Démystification du berbérisme (I)

Par Mesloub Khider – Il est communément reconnu que le berbérisme est né à l’étranger, et avec le soutien de la main invisible de l’étranger, avant d’essaimer en Kabylie. En outre, le berbérisme a toujours été l’apanage de la petite bourgeoisie intellectuelle francophone.

Dès l’époque de la lutte de libération nationale, cette frange de l’avant-garde des révolutionnaires algériens a voulu placer son combat sous les auspices de la spécificité culturelle berbère de l’Algérie. Animée par un esprit laïque inculqué par l’école française, souvent d’obédience communiste (stalinienne), elle s’est érigée contre l’orientation arabo-islamique impulsée au mouvement de libération nationale par la majorité des membres de l’organisation anticolonialiste.

Vaincue au cours des années 1940, puis totalement effacée de la scène politique au cours des années de la guerre de libération 54/62, la revendication berbériste refait surface au lendemain de l’indépendance. Portée par une minorité d’intellectuels établis en France et au Canada, la question berbériste prendra une dimension politique affirmée, notamment par la création de l’académie berbère.

Issus majoritairement de la Kabylie, ses principaux animateurs s’attelleront dès lors à élaborer une construction historique de l’Algérie totalement mythifiée. Ces berbéristes s’ingénieront à écrire l’histoire de l’Algérie sur des fondements entièrement falsifiés. Alors que tous les authentiques historiens s’accordent sur l’absence de l’existence d’un royaume uni et pérenne en Algérie, pays à l’époque éclaté en de multiples tribus constamment en guerre entre elles ; les berbéristes s’échinent à tresser des légendes sur cette période antique présentée comme glorieuse pour les Berbères.

Ces berbéristes kabyles n’hésitent pas non plus à accaparer l’histoire des rois (souvent romanisés) berbères. Qui, soit dit en passant, souvent ont réprimé les soulèvements des paysans berbères, acculés à la révolte du fait de la politique d’expropriation des terres et d’exploitation forcenée appliquée par les classes dominantes romano-berbères de l’époque.

Ainsi, au cours de ces dernières décennies postindépendance, une histoire berbérisée à outrance de l’Algérie a tenté de supplanter l’histoire officielle arabisée, tout aussi tronquée, en vue de justifier la revendication identitaire kabyle. Certes, la revendication linguistique berbère est légitime, mais elle ne doit pas justifier la falsification de l’histoire de l’Algérie, et au-delà, du Maghreb, par les partisans de l’amazighité.

De toute évidence, nous avons assisté à un véritable hold-up historique perpétré par les berbéristes. Dans leur entreprise de récupération chauvine, ils se sont livrés à une construction idéologique d’un récit historique berbériste totalement mythifié. Pour appuyer leur mystification, ils n’hésitent pas à user et abuser d’anachronismes.

Ainsi, ils appliquent sans vergogne des schémas de pensée contemporains à des réalités historiques antiques. Ainsi, parmi les plus grandes mystifications figure cet usage historique de la traduction du vocable «Amazigh» sous le nom «d’homme libre», en lui accolant une connotation politique contemporaine inappropriée et illégitime.

En effet, contrairement à la définition habituelle énoncée par les berbéristes, le terme Amazigh, s’il signifie bien «homme libre», ne peut pas être apparenté à l’expression actuelle moderne à l’évocation politique prononcée. Historiquement, il est établi anthropologiquement que les anciennes sociétés tribales, tels les Berbères, se désignaient, pour se différencier d’autres tribus ennemies aptes à être donc soumises, par le terme «d’hommes libres». «Hommes libres», par opposition aux autres hommes des autres tribus susceptibles d’être attaqués, soumis, dominés, réduits à l’esclavage, voire mangés.

Ce vocable ne peut donc pas être associé aux définitions contemporaines chargées d’une dimension politique puisée dans les sociétés démocratiques occidentales. Il n’a pas la valeur de l’acception moderne, théorisée par les philosophes et les législateurs contemporains occidentaux. En effet, dans son acception large, l’appellation moderne d’homme libre renvoie au concept de citoyen libre né avec les Révolutions française et américaine.

L’expression renferme cette dimension politique de l’homme inaliénable, aucunement soumis à une divinité ni à un pouvoir royal absolutiste. Affranchi de toute sujétion aux pouvoirs religieux et politiques, l’homme citoyen affirme ainsi sa liberté de gouvernance dans une société démocratique. On est loin de la définition anthropologique millénaire tribale.

Pourtant, la majorité des Kabyles, par ignorance historique, accordent encore aujourd’hui au vocable Amazigh la signification anachronique d’homme libre associé à sa définition moderne politique.

M. K.
(Suivra)

N. B. : Pour parer à toute accusation, je proclame que je suis algérien, kabyle originaire d’Aïn El-Hammam (ex-Michelet), fils de moudjahid et affilié à aucun parti politique ni inféodé à aucune secte religieuse. Dans le cadre du débat historique démocratique, considérez seulement qu’il s’agit, là, d’un point de vue, en l’espèce le mien. J’ai rédigé ma contribution en homme libre.

Comment (92)

    Abdelrahmane
    25 avril 2017 - 18 h 14 min

    @ anon nime:je suis convaincu
    @ anon nime:je suis convaincu, profondément convaincu de mon arabité, de par ma langue maternelle, ma culture familiale et sociale et ma civilisation d’appartenance, et celle de mon milieu d’origine, je suis un être humain monsieur, pas un fossile, je me base sur mon présent (et mon passé récent) pour me définir, comme tu le fais d’ailleurs toi. Toi, est ce que tu as attendu les résultats de ton test adn pour te déterminer en tant que kabyle ? Ou bien tu l’as fait au constat de ta langue maternelle, ta culture tribale, ta tribu et ton origine géographique PRÉSENTE ? Quant à moi, j’aurais été fier très fier d’être berbère si mon présent (et mon passé récent) le confirmait. mais d’une berberité apaisée, pacifique et conviviale comme celle du chaoui, du targui ou du mozabite, pas comme la votre makiste, rcdiste, une berberité tribaliste, sectariste, régionaliste, raciste, arabophobe, islamophobe, voire même algérophobe (rappelle toi comme vous dites ânegériens), votre berberité qui crie « vive les juifs, vive israhell », qui organise des repas publics de dé-jeûneurs les premiers jours de chaque ramadhan, celle qui abhorre les arabes,la langue arabe et tous ce qui est arabes malgré les bienfaits que vous ont apportés les arabes à leur arrivée en Afrique du nord.

    Anonymous
    25 avril 2017 - 5 h 51 min

    Tous les peuples de la terre
    Tous les peuples de la terre sont égaux dans leur humanité, différents dans leur culture. Donc pas d’échelle de valeurs.
    Se revendiquer d’une autre identité sue la sienne relève de l’ aliénation ou de l’ignorance.

    La majorité pour ne pas dire la totalité des habitants d’Afrique du Nord sont Berbères et ça c’est une réalité scientifique objective qu’on le veuille ou non.

    Je suis convaincus que dans quelques dizaines d’années quand l’algérien se sera libéré des poids de l’idéologie actuelle et de celle de la religions et qu’il aura acquis son autonomie intellectuelle, il récupèrera sa fierté d’être ce qui il est réellement. Et du coup il se débarrasseras de cette schizophrénie source de toutes les violences.

    Cordialement

      Abdelrahmane
      25 avril 2017 - 17 h 53 min

      A VOUS SUIVRE, à suivre votre
      A VOUS SUIVRE, à suivre votre propagande kabyliste, vous allez nous dire dans 50 ans que ce n’est pas la france qui a remporté la coupe du monde en 1998 mais la kabylie puisque c’est un certain zidane, un kabyle qui a été l’artisan de cette victoire en coupe du monde et qu’il n y avait dans l’équipe de france aucun (ou presque) français de souche. Donc pour vous dans 50 ans c’est vous les champions du monde de football en 1998 et non pas la france.

        Anonymous
        26 avril 2017 - 5 h 38 min

        La nationalité est un concept
        La nationalité est un concept administratif. Zidane est bien Français mais il demeurera Kabyle et il n’y pourra rien. Tout comme Thierry Henry est français mais restera Martiniquais.
        Le raisonnement est simple.

          Enzo
          28 avril 2017 - 7 h 28 min

          Zidane et ses ascendants
          Zidane et ses ascendants portent des noms et prenoms arabes ses enfants des prenoms europeens (luca,enzo,theo) pas de massinissa ni yugurtha,ou est alors le kabyle?????

          Abdelrahmane
          28 avril 2017 - 9 h 51 min

          oui mais pour les berberistes
          oui mais pour les berberistes kabylistes, juste par ce que zidane est originaire de la région de bejaia (malgré la remarque pertinente que tu viens de faire) il est donc kabyle et grâce à son rôle dans la victoire de la france en coupe du monde de football en 1998, çà leur donne le droit de considérer dans 5 décennies, pour booster leur propagande berberiste kabyliste, que c’est la kabylie qui a remporté la coupe du monde de football en 1998.

    Anonymous
    24 avril 2017 - 19 h 25 min

    Les arabes ne parlent pas de
    Les arabes ne parlent pas de vous et ne vous ont rien demandé , c’est du fascisme gratuit ça.

    Abbdelrahmane
    24 avril 2017 - 16 h 34 min

    adbelnour 24 apr 2017 -14:44.
    adbelnour 24 apr 2017 -14:44. En attendant de trouver le temps et la disponibilité pour répondre à ton post dans les heures ou jours à venir, tu pourrais peut-être répondre à cette question fondamentale et essentielle mais de façon académique en puisant dans les sciences humaines, sans y mêler la religion : puisque vous dites que vous êtes 95% du peuple algérien et que les arabes ne représentent que 4% (c’est vous qui le dites), comment et pourquoi alors ces 4% d’arabes ont pu réaliser l’exploit et l’accomplissement extraordinaires d’arabiser ces 95% de berberes qui ont (aujourd’hui selon vous) comme langue maternelle l’arabe et ceux qui l’ont comme deuxième langue, ces 4% d’arabes qui ont pu dominer par leur langue ces 14 derniers siècles ? ne mêlez surtout pas la religion, elle n’a rien à y avoir. comment et pourquoi ces arabes n’ont pas pu réaliser ce même exploit extraordinaire ailleurs où ils sont allés, en iran, en turquie, en inde, au pakistan, en afghanistan, en indonésie, au bangladesh, en chine, au kazakhstan, dans le caucase, en afrique subsaharienne…pourquoi et comment ? svp, pas de recours à la religion, çà n’explique pas tout.

      Anonymous
      25 avril 2017 - 17 h 01 min

      Pour les 4%, poses la
      Pour les 4%, poses la question à IBN-KHALDOUN et le GEOGRAPHIC INSTITUTE.
      Pour l’arabisation, depuis 62 c’est par la force, en 183n0 la politique de fafa et avant devant la foi sincère et la naiveté de nos ancêtre c’est « la langue du paradis, du qoran, … »
      Et puis en tant qu’algérien, à ce jour, ENHABOU TAA ELHIQ.

        Abdelrahmane
        25 avril 2017 - 20 h 22 min

        ibn khaldoun n’a jamais donné
        ibn khaldoun n’a jamais donné de chiffres statistiques. le projet génographique ne parle nul part de berberes et d’arabes mais de méditerranéens (originaires d’orient et de l’ouest du croissant fertile çàd syrie, liban palestine), et parle de sud-ouest asiatique venus pas exclusivement de péninsule arabique mais de populations venues de l’Est du croissant fertile (donc mesopotamie), du caucase et de peninsule arabique et yemen. et voius les berberistes kabylistes vous l’avez tronqué, manipulé, trituré et détourné à votre convenance et profit mais sans succès et sans réussite puisque la vérité finit toujours par éclore. En tous cas, çà ne répond pas à la question: » puisque vous dites que vous êtes 95% du peuple algérien et que les arabes ne représentent que 4% (c’est vous qui le dites), comment, pourquoi et par quel miracle alors ces 4% d’arabes ont pu réaliser l’exploit et l’accomplissement extraordinaires d’arabiser ces 95% de berberes (selon vous) qui ont aujourd’hui comme langue maternelle l’arabe ‘(mais sont berberes selon vous toujours) et ceux qui l’ont comme deuxième langue, ces 4% d’arabes qui ont pu dominer par leur langue ces 14 derniers siècles ? comment et pourquoi ces arabes n’ont pas pu réaliser ce même exploit extraordinaire ailleurs où ils sont allés, en iran, en turquie, en inde, au pakistan, en afghanistan, en indonésie, au bangladesh, en chine, au kazakhstan, dans le caucase, en afrique subsaharienne…pourquoi et comment. voilà la question, répondez au lieu de vous dérober. vous lancez des défis mais vous fuyez au moindre contre-défi.

          Hello
          26 avril 2017 - 19 h 00 min

          Tu oses parler alors que tu
          Tu oses parler alors que tu ne sais ni lire ni comprendre un texte.
          Il va falloir que tu demande des compte au pouvoir qui t’a mis dans cet état.

          Abdelrahmane
          26 avril 2017 - 21 h 05 min

          @ hello 26 apr 2017 – 20:00.
          @ hello 26 apr 2017 – 20:00. je cite : »Il va falloir que tu demande des compte au pouvoir qui t’a mis dans cet état. »réponse: par ce que toi tu sais lire et écrire ?! Tu devrais auparavant savoir conjuguer en français : en français on met un « S » à la fin du verbe au présent à la deuxième personne du singulier—-. On dit tu demande(S) des compte(S), pas tu demande() des compte(*). Allez, ce soir, grâce à moi, tu dormiras moins bête. HAHAHAHAHA !! Bien sûr, l’hurluberlu va dire qu’il n’a pas relu son laïus, pour justifier sa bourde.,

    Abdennour
    24 avril 2017 - 13 h 44 min

    @ abdelrahmane

    @ abdelrahmane

    Mon frère Abdelrahmane tu commences à blasphémer, Rabi Yeghfarlek. Dans ton chauvinisme tu ignore la science, déforme la problèmatique et t’aventures sur un terrain blasphématoire. Tu compares les peuples islamisés qui ont combattu sur les terrains de bataille et celui de la science au nom de Dieu Soubhanou et sous la bannière de l’Islam aux gaulois qui ont combattu sous la bannière romaine. Si on avaient demandé aux peuples à islamiser de combattre sous la bannière arabe aucun homme n’aurait bougé le petit doigt, bien plus, nous autres amazighs connus pour avoir booster tous les empires conquérants dehors vous aurait renvoyé en arabie.
    Nous avons combattu pour Dieu et l’Islam et avons fondé une civilisation musulmane dont les orientalistes puis les arabes ont repris à leur compte. C’est comme si on attribuait la civilisation judéo-chrétienne aux romains, anglais ou carrément les amerloques.
    Sur un autre registre, arrêter d’être hors sujet. On vous dit seulement que nous sommes ethniquement essentiellement amazigh, linguistiquement bilingue avec, aujourd’hui, une prépondérance arabophone et que nous ne devons renier ni nos races, ni nos langues qui elles d’ailleurs se sont formidablement épousées et devons recentrer nos référentiels qui est ni à l’est ni à l’ouest mais le puisez des racines de notre nation. Nous sommes tous algériens, musulmans et ce citoyen algérien doit connaitre son histoire sans falsification, ni négationnisme.
    Laissons aux historiens et aux scientifiques le soin de réaffirmer ces référants identitaires en dehors des idéologies et des interférences de l’orient et de l’occident qui nous sont étrangers.
    Je te rappelle enfin ces vérités traduites du Saint Coran : « Nous avons fait dela diversité de vos langues un signe (aya) » et « appelez les par leurs pères », etc.

    Anonymous
    24 avril 2017 - 9 h 36 min

    Juste pour vous dire que le
    Juste pour vous dire que le Prophète Mohammed salat oua essalam aelih n’a rien à voir dans vos querelles. Bonne journée à tous.

      AMr
      24 avril 2017 - 11 h 34 min

      Le hold up des berbéristes n
      Le hold up des berbéristes n’est que la réplique à un autre hold up des arabo baathistes qui ont falsifié l’histoire du pays et du monde, sans parler des islamistes qui prédisent l’enfer et le purgatoire à tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
      N’en déplaise à certains esprits fermés, les régions berbérophones, et elles ne se limitent pas simplement à la Kabylie, sont les premières à s’opposer à tout occupant quel qu’il soit, et , originaire de Kabylie, je ne connais pas de village Kabyle qui n’a pas sa mosquée, et ce, bien avant l’arrivée du wahabisme et de ses barbus!

    Abdel Aziz
    24 avril 2017 - 8 h 06 min

    L Indonésie le plus grand
    L Indonésie le plus grand Pays Musulmans ….Mais Pas Arabe ….et il ne parle pas Arabe ….

      Kaddour
      24 avril 2017 - 9 h 33 min

      Dites-moi qu’est-ce qui vous
      Dites-moi qu’est-ce qui vous dérange le plus dans la langue arabe? Les Indonésiens ne sont pas arabe mais maîtrise la langue arabe lorsqu’il s’agit de psalmodier le Coran ou lorsqu’il s’agit d’invoquer Allah et de faire la prière en récitant des Sourates coraniques. Où est le mal de connaître la langue arabe ou même tout autre langue.

        lakhdar
        24 avril 2017 - 12 h 50 min

        HACHA LILLAH personne ne dit
        HACHA LILLAH personne ne dit le contraire, c’est la langue du coran et c’est ça qui en fait une langue universelle, sinon elle serait confinée au hijaz. Les berbères sont partis plus loin que tout autre peuple islamisé puisqu’ils la maîtrisent parfaitement et 80% on en fait leur langue maternelle. On est contre nier notre race et dire qu’on est arabe comme nous l’impose la dictature avec son algerie arabe et son maghreb arabe, alors que musulmane est la seule vérité. Nos émigré sont francophones mais ne nient pas leur race, messi parle espagnol mais ne nie pas sa race, c’est ça la question et non la langue. Par contre les 4% d’arabes d’origine même s’ils se sont noyé dans l’océan amazigh et se sont dilué dans notre peuple ça nous dérangent pas qu’ls se disenr arabes dans une algérie unis par le sang amazigh dans son écrasante majorité.

          Anonymous
          24 avril 2017 - 13 h 32 min

          Les 4 % d’Arabes que vous
          Les 4 % d’Arabes que vous mentionnez ayant pris refuge chez « vous » ça fait des siècles et des siècles qui sont dilués dans l’Algérie., faisant partie de plusieurs tribus dans toute l’Algérie. Soit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.