Le FFS dénonce les oligarques et mise sur les jeunes pour le changement

Pour Bouchafa, pas de sortie de crise sans le règlement de la crise politique. New Press

Le Front des forces socialistes (FFS) s’élève contre les «oligarchies internes» et les lobbys extérieurs qui œuvrent pour le contrôle total des richesses de l’Algérie. Lors de l’ouverture de la rencontre nationale de la jeunesse aujourd’hui à Alger, le premier secrétaire du parti, Abdelmalek Bouchafa, affirme que ces oligarques «travaillent jour et nuit pour contrôler le champ politique et, par ricochet, s’emparer des richesses nationales en réorientant les politiques, selon leurs intérêts étroits».

Pour le premier secrétaire du plus vieux parti de l’opposition, ces lobbys de l’argent, de plus en plus puissants, envahissent la sphère politique et rejettent toute forme de changement. Abdelmalek Bouchafa a beaucoup insisté lors de son intervention sur la place des jeunes sur la scène politique, appelant ainsi la jeunesse du FFS à relever les défis auxquels est confronté le pays.

Le premier secrétaire du plus vieux parti de l’opposition estime qu’aucune sortie de crise n’est possible sans le règlement de la crise politique dans laquelle patauge le pays. Et la solution passe assurément par la construction du consensus national, un projet cher au FFS. 

De son côté, Ali Laskri, membre de l’Instance présidentielle du FFS, est revenu sur cette crise multidimensionnelle mais d’essence politique. «L’Algérie souffre d’une crise, d’un déficit démocratique, d’un formalisme de l’exercice politique, d’une corruption généralisée et d’un autoritarisme inquiétant. Mais le pire est que notre pays néglige et marginalise sa jeunesse qui est censée être sa force d’agir pour la construction d’une démocratie, d’une économie forte et d’un pays développé», souligne Laskri qui assure que la jeunesse est au cœur de l’action politique du FFS.

Ce membre de l’Instance présidentielle estime qu’«il appartient à la jeunesse algérienne de reconquérir le champ politique et poursuivre le combat pacifique pour l’instauration d’une démocratie et d’un Etat de droit». 

La rencontre organisée par le FFS se veut mobilisatrice de la jeunesse du parti pour qu’elle apporte sa vive contribution à la campagne électorale. Elle a traité de plusieurs thématiques dont le «Consensus national et le contexte géopolitique, économique régional et international».

Sonia Baker

Comment (6)

    MELLO
    1 avril 2017 - 13 h 18 min

    Même l’URSS de Staline, la
    Même l’URSS de Staline, la France sous l’occupation nazie, et plus proche de notre époque l’ex RDA de la Stasi, n’ont pas atteint ce seuil de délation auquel est parvenu notre pays .Sujet douloureux qui indispose les intellectuels Algériens, notamment les historiens, les sociologues, les psychiatres, les psychologues…La presse, quant à elle, évite même de faire la moindre allusion à cette question.
    L’aptitude, le savoir, la compétence n’ont plus aucun sens. Les lettres et les coups de téléphones anonymes les ont remplacés. Devenir délateur, indicateur et mouchard est devenue même l’ambition de beaucoup de jeunes Algériennes et Algériens.
    Beaucoup de citoyens ont vécu l’enfer sans savoir ce que leur était reproché, de quoi ils étaient coupables. Des bataillons de cadres ont été chassés, persécutés tandis que près d’un million d’universitaires et de bacheliers avaient pris le chemin de l’exil. Les institutions et les corps constitués ont été pollués par la suspicion, le doute, les faux semblants et la peur. Tous les secteurs de la vie sociale ont été empoisonnés, gangrenés à telle enseigne qu’au sein de la même famille, la même structure politique personne n’a confiance.
    Le FFS est une ligne politique et philosophique qui tire ses racines du PPA-MTLD-MNA-CRUA. Appartenir au FFS c’est militer constamment en faveur de la vérité, de la justice, de la liberté des femmes et des hommes, du savoir, du savoir faire, de la science dans le respect des constantes nationales que sont l’Islam, tamazight et la langue arabe. Qu’on le veuille ou pas, ces constantes constituent l’ossature de notre identité nationale. La conduite du parti est tracée bien avant sa naissance en 1963, elle ne se résume pas au choix des chefs qui doivent le guider, elle se résume a un acte de militantisme qui prolonge les luttes du mouvement nationaliste, à un acte de militantisme qui ne souffre d’aucune ambiguïté politique ou idéologique.




    0



    0
    Lghoul
    1 avril 2017 - 12 h 05 min

    Pourquoi ne pas fusionner
    Pourquoi ne pas fusionner avec Tata et on aura le parti des larmes de crocodiles – simple. Mais vous faite semblant, plus vous devenez RIDICULE. On sait exactement qui concerne consomment vos bobards : les analphabètes trilingues.




    0



    0
      MELLO
      1 avril 2017 - 13 h 12 min

      Partageant les idées du FFS,
      Partageant les idées du FFS, je ne cesse de voir, de regarder autour de moi, pour saisir un tant soit peu une lueur d’espoir pour ce PAYS. Est-ce que rêver d’une Algérie forte est un crime, une menace qui mérite la mobilisation d’autant d’agents schizophrènes? Mes ennemis peuvent-ils détourner le cours de l’histoire, aller contre Dieu, le destin, la providence, la science et le savoir? Les gens courent après la richesse, la gloire et le pouvoir, le reste ne les intéresse pas. Les gens n’aiment pas s’encombrer avec des choses qui risquent de les mettre face à leur conscience. je me dis pourquoi me taire, je ne dois de l’argent à personne et je n’ai rien à me reprocher; Je ne traîne aucune casserole derrière moi, alors pourquoi cette peur, pourquoi autant de complaisance et de complicité envers cet ordre ambiant fait de mensonges, de trahisons et de lâchetés? Je n’ai pas peur de mourir et je ne suis pas un lâche. Alors pourquoi j’ai tellement peur et pourquoi je fuis tout le temps? Pourquoi j’ai tant peur de quitter ma solitude? Mes ennemis qui m’ont fait tant de mal je les connais un par un; je connais tout de leurs familles et de leur passé , vraiment ils sont beaucoup plus à plaindre qu’à blâmer. Les pauvres, longtemps ils ont pensé pouvoir se substituer à Dieu, au destin et à la providence; longtemps ils ont cru pouvoir venir à bout de l’intelligence, du savoir et de la science avec le mensonge, la calomnie, l’anathème, la corruption, le crime et l’imposture. Mais , un jour …




      0



      0
    Rak
    1 avril 2017 - 9 h 32 min

    La valse des pleureuses a
    La valse des pleureuses a deja commencé avant meme le carnaval f ‘dechra electoral… quand le match est truqué a l’avance ou bien on le joue et on se la ferme et on fait profil bas ou bien on laisse l’adversaire jouer tout seul, y’a pas de demi mesure yal neo-ffs=RHB




    0



    0
    T'messkhir
    1 avril 2017 - 9 h 16 min

    Trop tard ya le FFS. Tu peux
    Trop tard ya le FFS. Tu peux dénoncer ce que tu veux mais tu te trahis en acceptant de participer aux élections législatives car tu vas crédibiliser encore pour de longues années le pouvoir politique algérien. Trop tard ya le FFS, çà ne sert à rien de gesticuler !




    0



    0
    Anonymous
    1 avril 2017 - 7 h 34 min

    LE PYROMANE FFS IL MIT LE FEU
    LE PYROMANE FFS IL MIT LE FEU ET APPELLE AUX SECOURS.vous devriez aller garder les chèvres et les anes pour les revendre aux chinois; vous faites honte a l’algérie;mais ce n’est pas de votre faute;c’est le boss qui vous recrutent alors il n’a pas intérét de choisir les intègres et les intelligent




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.