Attaque meurtrière contre l’armée dans le nord du Mali

Les victimes appartenaient à une unité d'élite de parachutistes. D. R.

Plusieurs militaires maliens ont péri mardi dans une attaque imputée aux djihadistes dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, a-t-on appris de sources concordantes. L’attaque a visé un camp de l’armée malienne à Gourma Rharous, une localité d’accès difficile située à quelque 120 km à l’est de Tombouctou. «L’attaque est intervenue aux environs de 5h (heure locale et GMT). Il y a eu des pertes en vies humaines et en matériel du côté des forces armées et de sécurité», a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’armée, le colonel Diarran Koné, sans autre précision. L’armée a perdu quatre militaires et des véhicules calcinés étaient visibles dans le camp, a affirmé une source locale. Les victimes sont des Bérets rouges, une unité d’élite de parachutistes, selon la même source.

La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a dénoncé dans un communiqué «une attaque terroriste perpétrée par des hommes armés non identifiés», précisant qu’elle avait «ciblé des positions des forces armées maliennes et de la Garde nationale à Gourma Rharous». «La Minusma a déployé ses hélicoptères d’attaque sur les lieux en appui aux forces maliennes et facilite l’évacuation médicale des blessés par voie aérienne», selon le texte.

La force de l’ONU fait également état d’une attaque mardi vers 4h GMT contre un véhicule d’un de ses convois logistiques, qui a «heurté un engin explosif improvisé ou une mine, à environ 30 km au sud de Tessalit» (nord-est). «Le bilan préliminaire est de trois blessés graves, dont deux Casques bleus et un civil», précise-t-elle.

«Il n’y a presque pas un jour où l’on ne reçoit pas de rapports sur des actes abominables de terrorisme commis par les ennemis de la paix et les ennemis de ce pays et de son peuple», s’est indigné le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, cité dans le communiqué. «Leur cible réelle est l’échec du processus de paix et leur objectif est d’imposer le règne de la violence et du chaos», a-t-il ajouté.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda à la faveur de la déroute de l’armée face à la rébellion à dominante touarègue, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée. Ces djihadistes en ont été en grande partie chassés par une opération militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France et qui se poursuit actuellement.Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, régulièrement visées par des attaques malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement les djihadistes.

R. I. 

Comment (9)

    Wakhda
    19 avril 2017 - 22 h 23 min

    Le problème de cette région c
    Le problème de cette région c’est la puissance des … narcotrafiquants et personne à part l’Algérie n’en parle sérieusement…. Faut agir contre les réseaux de ce fléau extrêmement grave avec des tentacules en Algérie . La tête de la pieuvre est chez nos achikaa marocains, dumoins la mafia marocaine très proche du palais. Faut forcer la France à l’admettre.




    0



    0
    Anonymous
    19 avril 2017 - 17 h 30 min

    La France est sur place. Quel
    La France est sur place. Quel est son rôle? Réponse: le  » terrorisme » ce sont ses militaires, a l’instar des américains au moyen orient .




    0



    0
    Anonyme
    19 avril 2017 - 16 h 48 min

    Le président malien et les
    Le président malien et les maliens ont fait appel aux français pour leurs protections et depuis ils sont vraiment dans la merde jusqu’au cou.
    Et le pire et devant eux.
    Ceux qui sont censés les protéger c’est cela même qui les combattent en cachette par des groupes armés soit disant terroristes qui sont dirigés armés entraîné et aux services de la France.
    Ils soufflent le chaud et le froid ils créent les problèmes du Mali et ils proposent la solution au gouvernement malien.
    Ces le chat qui veut attraper ça queue .
    Les maliens aux pouvoirs ont mis sur la touche et n’ont pas fait confiance à l’Algérie .Eh bien maintenant leurs des regrets ne fait que commencer.




    0



    0
    Anonymous
    19 avril 2017 - 13 h 49 min

    Le jeu trouble, et secret
    Le jeu trouble, et secret des commandos, et militaires français dans le désert libyen, et au Mali
    Les militaires français avec l’aide,et l’assistance américaines dans la guerre électronique,
    De télécommunications, de campagnes, et de raids terrestres dans les vastes déserts du sud libyen
    Drones (une base américaine se trouve déjà au Niger), avions de reconnaissances, satellites
    Tribus arabe, touareg, toubous, unités de commandos de l’armée tchadienne
    Se trouvent déjà dans le Sud, et le Sud Ouest libyens (Fezzan), dans les arrières lignes des « djihadistes »
    Pour couper les lignes de soutiens, de logistiques, et de ravitaillements aux « djihadistes »
    Dans les vastes déserts libyens, et dans les Oasis du sud libyen :
    Koufra, Morzouk, Tazerbo, Sebha, Ghat, Ghadames,etc, …..

    Et malgré tout ces renforts au Sahel des sables mouvants…..
    Avec –  » l’organisation, et la maitrise parfaites » – de l’armée française… très vigilante
    Qui prétend etre l’une des meilleures armées au monde
    La réplique surprise « djihadiste » ne se fait pas attendre, dans le maillon faible:
    Le Mali avec ses lots de victimes innocentes, ajouter à ses malheurs économiques, financiers, et sociales,…..
    Des commandos militaires, et des bérets rouges maliens sont entrainés
    Par des instructeurs militaires français de Saint-Cyr , et de d’autres académies, et écoles militaires françaises

    Des failles, et des insuffisances à restaurer, où à colmater
    Où carrément de l’incompétence professionnelle militaire française
    La révision de la stratégie militaire française,
    Pour que l’opération « Berkhane » , déjà financièrement, et humainement couteuse, résiste aux difficultés




    0



    0
    Erracham
    19 avril 2017 - 13 h 08 min

    Mais qu’attendent les
    Mais qu’attendent les militaires maliens pour accomplir leur mission de garantir l’intégrité de leur territoire? Rester dans les casernes et/ou parader dans les salons de Bamako font la partie belle aux soldats français (qui donnent l’impression d’être là-bas pour longtemps, ce qui serait selon moi, une autre forme de colonisation) ou des Nations Unies qui ne cherchent pas à éliminer tous les terroristes/narco-traficants, mais tout juste à atténuer leur influence. Du nerf, voyons! Allez sur le terrain, pourchassez-les, éliminez-les et ne revenez qu’une fois votre mission accomplie! A votre décharge, j’avoue que votre commandant en chef, n’est pas aussi enthousiasmé par l’idée de voir les soldats étrangers rentrer chez eux. Prenez exemple sur notre l’ANP qui ratisse en permanence les djebels, les plaines, la steppe et le désert pour éliminer la vermine sanguinaire! La paix, la stabilité et la sérénité ne reviendront qu’à ce prix.




    0



    0
    Columbo
    19 avril 2017 - 11 h 42 min

    Les militaires maliens ont
    Les militaires maliens ont probablement été piqués par la mouche Tsétsé car dans un contexte pareil, un périmètre de sécurité impénétrable serait de bon sens, mais, mais, hum… Je réfléchis, j’allume mon cigare, je me gratte la tête : Est-ce que les Africains ont des têtes ?




    0



    0
    Cactus
    19 avril 2017 - 10 h 18 min

    Je dirais que c’est un coup
    Je dirais que c’est un coup foireux, pour maintenir la presence francaise se sont des professionnels qui sont derriere cette attentat parce que faut etre au top pour etre renseigné et se replier vite fait




    0



    0
    Anonymous
    19 avril 2017 - 3 h 18 min

    Encore un coup du gros porc
    Encore un coup du gros po… roi du maroc, cet abrutit veut détruire l’Afrique au nom de ces maîtres




    0



    0
      Thidhet
      19 avril 2017 - 7 h 49 min

      En tout cas, c »est à se
      En tout cas, c »est à se demander comment on peut espérer que le terrorisme disparaisse dans un monde où des narco trafiquants et proxénètes de surcroît sont acceptés et traités comme des chefs d’état.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.