Vaines gesticulations de Rabat : pourquoi le Maroc ne peut pas adhérer à la Cédéao

Des pays francophones ne veulent pas de Mohammed VI à la Cédéao. D. R.

Le royaume chérifien a fait en février dernier sa demande officielle d’intégration de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), où il bénéficie déjà d’un statut d’observateur. C’était la «parade» trouvée par Mohammed VI pour sortir de son isolement africain et couper notamment les ponts avec l’Union du Maghreb arabe où ses caprices ne sont pas tolérés.

Mais, contrairement au discours rassurant des autorités marocaines, qui considèrent pour acquise cette adhésion, les choses peuvent ne pas aller de soit, comme vient d’ailleurs de le rappeler Moustapha Cisse Lo, président du Parlement de la Cédéao. «Les portes de cette organisation ne seront ouvertes au Maroc que s’il s’aligne sur les principes et fondamentaux de cette organisation. De plus, le dernier mot revient aux chefs d’Etat et chefs de gouvernement composant cette communauté. Si le Parlement est saisi pour avis, nous prendrons en considération les intérêts de nos peuples», a-t-il insisté dans un forum économique auquel il vient de prendre part.

Les propos de Moustapha Cisse Lo laissent clairement apparaître en filigrane que de nombreux pays de la zone Cédéao ne voient déjà pas l’arrivée du Maroc d’un bon œil. Autrement, M. Cissé Lo aurait tenu un tout autre discours. Ce n’est pas tout. L’adhésion du Maroc à la Cédéao pose également des problématiques politiques et juridiques auxquelles ses membres ne veulent visiblement pas être confrontés. Les premières oppositions à l’adhésion du Maroc à la Cédéao s’expriment au Nigeria, première économie d’Afrique, où de nombreux experts craignent que la venue du royaume chérifien ait des «implications négatives» sur la région.

Pour eux, «la Cédéao se ridiculiserait en intégrant un pays ne faisant pas partie de la région» et «provoquerait un renforcement du camp francophone». Une perspective dont ne veut pas du tout entendre parler le président Buhari. Déjà entouré de nombreux pays francophone, Lagos refuse ainsi de prendre le risque de se voir davantage marginalisé. De plus, ces mêmes observateurs reprochent au Maroc d’avoir constamment «déployé des efforts pour entraver les relations entre le Nigeria et son allié l’Algérie». «Le Nigeria a beaucoup à perdre d’une entrave de sa relation constructive avec l’Algérie», soutiennent-ils. Rappelant que le traité de la Cédéao ne permet pas l’admission d’un pays extérieur à l’Afrique de l’Ouest, ces mêmes observateurs de la scène économique nigériane soulignent que «le Nigeria ne doit pas permettre au Maroc de transposer son différend avec l’Algérie à la Cédéao» et que «l’adhésion du Maroc ne peut que desservir les intérêts de l’Afrique en général et du Nigeria en particulier».

Ce n’est pas la seule déception que le Maroc risque de connaître en Afrique de l’Ouest. Actuellement, de plus en plus de voix s’élèvent également au Nigeria pour dénoncer le mémorandum signé par le pays avec les autorités marocaines sur les fertilisants devant utiliser les phosphates du Sahara Occidental occupé. Rappelant la dénonciation par le département légal du Conseil de sécurité des Nations unies en 2002 de l’exploitation des ressources minières sahraouies par le Maroc en violation du droit international ainsi que l’inapplicabilité au territoire sahraoui reconnue par la Cour européenne de justice dans sa décision concernant l’accord de libre-échange sur les produits agricoles Union européenne-Maroc, ces voix demandent aujourd’hui l’annulation pure et simple de ce mémorandum.

La classe politique à Lagos avertit à ce propos que par l’accord sur les fertilisants signé avec le Maroc, qui exploite et exporte illégalement les phosphates du Sahara Occidental, le Nigeria «accorde involontairement une légitimité politique à l’occupation marocaine du territoire», en contradiction avec sa position constante sur la question du Sahara Occidental. Mais il n’y a pas que cela. Mohammed VI sera surpris de découvrir dans peu de temps qu’il y a aussi des pays francophones en Afrique de l’Ouest qui ne veulent pas de lui au sein de la Cédéao.

Khider Cherif

Comment (24)

    Srand
    4 juin 2017 - 9 h 18 min

    un roi judéo-arabe, a pour
    un roi judéo-arabe a pour racines l’Arabie des Beni Saoud, pour tronc le tourisme sexuel/pédophile et pour feuilles le CRIF et le sionisme.
    Les tirailleurs sénégalais de Lyautey ont inondé le Maroc, ce qui veut dire que le Maroc (notamment la famille royale) est proche du Sénégal biologiquement. Sans oublier que le maréchal sidi Lyautey avait une de ses nombreuses épouses marocaine pour l’occasion.
    C’est pourquoi le Maroc peut revendiquer aussi son adhésion à l’Europe.




    0



    0
    Expresion
    22 mars 2017 - 9 h 17 min

    Tout bon musulman doit être
    Tout bon musulman doit être bon avec son frère et non le contraire entravé la construction du grand Maghreb dont la plupart des Maghrébins son pour lui ce momo6 préfère la CEDEAO et autre pour faire c’est affaires douteuse ce momo6 va à sa perte car il a aucune morale




    0



    0
    Nobody Paris
    21 mars 2017 - 23 h 05 min

    AVEC CE MACHIN SUR SA TETE,
    AVEC CE MACHIN SUR SA TETE, IL N’Y A PLUS QU’A L’EMMENER AU
    CIRQUE COMME CLOWN. EN ESPERANT QU’IL NE VA PAS TRAUMATISER LES
    ENFANTS. ON PEUT DIRE QU’IL N’A PAS GRANDE CHOSE SUR LA TETE, MAIS A L’INTERIEUR, IL N’Y A RIEN.




    0



    0
    Anonymous
    21 mars 2017 - 11 h 14 min

    Quelle pitié, il ne sait plus
    Quelle pitié, il ne sait plus comment s’habiller; pas de cervelle, juste une moelle
    épinière, ce pseudo-roitrlet dont la famille pseudo-royal a été mise en place par
    Le maréchal Hubert Lyautey, militaire français, officier pendant les guerres coloniales, premier résident général du protectorat français au MAROC. Le maréchal Lyautey a personnifié la présence française au Maroc.
    Beaucoup d’historiens ont omis, dans leur biographie du Maréchal Lyautey, de parler de son homosexualité qui était pourtant de notoriété publique.




    0



    0
    Juste pour raccrocher ...
    21 mars 2017 - 7 h 37 min

    Tout cela juste pour
    Tout cela juste pour raccrocher aux branches de l Afrique, le Maroc ne savant plus comment faire, il tape à toutes les portes et les fenetres ! Avec sa demande à la Cedeao, il pense avoir le soutien des pays francophones contrôlés par La France ! Il a bloqué l union économique de lAfrique du Nord pensant que l Algérie allait rester comme ça a attendre mais l intégration de la Tunisie a la Comesa et bientot celle de l. Algerie changent la donne économique … rendant la Comesa un Outil d influence très puissant au grand dam de la France et de sa protégée la monarchie marocaine ! Ces derniers vont regarder perplexes le jeu d échecs qui se trame sous leurs yeux ! Sans oublier l axe Alger Lagos Pretoria qui se concrétise Inexorablement !




    0



    0
    Court Toujours...
    21 mars 2017 - 7 h 31 min

    MOHAMMED 6 , VEUT ÊTRE
    MOHAMMED 6 , VEUT ÊTRE PARTOUT , DE MAGHRÉBIN , IL SAUTE DANS LE CCG WAHABITE DU GOLF , ENSUITE L’UMA …,APRÈS L’OUA , ET APRÈS LA CDEAO ..ET PEUT ETRE DANS L’OBB «Organisation des Baleines Blanches » , ……POURQUOI ALLER AILLEURS ALORS QUE LE MAGHREB EST A CONSTRUIRE , POURQUOI FUIRE LA DIFFICULTÉ ET LES SOLUTIONS . .MOHAMMED SIX COURT TOUJOURS ….




    0



    0
    Dahmane
    21 mars 2017 - 0 h 58 min

    Ce homomo6 se comporte en
    Ce homomo6 se comporte en vraie prostituée vieillissante à la recherche d un protecteur




    0



    0
    Anonymous
    20 mars 2017 - 21 h 56 min

    Pourquoi critiquer même l
    Pourquoi critiquer même l’Algérie n’est pas dans la cedeao peut être que cela peut aussi etre protifitable à tous de l integrer Algérie Maroc Tunisie pour renforcer l’économie des 3 pays ça permet de diversifier l’économie




    0



    0
    moskosdz
    20 mars 2017 - 21 h 26 min

    Un pays producteur de drogue
    Un pays producteur de drogue n’est qu’une nuisance pour l’Afrique.




    0



    0
    Wiwurgh
    20 mars 2017 - 21 h 26 min

    il faut etablir le Conseil
    il faut etablir le Conseil des Etats du Maghreb CEM (Maroc Algerie Tunisie) mettre de coté les rivaliter
    car l’union fait la force nous somme des frere qui fesons partie du meme peuple Imazighen descendent de Puth fils de Cham fils de Noé ,pour savoir ou l’on va faut savoir d’ou l’ont vient.




    0



    0
      Saler
      4 juin 2017 - 8 h 59 min

      @ Wiwurgh

      @ Wiwurgh

      Pour savoir où on va, il faut savoir d’où on vient . cependant tu ne sais pas d’d’où tu viens, et certainement pas de Puth (fils de Came, fils de Noël).
      A ma connaissance aucun Amazigh de ne descend de Cham ou Noé (hormis le Yémenite Ibn Khaldoun).
      Les Amazighs sont des autochtones d’ Afrique, rien à voir avec les sémites.
      Quand on ne sait sait pas où aller, il faut se laisser guider par l’intelligence si on est pourvu de neurones.




      0



      0
    Mythos
    20 mars 2017 - 19 h 19 min

    Vous disiez déjà cela pour l
    Vous disiez déjà cela pour l’admission au sein de l’UA et on à vu le résultat. Wait and see, les chiens aboient et la caravane passe.




    0



    0
      Jean_Boucane
      21 mars 2017 - 7 h 01 min

      En meme temps, pour l
      En meme temps, pour l’admission à l’UA vous avez reconnu les frontieres de la RASD… nous on pensait pas que vous allez faire cela donc forcement vous etes les bienvenus à l’UA dans ce contexte!




      0



      0
      Lamine
      22 mars 2017 - 20 h 59 min

      N’oubliez surtout pas
      N’oubliez surtout pas Monsieur que l’Algerie a voté pour l’admission du Maroc à l’OUA




      0



      0
    Mediane
    20 mars 2017 - 19 h 13 min

    Du temps de Hassan II, le
    Du temps de Hassan II, le Maroc a supplié l’Europe de l’intégrer à l’Union Européenne.
    Il répétait à qui voulait l’entendre: le Maroc est un arbre dont les racines sont en Afrique et le feuillage en Europe.
    « Cause toujours  » lui avait fait comprendre l’UE.
    Le voilà maintenant à quémander une place à la Cédéao.
    Ni l’Afrique, ni l’Europe ne veulent de lui.
    Sans commentaire.




    0



    0
    Tinhinane
    20 mars 2017 - 18 h 40 min

    Le Makhzan est devenu la

    Le Makhzan est devenu la mouffette de l’Afrique. Là où le maroc marche, ça pue la sale manigance.

    Ces drogués ont pollué l’Afrique avec leur comportement de parasites. Ces makkaks aiment boire dans les eaux usées. Sale graine.




    0



    0
    HANNIBAL
    20 mars 2017 - 18 h 23 min

    Maintenant le roitelet se
    Maintenant le roitelet se sent fort aise subitement il se sent une attirance Africaine apres avoir décrier toute les organisations de conférence Tam Tam il postule dans les blocs qui sont loin de ses frontieres surtout en introverti et heureux et l’histoire ne nous fera pas oublié son impérialiste de pere du Senegal au Mali en passant par la Mauritanie ces lubies cultivées
    dans les parchemins maroquins du royaume qui distille dans la pensée du mar »oké la grandeur passé du royaume de la déchéance et de la fourberie
    et qui apres tous ses déboires n’est qu’un trompe l’oeil pour amadouer la communauté Africaine d’ailleurs aujourd’hui mz »awar était au Niger un maillon faible toutes ces alliances contre nature ne le sauveront pas ce n’est qu’un répit et il récidive dans la mauvaise foie dans ses complots contre les Saharaouis qui vont le bouter hors de leur territoire plus tot que prevu bouffi VI a beau distribuer des coran ceci ne l’absoudra pas pour ses méfaits devant dieu !!!!!! amir el maztolines a du soucis a se faire ou cherche t’il a se refaire une virginité ? qu’il n’a pas mais va bientot crier comme une vierge effarouchée qui est outrée !!!

    ²




    0



    0
    Kahina
    20 mars 2017 - 18 h 07 min

    Le maroc est devenu le
    Le maroc est devenu le harceleur des pays africains.
    L’Afrique doit mettre fin à cette politique d’ harcèlement venant du palais de la drogue et des esclaves.

    Moumou-hachich hallucine trop.




    0



    0
    Moh delFobor
    20 mars 2017 - 15 h 46 min

    Dans cet article, il y a une
    Dans cet article, il y a une phrase, et une seule, qui explique toutes les difficultés que peut rencontrer le royaume alaouite dans ses tentatives d’intégration de la CEDEAO. Cette phrase, c’est celle-ci : «la Cédéao se ridiculiserait en intégrant un pays ne faisant pas partie de la région» et «provoquerait un renforcement du camp francophone». Passe pour le ridicule qui n’a jamais tué personne, mais pour le renforcement du camp francophone, ça, c’est l’obstacle infranchissable pour le royaume alaouite qui, en sa qualité de supplétif avéré et reconnu de la France, ne sera jamais accepté par le Nigéria. Le Nigéria n’a jamais oublié le rôle joué par la France de De Gaulle et de son diabolique « Monsieur Afrique » Jacques Foccart » dans la terrible guerre de sécession, la guerre du Biafra, qui a sévit de 1967 à 1970 et qui a causé 1 million de morts. La France voulait rattacher au Cameroun francophone limitrophe cette province riche en ressources minières et en hydrocarbures disposant d’une large façade maritime pour renforcer le poids des pays francophones aux dépends des anglophones comme le Nigéria et, bien sûr, profiter de cette manne. Contre toute attente, le gouvernement central fédéral nigérian du général Gowon a gagné cette guerre et le projet sécessionniste a été vaincu. Le Nigéria n’a pas oublié ça et ne l’oubliera jamais et ce n’est pas demain qu’il laissera le renard français, même déguisé en Marocain de service, pénétrer dans sa basse-cour. Tout le reste, ce n’est que supputations et khadra fouk aâcha comme cette histoire de faire jouer un rôle à notre pays dans cette histoire…




    0



    0
    anaALGERIEN
    20 mars 2017 - 15 h 10 min

    ils ont raison les pays de la
    ils ont raison les pays de la CEDEAO ? Là où il met ses pieds ce gros lard de mimi6 fout le bordel.




    0



    0
    Akli
    20 mars 2017 - 15 h 05 min

    Le Nigéria n’est pas clair.
    Le Nigéria n’est pas clair. Il a bien signé des accords avec le maroc: les phosphates et le gazoduc, cela est en pleine contradiction avec sa position sur le Sahara. De plus, le Président Buhari va bientôt rendre visite à Rabat. On n’y comprend plus rien!!!




    0



    0
    Anonymous
    20 mars 2017 - 14 h 48 min

    Aucun ensemble régionale
    Aucun ensemble régionale africain ne devrait accepter le Maroc, c’est un cheval de Troie dangereux pour tous les ensembles régionaux africains et pour toute l’Afrique, au contraire il faut penser surtout à l’expulser de l’union africaine tant et aussi longtemps qu’il ne respectera pas les frontières du Sahara Occidental, condition sinequanon de son intégration au sein de l’UA, il a reconnu les frontières du Sahara Occidental une simple ruse pour intégrer l’UA, mais il n’applique pas ce principe. C’est une raison majeure pour expulser le Maroc de l’UA.




    0



    0
    Anonymous
    20 mars 2017 - 13 h 27 min

    Une vraie baudruche!
    Une vraie baudruche!




    0



    0
      ELHAQ
      20 mars 2017 - 16 h 56 min

      Priorité numéro UN : La narco
      Priorité numéro UN : La narco-monarchie de M 6 l’immoral (pour ne pas dire de grossièretés ) , doit être chassée de l’UNION AFRICAINE . Non seulement, l’ UNION AFRICAINE ne peut rien attendre de positif, du Maroc serviteur zélé de la France raciste-colonialiste-esclavagiste-fasciste et de l’impérialo-sionisme , mais le maroc représente des dangers réels pour la cohésion et la solidarité INTER-AFRICAINES en tant que facteur de division et de discordes. En outre la mauvaise foi de ses dirigeants ne fait plus aucun doute en ce qui concerne le SAHARA OCCIDENTAL qu’il continue à occuper, SACHANT que ses principaux soutiens dans cette OCCUPATION sont précisément la France et l’entité sioniste (serviteurs de l’impérialisme ) QUE le maroc a pour principale mission d’infiltrer au coeur de l’UNION AFRICAINE dans l’objectif est de la détruire.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.