90 millions de dollars de transferts illicites de devises en 2016

Les infractions de change dans le commerce extérieur s’élèvent à 8,99 milliards DA. D. R.

Le montant des infractions de change mises au jour par les Douanes algériennes en 2016 s’est chiffré à environ 9,97 milliards de dinars (plus de 90 millions de dollars), a indiqué un responsable de la Direction générale des douanes dans un entretien accordé à l’APS. Ces infractions de change ont été commises en majorité lors d’opérations de commerce extérieur pour un montant de 8,99 milliards DA, alors que celles sans relation avec le commerce extérieur ont atteint la somme de 981,3 millions DA, précise le directeur des relations publiques et de l’information à la Direction générale des douanes, Djamel Brika.

En 2015, ce type d’infractions s’était chiffrée à 21,85 milliards de dinars (près de 210 millions de dollars), soit une baisse de 45%. Les infractions de change liées au commerce extérieur sont souvent commises à travers la majoration de la valeur en douane déclarée à l’importation (surfacturation), la minoration de la valeur en douane déclarée lorsqu’il s’agit d’opérations d’exportations et le non-rapatriement des montants en devises de marchandises exportées. Quant aux infractions de change non liées au commerce extérieur, elles sont opérées pour la plupart par des voyageurs qui traversent les frontières en détenant des sommes importantes de devises dont le montant dépasse celui autorisé par la réglementation.

586 affaires d’infraction au change recensées en 2016

Le même responsable explique que pour les infractions de change, les services des Douanes mènent deux types de contrôle douanier : le contrôle a priori (immédiat) qui est mené au moment du dédouanement, et le contrôle a posteriori qui est opéré après le dédouanement, et ce, au niveau du siège même de l’entreprise contrôlée sur la base des écritures comptables. Au total, 586 affaires d’infraction de change ont ainsi été recensées en 2016 ayant donné lieu à des amendes d’un montant global de près de 38 milliards DA, contre 798 affaires en 2015 avec un montant total d’amendes de 85,37 milliards DA.

Les amendes pour les infractions de change liées au commerce extérieur se sont établies à près de 36 milliards DA (contre 83,3 milliards DA en 2015), alors que celles appliquées aux infractions sans relation avec le commerce extérieur ont atteint 1,9 milliard DA (contre 2,03 milliards DA en 2015).

Questionné sur la baisse sensible du nombre et du montant des infractions de change décelées par rapport à 2015, M. Brika explique que c’est grâce à un certain nombre d’actions menées par les Douanes. Dans ce sens, il signale que la DGD dispose depuis une année des données qui lui sont fournies par l’agence d’information Thomson Reuters pour prendre connaissance des cours des matières premières (alimentaires, industrielles…). Ce qui est de nature, poursuit-il, à permettre d’enrichir la base de données des valeurs de référence des douanes et de renforcer le dispositif de contrôle et de lutte contre la fraude par une meilleure appréhension des problèmes liés à la valeur en douane, notamment le transfert illicite de capitaux à travers la surfacturation des importations.

«Cette action s’inscrit dans le cadre du renforcement des capacités du contrôle douanier consacré par le plan stratégique de l’administration des douanes pour 2016-2019, notamment sur le contrôle douanier intelligent basé sur le renseignement», fait-il valoir. Selon lui, cela s’explique aussi par le renforcement du contrôle et l’élargissement des conventions de coopération et d’échange d’informations avec les banques activant en Algérie et le Centre national du registre de commerce (CNRC) suite à une convention signée en mai 2016. L’élargissement de la convention d’assistance mutuelle entre les Douanes algériennes et les douanes des pays partenaires a aussi contribué à la baisse des infractions de change, soutient-il.

R. E.

Comment (17)

    5colonne
    16 mars 2017 - 22 h 25 min

    90 millions c’est juste une
    90 millions c’est juste une personne par exemple saidani, alors imaginer vous le reste des crapules C’EST LE MILLIARD MINIMUM




    0



    0
    SABIHA
    16 mars 2017 - 19 h 02 min

    C’est 90 millions de dollars
    C’est 90 millions de dollars ou….. 900 millions de dollars ??? « EL MOUDJAHID » cite bien le chiffre de 900 MILLIONS DE DOLLARS dans son édition d’hier…..




    0



    0
      Anonymous
      17 mars 2017 - 9 h 00 min

      ils ne sont pas à quelques
      ils ne sont pas à quelques millions près ou plutôt quelques milliards près. Ils ne savent même plus combien ils ont sur leurs comptes. De toute façon ce sont soit des analphabètes soit des canassons.




      0



      0
    Alilapointe59
    16 mars 2017 - 12 h 13 min

    impossible nos frontières
    impossible nos frontières sont les plus hermétique de la planète;les 90 millions d’euros transité c’est juste pour payé le personnel des nos consulats et ambassades de l’étranger grace a notre premier ministre et le ministre de la justice;de moins en moins de trabandistes




    0



    0
    anonyme
    15 mars 2017 - 23 h 05 min

    L’agence d’une banque
    L’agence d’une banque marocaine à Paris possède un fichier de plusieurs responsables Algériens ayant fait des transferts de Paris au Maroc..




    0



    0
    Anonymous
    15 mars 2017 - 21 h 29 min

    Et les 400 millions € du
    Et les 400 millions € du Drabki? sans parler de l’ iceberg!




    0



    0
    chelieth
    15 mars 2017 - 18 h 42 min

    Si peu que ca. Arretez de
    Si peu que ca. Arretez de nous faire rire. On n’en peut plus.




    0



    0
    Anonymous
    15 mars 2017 - 16 h 38 min

    La question fondamentale est
    La question fondamentale est de savoir si il y a une volonté au sommet de l’état de récupérer les centaines de millions de dollars évaporés à l’étranger ( banques achats immobilier…) ou alors que c’est pas la peine d’y songer?
    Parce qu’à ma limite 90 ou 1000 on s’en moque un peu…Nous on veut que l’argent du peuple revienne en Algérie…PERSONNE n’est au dessus de l’Algérie et du peuple algerien.
    Nous ne sommes pas le Maroc !!!!
    Nous ne voulons pas d’un roi et de sa cour au dessus de tous !!!




    0



    0
    Anonymous
    15 mars 2017 - 16 h 34 min

    C’est une broutille par
    C’est une broutille par rapport aux années fastes sous Khellil Saidani and Co…On est presque redevenu un état normal…Bon en même temps comme le trésor public saigné à blanc dans les années 2000 n’a plus d’argent, on comprend mieux pourquoi ce chiffre aussi bas…




    0



    0
    Amar
    15 mars 2017 - 16 h 14 min

    Des milliards de dinars de
    Des milliards de dinars de détourner sous le regard bien veillant de ceux qui contrôlent les couloirs verts.
    Entre ça et ce qui a englouti le minaret de la grande Mosquée ( le lanceur de fatwas et charias), c’est l’Algérie qui avance!!!




    0



    0
    On vit dans le mensonge
    15 mars 2017 - 13 h 42 min

    Les auteurs des transferts
    Les auteurs des transferts illicites à l’étranger sont bien identifiés : ce ne sont que les importateurs donc les personnes qui émargent à l’autorisation d’importer et dont les noms figurent dans dispositif des licences d’importation. C’est clair et net. Je me souviens que l’ancien ministre du Commerce, Amara Benyounes, avait promis une transparence totale sur l’acte d’importation notamment à travers la publication systématique des listes de bénéficiaires. Il nous a promis même un communiqué dès qu’une licence d’importation d’un produit est accordée. Eh bien tintin, les citoyens algériens peuvent attendre la publication de ces listes dans l’au-delà car elles ne seront jamais publiées. Il faut quand même un peu de « hormaa » pour protéger le clan et la Camorra !




    0



    0
    anonyme
    14 mars 2017 - 23 h 35 min

    Il parait que les capitaux
    Il parait que les capitaux sortent par le salon d’honneur d’un certains aéroport dans des valises sous bonnes escortes.

    C’est gravissime !




    0



    0
    Patriote
    14 mars 2017 - 22 h 51 min

    La mafia policofinancière et
    La mafia policofinancière et l’oligarchie n’hésiteront pas a mètre la plaque  » a vendre » sur la maison Algérie.




    0



    0
    moha
    14 mars 2017 - 21 h 09 min

    M.Belaib bakhtia rabi yarhmou
    M.Belaib bakhtia rabi yarhmou , qui se souvient de ses declalarations sur le transfert illicite des devises .




    0



    0
    Chelieth
    14 mars 2017 - 18 h 16 min

    Imaginons ce qui est vraiment
    Imaginons ce qui est vraiment passe. On ne peut que se lamenter du sort de notre pays tombe entre les mains des chacals et des hyenes sous la grande bienveillance de fakhamatouhou.




    0



    0
    Zombretto
    14 mars 2017 - 16 h 43 min

    90 millions de dollars pour l
    90 millions de dollars pour l’Algérie ou la plupart des pays du monde, c’est des broutilles, ce qui vient après la virgule. Ce n’est certainement pas un chiffre juste, c’est comme les cafards : quand on en détecte un ou deux qui rampent furtivement le long du mur, ça veut dire qu’il y en a tout un tas cachés dans tous les recoins de la barraque.




    0



    0
    anaALGERIEN
    14 mars 2017 - 15 h 37 min

    Ce n’est que la partie
    Ce n’est que la partie visible de l’iceberg ou si l’on veut c’est l’arbre qui cache la foret.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.