Livraison des logements AADL : de report en report

Les souscripteurs au logement n’ont d’autre choix que d’attendre. New Press

Intervenant aujourd’hui sur les ondes de la Chaîne III, le DG de l’AADL, un peu hésitant dans ses réponses, annonce la distribution en avril de 3 000 logements à Alger. Les clés de ces logements seront remises à des souscripteurs du programme de 2001, qui attendent cet hypothétique toit depuis 16 ans.

Le DG de l’AADL se montre un peu plus précis, en donnant les sites concernés, à savoir 1 200 logements à Réghaïa, 911 logements au site Ouled Fayet Semrouni, 480 logements au site Ouled Fayet 1 et 296 au site Aïn El-Malha. On est donc loin des engagements du gouvernement d’en finir avec l’AADL 1 au plus tard au début de l’année en cours. Bellaribi affirme que seulement 19 000 logements ont été distribués jusqu’à présent sur un programme de plus de 240 000 logements lancés.

Le DG de l’AADL annonce la livraison, entre avril et juin prochains, de 13 000 logements au niveau de différentes wilayas, en se targuant d’avoir clos le dossier de l’AADL 1 dans trois wilayas, à savoir à Oran, Tipasa et Batna. Selon lui, quelque 25 000 logements location-vente seront distribués durant le premier semestre de l’année en cours à travers le territoire national. Ces logements concerneront les souscripteurs AADL 2001 qui sont plus de 70 000. Autrement dit, le dossier AADL ne sera pas clos en 2017. Du moins, à Alger où il y a une forte demande.

Interrogé sur l’état d’avancement des différents projets en cours, Bellaribi assure que cela diffère d’un chantier à l’autre, sans donner des indications précises sur les délais de l’achèvement des travaux, qui semblent être extensibles à merci, comme c’est le cas pour le programme de l’AADL 1. Les déclarations du DG de l’AADL laissent transparaître une non-maîtrise des délais de réalisation qui ne devaient pas excéder 36 mois. Les responsables du secteur sont incapables de donner une date précise de l’achèvement total des travaux. Ils sont, autrement dit, dans l’incapacité de rassurer les 470 000 souscripteurs à cette formule qui commencent à perdre patience et à être gagnés par le doute.

Même les chiffres annoncés par rapport à la couverture totale de la demande exprimée en 2013 en logements location-vente semblent être erronés. Ainsi, si l’on se fie aux déclarations du DG de l’AADL, il y a entre les souscripteurs de 2001 et ceux de 2013, 470 000 demandes à satisfaire. «Nous avons déjà lancé 240 000 logements et nous avons reçu il y a trois mois un financement de 120 000 autres logements, ce qui couvre largement cette demande de 470 000 logements», affirme Bellaribi.

Mais quand on fait l’addition des 420 000 logements et des 120 000, on trouvera un total de 360 000 logements, ce qui est donc loin de la demande de 470 000 logements. Le décalage entre l’offre annoncée et la demande inscrite est énorme : 110 000 logements. Deux lectures sont possibles : soit le DG de l’AADL s’est trompé, soit les responsables du secteur refusent de dire la vérité aux Algériens qui sont complètement désemparés, après quatre années de faux espoirs d’avoir un toit décent.

Sonia Baker

Comment (9)

    said
    31 mars 2017 - 20 h 50 min

    vos calcules son faux 420000
    vos calcules son faux 420000 + 120000 =540000 et non 360000 comme vous le mentionnez dans votre article.

    KACI
    31 mars 2017 - 15 h 36 min

    c’est un pouvoir qui favorise
    c’est un pouvoir qui favorise l’individualisme, et non le sociétal. GDAR 3ALA MEN GDAR. On détruit pas les espoirs des familles on leur vendant des rêves. Un Etat fort est rendez vous de son Peuple.

    Ninir
    31 mars 2017 - 11 h 42 min

    le plus inquiétant dans ce
    le plus inquiétant dans ce feuilleton de l’AADL 2001/2002 est que le retard de 16 ans risque de se repercuter sur la durée du crédit. en effet au lieu de payer leurs logements sur 25 ans comme prévus auparavant, ceux qui ont atteint ou dépassé 60 ans risquent de régler le reliquat du prix du logement en moins de 10 ans (probablement 5 à 6 ans pour certains) alors qu’ils ne sont pas responsables du retard !!!! alors comment faire?

    NoNamenoHome
    30 mars 2017 - 20 h 12 min

    L’allocation et la
    L’allocation et la réalisation des projets AADL aux wilayas du pays répondent à des calculs politiciens et régionalistes d’où ce cache-cache et cette cacophonie folklorique qui les trahissent à chaque tentation de duper les pauvres citoyens.

    Les souscripteurs des wilayas : Illizi ,Souk-Ahras ,Tamanrasset ,Tindouf ,Tissemsilt , Medéa, Tebessa ont payé la 1ere tranche depuis 40 mois et attendent toujours qu’un projet soit alloué, pour prétexter l’exclusion de ses citoyens de seconde zone, le ministre trouve toujours un alibi (le terrain, les entreprises, les études …) entre autres 50 souscripteurs AADL 2002 à Tébessa sont délibérément ignorés parce que Tébessa n’est ni du centre ni de l’ouest.

      mohamed
      31 mars 2017 - 11 h 03 min

      arrêter d’être un
      arrêter d’être un régionaliste, les gens du Centre souffrent depuis l’indépendance de la crise de logement, venez je vais vous faire visiter les quartier d’Alger des vrais Algérois vivent dans des logements exiguës, et personnes ne soucient de leurs problèmes, ces gens là n’ont pas construits des baraques par ce que leurs éducations ne leurs permettent pas.

    SOS
    30 mars 2017 - 17 h 27 min

    J’ai fait un recours avec une
    J’ai fait un recours avec une tonne de document, après plusieurs relances ont me dit qu’il l’ ont égaré. Malgré mon accusé de réception ils m’ont dit de faire un nouveau recours comme si de rien n’était et que c’est de ma faute. Je soupçonne des magouilles pour éliminer mon dossier mais à qui m’addresser ?

      No boutef
      30 mars 2017 - 20 h 47 min

      Attention !les recours sont
      Attention !les recours sont étudiés par des commissions au niveau de lADL En première instance .Lorsqu’on est pas d’accord avec ADL Le dossier est transféré au ministère de l’habitat pour suite à donner.
      Pour vous il n’y a pas encore De dossier donc vous êtes à la première étape .
      Franchement sans dossier retrouvé vous êtes encore à la case depart,maintenant si vous n’avez rien versé ils peuvent vous dire de refaire un dossier ,ils s’en foutent les directeurs sont nommés pas connaissance ,La justice aura du mal à vous donner raison contre une institution étatique.Bref cest le pays de Boutef,Tout est permis ils sont couverts .Essayez De vous faire accompagner par un huissier our constater l’absence de dossier,ce qui va faire (peur aux éventuels petits agents de continuer à Le dissimuler ),Allez doucement n’attaquez pas Le directeur il est couvert par une puissance dailleurs cest des postes clés ont Ne nommé pas les énarques,Mais juste des exécutants .Ypuyouuu Tahia Bouteflika.

    Namara
    30 mars 2017 - 16 h 52 min

    Rien de sérieux dans cette
    Rien de sérieux dans cette façon de loger les citoyens qui n’ont pas voulu faire des bidonvilles. AADL s’est avérée un marchand de rêves.

    CHIBL
    30 mars 2017 - 16 h 10 min

    A chaque événement électoral
    A chaque événement électoral ils nous sortent des logements, ces pauvres gens attendent depuis 16 ans et il ont donné de l’argent et ils auront l’impression que c’est FAKHAMATOUHOU qu’il les a logés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.