La Zambie déjoue une puérile manipulation marocaine sur le Sahara Occidental

Le ministre zambien des Affaires étrangères Harry Kalaba. D. R.

Contrairement à ce que soutient la propagande marocaine, la Zambie n’a pas retiré sa reconnaissance à la République arabe sahraouie démocratique (RASD). La preuve vient d’être fournie par le ministère zambien des Affaires étrangères lui-même. Dans un communiqué reproduit aujourd’hui par le quotidien The Zambia Daily Mail, les autorités zambiennes indiquent que «(…) contrairement aux informations relayées par des médias, la visite du roi du Maroc n’a pas abouti au retrait de la reconnaissance par la Zambie de la RASD».

Pour rappel, des médias marocains avaient attribué au ministre zambien des Affaires étrangères, Harry Kalaba, de fausses déclarations relatives à un soi-disant «retrait par son pays de la reconnaissance de la RASD» à l’issue de la récente visite du roi Mohammed VI en Zambie.

A l’occasion, la Zambie a réitéré son «soutien aux efforts des Nations unies visant à parvenir à une solution finale au conflit au Sahara Occidental», soulignant que la Zambie considère l’adhésion du Maroc à l’Union africaine comme une «opportunité pour le règlement du conflit» au Sahara Occidental dans un esprit de dialogue et de respect mutuel. Tel est le démenti cinglant apporté par le MAE zambien aux allégations de l’agence de presse marocaine MAP relayées par des médias du Makhzen.

Lors de sa visite à Alger au début du mois, le ministre zambien des Affaires étrangères, Harry Kalaba, avait, rappelle-t-on, exprimé le souhait de son pays que les frontières du Sahara Occidental soient «respectées» et que le Maroc «ne perde pas de vue que la Sahara Occidental est un pays membre de l’Union africaine (UA)». «Je souhaite que les frontières du Sahara Occidental soient respectées et que le Maroc ne perde pas de vue que le Sahara Occidental est un pays membre de l’UA», avait déclaré M. Kalaba au terme de son entretien avec le ministre algérien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

Il avait rappelé que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) est membre de l’UA, soulignant que l’organisation continentale a été créée «non seulement pour promouvoir les échanges commerciaux et la coopération entre les pays du continent, mais aussi pour imposer le respect de la souveraineté des Etats membres et de leurs frontières». Dernière colonie en Afrique, le Sahara Occidental a été occupé par le Maroc en 1975 après le départ des troupes espagnoles et reste à ce jour inscrit à l’ONU au chapitre des territoires à décoloniser, selon les règles du droit international en la matière.

Khider Cherif

Comment (50)

    Fouedz
    28 février 2017 - 18 h 57 min

    Homo6 ne doit pas etre en
    Homo6 ne doit pas etre en bonne posture aussi bien a l’interieur du pays ou son « elite politique » est en train de s’entre-dechirer » a couteau tire au point de ne pas etre en mesure de former un Gouvernement cinq mois apres les legislatives du 7 octobre, que sur le plan international ou son isolement est actuellement tres visible ( Arret du CJUE- Resolutions du CS/ONU- exigences de l’UA pour l’adhesion du Maroc en son sein qui est un vrai piege pour lui) apres la disparition de ses deux principaux protecteurs que sont Hellary Clinton et Nicolas Sarkozy.
    Face a cette impasse bcp de politologues se posent la question de savoir comment va faire Homo6 qui est capable de quitter definitivement le Maroc sur un coup de tete tellement il est fragile sur le plan mental selon de nombreux temoignages.
    Pour cela on doit siroter notre the et observer la scene.

      Reda
      28 février 2017 - 19 h 32 min

      Salut Foued le revenant. En
      Salut Foued le revenant. En tous les cas tres bonne analyse comme a chaque fois d’ailleurs et en attendant la suite je suis en train de siroter mon the moi aussi..

    Moroccoleaks
    28 février 2017 - 18 h 29 min

    Les sept (07) raisons qui ont
    Les sept (07) raisons qui ont poussé la Narco-Monarchie à se retirer d’El Guerguerat

    La décision du Marokistan de retirer, dimanche, sa soldatesque derrière le mur militaire qu’ils avaient franchi en plein été à El Guerguerat pour escorter l’équipe du génie civil, envoyée goudronner la piste qui conduit à la frontière mauritanienne, a été mûrement réfléchie par le Roitelet M6 en consultation avec ses alliés occidentaux et ceux du Golfe, et en particulier la France et l’Arabie Yahoudite.

    Sept (07) raisons ont poussé le fils du Glaoui H2 à ordonner le repli, selon des sources diplomatiques européennes qui ont suivi ce conflit commencé le 14 août, avec l’équipe marocaine bloquée non pas par les Nations unies, qui ont regardé ailleurs, mais par le déploiement, le 28 août, des hommes en armes du Front Polisario.

    1- C’est le Roitelet M6 qui a contacté, vendredi dernier par téléphone, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, lui demandant d’intervenir dans le conflit d’El Guerguerat pour mettre fin aux « provocations » du Polisario. Guterres s’est prononcé samedi soir dans un communiqué où il demande aux deux parties de « retirer sans conditions dès que possible leurs éléments armés de la zone tampon ». S’il s’est adressé à Guterres pour lui demander de résoudre un problème, le roitelet doit ensuite lui faire confiance quand celui-ci propose une solution.

    2- Le fils du Glaoui H2 s’était fâché avec Ban Ki-moon, le prédécesseur de Guterres, qui, lors de sa visite dans les camps de réfugiés de Tindouf, avait parlé de l’«occupation » marocaine du Sahara occidental. En obéissant maintenant à Guterres, il essaye de démontrer que la Narco-Monarchie peut avoir de bonnes relations avec un secrétaire général de l’ONU à condition qu’il le perçoive comme impartial. Il laisse ainsi entendre que si l’envoyé du secrétaire général pour le Sahara, Christopher Ross, était lui aussi remplacé par un représentant plus « équitable », c’est-à-dire plus sensible aux intérêts du Regime du Makhzen, ses rapports s’en trouveraient également améliorés.

    3- Mettre en oeuvre l’appel lancé samedi par Guterres, c’est recueillir l’approbation de la communauté internationale –Washington, Paris, Madrid et le secrétaire général se sont félicités de la décision marocaine- et mettre la pression sur le Polisario. Dans leurs communiqués, les ministères des affaires étrangères espagnol et français lui demandent d’ailleurs de faire comme le Maroc à El Guerguerat.

    4- Obtempérer devant le secrétaire général c’était aussi écarter le risque d’un affrontement armé, dont le Polisario aurait été le principal bénéficiaire. Certes l’armée marocaine aurait battu son adversaire, mais le conflit oublié depuis 1991 serait revenu sur le devant de la scène, ce qui n’est nullement dans l’intérêt du Marokistan. Depuis 2011 à Manhasset (États-Unis), Rabat ne veut plus négocier quoi que ce soit avec le Polisario. Si les armes avaient crépité à nouveau, certaines puissances auraient fait pression pour que le Fils du Glaoui H2 prenne place à nouveau à la table des négociations.

    5- En se retirant unilatéralement d’El Guerguerat, Rabat veut déstabiliser le Polisario qui, pour le moment, y reste en maintenant ses positions et en s’installant même dans celles qu’occupaient la soldatesque des FAR. Plusieurs responsables du mouvement indépendantiste saharaoui ont déclaré en « off the record » qu’ils ne bougeraient pas de là où ils sont. Dans le communiqué qu’il a publié dimanche soir, le Polisario ne dit cependant pas qu’il va y rester. Son leader, Brahim Ghali, ne l’a pas non plus précisé dans le discours qu’il a prononcé lundi à l’occasion du 41ème anniversaire de la proclamation de la République arabe saharaouie démocratique (RASD). Cette omission fait penser qu’il tente de se ménager une porte de sortie au cas où la pression diplomatique serait intenable.

    6- En adoptant une attitude conciliatrice, le Marokistan se fera sans doute moins gronder dans le rapport sur le Sahara occidental que le secrétaire général soumettra fin avril au Conseil de sécurité. Certains membres du Conseil et l’ancien secrétaire général ont un certain nombre de griefs contre le Roitelet M6 qu’ils veulent voir couchés sur papier. Le plus important d’entre eux est l’expulsion par le Regime du Makhzen, en mars, de 84 agents de la branche civile de la Minurso, le contingent des Nations Unies déployé au Sahara occidental, dont 17 n’ont toujours pas été autorisés à rejoindre leurs postes de travail.

    7- En montrant son exemplarité, le Marokistan s’octroie en apparence, aux yeux de la communauté internationale, une plus grande légitimité pour s’en prendre au Polisario s’il venait à commettre le moindre faux pas. Le responsable de la défense de la RASD, Abdellah Lehbib Bellal, n’avait pas exclu de fermer au trafic la route qui relie le mur militaire à la douane mauritanienne lors d’une interview avec « Masarat », un journal en ligne de Nouakchott. Les camions qui exportent les produits agricoles marocains vers la Mauritanie et l’Afrique subsaharienne empruntent cette route.

    Le repli derrière le mur, ordonné par le Fils du Glaoui H2, n’avait finalement qu’un seul grand inconvénient pour le palais royal en matiere de politique interne a savoir, comment : expliquer à une opinion publique mationale, à qui on a rabâché que le Marokistan s’étend de Tanger à Lagouira, pourquoi un groupe de « mercenaires en haillons » [expression employée par la presse propagandiste du Regime du Makhnez pour décrire les valeureux soldats déployés par le Polisario], avait pu bloquer et même faire reculer, dimanche, la quatrième armée d’Afrique. Mais au Marokistan la plupart de la classe politique, et aussi la presse, ont renoncé depuis longtemps à ce qu’on leur rende des comptes à propos d’une décision prise par un roitelet qui agit en vrai « Chef d’Etat » sans jamais avoir etait elu au meme titre que ses cousins des feodales Monarchiea arabes du Golfe d’ou la notion de « Monarchie Bananiere »..

    Mansour
    28 février 2017 - 17 h 29 min

    La solution du dossier de
    La solution du dossier de decolonisation du Sahara occidental reside soit dans la reprise de la lutte armee du peuple Sahrawi soit de facon plus pacifique le jour ou le peuple marocain se posera au point ces trois questions : 1/- Pourquoi apres plus de 41 annees de colonisation aucun pays au monde ne reconnait l’utoriste du Maroc sur le territoire du Sahara occidental. 2/- Si vraiment le Sahara occidental appartient historiquement au Maroc comme le pretant le Palais, alors pourquoi avoir partage le Sahara occidental avec la Mauritanie en 1975 ?, 3/- Pourquoi insister a depenser des fortuns sur c dossir d colonisation alors que le peuple marocain est a la demande d’un smig pour sortir de son etat miserable sur le plan economique.

    Ceci dit moi j’opte pour la 1ere solution c’est a dire la reprise de la lutte armee par le Polisario du moment que le peuple marocain n est pas pret a faire travailller ses neurones a causes de la tres forte consommation du Hshich

    Anonymous
    28 février 2017 - 17 h 17 min

    Afrique : Le Marokistan vend
    Afrique : Le Marokistan vend des investissements qui n`engagent que ceux qui y croient

    Nouvelle capitale au Sud Soudan, clinique au Mali, usine d’engrais en Éthiopie, banques en Côte-d’Ivoire, centre commerciale au Sénégal, des promesses pour la Zambie, d’autres pour le Ghana sans laisser du reste le Madagascar et bien d’autres pays du continent. Hé oui, depuis la mise en place de sa toute nouvelle stratégie africaine, à la conquête d’alliés dans le conflit du Sahara Occidental, le Fils du Glaoui H2 multiplie, tout azimut, les visites royales carnavalesques, accompagnées des annonces d’investissements pharaoniques. Si pharaoniques, qu’ils en sont devenus invraisemblables au point qu’ils nous hypnotisent le regard face à la pauvreté endémique au Marokistan et son sous-développement systémique.

    En réalité, cette manne économique promise à l’Afrique, n’engage que ceux qui y croient. Prenons l’exemple de la construction d’un gazoduc offshore entre le Nigéria et le Maroc, dont les coûts ne son même pas encore évalués. Long de 3000 km, le tracé de ce gazoduc traverse plusieurs pays, notamment le Benin, le Togo, le Ghana, le Sénégal, la Mauritanie et bien sûr le Sahara Occidental. Aucun de ces pays n’a encore donné son aval à ce tracé et aucune étude d’impact ou de faisabilité n’a été réalisée à ce jour! Et n’en parlons pas de financement. Pire, outre les problèmes sécuritaires que connaît le Nigéria, avec les sabotages récurrents des groupes «Boko Haram» et les «Vengeurs du Delta», ce qui compromet sérieusement le projet si serieusememt il ya projet, le tracé traverse en outre le territoire du Sahara Occidental alors que celui-ci fait encore l’objet de la tutelle de l’ONU et son arbitrage entre les sahraouis et marocains.

    Dans ces cas de figures, quel bayeur de fonds ou quel investisseur s’aventurera à financer un tel projet ?! Et que dire du projet de l’usine d’engrais en Éthiopie, dont la réalisation nécessite plus de 3,7 milliards de dollars, alors qu’aucune étude d’impact ou de faisabilité n’a été réalisée à ce jour, encore moins un candidat investisseur ! D’ailleurs, ce projet fait l’objet de sérieuses réserves émises par plusieurs, y compris des potentiels bayeurs de fonds, compte tenu du fait que la majorité du phosphate marocain provient de la région de Boucrâa au Sahara Occidental. Tout ça est trop beau pour être vrai, de sorte que certains commencent à se poser des questions et même émettre de sérieux doutes. Rien que la semaine passée, le Maroc a annoncé l’annulation de la visite du Roi Mohamed VI au Mali, au motif que ce pays aurait refusé de retirer sa reconnaissance de la RASD.

    Dans la même vaine, la Zambie a été obligée d’émettre un communiqué officiel pour démentir la dépêche de l’agence marocaine MAP, selon laquelle elle a retiré sa reconnaissance de la RASD suite à la visite du Roi Mohamed VI le 19 février 2017. Toute cette offensive dans la précipitation démontre un certain amateurisme, pour ne pas dire un aveuglement sans borne de la part du Maroc. Si bien qu’il est à se demander si l’émotionnel, voire le délire, n’a pas pris le dessus dans les esprits des décideurs de ce pays dans la gestion du dossier du Sahara Occidental. Pourtant, après presque 42 ans de guerre, de sacrifice financier, de bla bla, de contre vérité, de faux semblants, le problème du Sahara Occidental reste entier pour le Maroc. Je dirais au point de départ, pertes en sus !

    Certes, le Maroc occupe toujours une grande partie du territoire. Mais à quel prix et devant quelle réalité? Tout ce cirque en dit long à cet égard. Rien qu’en 2015-2016, les événements ont été sanglants pour lui et son prétendu droit territorial sur le Sahara Occidental. Il y a d’abord le bras de fer avec le Secrétaire générale de l’ONU, Ban Kimoon, lequel a fini au désastre en reculons. Puis, il y a l’Accord de libéralisation avec l’UE, lequel fut invalidé par toutes les instances de la Cour Européenne au motif que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc et que celui-ci l’occupe illégalement en attendant une solution onusienne. Après c’est l’adhésion à l’Union Africaine et la reconnaissance expresse par le Maroc lui-même des limites de ses propres frontières héritées du colonialisme français, reconnaissance accompagnée de l’acceptation de fait de la RASD, en tant qu’État, au sein de l’organisation africaine. Et la cerise sur le gâteau, son retrait unilatérale avant-hier de Guergarete, alors qu’il a mobilisé toutes ses forces et équipements dans cette zone, et ce, au mépris de tout en chacun.

    Alors … !!! Il est vraiment temps pour le Maroc de se ressaisir et de voir la réalité en face. Et quant à moi, la seule réalité objectivement prévisible et perceptible pour le Maroc, c’est de retourner à la table de négociation afin de trouver une solution juste et équitable qui permettra au peuple sahraoui d’exercer son droit légitime à l’autodétermination. Car, quand il s’agit de trouver la paix, il n’est jamais trop tard et comme le disait le hadith «el roujoui ilâ elhaghi haghan (le retour à la vérité est double vérité)».

      Akrame
      28 février 2017 - 18 h 04 min

      Merci pour cette precieuse
      Merci pour cette precieuse contribution aussi riche et si instructive.

      Chaoui
      26 avril 2017 - 23 h 51 min

      Long mais utile rappel de ce
      Long mais utile rappel de ce sujet Sahraoui ô combien sacré pour ceux qui, comme nous, sommes habités d’idéaux au premier desquels, tel qu »inscrit dans la Chartre des Nations Unies, celui portant reconnaissance « du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » qui est par excellence le Principe génétique de notre Pays. Aussi, je dis à nos frères Sahraouis : patience. Votre Histoire est en marche et plus rien ne l’arrêtera. Et pour cause : le DROIT et la JUSTICE sont de votre côté. Et nous aussi.

    amitou
    28 février 2017 - 16 h 58 min

    Le Maroc n est pas a son
    Le Maroc n est pas a son premier essai de vouloir avaler un etat voisin,deja par le passe il a deja essaye de se saisir de la Mauritanie :Lisez cet article tres riches en information historique sur la Maroc colonisateur des peuples.:
    http://fresques.ina.fr/independances/fiche-media/Indepe00171/le-maroc-et-l-independance-de-la-mauritanie.html

      Choui
      27 avril 2017 - 0 h 06 min

      Amitou : Merci pour ton lien.
      Amitou : Merci pour ton lien…il est d’autant très instructif que c’est exactement la même « opération » et les mêmes procédés qu’emploie de nos jours le maroc et ce, depuis 42 ans, contre le…Sahara Occidental. Ce serait bien que les Sahraouis l’envoient, au soutien de leur légitime dossier, à tous les organes internationaux, à commencer par l’ONU et à tous les pays du monde.

    Makhloufi
    28 février 2017 - 14 h 59 min

    Quand on sait que le Maroc
    Quand on sait que le Maroc est sans Gouvernement depuis le 8 Octobre soit presque cinq mois et que le fils du Glaouih2 est en villegiature en dehors du Maroc depuis plus de deux mois et qu’il n’est pas presse de rentrer au payer pour ne pas affronter la realite du terrain alors on se demande que va devenir ce pays dans peu de temps surtout avec les nombreux problemes politico-socio-economiques et meme securtaires qui se posent a cette narco-monarchie notamment avec ce dossier de decolonisation du Sahara occidental, les emeutes devenues recurrentes ces derniers temps surtout dans la region du Rif mais aussi avec le retour en cours des 1.800 terroristes marcains de Daech

    Comme seul remede actuel c’est que les medias propagandistes du Makhzen passent leur temps a expliquer aux sujets du roitelet que l’Algerie est a bord de l’implosion mais jusqu a quand ce discours va tenir ? That’s very good question//

    Tahar Ben Jelloun
    28 février 2017 - 11 h 59 min

    Le Roitelet M6 utilise l
    Le Roitelet M6 utilise l’argent des feodales Monarchies du Golfe pour retourner l’Afrique en sa faveur.

    Apres avoir echoue avec l’UE, le Marokistan envisage de devenir membre « à part entière » de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CADAO). Presqu’un mois après avoir intégré l’Union africaine (UA).

    Cette demande du Regime du Makhnez intervient également suite au discours du Roitelet M6 lors de la clôture du dernier sommet de l’UA, tenu fin janvier à Addis Abeba en Éthiopie, dans lequel il avait laissé entendre « la fin proche de cette coquille vide qu’est son Union du Maghreb arabe (UMA)».

    Certes, l’Afrique du Nord reste la région la moins intégrée du continent, voire du monde. Mais on ne peut pas dire que le Marokistan a œuvré pour la réussite de cette Coquille vide qu’est l’UMA. En effet. la narco-monarchie n’a ratifié que 8 des 37 accords et traités conclus dans le cadre de cet Organe, tandis que l’Algérie en a ratifié 29, la Tunisie 28, la Libye 27 et la Mauritanie 25. Outre la non-ratification des accords et traités de cet Organe, c’est bel et bien le Regime du Makhnez qui a gelé ses activités en 1995 sur decision unilaterale du Roitelet M6 sans aucune consultation avec les Etats membres ni sans l’avis de son pseudo-Parlement.

    À travers cette nouvelle offensive diplomatique en Afrique de l’Ouest, le fils du Glaoui H2, déjà membre observateur de la CEDEAO, espère renforcer sa position politique à l’échelle continentale, notamment au sein de l’UA.

    A vrai dire le Regime du Makhnez veut accroître son influence en Afrique pour mettre à la porte ou marginaliser la RASD et contrebalancer le poids de l’Algérie. Il cherche le soutien de l’Afrique et l’argent des feodales monarchies du Golfe est plutot un instrument en ces temps de crise en Afrique.

    Le but étant d’obtenir, dans un premier temps, la majorité qualifiée au sein de l’UA pour l’exclusion de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). D’ailleurs, le Regime du Makhnez n’a jamais caché ces intentions sur cette question. Pour l’instant, ces efforts ne sont pas couronnées de succès : cette semaine, le Mali et la Zambie ont clairement refusé de retirer leur soutien à la RASD.

      AZIZ
      28 février 2017 - 13 h 33 min

      TOUT LE MONDE SAIT QUE SI LE
      TOUT LE MONDE SAIT QUE SI LE MAROC N’A RATIFE QUE 8 ACCORDS SUR LES 37 C’EST PARCE QUE CES 8 ACCORDS SERVENT DIRECTEMENT LES INTERETS DE L’OCP QUI EST UNE BOITE APPARTENANT A LA FAMILLE ALLAOUITE ET QUI GERE A CE JOUR TOUT LE MAROC DEVENUE UNE ENTREPRISE PRIVEE DU ROITELET M6

      Kateb Yacine
      28 février 2017 - 14 h 29 min

      Le but étant d’obtenir, dans
      Le but étant d’obtenir, dans un premier temps, la majorité qualifiée au sein de l’UA pour l’exclusion de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).
      —————————————————————————————————————————————————
      la charte de l’UA est clair: RESPECT DES FRONTIERES HERITE APRES LE COLONIALISME;
      aucun membre ou majorité qualifié au sein de l’UA ne pourras exclure la RASD.
      homo6 peut sillonner et retourner toute l’Afrique en sa faveur, devenir membre influent de la CEDEO ou de l’UE ou bien de la planéte mars, par contre rien n’y changeras au statut de membre fondateur de l’UA.
      toute ce safari d’homo6 et cette diplomatie du « mégaphone » de souk est juste du pipi de chat.

      Chaoui
      27 avril 2017 - 0 h 15 min

      Quand bien même le maroc
      Quand bien même le maroc obtiendrait-il au sein de l’UA l »UNANIMITÉ que la RASD ne peut y être exclue. Pour parvenir à son exclusion, une seule solution : la dissolution de l’UA. Et pour cause, ses statuts ne prévoient pas pareille exclusion, et encore s’agissant d’un membre fondateur.

    Med Benhamou
    28 février 2017 - 9 h 45 min

    Sans sortir du sujet je
    Sans sortir du sujet je dirais que le Maroc essaie de tordre le bras à l’Union européenne, notamment à la France et à l’Espagne. «Si vous ne reconnaissez pas ma souveraineté sur le Sahara Occidental et si vous n’acceptez pas que les produits de ce territoire soient considérés comme produits marocains, alors, moi, j’ouvre la porte devant l’immigration.» C’est une opération de chantage claire et nette ; d’ailleurs, le ministre marocain de l’Agriculture ne l’a pas caché, en disant que si l’Union européenne n’honore pas ses engagements, dans le cadre des accords conclus avec le Maroc, ce dernier mettra fin au partenariat économique avec l’UE, sachant que la Cour européenne avait conclu que les produits provenant du Sahara Occidental ne sont pas inclus dans ces accords, dès le moment que l’UE ne reconnaît pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental. Le Maroc fait pression sur l’UE pour faire revenir la Cour européenne sur sa décision. Le Maroc veut faire comme chez lui, où la justice est à la solde de la monarchie alaouite. Il fait avaler à son peuple ce qu’il veut, et veut que les gouvernements européens fassent de même avec la Cour européenne.

      AOMAR
      28 février 2017 - 12 h 04 min

      JE CROIS QUE LE PREDATEUR M6
      JE CROIS QUE LE PREDATEUR M6 EST EN TRES MAUVAISE POSITION SUR LE DOSSIER DU SAHARA OCCIDENTAL DEPUIS LA MORT POLITIQUE DE SES DEUX PRINCIPAUX SOUTIENS QUE SONT CLINTON ET SARKOCU D’OU SES MULTIPLES AGITATIONS ET EN PARTICULIER SA RECULADE SUR L’AFFAIRE DU POSTE FRONTIERE DE GARGARAT,

      Chaoui
      27 avril 2017 - 0 h 21 min

      C’est EXACTEMENT ça. Juste et
      C’est EXACTEMENT ça. Juste et lucide synthèse.

    Idir
    28 février 2017 - 9 h 34 min

    L’obstination de la narco
    L’obstination de la narco-monarchie à vouloir annexer de force le territoire du Sahara occidental contre la volonté de son peuple et celle du monde entier est vouée d’avance à l’échec. Vers la fin de ses jours ici bas, le Glaoui H2 s’était finalement plié aux résolutions pertinentes de l’ONU et aux sages exigences de l’opinion mondiale, avant que son héritier ne remette en cause l’engagement de son pays. La soldatesque du Regime du Makhzen s’apprête aujourd’hui à commettre un grave forfait, en se lançant dans une dangereuse aventure qui mettra l’ensemble de la région –le Marokistan en premier- dans une très mauvaise posture. Les instances internationales et l’opinion publique mondiale sont interpellées et doivent s’élever énergiquement contre cette agression qui se prépare contre un peuple exproprié et privé de sa liberté. L’ONU et son Conseil de sécurité doivent faire montre de fermeté dissuasive à l’endroit de l’occupant marocain afin de le contraindre à l’organisation d’un référendum d’autodétermination, unique issue acceptable du conflit.

    Med Benhamou
    28 février 2017 - 9 h 17 min

    Tant que le peuple marocain
    Tant que le peuple marocain ne peut jamais decider de son avenir du moment que Homomo6 decide de tout comme un vrai « Chef d’Etat » sans jamais avoir ete elu et ce,selon le modele des feodales monarchies arabes du Golfe, le Maroc continuera a vivre dans ses paradoxes.

    Pour preuve, si Benkirane refuse de former son Gouvernement depuis le 10 Octobre 2016, c’est qu’il a compris qu’il ne veut plus etre la petite marionnette du systeme Makhneziste alors que son Parti le PJD a ete reconduit au pouvoir par le peuple marocain lors des legislatifs du 7 Octobre 2016.
    C’est aussi cela la Monarchie bananiere.

      Moroccoleaks
      28 février 2017 - 9 h 28 min

      Ce que vous dites Mr Med
      Ce que vous dites Mr Med Benhamou est vrai puisque un cadre du PJD dénonce les complots du palais contre le gouvernement de Benkirane

      En effet. le PJD a été porté au pouvoir au Maroc sous pression des manifestations du Printemps Marocain de 2011. Il symbolisait le changement parvenu avec les pseudo-réformes de la Constitution. Les cadres de ce parti, victimes de leur naîveté, rêvaient de donner à leur gouvernement l’initiative pour prendre des décisions visant à poursuivre le processus de réformes, lutter contre la corruption. Ile se sont vite heurtés à la réalité amère du véritable pouvoir au Maroc : le palais et ses acolytes.

      Dans une réunion avec les responsables locaux du parti célébrée á Bouznika le 26 mai 2012, ils ont vite fait le bilan des obstacles qu’ils affrontent dans l’accomplissement de leur travail.

      Le ministre des Affaires étrangères, Saâd-Eddine El Othmani, dénonce certains fonctionnaires qui se sont éternisés comme ambassadeurs parce qu’ils sont proches de personnalités influentes.

      “Nous ne sommes pas un parti au pouvoir, c’est une illusion. Nous exerçons le pouvoir avec d’autres partenaires”, a déclaré, pour sa part, Lahbib Choubani, ministre chargé des Relations avec le parlement.

      Mustapha El Khalfi, avec amertume, dénonce des tentatives d’isoler le gouvernement à chaque fois qu’un chantier de réformes est lancé.

      Trois semaines avant, MAGHREB-TV, une chaîne fondée par la DGED marocaine en Belgique a consacrer une émission pour dénigrer violemment le Premier Ministre Abdelilah Benkirane, à l’occasion de la visite du ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders et Annemie Turtelboom, ministre de la justice.

      Dans ce contexte, un email envoyé par Bellahsen Mohamed, membre de la Commission de Relations Internationales PJD, Directeur du Cabinet du Président de la Commune de Martil et Chef de Division des Ressources Humaines. En voici le texte intégral :

      «  » » »« Vous êtes, sans doute, au courant des mouvements de certaines associations marocaines et l’activité pro-défense de la marocanité de Ceuta et Melilla et les autres îles. Ce sont ddes activités qui arrivent trop souvent dans des circonstances qui soulèvent de nombreuses questions.J’aimerais vous soumettre certaines observations à ce sujet:
      1- les leaders de ces mouvements sont le conseiller Yahia Yahia et l’avocat Hajji, deux personnalités dont les intérêts se limitent, apparemment, à la question de Ceuta et Mellla.
      2- Les deux ont des problèmes avec certaines associations qu’ils ont fondées et qui s’activent soit dans le domaines des droits de l’homme ou autre. Leurs tentatives concernant la question de Ceuta et Melilla sont des tentatives visant à attirer l’attention sur leurs personnes.
      3 -Les deux partagent leur haine chronique envers le PJD. Cela je peux le confirmer du moins en ce qui concerne l’avocat Hajji que je connais bien.
      4 – J’ai appris que les deux associations de Nador et Tétouan ont l’intention de mettre le gouvernement, et le PJD en particulier, entre le marteau et l’enclume. Elles ont décidé d’organiser, lors du sommet hispano-marocain, plusieurs marches vers Ceuta et Melilla, et de mettre le gouvernement, et le MAE en particulier, en position de faiblesse vis-à-vis de la défense de la marocanité de Ceuta et Melilla. Elles pourraient même les accuser de trahison en cas de riposte de la part des forces publiques. Leur objectif serait de créer de créer d’autres problèmes au PJD. Ils l’accusent déjà de ne pas être capable de gérer les affaires du pays et résoudre ses problèmes.
      5 – D’après mes discussions avec les espagnols, ces derniers pensent que ce genre d’activités ne peut se faire sans le consentement du palais et que c’est une tentative marocaine de faire pression sur l’Espagne, en particulier dans les circonstances économiques et politiques difficiles traversée par l’Espagne et en perspective du prochain sommet bilatéral ».

      Aujourd’hui, le Maroc se trouve sans gouvernement depuis cinq mois bientot. Le palais bloque la formation du nouveau gouvernement dans la but de désigner à sa tête une personnalité qui n’appartient pas au parti des barbus dont la mission a été accomplie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.