Législatives : le FFS rassemblera ce jeudi ses cadres à Alger

Bouchafa reviendra sur l’importance du consensus national. New Press

Le Front des forces socialistes (FFS) semble vouloir mettre les dernières retouches à son dispositif de campagne électorale pour les législatives du 4 mai prochain. Après avoir installé les directions de campagne régionales, le plus vieux parti de l’opposition organisera à partir de ce jeudi 30 mars à Alger une rencontre nationale des jeunes.

Cette rencontre, qui se veut mobilisatrice de la jeunesse du parti pour qu’elle apporte sa vive contribution à la campagne électorale, se déroulera durant deux jours au siège national du parti. Au programme, plusieurs thématiques et plusieurs intervenants. La première conférence sera animée, comme est indiqué dans le programme rendu public aujourd’hui, par Brahim Meziani, secrétaire national chargé du monde de travail. Elle portera sur le thème très cher à la direction actuelle du parti, à savoir le «Consensus national et le contexte géopolitique, économique régional et international».

Dans un discours qu’il prononcera lors de cette rencontre, le premier secrétaire du FFS, Abdelmalek Bouchafa, va faire le point sur les préparatifs pour la campagne électorale qui commencera le 9 avril prochain, comme il reviendra sur la «nécessaire reconstruction du consensus national». Le premier secrétaire commentera assurément la situation générale dans laquelle se déroule la préparation des élections.

Cherchant à optimiser ses chances dans ce processus électoral, le FFS, qui a perdu il y a un peu plus d’une année son leader historique, Hocine Aït Ahmed, va axer cette rencontre sur des thématiques sous forme d’ateliers. Ainsi, il va se pencher sur l’utilisation des réseaux sociaux dans la communication politique, notamment en campagne électorale. Cet atelier sera animé par le nouveau secrétaire national chargé du pôle communication, Hassan Ferli, en l’occurrence.

Le deuxième axe de travail, c’est la stratégie pour organiser une bonne campagne politique de proximité et comment parler au public qui sera traité par le secrétaire national en charge du pôle société civile, Mohamed Hadj Djilani, et le délégué auprès secrétaire national chargé de la jeunesse, Mehdi Belgharbi. Autres points qui vont être traités lors de cette rencontre, qui constitue pour le FFS, la dernière ligne droite avant le début de la campagne électorale, c’est le rôle et actions des jeunes militants durant la campagne.

Le FFS, qui a connu plusieurs défections dans ses rangs, veut fidéliser ses élus en leur faisant signer un engagement à rester dans le parti et à respecter ses statuts et sa ligne politique. 

Sonia Baker

Comment (13)

    Mindjibalina
    30 mars 2017 - 21 h 34 min

    Ils vont tout de même pas
    Ils vont tout de même pas laisser le FLN et le RND représenter leurs fiefs non ? Soyons sérieux ils ont raison de participer. Vous vous souvenez quand vous disiez que le FFS pratiquait la politique de la chaise vide ? Et bien maintenant c’est la politique de la chaise qui gueule. C’est mieux car le FFS d’avant croyait fermement en la communauté internationale aujourd’hui il a mûri et a assimilé enfin les pièges de la géopolitique. Ne soyez Pas durs avec lui, c’est tout simplement notre meilleur parti d’opposition.




    0



    0
      Cactus
      31 mars 2017 - 5 h 45 min

      Vous avez le SYNDROMES DE
      Vous avez le SYNDROMES DE STOCKHOLM




      0



      0
        Rascasse
        31 mars 2017 - 7 h 07 min

        C’est soit le FFS et un
        C’est soit le FFS et un espoir de consensus soit le fln rnd msp mpa tedj et vogue la galère.




        0



        0
        Mindjibalina
        31 mars 2017 - 10 h 38 min

        Syndrome de quoi ? Si l’on
        Syndrome de quoi ? Si l’on utilise un concept faut au moins en maîtriser le sens. C’est les personnes de ton acabit qui sont pris en otage par le système et qui faute de structure mentale forte et réactive tombent amoureux de leurs ravisseurs. Alors la  » misère » ne te prends pas vraiment pour un Cactus.




        0



        0
        MELLO
        1 avril 2017 - 12 h 58 min

        Y’a t-il ce SYNDROME DE
        Y’a t-il ce SYNDROME DE STOCKHOLM, lorsqu’un groupe de personnalités du FLN historique venait à négocier avec les Français ?
        Pour ta gouverne, le FFS n’est en otage du pouvoir, donc aucune empathie.




        0



        0
      MELLO
      31 mars 2017 - 13 h 58 min

      Un proverbe kabyle disait:
      Un proverbe kabyle disait: celui qui a en montagne, il n’a pas peur de la plaine.
      En effet, il est difficile de comprendre les choix du FFS si l’on ne fait pas l’effort d’examiner son parcours. Il y a en effet des moments où le boycottage s’impose et d’autres où la participation est uniment requise. Dans les deux cas, l’enjeu doit être l’avenir du pays. Cela dit, que ce soit telle ou telle option, le FFS n’a jamais piétiné la démocratie pour paraître plus patriote et inversement. Le dénominateur commun, à chaque épreuve, est de politiser, autant que faire se peut, les débats. C’est pour cette raison que le bulletin de vote constitue un moyen de contrarier la politique désastreuse, mise en place depuis 1962. Désormais, la balle est dans le camp de la société. En effet, si avec une participation massive, le régime pouvait être sanctionné, le boycott massif augmenterait son espérance de vie. Ce qui est une perspective pernicieuse.




      0



      0
        Mindjibalina
        31 mars 2017 - 23 h 27 min

        Tout à fait Mello. J
        Tout à fait Mello. J’ajouterai que le FFS qui était un mouvement de masse car bâti sur le respect de l’être profond national en mettant en exergue une dialectique anti capitaliste avangardiste se retrouve dans le rôle du parti élitiste provençal et acculé par l’époque. Le niveau intellectuel très médiocre de la classe moyenne et des travailleurs qui se sont s’est tournés vers des modèles panislamistes très discutables dont l’essence est certainement le désespoir enfin, je dirais que FFS est un trésor non encore découvert par une majorité de nos concitoyens. Peut-être une chaine télé l’y aiderait.




        0



        0
          MELLO
          2 avril 2017 - 16 h 32 min

          Si on mesure l’action
          Si on mesure l’action politique à son expression sur les réseaux sociaux, on peut dire que le militantisme effectif a régressé énormément. Cela se constate à chaque initiative des partis politiques. Au détriment de l’action politique, les attaques contre les personnes occupent une grande place dans les débats. À ce titre, on peut dire que la mission du FFS ne va pas une sinécure. Car, il se fixe pour mission de convaincre les Algériens d’adhérer à sa proposition de reconstruction du consensus national. Et si tous les acteurs acceptent de se soumettre à la volonté du peuple, ce dernier reprendra naturellement les rênes du pouvoir, comme cela se fait dans tous les pays démocratiques.




          0



          0
    MELLO
    30 mars 2017 - 17 h 28 min

    Que d’injures et de parjures
    Que d’injures et de parjures de la part …
    Si l’autorité appartient à ceux qui l’exercent effectivement et la propagande à ceux qui la commettent, la vérité elle, n’appartient à personne, ni à une langue, ni à une discipline en particulier, elle est plurielle car la vie est diversité et pluralisme, et les problèmes de société de plus en plus complexes, les solutions pour les résoudre ne peuvent être que le fruit d’échanges, de recherches, de confrontation et d’argument de raison. L’intolérance et le mensonge sont des preuves de faiblesse, ils produisent le fascisme quand ils font main basse sur les moyens d’information et de communication et veulent régenter la vie intellectuelle, artistique et politique.




    0



    0
    Anonymous
    30 mars 2017 - 14 h 22 min

    vous etes que des vendus;vous
    vous etes que des vendus;vous avez bradé la nation toute entière pour quelques euros; vous le regrettez un jour;vous ne pouvez pas échappez a l’histoire;ni au jugement devant allah tout puissant d’avoir trahi 40 millions de citoyens;vous savez très bien que les élections en algérie n’ont jamais été transparente; ni juste;pourquoi ils vont des sièges a l’assemblée;pare ce que c’est assuré;vous faites honte aux libérateurs de cette nation;vous faites honte a l’humanité intègre;vous l’emportez pas avec vous a vos tombes




    0



    0
    sublisoft99
    30 mars 2017 - 10 h 33 min

    ah oui une reunion secréte
    ah oui une reunion secréte avec les cadres du partie…ils vont préparé des nouveaux bon carte et bonderole le 1ére jour de la rentré des députés a l’assembléلا لتزوير الانتخابات ! et vous pouvez aussi préparé des cadres et des tableaux لا لتزوير الانتخابات ! ils vont se moqué du peuple le 1er jour de la rentrée scolaire des députés….jusqua’a la fin de l’année !
    HAW FA9OU…préparé des bonderoles et écrivé nous somme des traitres le 1er jour de l’instalation de vos député !




    0



    0
    Lghoul
    30 mars 2017 - 7 h 14 min

    Et ils n’ont pas honte de
    Et ils n’ont pas honte de continuer a jouer a la comédie jusqu’a la fin ! Ils pensent que les gens autour d’eux, le peuple, ne sait pas ce qui se passe. Meme saidani aimait s’afficher avec le drapeau national sur les épaules après un retour de relaxation de sa résidence parisienne pour nous parler de la main de l’étranger et de hizb franca.
    Quelle HONTE ! Car en quelques années de prise en main par les affairistes et des opportunistes, le FFS s’est dissout dans la honte du nouveau FLN – Une photocopie. Et personne n’a plus jamais honte car l’argent aveugle les gens au 21ieme siècle comme une épidémie généralisée.
    Au peuple: (Cela s’applique a tous les partis): Comment encore croire et faire confiance a des gens qui peuvent vendre leurs enfants, leurs femmes pour de l’argent ? Comment des gens pareils sont mis dans des positions stratégiques du pays ? Pourront-ils vendre tout pour du fric ? Je ne doute pas 1 SECONDE. …. Seul Dieu sait ce que tous ces gens qui marchent sur leur ventre pourront faire pour de l’argent quand ils en arrivent meme a se battre et tuer pour un poste de député. Concitoyens nous courons droit a un désastre car toutes nos institutions sont infiltrées et noyautée par « au plus offrant », le cancer du gain facile. Il ne reste ni loyauté et ni rien pour faire fonctionner le système d’une république de droit. Il faudrait un jour remettre les pendules a l’heure car sinon toutes nos institions vont s’effondrer et le peuple avec.




    0



    0
    Cactus
    29 mars 2017 - 19 h 38 min

    NE PARTICIPER PAS A CETTE
    NE PARTICIPER PAS A CETTE MASCARADE , VOUS LE SAVEZ TRES BIEN ET EN PLUS VOUS AVEZ DES PREUVES L’AVENIR VOUS JUGERAS MESSIEURS DU FFS VOUS ALLEZ LE REGRETTER




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.