Le président Bouteflika salue la contribution des travailleurs à la lutte de libération et à l’édification de la patrie

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a salué vendredi la contribution des travailleurs à la lutte de libération, à l’édification de la patrie et à sa défense durant la tragédie nationale. La classe ouvrière a été durant la révolution de Novembre «une réserve de nationalistes et de moudjahidine et une source de sacrifices incommensurables signés par des dizaines de milliers de nos travailleurs, à leur tête le martyr-symbole Aïssat Idir», a indiqué le chef de l’Etat dans un message à l’occasion du double anniversaire du 24 Février marquant la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et la nationalisation des hydrocarbures, lu en son nom par le conseiller à la présidence de la République, Mohamed Ali Boughazi.

A cette occasion, le président de la République a salué la direction de l’UGTA pour le choix de la ville de Djelfa pour célébrer cet anniversaire mémorable, un choix, a-t-il dit, «qui marque la place importante des zones rurales de l’Algérie durant la guerre de Libération». Le président Bouteflika a mis l’accent également sur la contribution des travailleurs algériens à assurer une autonomie financière à la révolution du 1er-Novembre, «une autonomie financière exceptionnelle à notre glorieuse révolution permettant à notre combat libérateur d’être souverain dans ses décisions», a-t-il souligné.

«L’esprit nationaliste a été le moteur de la mobilisation des travailleurs du secteur des hydrocarbures lorsque l’Etat algérien a pris la décision de nationaliser cette richesse nationale», a-t-il encore souligné. «Ce sont nos travailleurs et nos ingénieurs qui ont assuré le succès de la démarche de nationalisation des hydrocarbures à une période où de telles mesures étaient un défi pour les sociétés pétrolières mondiales, une décision couronnant le recouvrement de la souveraineté totale de l’Algérie», a ajouté le président Bouteflika.

Rappelant la résistance et le combat des travailleuses et des travailleurs durant la tragédie nationale pour que l’Algérie «demeure debout et que son économie prospère au milieu de la destruction», le chef de l’Etat a indiqué que «la classe ouvrière a payé un lourd tribut de martyrs du devoir national dans les usines et les administrations dont le seul tort était d’avoir voulu que l’Algérie reste debout».

Le secrétaire général de l’UGTA «Abdelhak Benhamouda fut le symbole de ce martyre et de ces sacrifices», a-t-il ajouté. «Si les travailleuses et travailleurs étaient à l’avant-garde à l’appel de la patrie pour la sauver de la destruction et du chaos, ils étaient aussi mobilisés et engagés en faveur de l’option de la concorde civile et de la paix et la réconciliation nationales, des options inspirées des valeurs de notre religion et imprégnées de l’unité de notre peuple, elles constituèrent le pont qui a permis à l’Algérie de passer de la tragédie et de la tourmente à la scène de la construction et l’édification et de la paix et la fraternité», a conclu le président de la République.

Agence

Commentaires

    Anonymous
    24 février 2017 - 11 h 15 min

    Une couche de + pour nous
    Une couche de + pour nous endormir ,se souvenir du passé oui ,les ménages et la jeunesse veulent l’avenir et pour l’instant il n’est pas rose sauf pour ceux qui sont au pouvoir et leurs sbires.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.