Une pierre, plusieurs coups

Par Khider Cherif – Le bombardement, vendredi matin, par l’armée américaine d’une base aérienne syrienne a surpris toute la planète. L’événement est surprenant, car les Etats-Unis du président Trump s’étaient promis de limiter leurs interventions à l’étranger et de se concentrer sur la lutte contre le terrorisme, qu’ils considèrent comme l’ennemi public numéro un. Il n’était d’ailleurs pas certain que Donald Trump ait lui-même pensé à attaquer l’armée syrienne le jour où l’on a parlé d’une «probable» attaque chimique à Idleb. Sa réaction n’avait d’ailleurs pas dépassé le stade de la simple réprobation.

Ce n’est sans doute qu’après coup que le successeur d’Obama et ses conseillers ont compris tous les dividendes politiques qu’ils pouvaient tirer d’une action militaire ponctuelle au Proche-Orient. Certains observateurs soutiennent, à ce propos, qu’en envoyant une soixantaine de missiles Tomahawk sur la base d’Al-Chaayrate, Donald Trump avait probablement à l’idée de s’affranchir des soupçons de connivence avec Moscou qui pèsent sur lui et qui ont rendu son début de mandat des plus exécrables.

Il n’est également pas faux de penser que grâce à cette frappe «chirurgicale», le locataire de la Maison-Blanche ait cherché à faire oublier les ratés de sa politique migratoire et à reconquérir une opinion américaine déjà désappointée par son style de gouvernance. Les raids contre la base aérienne syrienne d’Al-Chaayrate peuvent aussi répondre à des calculs autres qu’internes. L’entrée en scène de la flotte américaine stationnée en Méditerranée dans le conflit syrien peut être effectivement perçue comme un message adressé aux Etats qui, comme la Corée du Nord, se considèrent intouchables pour le simple fait qu’ils possèdent la bombe atomique. Plus globalement, les Américains ont sans doute voulu rappeler à tout le monde que s’ils ne peuvent pas tout régler seuls, rien ne peut par contre se faire sans eux. Le message paraît être autant valable pour la Russie que pour la Chine. Au-delà, rien ne dit aujourd’hui que Donald Trump engagera dans la durée son armée en Syrie.

K. C.

Comment (5)

    HAOUES
    9 avril 2017 - 9 h 46 min

    Feu et cendre
    La cendre est l’enfant du feu. Les héros, femmes et hommes d’Honneur qui ont chassé le colonialisme de l’ALGERIE ont hélas engendré des fils et filles à papa, qui ont pullulé , passant de 8 à 41 millions , mais dénués de toutes valeurs d’Honneur, de courage, de morale, d’éthique ou de NIF, a un point tel qu’ils n’osent même pas appeler les criminels contre l’Humanité par leur nom et se démarquer de l’axe du mal (celui de l’impérialo-sionisme et en se mettant clairement et franchement dans l’axe du bien, CELUI QUI TIENT TETE A L ‘IMPERIALO-SIONISME et résiste par tous les moyens légaux et pacifiques à SA FOLIE DESTRUCTRICE. IKH’SSSSS ET HONTE AUX POLTRONS ET AUX LACHES !




    0



    0
    Rien-ne-va-plus
    8 avril 2017 - 17 h 19 min

    USA Pays mercenaires
    Le sénateur de l’État de Virginie Richard Black, évoquant la récente frappe américaine contre une base militaire en Syrie n’avait-il pas déclaré à la presse:  » Le président Trump doit comprendre que le public américain est fatigué de voir les États-Unis faire la guerre pour des pays étrangers comme l’Arabie Saoudite et la Turquie »…. Ne faut-il pas aussi le souligner que la sagesse de M.Poutine avait dans la nuit de jeudi à vendredi évité au monde une confrontation entre deux ou plusieurs puissances nucléaires. Dans tous les cas M. Trump, en tant qu’homme d’affaire, devenu président US ne donne-t-il pas déjà l’impression d’être otage des faucons de la maison blanche. Le monde messieurs dames est en danger!




    0



    0
    HOURYA
    8 avril 2017 - 16 h 56 min

    Le fanfaron
    Le trompe qui a démontré sa lâcheté en s’attaquant à un Pays (comme par hasard Musulman et Arabe , car il faut aussi démontrer son asservissement total aux juifs-sionistes ), déjà détruit par les hordes terroristes fabriqués, armés et payés par les U.S.A., la France , l’Angleterre, leur création « état fantôche dit israél », la Turquie et leurs boys, esclaves, valets, et mercenaires les saoudiens, jordaniens, égyptiens, kowéitiens, marocains, soudanais, et autres émirats bédouins , est aussi un parvenu fanfaron, qui a vite fait de se déculotter devant l’ établissement impérialo-sioniste américain, qui l’a acculer au mur avec l’histoire d’accointance avec la Russie, croyant qu’il représentait un danger pour son complexe militaro-industriel. IL NE FAUT JAMAIS OUBLIER que, tout comme leur création-protégée et alliée stratégique, l’entité juive-sioniste, les U.S.A. perdent leur hégémonie et leur leadership mafieux-gangster dans un environnement de PAIX, de DROIT INTERNATIONAL, de LEGALITE et de JUSTICE ; ceux qui ne croient pas à cette théorie n’ont qu’à consulter L’ HISTOIRE de ce monstre l’impérialo-sionisme américain et ses valets , soutiens et mercenaires, jalonnée par les pires méga-massacres , destructions et crimes contre l’ Humanité.




    0



    0
    Nadjib
    8 avril 2017 - 15 h 54 min

    L’Egypte de Sissi a condamné
    L’Egypte de Sissi a condamné l’attaque US contre la Syrie. La honte, l’Algérie de Boutef reste muette. Algérie de Boumedienne a Bouteflika, grandeur et décadence.




    0



    0
      Anonymous
      8 avril 2017 - 18 h 58 min

      L Algérie ne est pas une
      L Algérie ne est pas une poule affolée pour se comporter de la sorte




      0



      0

Les commentaires sont fermés.