2017 - 22 h 14 min

      Merci pour cette excellente
      Merci pour cette excellente rétrospective très bien documentée




      0



      0
        Lady Faria
        18 janvier 2017 - 8 h 33 min

        Bonjour. Si le modérateur le
        Bonjour. Si le modérateur le permet, j’aimerais donner le lien vers une publication du Monde où sont relatées en détail les circonstances de la mort d’un autre Chahid : le Cheikh Bouziane, également mentionné dans l’article que nous commentons. On y prendra la mesure de l’horreur des crimes perpétrés par l’armée française et on verra comment le crâne de Cheikh Bouziane (son fils âgé de quinze ans fut lui aussi décapité), héros de la résistance dans la région de Biskra où il a infligé des pertes innombrables à l’armée française lors du siège qui a précédé le massacre de Zaatcha. Une précision à propos du terme « zouave » : depuis 1842, les unités de zouaves étaient composées exclusivement de soldats d’origine européenne. Voici le lien : http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/07/09/les-cranes-de-resistants-algeriens-n-ont-rien-a-faire-au-musee-de-l-homme_4966904_3232.html




        0



        0
          Lady Faria
          18 janvier 2017 - 9 h 37 min

          Merci de lire : « et on verra
          Merci de lire : « et on verra comment a pu se retrouver au Musée de l’Homme le crâne de Cheikh Bouziane… »




          0



          0
          Boumendil
          18 janvier 2017 - 9 h 59 min

          Je viens de lire l’article et
          Je viens de lire l’article et je suis HORRIFIE. Mais ce sont des choses à connaitre!!!! Merci madame pour ces précisions. On n’a pas fini d’apprendre sur notre histoire. Les archives secrètes de l’époque coloniale reveleront d’autres episodes horribles quand on aura enfin accès. Je souhaite que les crânes de nos martyrs soient restitués. Je vais chercher la pétition et signer!!!




          0



          0
      Sprinkler
      18 janvier 2017 - 20 h 29 min

      Bonsoir Lady Faria ! Merci de
      Bonsoir Lady Faria ! Merci de nous rappeler ces pages de notre ‘histoire qui racontent que l’Algérie ne s’est jamais soumise aux hordes coloniales qui auront mis plus de quarante ans pour lui faire mettre un genou à terre.! Sans le concours des cohortes de traîtres, lâches et autres harkis le colon aurait probablement renoncé et capitulé devant ce peuple qui finira par briser et ruiner l’entreprise coloniale…




      0



      0
        Lady Faria
        19 janvier 2017 - 6 h 32 min

        Bonjour Sprinkler! L
        Bonjour Sprinkler! L’entreprise coloniale a certes été brisée mais elle continue à exercer « son emprise » sur des pans entiers de notre mémoire. Nous sommes comme sous hypnose, notre lucidité est en veille et elle le restera tant que nous n’aurons pas sorti des archives de l’oubli tous les dossiers de notre Histoire. Une Histoire dont tant de chapitres restent à écrire… Et ce n’est pas seulement le travail des historiens, c’est aussi le nôtre, lisons, compulsons les documents dont nous pouvons disposer dans les bibliothèques, les librairies et même sur les étals des bouquinistes, des trésors sont parfois exposés à même le sol, il suffit de se baisser pour les prendre et ils se vendent pour trois fois rien. Lisons les thèses et travaux de chercheurs, des romans aussi, explorons les dédales du web, visitons nos musées… Et puis redonnons à notre cinéma son éclat, comme au temps où nous savions mettre en scène un personnage comme Ali la Pointe. Certes, ce n’était pas Actors Studio mais on avait de bons comédiens, des cinéastes de talent et des salles fréquentables. Le cinéma n’est pas un vice, c’est une arme redoutable dans ce genre de combat, celui qu’on livre contre l’oubli, tournons des films, des séries, des épopées, des sagas, qu’on en fasse la promo, qu’on les diffuse sur toutes nos télés, tous nos écrans! Parce que si nous voulons que le monde connaisse et reconnaisse notre Histoire, il faut la lui envoyer à la face, en pleine lumière et pour cela, nous devons d’abord nous-mêmes nous en imprégner jusqu’à la moelle. N’oublions pas le théâtre, la musique, le ballet, l’opéra (les Chinois nous en ont offert un magnifique), la poésie, la peinture… Soyons sur tous les fronts, chantons, dansons, écrivons (et lisons, lisons!), tournons notre Histoire, qu’elle soit spectacle et œuvre d’art, brisons les barrières et les tabous, forçons les portes, défonçons-les, cassons la baraque s’il le faut mais prenons notre Histoire en main et révélons-là à la face du monde! Excusez, cher Sprinkler, cette diatribe enflammée; vous l’aurez compris : le sujet me tient à cœur. Cordialement.




        0



        0
          diaspora
          19 janvier 2017 - 6 h 57 min

          Merci, merci, merci! Je
          Merci, merci, merci! Je voulais mettre 10 (+) mais j’ai pas pu. You made my day! J’ai lu et je relis encore, merci!




          0



          0
    karimdz
    17 janvier 2017 - 19 h 44 min

    Monsieur le Ministre, il faut
    Monsieur le Ministre, il faut plus que des actions diplomatiques, il faut saisir un tribunal international et mené une campagne mondiale pour rappeler le crimes de la France en Algérie.




    0



    0
      Gaouar
      17 janvier 2017 - 21 h 40 min

      Exactement ! Il faut aboutir
      Exactement ! Il faut aboutir au procès de la colonisation française par tous les pays qui ont subi ces crimes. Seul le passage par une justice internationale fera cesser son arrogance, quitte à créer un autre TPI par une autre organisation mondiale qui respecte les États-nations. La France doit reconnaître ses crimes et payer des réparations à tous les pays concernés par sa colonisation.




      0



      0
    Sprinkler
    17 janvier 2017 - 19 h 32 min

    Nous touchons aux cimes du
    Nous touchons aux cimes du cynisme…Parler de mémoire avec un état  » amnésique  » qui se complaît dans la tergiversation et la rétention criminelle de reliques pour retarder l’heure de son procès…Chaque jour que passent ces restes entre les mains de leur bourreau est un jour de trop et nos autorités n’ont que trop tardé à agir et mettre fin aux atermoiements du gouvernement français. Gloire à nos Martyrs qui ont enterré vif le projet colonial ! Morts ils le sont, mais de la plus noble des manières, face à des légions barbares porteuse de ténèbres !




    0



    0
    W19 - TP
    17 janvier 2017 - 18 h 34 min

    On attend, on attend.
    On attend, on attend. Pourquoi jouez vous avec les nerfs des algeriens. Rendez-nous nos resistants pour qu’on leur donne leur sepulture et qu’ils reposent en paix !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.