Chelghoum : «Chaque kilo de viande importé est soumis à un strict contrôle»

Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Abdesslam Chelghoum. D. R.

L’Algérie ne badine pas avec la qualité de la viande importée. C’est du moins ce qu’a assuré le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdesslam Chelghoum, qui précise que «chaque kilo de viande importé est soumis à un strict contrôle et à des analyses complètes avant sa commercialisation».

Dans une interview accordée au journal arabophone Echourouk, M. Chelghoum insiste sur ce point en affirmant que la viande importée répond bien aux normes islamiques. Abdesslam Chelghoum souligne que l’Algérie n’importera plus de viandes rouges du Brésil à cause du scandale de «la viande avariée» qui secoue ce pays.

«Le dernier lot de 25 tonnes importé de ce pays, traditionnellement fournisseur de notre pays en viandes, est arrivé au port d’Alger jeudi dernier. Les services vétérinaires effectuent des analyses approfondies avant de livrer l’autorisation de sa commercialisation», assure le ministre de l’Agriculture, qui souligne que l’Algérie importe auprès de pays et de fournisseurs jouissant d’une réputation mondiale. Parmi les pays qui fournissent l’Algérie en viandes, il y a l’Argentine et l’Inde.

M. Chelghoum affirme que «notre pays n’a pas importé de viandes du Soudan, pays musulman, certes, mais qui pratique des prix prohibitifs». Abdesslam Chelghoum indique que le prix d’une tonne de viande soudanaise est le double de celui pratiqué en Europe. Et la qualité est loin d’être meilleure, en raison des maladies qui frappent périodiquement le bétail de ce pays. Ainsi, une tonne de viande européenne coûte 3 000 dollars, alors que le Soudan propose à l’Algérie une tonne à 6 000 dollars.

«L’Algérie est prête à reprendre langue avec les fournisseurs soudanais s’ils affichent une prédisposition à revoir leur prix à la baisse. Les opérateurs algériens en charge de l’importation de viande cherchent des prix compétitifs», précise le ministre de l’Agriculture, pour lequel la viande importée représente 10% des besoins du marché et son importation intervient à des périodes précises pour stabiliser les prix et éviter la spéculation, notamment à la veille du mois de ramadan.

Le ministre de l’Agriculture enchaîne en soulignant que son département ministériel a pris une batterie de mesures afin de garantir une meilleure régulation du marché et faire baisser les prix de certains produits essentiels qui ont connu une flambée ces dernières semaines tels que l’ail, l’oignon et la pomme de terre. Il assure que l’Etat est intervenu pour ramener les prix à des seuils raisonnables. Et les efforts de son département ministériel, conjugués à ceux du commerce, vont se poursuivre afin d’éviter des bulles spéculatives à la veille du ramadan.

M. Chelghoum assure que le marché sera alimenté régulièrement et en quantités suffisantes afin de faire baisser les prix et les stabiliser ensuite. S’agissant de l’ail, le ministre de l’Agriculture annonce une importante récolte de 10 000 tonnes qui annonce ainsi une forte baisse des prix prochainement. Actuellement, l’ail produit localement fait moins de 200 DA le kilogramme, alors que celui de l’importation dépasse les 1 500 DA.

Selon Abdesslam Chelghoum, le ministère de l’Agriculture va prendre des mesures pour stocker une partie de cette récolte exceptionnelle afin de l’injecter graduellement dans le marché pour réguler le prix. Le ministre estime que le marché des fruits et légumes comme celui des viandes et d’autres produits alimentaires va être soumis à des contrôles et à des interventions pour stabiliser les prix. M. Chelghoum relève que le ramadan interviendra durant la période de récolte de plusieurs produits agricoles, ce qui réduirait encore la marge des spéculateurs.

Le ministre de l’Agriculture a beaucoup loué les bienfaits du programme de soutien au secteur. Selon lui, la facture d’importation de plusieurs produits est en baisse. Il cite la poudre de lait qui est passée de 1 milliard de dollars en 2015 à 800 millions de dollars en 2016. Celle du blé dur aussi a légèrement baissé, passant de 8,5 millions de tonnes importées en 2015 à 8,2 millions de tonnes importées en 2016. Le ministre de l’Agriculture indique également la baisse de la facture d’importation des fruits de 29%.

M. Chelghoum souligne, en revanche, l’augmentation de l’importation des arbres fruitiers, qui est passée de 1,7 million arbres en 2015 à 5 millions d’arbres en 2016. Le ministre affirme, en outre, que le soutien de l’Etat aux produits de première nécessité, à savoir le pain et le lait, est maintenu. Selon lui, le changement en vue de l’emballage du lait en sachet ne va pas se répercuter sur le prix du lait qui va rester à 25 dinars.

Sonia Baker

Comment (11)

    el gatt
    29 mars 2017 - 9 h 09 min

    On doit contrôler toute
    On doit contrôler toute nourriture importée, c’est tout à fait normal. Mais si cette nourriture ne présente aucun problème sanitaire il nous revient, à nous et à nous seuls, de la stocker suivant des règles d’hygiènes strictes et conformes aux normes internationales. Moi aussi j’ai constaté que la viande (certainement importée) qui est exposée sur l’étal du boucher de ma rue a une drôle d’odeur pour ne pas dire qu’elle sent mauvais. En conséquence, je pense que la chaîne du froid n’est pas du tout respectée dans notre pays. Et s’il y a des contrôles à faire, ils doivent être réalisés depuis le conteneur jusqu’à notre assiette. Cela évitera tous les problèmes de santé dus aux germes pathogènes, que beaucoup d’entre nous ont connus, personnellement ou nos enfants. J’ajoute qu’il est inadmissible, à notre époque, que l’on vende encore de la viande sur le trottoir comme je l’ai vu récemment au nez et à la barbe de représentants de l’autorité de l’état.




    0



    0
    ali
    29 mars 2017 - 9 h 04 min

    Dans les temps qui courent
    Dans les temps qui courent messieurs dames consommez local malgré le prix exorbitant. La viande importée est déconseillée à plus d’un titre et pour des raison multiples parmi elles : Le conditionnement, le convoyage et autres




    0



    0
    Hichem
    29 mars 2017 - 7 h 43 min

    C’est bien donc nous
    C’est bien donc nous responsables ont opté pour la micro-vérifications, c’est bien ce que vous fête ya si Chelghoum !!




    0



    0
    !!!!!
    29 mars 2017 - 5 h 41 min

    L’Algérie l’un des plus riche
    L’Algérie l’un des plus riche du monde on importe de la viande ?
    Je comprends plus ?!!




    0



    0
    Amar
    28 mars 2017 - 18 h 24 min

    Si la viande importée est
    Si la viande importée est contrôlée, pourquoi les vitrines des points de distribution sont aussi sales ?




    0



    0
    batatazrodia
    28 mars 2017 - 17 h 53 min

    ON N’IMPORTERA PLUS DE VIANDE
    ON N’IMPORTERA PLUS DE VIANDE DU BRÉSIL MAINTENANT QUE DES GENS SÉRIEUX ET SCRUPULEUX ONT DÉCOUVERT QUE LA VIANDE VENDU PAR CE PAYS ÉTAIT AVARIÉE !!!! MAIS NOUS ON EN AURA BOUFFE COMBIEN AVANT QU’UN SERVICE VETERINAIRE D’UN AUTRE PAYS AURA DÉCOUVERT LE POT AUX ROSES ???? JE NE CROIS PAS CES DÉCLARATIONS A LA NOIX !!!! LA VIANDE ROUGE A UNE DRÔLE D’ODEUR RÉDUITE EN VIANDE HACHÉE C’EST ENCORE PLUS VISIBLE !!!! JE N’AI JAMAIS SENTI CETTE ODEUR QUI NE RESSEMBLE PAS A L’ODEUR DE LA VIANDE NORMALE!!!!! ON VEUT DE LA VIANDE ALGÉRIENNE !!!!




    0



    0
    Anonymous
    28 mars 2017 - 17 h 27 min

    comment on peu faire
    comment on peu faire confiance a un pays connu d’etre champion du monde toute catégorie de la corruption et les magouilles,c’est comme vous croyez au père noel;dis moi ce qui fréquente je te dirais qui es tu




    0



    0
    5colonne
    28 mars 2017 - 14 h 59 min

    Pourquoi faisons nous pas
    Pourquoi faisons nous pas notres propre cheptel ont a d’immense espace ET NOUS MEME NOUS EXPORTERONS voila des resolutions serieuse ca viendras quand y auras de VRAIS ALGERIENS QUI PENSERONS VRAMENT A L’INTERET DE NOTRE NATION




    0



    0
    62=El Bandia
    28 mars 2017 - 14 h 13 min

    «Chaque kilo de viande
    «Chaque kilo de viande importé est soumis à un strict contrôle»Bien sur!!! MOYENNANT QUELQUES MILLIERS D’€ DE TCHIPA comme ce qui se fait réguliérement




    0



    0
    Le Patriote
    28 mars 2017 - 13 h 48 min

    Peut-on croire un sbire du
    Peut-on croire un sbire du voyou et néanmoins traître de Amar Saidani ? Moi je dis non et en connaissance de cause.




    0



    0
    mohamed
    28 mars 2017 - 12 h 46 min

    Peut on contrôler chaque kilo
    Peut on contrôler chaque kilo de viande importer ?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.