Les travailleurs de Cevital mobilisés pour dénoncer des «blocages»

Sit-in des travailleurs de Cevital ce jeudi. AP

Quelques centaines de travailleurs du complexe agro-industriel de Cevital ont organisé ce jeudi un sit-in de protestation devant l’entrée de l’usine à Béjaïa, pour apporter leur soutien au patron du groupe Issad Rebrab, et dénoncer les «blocages» dont feraient l’objet certains projets lancés par ledit groupe, dont celui de trituration de graines oléagineuse, prévu à Béjaïa.

Encadrés par des cadres du complexe, les manifestants pointent du doigt l’Agence nationale de développement des investissements, l’accusant d’être à l’origine de ces blocages. Ils ont brandi de nombreuses banderoles, sur lesquelles on pouvait lire notamment : «Réduire le taux de chômage dans notre région», «Libérez les équipements industriels bloqués». Cette manifestation a eu le soutien des candidats du RCD aux élections législatives, lesquels ont tenu à assister au rassemblement et à exprimer leur solidarité avec les travailleurs et cadres de Cevital.

Une délégation conduite par le candidat tête de liste de ce parti à Béjaïa, et néanmoins porte-parole du parti, Atmane Mazouzi, a déclaré, à cette occasion, que le soutien de son parti était «total» face aux autorités qui, selon lui, «privent la région d’un investissement industriel créateur de milliers d’emplois». Il estime que cette affaire «nous concerne toutes et tous pour sauvegarder les emplois de nos enfants et des milliers de familles qui se nourrissent de cet acquis industriel de notre région», a-t-il affirmé.

Pour rappel, Issad Rebrab s’est toujours plaint de blocages administratifs «abusifs» visant ses projets en Algérie, dont celui de la création d’une usine de trituration de graines oléagineuses qui, selon lui, «permettra de faire passer l’Algérie du stade d’importateur à celui d’exportateur.»

Rabah A.

Comment (27)

    youcef
    29 avril 2017 - 11 h 29 min

    je vois certains commentaires
    je vois certains commentaires disent pourquoi Rebrab investi uniquement en kabylie (bien ce n’est pas vrai), mais je dirai qu’il a le droit de choisir sa région pour mettre ses usines. pourquoi les oranais ne viennent pas s’installer a tizi ouzou. non seulement le pouvoir ne fait rien dans cette région, en plus on demande au kabyle de faire le bonheur des autres. il est temps d’y aller vers l’autonomie des région sous forme de fédéralisme (dans le cadre de l’unité nationale) .comme ça chaque région aura a décider de son développement, de son école.. et. on verra ensuite la famille qui avance et la famille qui recule.




    0



    0
    Anonymous
    28 avril 2017 - 20 h 12 min

    Il semblerait que ce ne soit
    Il semblerait que ce ne soit pas Cevital qui soit responsable de la pollution à Bejaïa (bien que l’on ne sache plus qui croire dans ce pays) : » »…Tous les rejets d’eaux usées de la haute ville vont vers le port. Chaque jour, un peu plus polluée, la Méditerranée arrive à changer de couleur par endroits. Le jour de l’Aïd, à l’heure du sacrifice, l’eau devient rougeâtre, fait-on constater du côté du port. Au même titre que le transport maritime qui participe à la pollution du milieu marin, l’agression vient aussi de nos unités industrielles dont l’activité engendre des déchets spéciaux dangereux (DSD). Près de 42 000 t de ces déchets sortent annuellement des ateliers de 42 unités industrielles. Le chiffre est effrayant. Si les premiers textes régissant ce domaine remontent à plusieurs années, ceux qui semblent vouloir prendre à bras-le-corps la chose environnementale datent de l’année 2000. L’instruction ministérielle ordonnant l’élaboration d’un plan de gestion des DSD, quant à elle, n’a qu’un trimestre. Importante entreprise industrielle spécialisée dans l’agroalimentaire, installée à l’arrière-port, Cevital a fait l’objet de sévères critiques de la part des élus. Le complexe est-il polluant ? Selon l’inspecteur de l’environnement, celui-ci « est doté de l’une des plus performantes stations d’épuration de la wilaya ». Un constat que partage le PDG de l’entreprise portuaire (EPB) : « Cevital ne pollue pas le bassin du port. » D’où vient la pollution ? Sur l’ensemble des entreprises de la wilaya, huit seulement se sont dotées de station d’épuration. Où va le reste des déchets ? Il est avalé par la Soummam qui le vomit dans la grande bleue. Une grosse atteinte à l’environnement qui continue parce que, comme le fait remarquer la même direction, les conditions de stockage, d’élimination et de transport « ne sont pas conformes à la réglementation en vigueur dans la grande majorité des cas ». Sur les cinq centres sanitaires de la wilaya, seuls ceux d’Akbou et Béjaïa sont dotés d’incinérateurs…. »
    http://elmouja.over-blog.com/article-24781745.html




    0



    0
    Anonymous
    28 avril 2017 - 9 h 41 min

    Drôle de pays . On met les
    Drôle de pays . On met les bâtons dans les roues pour cévital qui fait nourrir des milliers de familles algériennes .Le 2e acteur économique qui renfloue les caisses de l’État après sonatrach . La jalousie , la rancœur , le travail de coulisse , les coups bas sont les armes absolues de ces énergumènes . Abattre REBRAB quitte à licencier tous ses employers . Oui , drôle de pays .




    0



    0
    Djamel BELAID
    27 avril 2017 - 21 h 00 min

    Ce projet de Cevital est
    Ce projet de Cevital est vital pour le pays. Cela permettrait de réduire les coûts de production de l’huile. Les tourteaux produits pourraient servir d’aliment du bétail. Il serait possible de produire une partie des graines de colza localement. Avantages: cela permettrait de reposer le sol entre deux cultures de céréales et ainsi de réduire les mauvaises herbes et les maladies. La vulgarisation du colza fourrager (à croissance très rapide) permettrait de mieux nourrir les moutons à l’automne. Aussi le mouvement de ces employés est salutaire. Il est anormal que nous nous contentions de raffiner de l’huile brute. Nous pouvons faire mieux A noter aussi, que les agriculteurs pourraient installer de petites huileries et triturer une partie de leurs graines de colza ou de tournesol. Djamel BELAID.fr Ingénieur Agronome.




    0



    0
    Amigo
    27 avril 2017 - 19 h 55 min

    Je suis pour une bonne
    Je suis pour une bonne centaines de Rebrab en Algerie . Mais je suis contre cette usine en plein centre de Bejaia qui est une catastrophe ecologique . Son business nuit a l environment citadin et marin de Bejaia . C est un danger permananent Sur la sante des bejaouis et de toute la wilaya . Il faut imperativement fermer ce site et le mettre ailleurs . Il faut aussi fermer le site de stockage sonatrach pour recupere le terrain pour creer un cartier commercial au Coeur de Bejaia . A cause des mauvaises decisions et des lobbys Bejaia souffre .




    0



    0
      Bougiote
      27 avril 2017 - 21 h 11 min

      Juste une question, Amigo, si
      Juste une question, Amigo, si on ferme et Sonatrach et Cevital, à quoi servirait un quartier commercial dans une ville de chômeurs ? Réveillez-vous, mon ami, la rente pétrolière, c’est le passé.




      0



      0
        Amigo
        28 avril 2017 - 8 h 01 min

        Salam monsieur , oui un
        Salam monsieur , oui un centre commercial ultra moderne ,des hotels de luxe , des piscines ,des cinemas des bureaux et des parkings pour remplacer la pollution et la laideur. en terme d emplois et de qualite de la vie Il y aura un impact plus benefique pour les citoyens . Bejaia doit etre une Ville touristique pas industrielle . En l etat actuelle des choses les citoyens , la faune et la flore de Bejaia sont entrain de mourrir doucement pendant que Rebrab et Sonatrach profitent de la naivete de la population pour plus de profit . Un hopital moderne, un grand port de plaisance et de transport de voyageurs avec un aeroport agrandi vers la mer pourront resorber le probleme du chomage et mettrent fin a la pollution et l anarchie qui prosperent a Bejaia . Il faut des solutions radicales .




        0



        0
          scorpion06
          4 mai 2017 - 11 h 18 min

          Monsieur Amigo, nou les
          Monsieur Amigo, nou les bougiotes on n’a pas besoin de tes opinion stupides, et j’en suis sur que tu n’ai meme pas de la region. Alors va raconter tes conseils ailleurs.




          0



          0
      Akli Boughzer
      28 avril 2017 - 8 h 48 min

      Drôle de logique qui consiste
      Drôle de logique qui consiste à fermer des sites industriels producteurs de richesses et d’emplois pour les remplacer par des sites commerciaux pour vendre et bien sûr importer car rien n’est produit localement.Je vois d’ici,tu dois être un de ces importateurs de marchandises contrefaites chinoises et turques de qualité médiocre pour tirer le maximum de profits.Et pour avoir les coudées franches tu veux fermer les rares industries implantées dans cette wilaya sinistrée à laquelle on refuse l’implantation d’une raffinerie de pétrole alors que le premier oléoduc qui relie Hassi Messaoud à l’ex-Bougie date de…1959 bien avant Arzew et Skikda.Bien sûr il faut préserver l’environnement mais les coupables du crime abominable contre l’Agriculture algérienne sont ceux qui ont arraché les vignes et les vergers pour les remplacer par du bétonnage anarchique qui fait q’actuellement la Soummam est un immense égout à ciel ouvert dans l’indifférence générale.




      0



      0
    selecto
    27 avril 2017 - 19 h 30 min

    J’ai une question à poser à
    J’ai une question à poser à nos compatriote Kabyles étant donné que cette région est connu pour sa production d’huile.

    La presse nationale a révélée que depuis ce mois le Maroc (n’est plus) que le troisième fournisseur d’huile à notre pays, les questions que je vous pose sont :
    -Depuis quand le Maroc était un grand producteur d’huile?
    – Où partait la production de votre région et des autres régions de notre pays?
    -Qui sont ces importateurs algériens et à quels prix importaient en devises.. ?

    J’espère que je me trompe mais cette opération ressemble beaucoup à un financement déguisé aux producteurs Marocains ou plus grave encore..




    0



    0
    Mounira
    27 avril 2017 - 19 h 02 min

    Je ne comprends pas pourquoi
    (…) Je ne comprends pas ce « développement » inégal entre les différentes régions du pays. Pourquoi cet ostracisme du pouvoir ?




    0



    0
    Bouabsa
    27 avril 2017 - 18 h 50 min

    En Algérie REBRAB a seulement
    En Algérie REBRAB a seulement investi en à Alger et en Kabylie (Bejaia et BBA). Même les projets qu’il veut réaliser sont aussi prévus dans cette région. Après il est parti en France, au Brésil, en Afrique, en Italie, en Espagne et ailleurs. Mais par contre il a zappé l’Oranais, le Constantinois, le Sahara. Les Algériens doivent se demander pourquoi. REBRAB – d’ailleurs comme les autres oligarques algériens – doit sa fortune au trésor public et à l’argent des Algériens Laisser les autres régions d’Algérie et partir ailleurs est un manque de reconnaissance et de considération à la PATRIE.




    0



    0
      Anonymous
      27 avril 2017 - 19 h 16 min

      Par contre l’état depuis 1999
      Par contre l’état depuis 1999 a zappé l’Algérie au profit de 2 wilayates de l’ouest…
      Dernier exemple en date l’usine de boulonnage scania à été delocalisée de mascara à Oran sans aucunes raisons…Et c’est l’état qui est derrière pas un privé comme rebrab qui n’est pas non plus un saint…
      On n’a jamais connu une telle férocité regionaislte depuis 1999…J’ai beau chercher je ne trouve pas…
      Des budgets colossaux investis dont une grande partie termine au Maroc avec en retour de la drogue…hallucinant et criminel ce comportement tribal primitif…Le pire ils ne s’en cachent plus !




      0



      0
      Akli Boughzer
      27 avril 2017 - 21 h 14 min

      Il vous l’a dit et redis,il
      Il vous l’a dit et redis,il est reçu à bras ouverts partout sauf dans son pays où on lui met les bâtons dans les roues.Voyez le complexe pétro-chimique de Cap Djinet dans la wilaya de Boumerdès,le complexe sidérurgique de Bellara dans la wilaya de Jijel qu’on a octroyé aux Qararis etc…qui auraient généré des millions d’emplois etc…C’est quoi ça?Il faut arrêter de se mentir et voir la triste réalité de ce pauvre pays qui tourne en rond par la faute de roublard incompétents aux ègos démesurés égoïstes doublés de corrompus notoirement connus qui gèrent à leur guise l’économie du pays.




      0



      0
      alias
      27 avril 2017 - 22 h 03 min

      Bouira: Numilog

      Bouira: Numilog
      Constantine : four à chaud ( elle khroub)
      Setif : Brandt
      Boussaada : Ceviagro
      Larbaa :MFG
      Ain defla : UNO
      Tizi ouzou : lalla khedidja




      0



      0
        Cheikh kebab
        28 avril 2017 - 21 h 42 min

        Ce bouabsa est une taupe,il
        Ce bouabsa est une taupe,il ne peut ignorer les projets de setif,larbaa.. Et plus: sachez que mfg verres devait être installée où??? A mostaganem!! Mais on lui a refusé le terrain. Au sud,des hectares lui ont été refusés mais cédés à d’autres… La liste est longue de hogra,heureusement que rebrab est solide,honnête et intègre.




        0



        0
      Anonymous
      27 avril 2017 - 22 h 23 min

      En plus de l’usine d
      En plus de l’usine d’agoalimentaire de la wilaya de Bejaïa, et de l’usine de fabrication de portes et fenêtres (Oxxo) dans la wilaya de Bordj Bou Arredj, il y a l’usine de fabrication d’électroménager (Brandt) dans la wilaya de Setif, et l’usine de fabrication de verre (MFG) dans la wilaya de Blida, donc ce n’est pas qu’en Kabylie qu’il investit. Et il y a des projets en attente d’autorisation comme une cimenterie dans la wilaya de Constantine, sans parler des nombreux projets bloqués, comme dans l’automobile..Donc à l’avenir avant de critiquer par pur réflexe raciste, prends la peine de te renseigner avant.




      0



      0
      anonyme
      27 avril 2017 - 22 h 40 min

      Chiatte aux origines
      Chiatte aux origines douteuses.




      0



      0
      Bondiras
      28 avril 2017 - 6 h 02 min

      Poser cette question aux
      Poser cette question aux dirigeants du gouvernement pourquoi ils laissent pas nos investisseurs créer de l’emploi en Algérie. c’est pour ça qu’ils partent investir ailleurs.




      0



      0
      SCORPION06
      4 mai 2017 - 11 h 24 min

      Bouabsa, avant de dire des
      Bouabsa, avant de dire des choses, il vaut mieux s’informer si tu ai au courant des invesstisement de CEVITAL a travers le pays. Alors si tu veut bien t’informer, je vais te citer quelque example: complexe siderrugique BLIDA, complexe du verre plat BLIDA, agroalimentaire BEJAIA, cimenterie El khroub Constantine, electromenager BBA et Setif. usine siderrugique Oran – Betihoua san quanter les projets bloque par le gouvernement a travers tous le pays.




      0



      0
    AMAR MOKHNACHE
    27 avril 2017 - 18 h 14 min

    A L EPOQUE DU « TOUT ETAT » on
    A L EPOQUE DU « TOUT ETAT » on trouvait des vertus aux  » initiatives » privees et on a tout fait pour achever les « fleurons » de l economie nationale notamment en installant a leurs tetes  » les specialistes » de la faillites et en les autorisant a s accorder des remunerations sans mesure avec les rendements mais surtouts et aussi en s octroyants a eux et aux « cadres dirigeants » des « parties variables » tres genereuses…..avec un syndicat aux ordres il ne fallait pas plus pour les achever…Aujourd’hui c est le contraire !!! on trouve des vertus a l etat regulateur! l etat PUISSANCE PUBLIQUE….C EST L ETAT QUI DECIDE S IL VOUS FAUT 10 INJECTIONS OU 5 ..CET ETAT QUI GERE DESORMAIS LA CHOSE ECONOMIQUE…CET ETAT SE REVEILLERA CERTAINEMENT UN JOUR ET CONSTATERA QU IL VIENT AUSSI DE PERDRE AUSSI DU CEVITAL QUE DU TAHKOUT MALGRE DES DOPAGES ASTRONOMIQUES…LA SOCIETE ATTEND DE VOIR LES CONTOURS DE CES FAMEUX PROJETS ECONOMIQUES DONT LES VISIONS S ARTICULENT SURTOUT SUR LA MOBILISATION DE LA BUREAUCRATIE POUR GAGNER 2 OU 3 MOIS D IMPORTATION… L AVENIR NOUS ECLAIRERA SANS AUCUN DOUTES….




    0



    0
    Anonymous
    27 avril 2017 - 18 h 11 min

    c’est bouchouareb et ceux qui
    c’est bouchouareb et ceux qui le teleguident qu’il faut denoncer




    0



    0
    Anonymous
    27 avril 2017 - 17 h 05 min

    Un projet qui peut créer des
    Un projet qui peut créer des milliers d’emplois, et ne coute pas un centime à l’Etat, et on le bloque. Il y a qu’en Algérie qu’on peut voir ça ! Après on s’étonne que les gens se radicalisent.




    0



    0
    Anonymous
    27 avril 2017 - 17 h 04 min

    Rebrab aurait dû investir sa
    Rebrab aurait dû investir sa nouvelle usine à Ghazaouet…Il aurait eu le terrain viabilisé un prêt avantageux et une autoroute spécialement dédiée…En plus il aurait pu profiter de la première LGV Oran Tlemcen pour se détendre les week-ends…Hélas notre ami Rebrab s’est trompé de ville et de région…




    0



    0
    Yeoman
    27 avril 2017 - 16 h 39 min

    Enfin des hommes qui aiment
    Enfin des hommes qui aiment vraiment leur région et leur pays.




    0



    0
    Mohand Cherif
    27 avril 2017 - 16 h 05 min

    C’est ce genre d’affaire qui
    C’est ce genre d’affaire qui apporte de l’eau au moulin du MAK.




    0



    0
    Thidhet
    27 avril 2017 - 15 h 46 min

    Un pays où l’état sabote le
    Un pays où l’état sabote le pays et empêche son développement…. Quelle honte !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.