Ould Kaddour remplace Mazouzi à la tête de Sonatrach

Noureddine Boutarfa en compagnie d'Ould Kaddour et Mazouzi. D. R.

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, a réuni ce matin, lundi 20 mars 2017, le conseil d’administration de Sonatrach et a procédé à l’installation d’Abdelmoumen Ould Kaddour en qualité de PDG de Sonatrach en remplacement d’Amine Mazouzi.

A cette occasion, le ministre de l’Energie a appelé le nouveau PDG de Sonatrach «à agir en toute responsabilité et en toute confiance en vue de mette en œuvre les changements qualitatifs permettant à Sonatrach d’évoluer et de prospérer dans un climat d’entreprise serein propice à la prise d’initiatives et de décisions». Il a également invité le PDG et les hauts responsables de Sonatrach «à faire preuve d’un engagement sans faille pour préserver les intérêts de Sonatrach et faire évoluer les pratiques managériales et productives pour rendre la compagnie capable de s’adapter aux changements de son environnement».

Le ministre de l’Energie a également «témoigné de son soutien, le soutien des plus hautes autorités du pays, et à leur tête Son Excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui souhaite que Sonatrach renoue avec la sérénité, la cohésion et l’exemplarité».

Abdelmoumen Ould Kaddour est un polytechnicien diplômé du Massachusetts Institute of Technology.

K. C.

Comment (48)

    MELLO
    22 mars 2017 - 19 h 15 min

    Ils ont peur de désigner
    Ils ont peur de désigner celui qui devait aller en prison, à savoir Chakib, ils ont désigné celui qui est sorti de prison et ils ont mis SONATRACH en prison.




    0



    0
    DZ
    22 mars 2017 - 16 h 35 min

    Ce commentaire n’est pas
    Entièrement d’accord avec le commentaire de Zaoui, mais il a omis de mentionner un grand de l’époque, en l’occurrence Mohamed Mazouni l’ancien Vice-Président Pétrochimie Gaz et Raffinage. Un vrai cerveau reconnu par tous, un leader visionnaire hors-pair et un gestionnaire exemplaire PROPRE.
    Mazouni et son équipe d’Arzew ont laissé leur marque indélébile, surtout en matière de formation des élites programmées pour assurer la gestion et le développement futurs de Sonatrach. Ils ont judicieusement sélectionné les pépites parmi les plus méritants des lycéens à travers le territoire national ; plus tard confirmés après obtention du bac avec les meilleures mentions. Cette crème fut ensuite envoyée pour étudier dans les meilleures universités britanniques et américaines dans toutes les disciplines techniques requises. Malheureusement «ont» s’attèlera plus tard les faire volontairement fuir vers d’autre horizons pour faire le bonheur des compagnies et universités étrangères.
    Cette politique voulue de faire le vide pour généraliser la médiocrité et faciliter le torpillage programmé de Sonatrach se poursuivra après sous les coups de boutoirs assenés depuis, à travers des revanchards tels Nabi ou des pantins de service tels Boucenna et autres.
    Il est indéniable que des hommes compétents et intègres furent nommés à la tête de Sonatrach ; mais ces derniers ne firent pas long feu du fait de leur intégrité qui constitue un obstacle emmerdant pour les trayeurs attitrés des mamelles pétrodollars.
    C’est le cas précis d’Amine Mazouzi, âgé d’à peine 51 ans et qui fut nommé il y a moins de deux ans. Ce brillant Ingénieur, détenteur d’un Doctorat d’Etat de Paris VI, d’un DEA de l’Ecole Centrale de Paris et auteur/co-auteur d’une multitude de publications internationales ne fait pas l’affaire. Il doit gêner sérieusement le pavillon gériatrique des r’bobas decideurs et il fallait le débarquer illico-presto (la nuit avant le jour) sans bilan ni explications!
    Même ceux qui ont essayé d’interpréter le récent limogeage d’Akli Remini (âgé de 67 ans) du poste de vice-président aval de Sonatrach, comme départ, doivent avouer que c’est juste un «adolescent» comparé au «jeune» Ould Abbas (83 ans) qui ambitionne de rester la tête du FLN jusqu’en 2020.

    Alors, compatriotes encore éveillés en fumant du thé et en voie d’être totalement désensibilisés, reconnaissez au moins que le pavillon gériatrique qui apparemment nous gouverne, n’est quand même pas, au-delà d’un président hors circuit (…).
    Alors au-delà de toute théorie du complot que certains pourraient claironner, il est plus qu’évident que des êtres intelligents, mais de cette planète quand même ; s’assurent à nous asservir progressivement à travers la banalisation de l’irrationnel (état du président et gouvernements successifs Sellal I à V) pour parachever une humiliation voulue.

    Ci-après un extrait d’un travail de recherche qui jette la lumière sur l’humiliation ; à contempler :

    « La simple définition de l’humiliation montre qu’il s’agit d’un concept extrêmement complexe qui nécessite des recherches approfondies pour mieux le comprendre et le distinguer d’autres concepts. L’humiliation signifie l’asservissement d’une personne ou groupe, dans un processus de soumission qui endommage ou détruit fierté, honneur ou dignité. Être humilié signifie être placé contre son gré et souvent de façon profondément douloureuse, dans une situation qui est nettement inférieur à ce que vous vous pensez mériter. L’humiliation signifie un assujettissement qui transgresse les espérances établies. Cela peut impliquer des actes de force, y compris la force violente. Au centre, il y a l’idée d’abaisser. En effet, une des caractéristiques définissant l’humiliation comme proces ». (© Evelin Gerda Lindner, 2001, L’humiliation, et la promotion du respect et de la solidarité sus est que l’on contraint la victime dans un état passif sans possibilité de secours.)




    0



    0
    ALGÉRIEN
    22 mars 2017 - 10 h 47 min

    CETTE NOMINATION NE PRÉSAGE
    CETTE NOMINATION NE PRÉSAGE RIEN DE BON POUR NOTRE PAYS AVEC DES NOMS A CONSONANCES INCONNUS POUR LES NOUS AUTRES ALGÉRIENS : OULD…. machin, OULD…. truc, OULD maroki….. CE N’EST PAS NORMAL YAL KHAWA QUE DE TELS GENS NOUS COMMANDENT ET NOUS DIRIGENT. AVEC EUX, ON VA DROIT EN ENFER. CES GENS-LÀ SONT ENTRAIN D’EXÉCUTER UN AGENDA SPÉCIAL CONTRE L’ALGÉRIE – QUI N’EST PAS LEUR PAYS – CONCOCTÉ PAR LEURS MAÎTRES DE L’EMPIRE SATANIQUE….. ILS VEULENT NOUS ENTERRER VIVANTS…..!!!!!




    0



    0
    No boutef
    22 mars 2017 - 10 h 45 min

    Ould kaddour remplace mazouzi
    Ould kaddour remplace mazouzi.Et boutef cest qui qui Le remplace ?
    Youyouuu tahia bouteflika




    0



    0
      Anonymous
      22 mars 2017 - 11 h 39 min

      Son frangin, c’est le système
      Son frangin, c’est le système makhzénien…Du jamais vu dans notre histoire. Si Ben Mhidi, Allah i re7mou, voyait cela…




      0



      0
    Anonymous
    22 mars 2017 - 10 h 45 min

    Sortir un peu du champ
    Sortir un peu du champ politique de temps en temps ne ferait pas de mal!…..Je ne comprends pas pourquoi on continue à s’acharner contre Abdelmoumen Ould Kaddour alors qu’il a purgé la peine que lui a infligée la justice et qu’il a payé sa dette morale à l’égard de la société. En agissant ainsi on dénie à l’être humain le droit à l’erreur, ce qui est contraire à nos valeurs et à nos principes. A mon humble avis, le meilleur comportement est d’accepter sereinement la décision des autorités d’accorder une seconde chance à ce cadre supérieur diplômé d’une école d’ingénieurs prestigieuse..




    0



    0
      Anonymous
      22 mars 2017 - 11 h 40 min

      Comment on dit dans ton
      Comment on dit dans ton dialecte marocain, « Dégage » ! ?




      0



      0
    Anonymous
    22 mars 2017 - 9 h 11 min

    De par ses fonctions, l
    De par ses fonctions, l’intègre Amine Mazouzi a du découvrir le Pot aux Roses de la prédation et du vol. Alors il a été remplacé par quelqu’un qui « a de l’expérience » dans ce secteur et qui est issu de la région. Quoi de mieux que ce nouvel Ould pour assurer la pérennité de la prédation des richesses de ca pauvre pays? Aux authentiques nationalistes de réfléchir a cette question.




    0



    0
    MOKHNACHE AMAR
    22 mars 2017 - 8 h 52 min

    IL n y a aucune surprise la
    IL n y a aucune surprise la dedans !!! la majorite des candidats qui se proposent de nous representer n ont pas fait l universite et emargent leurs fortunes
    a l informel ….A BECHAR on vient de debusquer un candidat aux legislatives avec 500KG de kif
    LA REGRESSION A ATTEIND LE FOND DES FONDS !
    ON nous invite a voter pour des gens qui n auront comme pouvoir que de soutenir une AUSTERITE IMPOSEE DE FORCE contre une retribution sonnante et trebuchante qu importe leurs » faits d armes » la rehabilitation des gestionnaires de la faillite est en marche …ON NOUS DEMANDE DE NOUS EXPRIMER ALORS EXPRIMONS NOUS !




    0



    0
    lehbilla
    22 mars 2017 - 8 h 17 min

    Le pouvoir veut sauver ses
    Le pouvoir veut sauver ses fesses en cette fin de règne de boutreflika. Et la couverture idéale viendrait tout simplement des USA. Tout comme ils l’ont sollicité auparavant pour régner sur le pays, lors de la decennie noire entre autre, en leur promettant monts et merveilles notamment la loi sur les hydrocarbures qu’on a confié à khelil lekhla de mettre en place. Ould Kaddour était alors PDG de BRC. Après qu’on ait découvert que ce dernier était impliqué dans la divulgation d’informations secrets défense ainsi que dans le scandale de la surfacturation, il fût condamné par le tribunal militaire à 30 mois de prison ferme. Il a été libéré après une liberté conditionnelle accordée surement avec le consentement du président. Alors maintenant que bouteflika (est malade), il faut assurer ses arrières à défaut de ne pas pouvoir persévérer au pouvoir. Et pour cela rien de meilleur qu’une couverture américaine encore une fois. Et qui mieux que khelil lekhla le plus américain des algériens pour réaliser cela. Et comme Ould Kaddour fût le bras droit de khelil lekhla et son intime, qui mieux que ce dernier à mettre à la tête de la source des rentrées de devises du pays entrant dans la mise en place du stratagème de sauvegarde du pouvoir en place ou de sauvegarde de ses arrières le cas échéant par la grâce des US?




    0



    0
    lehbilla
    22 mars 2017 - 7 h 03 min

    Que faut il de plus dans la
    Que faut il de plus dans la démonstration pour prouver que lorsqu’une caste mafieuse au pouvoir tient entre ses mains un robinet qui l’enrichit sans cesse elle et sa famille, elle ne le cédera pour rien au monde. Pensez vous vraiment que ce système va, du jour au lendemain, réfléchir à comment installer une démocratie dans le pays, c’est à dire mettre des dirigeants qui rendront compte uniquement au peuple et seront tous issus du peuple, contrôleront la rente du pays, décideront de l’avenir du pays…bref mettront en place une véritable démocratie? Et donc par voie de conséquence seront susceptibles d’appeler à la barre du tribunal ces mafieux qui ont ruiné le pays et qui se sont enrichis illicitement? C’est se mettre le doigt dans l’oeil que de croire à tout cela. A moins d’une révolution populaire en bonne et due forme qui fera élever le peuple pour éjecter cette mafia de là où elle est, ou d’une insurrection des garnisons des institutions du pays qui obligeront les dirigeants de seconde classe à mettre de l’ordre et à éjecter la mafia, il ne se passera rien qui puisse changer les choses pour l’Algérien d’en bas. Il y a que les choses doivent évoluer inéluctablement, c’est à dire que la nature fait aussi les choses « naturellement ». Et donc tôt ou tard les choses vont changer….ça sera dans un siècle et demi ou deux…à forces des contraintes constantes dans le climat délétère que nous avons, tôt ou tard de nouveaux équilibres seront forcés…par la force.




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    22 mars 2017 - 1 h 52 min

    Monsieur Mourad Preuve qui
    Monsieur Mourad Preuve qui est une référence dans le domaine des hydrocarbures en Algérie, a exprimé, à très juste titre, sa très vive inquiétude, dans les colonnes du journal Liberté, au sujet de ce changement survenu à la tête de Sonatrach.
    Que signifie le limogeage de la grande compétence au profit des traîtres, alors qu’Amine Mazouzi a pratiquement sauvé Sonatrach et donc l’Algérie du naufrage total en ces moments très difficiles. En effet grâce à ses grandes compétence dans l’exploitation, il a utilisé des techniques de pointe en optimisant la production des les gisements de pétrole et de gaz déjà existants, sans toucher aux réserves. Il a relancé la production de pétrole et de gaz en moins de deux ans, soit après plusieurs années de déclin. Grâce à Amine Mazouzi Sonatrach s’est diversifiée dans les énergies renouvelables et durables. Il a relancé la recherche et le développement.Il a réorienter d’une manière visionnaire les investissements vers la pétrochimie (l’avenir de l’Algérie) pour rendre notre pays indépendant des fluctuation mortels des prix du baril de pétrole. Ould Kaddour est le bras droit de Khellil. Il est également un proche du clan de Tlemcen, et donc de Saïd Bouteflika, sans le moindre doute et il y a des preuves . Ould Kaddour est aujourd’hui malheureusement à la tête de Sonatrach, par la seule volonté du clan mafieux qui squate le pouvoir à Alger. C’est donc un choix de Saïd Bouteflika qui n’a aucune fonction officielle dans le gouvernement et il n’a aucun rôle dans l’exécutif. Rappelons que Ould Kaddour était à la tête de Brown and Root Condor ( BRC ), une joint-venture algéro-américaine, de droit algérien, et qui a été condamné le 26 novembre 2007 à 30 mois de réclusion par le tribunal militaire de Bilda, pour espionnage au profit des Américains, notamment. Confier Sonatrach donc le trésor de l’Algérie à un traître comme Ould Kaddour, déjà condamné, relève de la FOLIE. C’est la promotion des traîtres par l’oligarchie de la haute trahison. Veuillez publier SVP.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.