Contribution de Rabah Boucetta – Comment Saïd Sadi prépare son retour à la politique

Saïd Sadi est installé dans l’arrière-boutique du nouveau-né, le RPK. New Press

Saïd Sadi, qui avait proclamé en 1989 la mort du MCB et sa substitution par le RCD, s’apprête à enterrer son parti à l’occasion des élections législatives du 4 mai prochain et sortir de l’ombre du RPK (Rassemblement pour la Kabylie).

S’agit-il d’une conviction autonomiste plus ou moins proche des idées concises dans le projet de régionalisation modulable ou d’une stratégie de reprise d’un statut d’interlocuteur de cette région qu’on dit «belle et rebelle», qu’il a perdue depuis 2001 ? Les observateurs avertis et les acteurs de la mouvance autonomiste sont unanimes à reprendre l’expression de Matoub Lounès à leur compte : «Win iɛeṛḍen tacriḥt n tsekkurt ur iqenneɛ ara.» Lui qui a instrumentalisé la loyauté d’une génération de militants à des fins bassement matérielles, il se propose cette fois-ci comme contrepoids du MAK.

Dans une précédente contribution parue le 4 mars 2016, sous le titre «Pourquoi Saïd Sadi se vend au Maroc», j’ai évoqué déjà cette perspective. On observe qu’en parallèle à cette opération putschiste contre le Mouvement de Ferhat Mehenni, son homme de main, le président officiel du RCD vient de recentrer les positions de son parti. En effet, le RCD tente une allégeance «tardive» à Bouteflika à travers une interview accordée au magazine français Le Point. Une double stratégie qui converge vers une même finalité : tenter de reprendre sa place dans la proximité du pouvoir. Des initiatives qui reviennent cycliquement dans la vie du parti.

Beaucoup d’observateurs croyaient, lors de la marche du 20 avril 2016, à un conflit opposant le président fondateur du RCD au président officiel qui, chacun de son côté, avait marché séparément de l’autre. L’actuel président était entouré des militants du parti qui se sont fait remarquer par les nombreux drapeaux berbères qu’ils portaient ce jour-là. D’ailleurs, beaucoup ont cru à un rapprochement avec le mouvement autonomiste. Saïd Sadi, de son côté, dans un autre carré avec des drapeaux algériens. En réalité, ce scénario était une énième offre de service dont le message est le suivant : «Je suis le seul rempart contre le MAK.» Encore une fois, il réitère son message, à la veille d’une échéance électorale importante. Dans son discours officiel, le chargé de mission du président fondateur vient de faire un virage radical, sans préavis, et annonce sa repentance.

Désormais, l’acharnement revendiquant l’application de l’article 102 est suspendu jusqu’au 5 mai 2017. En effet, dans un entretien avec le magazine français Le Point, il a déclaré : «Personnellement, je pense que le chef de l’Etat algérien n’a jamais géré le pays comme il le gère depuis 2014.» Ce revirement est venu mettre fin à l’initiative scellée dans la plateforme de Mazafran. La même méthode utilisée contre le mouvement citoyen des Arouch en 2004. Cette fois-ci, il s’agit de mettre fin au mouvement de Mazafran en participant activement à l’éclatement de la CNLTD (Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique).

Quant à l’alternative, c’est celle que j’ai déjà évoquée dans un article précédant sur les tentatives de Saïd Sadi de reprendre, pour son compte, le «projet» pour l’autonomie de la Kabylie. Cette stratégie de séduction, il l’a entamée avec son implication dans le document rendu public intitulé «Manifeste pour la Kabylie». Il utilise toujours les mêmes pratiques. Une stratégie qui lui a réussi avec le Mouvement culturel berbère (MCB). Il mettait en avant d’autres militants et, lui, opérait dans les coulisses.

D’ailleurs, personnellement, étant animateur du MCB lors du boycott scolaire, j’ai été surpris de le voir présider les réunions du MCB (Coordination nationale). Encore une fois, le voilà installé dans l’arrière-boutique du nouveau-né, le RPK. Ce n’est pas difficile de retrouver son empreinte. Il suffit d’observer le sigle et l’absence de référence à l’autonomie. Elle serait contreproductive, car il s’agit d’une indication qui l’éloignerait encore plus de son objectif, lui qui ne cherche, à travers cette initiative, que le rapprochement avec le pouvoir.

L’autre élément, c’est l’«oubli» délibéré du RPK des événements du printemps noir. Saïd Sadi n’a jamais assumé cette tragédie de 2001. Puisqu’il n’a joué aucun rôle, il veut les effacer de la mémoire du combat démocratique. C’est le cas aussi des évènements de Béjaïa de mai 1981. Pendant toute sa carrière à la tête du RCD, il n’a jamais fait référence à ces évènements dans ses discours.

Rabah Boucetta

Comment (59)

    marco31260
    19 avril 2017 - 15 h 48 min

    Pendant que les responsables
    Pendant que les responsables politiques de tout bord, même islamistes, siègeaient dans les diverses instances du FLN, Mr Sadi, lui et quelques camarades, croupissaient dans les cellules de Berroughia et de Lambèse. Ce n’est que grâce à la distribution de tracts à l’hôpital de Tlemcen, que nous avons appris qu’il y avait des algérois courageux qui tenaient tête au système. Malgré mes positions messalistes, je ne ne peux que reconnaître son courage face à l’hégémonie staliniste de l’époque …

    Cheikh kebab
    14 avril 2017 - 23 h 29 min

    Si les arabes se sont
    Si les arabes se sont entendus pour ne jamais s’entendre,les kabyles c pire!! M Boucetta,je connais pas sadi sauf par la presse. Il n’est plus président du rcd que je sache! D’un côté vous le critiquez pour avoir été président pendant des années,et maintenant qu’il a cédé sa place vous voulez l’y maintenir grossièrement. Par contre des partis du pouvoir qui règnent depuis 17 ans,ça vous dérange pas. Sadi est un intellectuel qui a et défend des idées,c tout. Il s’est trompé de société oui,il l’a avoué,croyant que les algériens étaient mûrs politiquement,et ce n’est pas le cas malheureusement. Meme Bouteflika s’en est aperçu,et il l’a aussi exprimé. La société algérienne dans sa majorité n’est pas mûe pour la démocratie,c ça la réalité,et Bouteflika l’ayant compris mène la barque sagement de manière à faire évoluer ce peuple progressivement vers la maturité. Il laisse le champ libre aux partis,aux idées pour éviter le chaos. On a vu ce qu’a produit l’aventure  » démocratie en 91.

    Tidett
    9 avril 2017 - 22 h 59 min

    A mon avis, said sadi est un
    A mon avis, said sadi est un pion du pouvoir qui l’utilise pour maintenir la kabylie dans un semblant d’opposition et de rebellion permanente. D’ailleurs depuis la cereation du RCD , il a reussi à etouffer toutes les MCB; Il a reussi à faire neutraliser les arouchs. Il cherche à faire oublier de la memoire collective les evenements du printemps noir 2001, etc…. Avec la montée en puissance du MAK ANAVAD et la frilosité du RPK, le pouvoir veut le rappeler pour lui confier la direction du RPK dont la feuille de route consiste à briser les succes du MAK ANAVAD que le peuple kabyle soutient de tout son coeur. OUI je le dis SAID SADI est un pion du pouvoir.

    zeghdoud
    8 avril 2017 - 20 h 51 min

    l’analise que vous apporter
    l’analise que vous apporter sur le medecin des fous, est juste à mon sens.
    et je vousen félécite pour le jugement et l’enneteté.

    Mourad ait
    8 avril 2017 - 20 h 36 min

    achou, attaturk ? ya rite
    achou, attaturk ? ya rite comme diraient les égyptiens!

    Benhabra brahim
    8 avril 2017 - 19 h 06 min

    Mr.Rabah Boucetta @Revenons a
    Mr.Rabah Boucetta @Revenons a la base,vous semblez tres cultive, la culture etant le « postulat philosophique  » de vos diff.mouvement(MCB..RCD..MAK..etc).Mais alors repondez moi svp:…qui est berbere..qui est amazighe???.Et si demain ,pour tester vos capacites de « meneur d hommes »,vous etes nomme ministre de la culture.Il y a eu l annee de la culture islamique(tlemcen…l islam etant une religion et non, une culture),puis l annee de la culture arabe(constantine…l arabe etant une langue et non une culture).Ou allez vous organiser l annee de la culture berbere ou amazighe???..A Tizi ouzou…a Ghardaia..ou a Tamanrasset??…..Croyez moi votre reponse serait plus intressante que votre analyse pour savoir qui fait quoi??…Que ferez vous.

      Anonymous
      15 avril 2017 - 7 h 05 min

      A Cirta (ex Constantine)
      A Cirta (ex Constantine) capitale de la Numidie sous Massinissa. Ce qui est quand même plus logique que Constantine capitale de la culture arabe (au nom de quoi, sachant qu’elle ne l’a jamais été). Si vous demandez à n’importe quel Arabe du monde quelle est la capitale de la culture arabe, je doute qu’il y en ait un seul qui vous réponde Constantine

    Anonymous
    8 avril 2017 - 18 h 46 min

    je me demande,si il se rend
    je me demande,si il se rend compte de ce qu’il fait et ce qu’il dit;es-que il est vraiment un médecin;comparant l’intelligence de notre grand héro el marhoum SI AIT AHMED avec ce caméléon;il change de couleur par apport a la couleur de la devise proposé;il a bien bénéficié des avantages de la part du pharaon algérien;apparemment une villa en france avec une pension de collabo;il est aussi copain avec l’ennemi des pays en voie de développement BHL le sioniste;et comme notre pharaon a promis aux partis participant a la prochaine mascarade un poste ou gouvernement;alors c’est le moment ou jamais;l’opportunisme est une maladie propager par notre clan de corrompus

    karimdz
    8 avril 2017 - 18 h 27 min

    Said Sadi est toujours lui
    Said Sadi est toujours lui meme, un régionaliste et son ancien parti, le RCD, n’avait de démocratie que le nom, car il se confirme bien que c était pas son objectif.

    Son nouveau parti ne risque donc pas de s étendre aux autres régions du pays, et pour cause, ce n est pas dans l esprit patriotique des algériens.

    Azul
    8 avril 2017 - 18 h 12 min

    Je ne me reconnais dans l
    Je ne me reconnais dans l’algérie telle que définie. je ne suis ni oriental ni occidental. je suis algérien tout court!
    algérien=amazigh=arabe algérien= islam algérien
    l’algérie peut se passer de la france et du monde arabe qui est très loin d’ailleurs!
    l’algérie peut devenir un leader africain et méditerranéen facilement si bien sûr ses enfants la gouvernent.

    Azul
    8 avril 2017 - 16 h 44 min

    en lisant les commentaires,
    en lisant les commentaires, said sadi est un traitre ……voyant!
    les traîtres sont au pouvoir et ils reçoivent fafa
    l’algérie doit revenir à ses enfants, les vrais

    nadir
    8 avril 2017 - 14 h 30 min

    Je ne suis pas kabyle et
    Je ne suis pas kabyle et considère la berbérité ou amazighité comme une composante essentielle de la nation. je suis pour la construction d’une démocratie algérienne conforme aux principes de liberté, de justice et de culture et conséquente vis à vis d’une histoire longue bien riche. je trouve les commentaires et commentateurs souvent aussi méchants qu’intransigeants et casseurs de tout ce qui ne leur ressemble pas. Un homme comme said Saadi que je ne connais pas personnellement est une grande personnalité algérienne et le RCD a été et devrait continuer à être l’un des outils politiques pour sortir d’une crise qui date de 1962 au moins, et bien sûr du mouvement national. Il est injuste de parler ainsi de said Saadi et cela fait parti d’une tradition nulle de compatriotes qui détestent tout le monde sauf eux mêmes et qui veulent que les gens aux responsabilités politiques expriment leurs propres idées. Il faut encourager à Saadi Saadi à agir comme il le pense et le suivre en enrichissant et en discutant plutôt que de passer sont temps à le dénigrer. plutôt que dénigrer x ou y il vaut mieux agir et construire une opposition de qualité ou une contribution adéquate pour aller vers les libertés et la démocratie qui ne veulent pas forcément dire opposition et encore moins radicale.

      Tarik ou Chemin
      8 avril 2017 - 16 h 25 min

      @nadir (non vérifié),
      @nadir (non vérifié), absolument d’accord avec toi mon frère ! je te remercie pour ta mise au point magistrale ! A ce que l’on sait tous, Said Sadi n’a jamais usé de violence et il n’a jamais incité les kabyles à être violents ou à prendre le maquis pour revendiquer la démocratie ou leur droit à la reconnaissance de leur identité, de leur langue, de leur culture et de leurs opinions dans leur PROPRE PAYS ! Donc foutons lui la paix , et foutons la paix aux Kabyles en général, et occupons nous de nos oignons chacun à son niveau !

    uccay
    8 avril 2017 - 14 h 15 min

    missionné encore une fois par
    missionné encore une fois par BHL . Casser la Kabylie et la faire entrer dans un labyrinthe pour s’imposer en interlocuteur et gagner de l’argent. C’est tout ce qui l’intéresse.

      karimdz
      8 avril 2017 - 20 h 14 min

      said sadi doit surement
      said sadi doit surement envisager de prendre mehenni comme premier ministre et bhl comme porte parole…

    sublisoft99
    8 avril 2017 - 9 h 21 min

    allo !! said.!!!!!.le pouvoir
    allo !! said.!!!!!.le pouvoir a besoin de tes scénarios pour endoctriné la kabylie….said une personnes qui n’a rien ramené pour les algériens il restera un simple comedien politique pour la survie du pouvoir

    lhadi
    8 avril 2017 - 9 h 13 min

    Que seraient l’architecture,
    Que seraient l’architecture, la poésie ou les mathématiques sans la culture arabe, qui recueillit aussi les savoirs antiques, qui s’aventura bien loin de ses frontières quand d’autres s’enfermaient sur eux-même ?. A l’évidence, au jour d’aujourd’hui, la préoccupation immédiate du peuple algérien est de combler le fossé de défiance et d’incompréhension qui n’a cessé de se creuser entre lui et ceux qui, censés servir ses intérêts, ont trop souvent fait preuve d’inertie, d’impuissance et de résignation. Ainsi, je mesure, à quel point l’un des devoirs les plus urgents est non seulement de se mettre en ordre de bataille pour l’édification d’un Etat républicain qui puisse mener ses véritables missions au service d’une politique économique et sociale à la fois juste et ambitieuse, mais aussi de rénover la façon de gouverner, de lui insuffler plus de dynamique et d’efficacité, de la rendre simple, ouverte et transparente. Fraternellement lhadi ([email protected])

      marmoura
      8 avril 2017 - 20 h 21 min

      La culture arabe n’a rien
      La culture arabe n’a rien produit du tout;ce sont des savants musulmans non arabes qui ont contribué en leur temps au progrès de quelques disciplines dont les mathématiques! alors trêve de plaisanterie monsieur lhadi le champion des défenseurs de la démocratie, sans les kabyles bien sûr.

        lhadi
        9 avril 2017 - 7 h 31 min

        Je vous invite à vous
        Je vous invite à vous rapprocher des oeuvres et des conférences de notre compatriote le Professeur Ahmed Djebbar. Fraternellement lhadi ([email protected])

          Anonymous
          18 avril 2017 - 17 h 13 min

          Il était ministre , je ne
          Il était ministre , je ne vois pas ce qu’il a fait de bien pour le pays

      abdeka
      8 avril 2017 - 21 h 24 min

      Que répondre à M Lhadi qui
      Que répondre à M Lhadi qui sous ses grands airs de démocrate, donneur de leçons, appelle à occire une grande partie de la population qui n’existe apparemment pas à ces yeux. très difficile de soigner une aigreur flottante.

        lhadi
        9 avril 2017 - 7 h 47 min

        Notre bonheur ne dépend que
        Notre bonheur ne dépend que de nous-mêmes : si nous ne cherchons pas le mal, nous serons heureux. Fraternellement lhadi ([email protected])

    Mindjibalinasfhx
    8 avril 2017 - 8 h 38 min

    En définitive tout le monde a
    En définitive tout le monde a un prix. Des journalistes qui par la calomnie et la médisance espèrent provoquer la démobilisation du citoyen vis-à-vis de tout parti qui pourrait remettre en cause le grand plan. The big one. Je comprends maintenant pourquoi autant d’articles contre le FFS, le RCD, et même le FLN. On travaille pour le RND, on lui prépare le terrain, on a compris, vous êtes déjà en 2019. Et vous nous prenez pour des ……

    Mohand
    8 avril 2017 - 7 h 55 min

    Faut arrêter la fumette les
    Faut arrêter la fumette les gars…Qui a passé du temps en prison ? Qui a été persécuté ?
    Saadi pas patriote ? Il habite Neuilly ?

      Hocine
      8 avril 2017 - 8 h 13 min

      Moi je ne fais aucune
      Moi je ne fais aucune différence entre un Amar Saidani et un Saïd Sadi du moment que la traîtrise est un phénomène génétique selon la Loi de Mendel. La seule différence à mon sens est que le premier n’est pas algérien d’origine et quetravaillent le second soit né chez nous, ce qui estimporte encore plus grave à mon avis.

      Fennec Blanc
      8 avril 2017 - 9 h 10 min

      Ce Said Saadi n’a pas un brin
      Ce Said Saadi n’a pas un brin de patriotisme, c’est un séparatiste anti Algérie, grand Ami de BHL le sioniste et des chaines TV Française,c’est un comploteur, le fer de lance de certaines forces qui n’aiment pas l’Algerie et pour finir, ce guignol on lui a jamais connu de programme digne de ce nom sauf insulter et accuser le système, c’etait son DADA et pourtant il faisait parti de ce système vu sa proximité avec les étoiles,il a même trouvé de la chaleur humaine chez les integristes fanatiques comme lui ,les islamistes terroristes et sanguinaires, c’est quoi ce pervers? il est resté coincé dans sa mentalité de renfermée et de narcissique et surtout cloitré dans sa région comme un morpion,il avait peur d’affronter le reste de l’Algérie a cause de ses hostilités envers la religion et les non Kabyle, il restera un Tocard ,un Fade et un sans intérêt

        Kader
        9 avril 2017 - 9 h 37 min

        Fennec blanc vous avez dit
        Fennec blanc vous avez dit tout haut ce que 90% des algériens et algériennes pensent tout bas mais n’osent pas le crier sur tous les toits par respect à nos Martyrs.

    Anonymous
    8 avril 2017 - 5 h 32 min

    un traitre restera un traitre
    un traitre restera un traitre toute son existence,après avoir était acheter par monsieur bouteflika et son clan; puis revendu a BHL;puis acheter les ex collabos de la révolution algérienne; et maintenant il est a nouveau a vendre a qui le tour; fort possible il serait acheter par le roi du maroc comme khaled et les autres opportunistes et traitres,y’avait une époque ou ils existaient des fidèles citoyens;

    Rascasse
    8 avril 2017 - 5 h 27 min

    Lui le psychiatre il devrait
    Lui le psychiatre il devrait nous expliquer sa déclaration de s’être trempé de société n’es pas la une forme de violence une déclaration pareille? Un homme politique qui aspire à être président un jour doit être sage les algériens sont ils condamnés à subir que de la violence??? Pourtant sadi ne s’est pas trempé en choisissant les bons mentors, terribles nos hommes politiques , ils misent tous sur la mémoire courte des algériens

    nordine aljazairi
    8 avril 2017 - 3 h 24 min

    voila le monstre laïc est de
    voila le monstre laïc est de retour le Raspoutine de la laïcité en Algérie un franc maçon revient a la politique
    ou va l’Algérie
    la peur est de retour

      Salim
      8 avril 2017 - 8 h 26 min

      Les francs maçons sont connus
      Les francs maçons sont connus et la plupart sont dans les rouages de l’État.
      Inutile de faire de la diversion.

        Mouloud Besbes
        9 avril 2017 - 21 h 08 min

        Les francs-maçons sont-ils
        Les francs-maçons sont-ils des diables?

    Mokrane
    8 avril 2017 - 2 h 24 min

    Tu es une tète de chèvre. tu
    Tu ….. ne sais sur quel pied danser espèce d`opportuniste, tu es rejette meme par Amara benyounes et nouredine.

    Anonymous
    7 avril 2017 - 23 h 46 min

    RPK Rassemblement pour la
    RPK Rassemblement pour la Kabylie ???? ça sent le séparatisme – pourquoi pas RPA Rassemblement pour l’Algérie.
    Honneur et Gloire a nos Martyrs tahia aldjazair l’Algérie est une indivisible et indissociable. cliquez sur ce lien – https://www.youtube.com/watch?v=xpvSf3EYi4A&t=635s

    RayEs El Bahriya
    7 avril 2017 - 23 h 16 min

    Y a qui l’ingratitude dans le
    Y a qui l’ingratitude dans le sang.
    Rendons à césar ce qui est à césar
    Et à Dieu ce qui est à dieu.
    Saadi n’a jamais 67 années d’existence doré sur les rives
    Du lac leman. Comme les deux grands compères de la
    Révolution qui ont allumé les feux de la fitna en 1963.
    Al fahem yefhem.

    Salah KHIAR
    7 avril 2017 - 22 h 54 min

    cliquez sur ce lin https:/
    cliquez sur ce lin https://www.youtube.com/watch?v=xpvSf3EYi4A&t=121s
    Discours touchant et rare du Colonel Krim Belkacem en Kabyle l’année 1962, quelques jours après les Accords d’Évian -suivis d’un discours émouvant du Président Abdelaziz Bouteflika à Tizi -Ouzou en 2009 – L’Algérie est une grande Nation . Elle est une et indivisible.. Honneur et gloire a nos martyrs. Tahia Al djazair.
    Montage vidéo Salah Khiar

      T'ZAGATE
      8 avril 2017 - 9 h 59 min

      @Salah KHIAR (non vérifié) ,
      @Salah KHIAR (non vérifié) , mon frère, quel culot de mettre en parallèle Krim Belkacem et Bouteflika ! Tu n’as aucune notion ni idée de l’histoire politique de ton pays et de tout ce qui s’est passé après indépendance ! Dommage de faire un montage pour faire le parallèle entre d’une part un homme qui fait un discours de campagne électoral « dans le sens du poil » à une sale déjà acquise à ses thèses et ses causes et d’autre part un grand homme qui s’adresse au monde et au peuple algérien pour annoncer la victoire de ce même peuple sur le colonialisme, sur l’injustice et l’exclusion ! .. »riflèche un peu » … ,comme on dit, ya kho !!!

    Rachid Djha
    7 avril 2017 - 22 h 36 min

    Je crois que Dr Sadi est à la
    Je crois que Dr Sadi est à la recherche d’un porte feuille ministériel comme l’ont fait ses ex collegues : les Amar Benyounes, Khalida Toumi, L’Hadi Ould Ali etc… et croyez-moi qu’il va l’avoir juste après les législatives du 4 mai prochain tellement le pouvoir est corrupteur

    Le Patriote
    7 avril 2017 - 22 h 19 min

    Avec une République
    Avec une République Algérienne gérée par ses authentiques enfants propres et patriotes ce Saïd Sadi n’aurait jamais existé.

    RasElHanout
    7 avril 2017 - 22 h 12 min

    Ce pur produit des Services
    Ce pur produit des Services du système est à là recherche d’une machine de recyclage pour revenir au devant de la scène pensant que la société envers laquelle il s’était trompé en 1992, à profondément changé et qu’elle soit surtout amnésique.

    Mohamedz
    7 avril 2017 - 21 h 57 min

    Si Saïd Sadi faisait de la
    Si Saïd Sadi faisait de la politique avant le 19 mars 1962, l’Algérie serait encore aujourd’hui  »français ». Wal fahem yaf’ham

      Fegous dit Melon
      8 avril 2017 - 10 h 59 min

      @Mohamedz (non vérifié) ,
      @Mohamedz (non vérifié) , Said Sadi n’a pas fait de la poltique avant le 19 mars 1962 , et pourtant toi tu continues a toujours utiliser le français pour donner ton avis . Va t’exprimer en arabe et sur des forums arabes et là tu serras un vrai « patriote » car des francophones comme toi et moi, nous sont des harkis , n’est-ce pas ! Yakhi lehbal, yakhi !!

    BabElOuedAchouhadas
    7 avril 2017 - 21 h 44 min

    Revoilà Sadi-Samedi. Tirons
    Revoilà Sadi-Samedi. Tirons la chasse d’eau et vaccinons nos petits enfants avant que ça ne soit trop tard.

    otto
    7 avril 2017 - 21 h 35 min

    Si lui est un politique, moi
    Si lui est un politique, moi je suis le pape! Un irresponsable aigrie et envieux.
    Un opportuniste qui bouffe à tous les niveaux.
    Il croit être important alors qu’il n’est rien du tout, tout juste une girouette que les israéliens et les marocains utilisent pour leurs agendas respectifs, un traître comme le mhenni, des vaut rien qui se donne au plus offrant.
    Ces deux zouaves zouyayas n’arrivent pas à la cheville d’ait ahmed, ils rêvent de lui ressembler mais leur parcours de traître est aux antipodes du parcours honorable d’el hocine.
    Pour finir, saïd samedi lance un ballon sonde vers el mouradia mais là il ne vaut plus rien, toufik l’a pressé comme un citron du coup, il n’a plus rien dans le froc, comme toujours d’ailleurs. Quel honneur peut avoir se type quand il se fait retourner par les services israéliens et marocains, même mon chien à plus d’honneur que lui.

    Avelvar Tuvertt (Bouira)
    7 avril 2017 - 20 h 35 min

    Je vous salut Rabah Boucetta
    Je vous salut Rabah Boucetta pour votre excellente analyse.
    Said Saadi est un renard comme le qualifiait Matub Lounes. C’est un KDS qui joue au sein de la soit disant opposition. Par son nouveau-né Relais du Pouvoir en Kabylie (RPK) il veut récupérer tout le travail de Mass Ferhat et du MAK pour l’autodétermination de la Kabylie et d’offrir la Kabylie dans un plateau d’argent au pouvoir criminel d’Alger comme c’était le cas du groupe de Oujda qui ont récupéré tous les sacrifices des combattants de l’ALN pour offrir l’Algérie indépendante à la France. Et nous connaissons tous la suite. L’Algérie est devenue la risée du monde.

    Said Samedi veut donc, procéder de même pour dévier le projet de la libération de la Kabylie indépendante par une opération putschiste contre le Mouvement de Ferhat Mehenni. Il est certes qu’il travail pour le pouvoir d’Alger. Il suffit juste de bien analyser ses sorties. Comme ce fait-il que le pouvoir, par peur de mobilisation Kabyle, il interdise par force et agressivité toutes les conférences en Kabylie même au niveau des petits villages, voir le cas des conférenciers agressés et embarqués par la gendarmerie à Chorfa dans la wilaya de Bouira la semaine passée, mais il autorise dernièrement avec encadrement et sécurité assurée celle de Said Sâdi à la maison de la culture de Tizi-Wuzzu ? Plein de questions qui se posent.

    Mais, Said Samedi a oublié une chose, que le MAK n’est pas le RCD où il peut manipuler comme il le désire. Le MAK a des stratèges, des visionnaires et des cadres de haut niveau d’intelligence. Dans ce cas, il se trompe éperdument et il est entrain de signer sa déqualification politique et son rejet définitif de la Kabylie. Il est entrain de tuer son propre parti RCD pour créer le RPK qui est déjà mort !

    Même, si avant certains Kabyles ne sont pas avec les idées du MAK, de Ferhat, mais de plus en plus les Kabyles se réveillent et se mobilise pour sauver leur Kabylie. Ferhat est un homme qui a des principes, contrairement à Sadi qui est un opportuniste et un vendu.

    La Kabylie vous gardera dans son histoire monsieur le renard. Vous avez échoué sur tous les plans, même dans votre domaine « La psychiatrie » .

    Tanemmirt ik a Mass Rabah Boucetta pour cette analyse éclairée.

    A+

      un algerien
      7 avril 2017 - 21 h 04 min

      ya radjel il s’en fiche de la
      ya radjel il s’en fiche de la kabylie te de tous les kabyles , il veut un poste pour se remplir les poches il s’est rendu compte que Haddad a été plus fin s’est enrichi sans faire de vagues et c’est pour cela qu’il se demene en sortant le bourourou tamazigh pour faire dire :  » un poste sinon je leve la foule et vous emmerde  » c’est tout un renard qui veut plus de fric

    laptithistoire
    7 avril 2017 - 20 h 21 min

    La première chose qu’il a
    La première chose qu’il a installé dans son nouveau siège est le portrait de Bernard-Henri Lévy dont les oeuvres dédicacées sont alignées sur les étagères, derrière son bureau. A la porte une plaque indique les horaires d’ouverture et de réception du public: les samedis avec un avertissement aux visiteurs: « l’usage de la langue arabe est interdit »

      amel
      7 avril 2017 - 20 h 37 min

      Loukane à l’époque des vrais
      Loukane à l’époque des vrais berberes ils l’auraient isolé. Auparavant ils l’auraient pendu par les pieds et lui auraient fait avaler les pages des livres de son ami criminel. C’est vrai qu’il y a des (…) qui nous font (…) en insultant constamment les kabyles, mais sa facon de réagir est l’opposée de ce q’il faut. Wine mi 3arqant adh yasma3riq.

    Mouuh
    7 avril 2017 - 19 h 34 min

    Mouuh disait Mohia. Sadi n’a
    Mouuh disait Mohia. Sadi n’a plus sa place en kabylie.il n’est plus des leur.

    Fouad Lamali
    7 avril 2017 - 19 h 07 min

    Il a toujours agit ainsi, l
    Il a toujours agit ainsi, l’esbroufe pour maintenir une militance endormi et la cour du pouvoir pour garantir la pérennité d’un mode de vie luxueux à sa progéniture. Il dénonce Saadani pour l’achat d’une maison a Paris et sa famille, lui, est installé à Marseille. Il critique les avantages des enfants de la nomenklatura et les siens habitent Paris s’agissant du fils et Genève s’agissant des filles. Et vous voulez qu’il abandonne!

    Anonymous
    7 avril 2017 - 17 h 44 min

    Saïd Sadi avez-vous des
    Saïd Sadi avez-vous des nouvelles de votre ami Bernard-Henri Lévy, vas-t-il bien?

      Anonymous
      7 avril 2017 - 22 h 10 min

      @Anonymous (non vérifié)

      @Anonymous (non vérifié)
      07 Apr 2017 – 18:44 : Tu es constant dans tes idées et tu y resteras. Bernard-Henry Levy est l’ami surtout de tes frères qui sont au moyen-orient.Quant à Saadi, il vit en Algérie, il défend les intérêts de l’Algérie et non ceux du régime ou des Baathistes qui t’ont enfantés.Quelque soit les dérapages de Saadi, il reste un militant propre, courageux et franc.Malheureusement on n’en trouve pas beaucoup comme lui chez nous.Quant à toi tu finiras par mourir sans évoluer d’un iota ton cerveau, en gardant pour toujours ton « Bernard-Henry Lévy » dans ton esprit trop étroit. Quant à Saadi, il est l’ami de tous vrais patriotes, ceux épris d’indépendance,de liberté et de justice. Saadi dérange c’est pourquoi,il a beaucoup d’opposants à lui.

        Anonymous
        8 avril 2017 - 5 h 22 min

        Anonymous 23:10;pauvre
        Anonymous 23:10;pauvre marchand de tapis;tu es né pour subir et applaudir et rien d’autres;ton héro saadi est un opportunistes de première classe et pour quelques euros il vendrait sa propre famille;le contraire de monsieur AIT AHMED;quand a toi le marchand de tapis;tu es connus par ta grande gueule pour vendre la camelote a des innocents citoyens pareil que ton héro des batailles perdus;tu n’ai pas fait pour réfléchir car ton cerveau ne dépasse pas celui d’un moineau;rassure ce n’est pas de ta faute;c’est la faute a celui qui t’as mis ou monde sans éducation;ni respect envers les autres personnes;tu dois etre de la race des crocodile;grande gueule et des petits bras

    Anonymous
    7 avril 2017 - 17 h 38 min

    Bon retour pour relever le
    Bon retour pour relever le niveau un peu même si je ne suis pas d’accord avec lui sur beaucoup de points. Il pourrait nous éclairer sur beaucoup de questions . Et puis j’aime son franc-parler et son courage de dénoncer.

    Rascasse
    7 avril 2017 - 16 h 59 min

    Après la disparition de feu
    Après la disparition de feu Ait-ahmed ce kds veut occuper l’espace vide, l’occasion rêver de devenir un repère en Kabylie en mal d’homme d’envergure

      Thidhet
      7 avril 2017 - 18 h 24 min

      C’est toute l’Algérie qui
      C’est toute l’Algérie qui attend la venue d’hommes d’envergure; des hommes qui sauront tirer le niveau vers le haut et capables de réfléchir, comme tous les politiques qui se respectent, en termes de nation et non en termes de région et de douar.

        Rascasse
        7 avril 2017 - 19 h 51 min

        Feu Ait-Ahmed était national
        Feu Ait-Ahmed était national l’hommage du peuple en est la preuve , said saadi lui s’est trompé déjà de société

    MELLO
    7 avril 2017 - 16 h 45 min

    Pour comprendre Said Sadi,
    Pour comprendre Said Sadi, nous devons comprendre le systeme poltique Algérien. Le système politique algérien ressemble à un iceberg dont la partie émergée est composée de l’Etat et des partis en tant que cristallisation d’aspirations des groupes sociaux, se donnant comme objectif de réaliser des projets politiques prétendant défendre les intérêts généraux de la société. La partie immergée, celle où Said Sadi prend ses repères, est l’ensemble des réseaux et autres groupes de pression qui ont pouvoir de lier et délier, connectés d’une manière ou d’une autre à l’armée et qui, tantôt se liguent contre un adversaire commun, tantôt se déchirent par journaux interposés autour d’enjeux comme le contrôle ou l’accès aux ressources de l’Etat. L’opacité est cependant si grande dans ce jeu de clientèles que seuls les concernés savent quelle institution dans l’armée est, à un moment ou à un autre, en position de force. Le discrédit de l’Etat affecte aussi les partis inefficaces à neutraliser les puissances non institutionnelles qui asservissent l’Etat. A ce jeu là, Said Sadi s’en accommode « fiablement », Sa place est marginale puisqu’il lui est demandé soit d’être loyal et de servir le régime en contrepartie de prébendes, soit de ne s’opposer qu’au pouvoir formel (président et ministres). Critiquer le pouvoir réel de la hiérarchie militaire , c’est s’exposer à l’exclusion de la scène politique. On l’a bien compris, avec son anti-islamisme virulent qui l’a amené à soutenir la frange la plus éradicatrice de l’armée dont il a cherché en vain à en être l’expression politique. Son parti le RCD, parti élitiste se proclamant démocrate, le RCD refuse l’équation démocratie = majorité électorale. Son leader Said Sadi, rêve d’être le Mustapha Kamel Attaturk de l’Algérie.

      Hoceine
      7 avril 2017 - 19 h 55 min

      …Attaturk! Mais c’est tant
      …Attaturk! Mais c’est tant mieux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.