Accidents : l’Etat a échoué

Par R. Mahmoudi – La multiplication des accidents de la circulation se banalise dangereusement. Survenus le même jour, un carambolage à Boumerdès et une collision à Alger témoignent de l’échec total de la prévention routière dans notre pays. Parce que plus proches du cœur de la capitale, ces deux événements sont censés interpeller davantage les décideurs et leur rappeler leur incurie qui continue à produire des drames sur les routes.

Dans les études et enquêtes relevant les raisons techniques et autres raisons humaines qui sont à l’origine des accidents de la route, on omet d’inclure l’incurie politique. Car, en plus de n’avoir jamais assumé les résultats effarants, les pouvoirs publics, ou tout simplement le gouvernement, ne daignent même pas lancer un vrai débat sur la question. Un débat dans lequel chacun assumera sa part de responsabilité et, plus important encore, pourra proposer des solutions concrètes et efficaces. Il y va de la survie d’une nation.

Il est clair aujourd’hui que tout l’arsenal de répression mis en place ces dernières années pour tenter de réduire l’hécatombe routière n’a pas eu l’effet escompté. Ni le durcissement des sanctions pour excès de vitesse et autres infractions liées à la conduite ni l’introduction des nouvelles technologies dans la surveillance des routes n’ont réussi à faire baisser un tant soit peu l’ampleur de la tragédie. Il faudrait certainement essayer une autre méthode, imaginer une autre façon de communiquer et de sensibiliser les citoyens.

Une bonne prévention exige de nos jours que les usagers de la route soient informés en temps réel de l’état des routes, du moindre affaissement de terrain, de la météo du jour dans toutes les régions, d’éventuelles manifestations – récurrentes dans notre pays – ou de travaux qui bloquent les axes routiers. Ce qu’on appelle, en résumé, une bonne gouvernance. Or, pour avoir une bonne gouvernance, c’est simple, il faut un bon gouvernement.

R. M.

Comment (6)

    Amar MOKHNACHE
    12 mars 2017 - 19 h 24 min

    LA REGRESSION SE POURSUIT….
    Les accidents de la circulation ne s arreteront pas de sitot , l impunite a atteind tous les secteurs y compris celui du transport et c est visible a l oeil nu ! on vous double a droite et a gauche on stationne en pleine route le stop et le sens interdit ne veulent plus dire grand chose et quand on sait que l etat de nos routes est tel que vous ne trouverez jamais 50 Metres intacts ! nos honorables elus ont beaucoup a faire sur leur droit de cuissage sur la depense publique et avec ca on essaie de trouver des explications « rationnelles » ou scientifiques a « ces derives » et encore meme nos « laboratoires  » de sociologie » se montrent tres timides sur la question…on accuse plutot la formation qui sembleraient etre incompletes…un raccourci pour justifier des demarches repressives….




    0



    0
    Caton l'ancien
    10 mars 2017 - 14 h 45 min

    Ces dernières années les
    Ces dernières années les effectifs de la police et de la gendarmerie ont été plus que doublés et pourtant les catastrophes sur les routes se suivent et se ressemblent avec leur lot de deuils et de chagrins.

    Il faut commencer par faire travailler un peu plus sérieusement les agents de la sécurité routière sur toutes les différentes infractions au code de la route et non pas continuer à faire une fixation obsessionnelle sur la vitesse des véhicules; plusieurs autres infractions sont éminemment plus dangereuses que  » l’excès de vitesse  » comme :

    – Ne pas savoir conduire; à voir certains accidents ces dernières années, on se demande si certains types d’individus, hommes et femmes mais surtout femmes, ont bien pris des cours de conduite avec un moniteur ayant les compétences nécessaires, et si l’inspecteur du permis de conduire a fait sérieusement son travail le jour de l’examen du permis.

    – L’absence de réflexes chez certains conducteurs et qui est flagrant chez les femmes et surtout les voilées,

    – La conduite de véhicules lourds et de transport en commun par des individus trop jeunes et à qui ont n’a pas inculqué le sens de la responsabilité des vies des personnes qu’ils transportent; qui n’a pas remarqué un jour une course entre deux poids lourds ou plus grave entre deux bus ? Les morts par les accidents d’autobus attestent de la négligence de la conduite par ces conducteurs. Le seul moyen est de relever l’âge des permis lourds et de transport en commun et de remettre l’examen attitré à ces deux catégories.

    – Le non respect du béaba de la conduite sur route ou autoroute : rouler à droite, doubler à gauche; qui n’a pas vu sur autoroute des gens circuler sur la voie du milieu ou carrément celle de gauche à petite allure alors que la voie de droite est complètement libre et ceci même devant des agents de la sécurité routière,

    – L’utilisation inconsciente et criminelle du téléphone au volant et même lors de manœuvres transitoires ce qui est encore plus grave, alors que certains individus ne maîtrisent même pas convenablement leur véhicule (les nouveaux permis),

    – Je passe sur les dépassements et les déboîtements intempestifs, les queues de poisson, le non-respect de la distance de sécurité, la circulation sur la bande d’arrêt d’urgence, l’absence de signalisation de changement de voie, le refus de se laisser doubler en accélérant, la conduite avec les feux de route lors de croisements avec d’autres véhicules….

    Je ne doute pas un seul instant que toutes ces infractions sont très rarement sanctionnées ou pas du tout par les agents de la sécurité.

    En éliminant juste ces anomalies de conduite sur route, je fais le pari qu’on diminuera le nombre de morts sur nos routes de moitié au minimum car ce n’est pas le nombre d’accidents qui compte mais plutôt les vies que l’on aura réussi à préserver.

    Il ne sert strictement à rien de sanctionner sans faire, de la prévention au préalable et tout le temps, des campagnes d’explication sur le terrain pour pallier aux lacunes de l’apprentissage de la conduite, chose complètement oubliée dans les mœurs de nos agents de la sécurité routière.

    J’ai oublié l’Anomalie première de la route qui est son utilisation à toute autre fin que celle de la circulation de véhicules et qui pousse le plus impassible des usagers de la route à la faute; sans parler de la perte de temps, comme :

    – Les marchés informels et parasites qui prolifèrent le long des routes algériennes à la barbe et au nez de toutes les autorités confondues; cette honte qui montre que les dirigeants de ce pays ne sont même pas capables de faire respecter l’autorité de l’état défiée par des hors la loi parasites et suceurs du sang des agriculteurs. Ces hors la loi constituent un réel danger pour les citoyens et sont à l’origine de beaucoup d’accidents si on voudrait bien faire des statistiques. Toujours est-il qu’ils n’ont rien à faire sur les routes et le comble de leur témérité c’est qu’ils ne payent aucun impôt au détriment des caisses de l’état, des agriculteurs et des citoyens en général.

    – Les braseros au bord des routes pour faire griller du maïs,

    – Les rodéos de motards qui deviennent à la mode quand le printemps et l’été arrivent,

    – Les dos d’âne sur les routes nationales en dehors des villes et sans signalisation aucune,

    – Sans oublier les cortèges de mariage qui bloquent les routes et autoroutes en occupant la largeur de route empêchant toute circulation de se dérouler convenablement.

    En conclusion, si veut vraiment œuvrer pour le bien du citoyen, il y a du pain sur la planche et bon courage à ceux qui en ont la charge !




    0



    0
    Anonymous
    9 mars 2017 - 18 h 04 min

    amel
    S’il est vrai que l’état a échoué, c’est certainement que ceux qui enfregnent la loi sont pistonnés; ce sont ceux-là même qui créent les lois pour les autres, s’empressant de les bafouer dés leur promulgation. eh bien non, ce ne sont pas les mohamed lambda qui enfreignent le code de la route, ce sont toujours les mêmes, que ni le scrupule ni la peur de l’état de peuvent plier.




    0



    0
    Anonymous
    8 mars 2017 - 4 h 55 min

    El maktoub, mon ami El
    El maktoub, mon ami El maktoub!!!




    0



    0
    Kassaman
    7 mars 2017 - 10 h 08 min

    Déresponsibilisation…
    Ça n’est jamais de notre faute en somme, cette culture de la déresponsabilisation atteint des sommets. En quoi l’état est-il responsable? Avez-vous trouvé au volant de chaque véhicule responsable d’un carambolage, un ministre, un député, un sénateur etc…??




    0



    0
    Anonymous
    7 mars 2017 - 8 h 44 min

    Il n ya plus d’état, et le
    Il n ya plus d’état, et le semblant d’état qui reste s’en bat les c…. des morts de la route tant que ça touche pas à leur « la sécurité de l’état » c’est à dire leurs interets




    0



    0

Les commentaires sont fermés.