Chiffres officiels tunisiens : 1,8 million d’Algériens ont visité la Tunisie en 2016

Poste frontalier d'Oum Tboul. New Press

Le tourisme tunisien, en chute depuis les attentats de 2015, commence à reprendre timidement grâce à l’afflux des touristes algériens qui, pour l’année 2016, a avoisiné les 1,8 million de visiteurs, selon les statistiques officielles livrées par le directeur général de l’Officie national tunisien du tourisme (ONTT), dans une déclaration à l’agence tunisienne TAP.

Pour rappel, les autorités tunisiennes ont annulé il y a quelques mois une taxe d’entrée imposée aux Algériens, fixée à 30 dinars tunisiens. Contestée par les Algériens qui se rendent régulièrement dans ce pays voisin de l’Est – même durant la période des troubles liés à l’instabilité politique dans laquelle est plongée la Tunisie depuis la chute du régime de Ben Ali –, cette taxe a alimenté un débat passionné en Algérie car perçue comme un «geste inamical» envers un peuple frère et «une forme d’ingratitude» envers un pays frère qui a aidé la Tunisie durant les moments les plus difficiles. Le gouvernement algérien a, rappelle-t-on, menacé d’appliquer le principe de réciprocité si la Tunisie se refusait à sursoir à sa décision.

Cette performance a permis à la Tunisie d’enregistrer une hausse de 400 000 touristes par rapport à l’année 2015, en dépit d’une certaine récession du taux de touristes européens, et notamment français et britanniques, qui constituait d’habitude une bonne part du marché touristique. Selon le responsable tunisien, 2016 a été «une première année sur le chemin du retour à la normalité. Nous avons dépassé 5,7 millions de touristes», contre 5,3 millions en 2015. D’après le même responsable, l’année 2017 s’annonce prometteuse, avec notamment l’amélioration de la situation sécuritaire en Tunisie, et la reprise de la navigation maritime, une année après l’attentat du Musée du Bardo dont la majorité des victimes étaient venues par bateau.

Depuis les attentats du Bardo (mars 2015) et de Sousse (juin 2015), revendiqués par le groupe autoproclamé «Etat islamique» (Daech) et qui a fait 60 morts, dont 59 visiteurs étrangers, la part de l’activité touristique est tombée de près de 10% du PIB à 7%, selon les statistiques officielles.

R. Mahmoudi

Comment (43)

    Anonymous
    28 janvier 2017 - 20 h 57 min

    Ca n a rien a voir avec les
    Ca n a rien a voir avec les equiprment -Les touristes aiment etre libre et se sentir en securite -la liberte a cause de la pensse integriste n est pas possible il faut faire atenssion a koi s habiller a koi boir a koi manger et la securite c est pas possible visiter alger la nuit et a pied c est difficile – le terrorisme nous a coupe du monde il faut quand reaprenne a vivre et accepter les autres dans le respect des valeurs c est a mon avis les bases du tourisme

      Anonymous
      11 mai 2017 - 15 h 01 min

      c’est sa qu’on a perdu en
      c’est sa qu’on a perdu en plus les villes et plages sont pleines de gitans et beggars qui dévisagent les passants et les effraient c’est tout sauf un spectacle touristique même les algériens ne sont plus à l’aise en algérie
      il faut beaucoup de travail et de courage pour revenir à l’algérie d’avant qui en vaut le détour
      au moins dans les autres pays d’afrique du nord les indésirables sont dissimulés juste pour le tourisme
      la pensée intégriste aujourd’hui n’est que misogynie banalisée

    Anonymous
    28 janvier 2017 - 14 h 05 min

    je passerais mes vacances fi
    je passerais mes vacances fi oued elharrach wella fi tounes

    Mazouzi
    28 janvier 2017 - 12 h 49 min

    Il faut un tapage médiatique
    Il faut un tapage médiatique continue à travers le territoire nationale pour valoriser notre beau pays avec…ces plages, ces montagnes enneigées, ses hauts plateaux et cerise sur le gâteau son très beau et très grand SAHARA.
    Il faut aussi que les requins soient réceptifs à la bourse des clients et qu’ils offrent le confort idoine.
    Ensuite, vous verrez l’arrêt progressif de cet évasion financière.

    L'inspecteur T
    28 janvier 2017 - 11 h 38 min

    Dommage! Aujourd’hui, ce sont
    Dommage! Aujourd’hui, ce sont des étrangers qui viennent investir dans le tourisme dans notre beau pays pour construire des grands palaces il n’est qu’à voir des grands hôtels de luxe qui poussent comme des champignons à travers le territoires national et qui ne sont même pas accessibles à la classe moyenne sans parler de la petite bourse qui elle n’a rien avoir là dedans. C un grand dommage pour le tourisme populaire d’antan que des holdings étrangers viennent nous dominer et nous priver de notre bijou touristique qui a été autrefois (fin des années 1960 et 70) la joie de vivre des algériennes et algériens. Dommage pour nous les petits. Seule la bourgeoisie compradore qui en profite et profitera. C la soi-disante industrie industrialisante de la 2eme moitié des années 70 qui a eu raison de notre tourisme. Quel gâchis pour notre tourisme alors que géographiquement et avec notre grand Sud l’activité touristique est permanente et ne se limitera pas à la saison estivale. Le tourisme en Algérie et comme les énergies renouvelables, il doit-être classer parmi les domaines stratégiques. On peut le classer comme un patrimoine national car mieux géré il pourra engranger des milliards de dollars par an à l’Algérie et créera des milliers d’emplois. Seulement pour se faire il faut que l’état ait la volonté de prendre en charge ce secteur stratégique et le confie à hommes intègres du domaine et ne le laisse pas aux opportunistes qui ne savent rien du domaine touristique que la paie de la fin du mois et cela il ne qu’à aller jeter un coup d’œil du coté des agences de tourisme des wilayas. Le tourisme ne s’épuisera
    comme le pétrole avec le temps. Le tourisme est un ATOUT STRATÉGIQUE PERMANENT pour notre pays. Il faut
    bien s’y mettre pour l’exploiter. A bon entendeur merci!!!!!!!!!!!!!

    L'Inspecteur T
    28 janvier 2017 - 9 h 57 min

    S’il faut parler du tourisme
    S’il faut parler du tourisme en Algérie; Il faut d’abord parler du florissant tourisme de la fin des années 60 et années 70. Il faut voir ce qu’été la défunte zone touristique algéroise tel le centre touristique de Moretti avec ces belles villas et bungalows, ses restaurants et ses bars le ( Ali Baba) la grande vague, le grill-room, le Dancing Yasmina, la voute, la Gandole, l’Hacienda et sa spécialité des poissons et j’en passe. Ses hôtels: le défunt hôtel El’Minzah, les Babords, le Sahel, le Riad, l’hôtel du du port et le Manar à Sidi Férruch sans oublier les belles plages du défunt Club des Pins, voir aussi Zéralda l’hôtel des sables d’or et ses belles plages sans oublier Tipaza son hôtel le Matarés et son village Cet.Qu’elle belle époque disparue à jamais! Le tourisme de l’époque été géré par l’Onat: l’Office national du tourisme et de l’hôtellerie qui n’a pas hésité même à former des maitres d’Hôtel au Canada. Des contrats sont signés avec des Agences de voyage de tous les pays occidentaux. Il fallait voir des avions charters qui débarquaient des milliers et milliers de touristes dans les aéroports algériens venus gouter au tourisme Algérien durant la saisons estivale. je vous parle en connaissance de cause…. Ayant moi-même exercé dans cette entreprise du tourisme de 1968 à 1971. C’était la vraie belle époque du TOURISME ALGÉRIEN, où le monde trouvait sa place, les plages pleines à craquer, algériens et étrangers se côtoyaient. A cette époques il n’y avaient pas des voleurs, des jeunes souvent passent leurs nuits à la plages où dans le centre de Moretti jusqu’au petit matin en toute sécurité. Sans oublier que le reste de l’Algérie était touristique : Voir les touriste étrangers visiter la Casbah d’Alger et des excursions jusqu’à Boussaada avec son prestigieux Hôtel le Caïd puis revenir à leurs hôtels toujours arc hi-comble. Je pleure cette époque où le tourisme algérien était très florissant même nos voisins nous envient.

      Medracen
      12 mai 2017 - 5 h 27 min

      C’est le wahabisme ambiant
      C’est le wahabisme ambiant qui a tué toutes ces valeurs.

    ex tlemcen
    27 janvier 2017 - 23 h 23 min

    s il ont trouve de mieux chez
    s il ont trouve de mieux chez nous ils ne seraient pas rendu en tunisie allah ghaleb louer un garage a marsa benmehidi pour 10 000dinars et dormir comme du betail a 5 ou6 le choix est vite fait. l agerien aime vivre aime sortir et voyager mais malheureusement la tunisie est la seule porte de sortie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.