Toujours la faute à la main invisible de l’étranger

Par Mesloub Khider – «Il est temps que les victimes s’avisent qu’en rejetant sur les autres la responsabilité du sort qui les afflige ils renoncent à leurs capacités de s’affranchir.» (Raoul Vaneigem)

Décidément, l’introspection ne fait pas partie de la personnalité de l’Algérien. Ni l’autocritique ne fait partie de son trait de caractère. Tant il est persuadé d’être irréprochable, d’être incorruptible. Au-dessus de tout soupçon. Il représente la morale incarnée. La vertu personnifiée. Il est l’Elu de Dieu. De là s’explique sa prédisposition d’esprit marquée par l’absence de toute remise en cause de sa personne, de son pays. Et de toute reconnaissance de sa responsabilité. Jamais responsable, jamais coupable. De là vient sa propension à focaliser son regard sur l’ennemi fantomatique extérieur pour mieux laisser les démons intérieurs sévir en toute tranquillité dans cette paradisiaque Algérie. C’est vrai : l’Enfer, c’est les autres. Nous, nous menons paisiblement notre vie à huis clos. 

Cette posture est le fruit d’un demi-siècle d’endoctrinement idéologique accompli par le pouvoir. A lire les médias ou à entendre nombre d’Algériens, tous les malheurs du pays, depuis l’indépendance sont, selon eux, l’œuvre de la main invisible étrangère. 

Qu’il s’agisse des mouvements kabyles en lutte pour la reconnaissance de la langue et de la culture amazighes, des multiples combats politiques et révoltes sociales ayant agité le pays depuis 1962, de l’éclosion et de l’expansion de l’islamisme, de l’explosion du terrorisme, de la faillite économique du pays, de l’expatriation massive, de la fuite des cerveaux, de l’échec de l’école ou d’autres tragédies, le pouvoir et les médias accusent toujours certains pays étrangers d’être les instigateurs de nos désastres. 

Comme si l’Algérien du peuple, à chaque fois qu’il lutte et se révolte, est dépourvu de toute conscience politique, d’intelligence. Comme si l’Algérien est incapable d’agir par lui-même, de lutter pour ses droits politiques, ses intérêts économiques, ses revendications linguistiques et identitaires. A croire que l’Algérien serait une simple marionnette que des mains étrangères manipuleraient à leur guise. 

Cette propension du pouvoir et des médias à désigner systématiquement l’étranger comme responsable des méfaits de l’Algérie a abouti au développement d’une attitude paranoïaque se traduisant par l’impossibilité de porter le moindre regard critique sur la politique intérieure du pays au motif qu’il ferait le jeu des pays ennemis de l’Algérie. Elle s’est traduite par une forme d’autocensure revendicative sociale et économique sous prétexte qu’elle profiterait aux ennemis de l’Algérie. Qu’elle affaiblirait le pays. 

Après tout, à quoi bon lutter, revendiquer, réclamer le changement en Algérie puisqu’en Algérie tout va bien ? Le peuple mange à sa faim.

L’Algérie dispose d’une école de qualité. D’infrastructures modernes et efficaces. D’hôpitaux efficients. D’une médecine performante. D’universités mondialement reconnues. De bibliothèques dans chaque quartier. De piscine dans chaque rue. De trois baignoires par salle de bains où l’eau coule abondamment, sans interruption. De réseaux routiers pavés de bonnes intentions à l’égard de l’automobiliste point pressé de trépasser. De mosquées tapissées de prêches à la gloire de la modernité et de la tolérance. D’un téléviseur dans chaque foyer branché sur les chaînes des pays du Golfe, preuve du patriotisme algérien. D’un tourisme faméliquement et stérilement florissant. D’une égalité sexuelle inégalée. D’une jeunesse entrepreneuse et même entreprenante. D’une gente féminine qui, à 60%, supporte avec une tolérance religieuse les châtiments mâles. D’une démographie soutenue à bras-le-corps et, surtout, à corps perdu. D’une administration affable et efficacement arrangeante. D’une classe dirigeante qui soigne sa richesse à l’intérieur du pays mais soigne sa santé étrangement à l’étranger. D’une économie algériennement compétitive.

L’Algérie n’est quand même pas le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Egypte, etc. Que Dieu nous en préserve ! Ces misérables pays envient notre richesse, notre prospérité. Jalousent notre bien-être, notre bonheur.

Et si, par malheur, quelques dysfonctionnements se manifestent au sein de notre saine et sainte Algérie, ce n’est certainement pas par notre faute. Car nous sommes un peuple irréprochable. Impeccable. Honorable. Infaillible. Incorruptible. 

Ainsi, par un endoctrinement idéologique chauvin profond et massif, le pouvoir est parvenu à souder derrière lui, dans une union sacrée quasi mystique, la majorité de la population algérienne pour laquelle l’ennemi extérieur est partout mais l’ennemi intérieur est nulle part. 

Par ailleurs, pour ce qui est de l’islamisme, à lire certains médias et essais politiques, la naissance et l’expansion des mouvements islamistes ne seraient pas l’enfant (le FIS) du régime algérien, l’œuvre de l’école algérienne, le produit des mosquées algériennes, mais le fruit de l’hostilité malfaisante des pays étrangers, notamment les pays du Golfe (Arabie Saoudite en tête), et les Occidentaux, et en particulier de la France. Il n’est pas la conséquence de cette politique forcenée d’arabisation et d’islamisation impulsée par Boumediene pour contrer les forces progressistes algériennes en effervescence dans les années 1960 et 70, mais l’aboutissement des complots menés par les pays étrangers pour déstabiliser l’Algérie. 

Plus grave encore, l’apparition et l’extension de la bigoterie islamique avec toutes ses dérives rituelles vestimentaires et alimentaires moyenâgeuses en Algérie, tout comme en France et dans toute l’Europe, auraient été favorisées par les gouvernements français et européen, selon les mêmes médias.

Dans le cas de la France, et plus globalement de l’Europe, ce nouveau phénomène ne serait pas ainsi le résultat de la nouvelle immigration plus fanatiquement et radicalement islamisée que sa devancière immigrée algérienne pourtant bien musulmane mais porteuse d’une pratique religieuse plus tolérante, plus discrète, plus respectueuse des traditions et coutumes du pays d’accueil. 

M. K.

Comment (28)

    sans blague
    21 mai 2017 - 21 h 15 min

    fallait bien une blague pour
    fallait bien une blague pour berner deux générations depuis 62 !!!




    0



    0
    Anonymous
    21 mai 2017 - 15 h 18 min

    Quel gouvernement au monde
    Quel gouvernement au monde est l’exemplarité ????
    Oui j’insiste à dire qu’il ne faut pas perdre de vu la main ou les mains étrangères en ALGÉRIE !!!
    Car dans les années 90 on c’est qui manipulaient nos Algériens et qui les protégeaient ensuite dans leurs pays !!!!
    BIen que dans le lot il n’y avait pas que des Algériens, un peu comme les quelques mercennaires surentrainé venu de l’étranger que l ‘ANP tue et traque encore !




    0



    0
    Bahdja
    19 mai 2017 - 14 h 52 min

    La main INVISIBLE de l
    La main INVISIBLE de l’étranger??? Oh mais elles sont très visibles ces mains de étranger, des mains très très visibles !




    0



    0
    Nayla Amal
    19 mai 2017 - 14 h 12 min

    Décidément les algériens sont
    Décidément les algériens sont les champions du monde, vraiment du monde entier, de la flagellation et du dénigrement de soi. C’est toujours notre faute. C’est plutôt bien d’avoir une lucidité sur soi même mais se rendre toujours coupable de tout est excessif. Je n’ai pas lu un seul commentaire parmi tous ceux publiés pour dire que peut-être ce n’est pas uniquement nous les coupables qu’il y a effectivement des attaques étrangères, pas un seul vous êtes tous d’accord pour vous dénigrer, comme si on en avait pas assez avec les étrangers. Continuez à vous dénigrer, à vous insulter à vous traitez bons à rien, à vous flageller … Bon courage !
    (peut-être n’êtes vous pas algériens ? )




    0



    0
      m.larbi
      19 mai 2017 - 19 h 59 min

      Franchement, vous trouvez que
      Franchement, vous trouvez que les algériens se dénigrent beaucoup? Pour ma part, je ne lis et n’entends de la part des algériens quand ils parlent d’eux que louanges et autosatisfaction . Vous est-il jamais arrivé de lire dans AP que notre peuple était le plus intelligent de la planète, que nous avions l’élite la plus enviée au monde, que notre armée est la plus forte d’Afrique, que nous voisins de l’Est, de l’Ouest et du Nord sont tous pourris, que les musulmans sont tous des bédouins sauf nous. Voyons donc! Vous trouvez peut être qu’on ne s’auto-congratule pas assez à vos yeux. Vous avez le droit de le penser. C’est pour cela que nous sommes dans la mouise jusqu’au cou.
      NB: Quand j’étais jeune j’avais un voisin qui a fait de la prison, de nombreuses fois. À chacune de ses sortie, sa famille lui faisait une fête à faire pâlir d’envie un jeune marié. Je me disais qu’ils devraient plutôt avoir honte que leur lascar se pointe de nouveau dans le quartier. Mais non, le gugus avait le droit à tous les honneurs. Je me disais qu’il va finir par croire qu’un séjour en prison procure la notoriété et qu’il n’y manquera pas d’y retourner. Et ce en effet fut le cas. Et même plusieurs fois de suite. Moralité, l’inversement des valeurs nous porte à croire que nous sommes un peuple brillant mais qu’hélas nous sommes inconscients de notre brillance . Un peu d’autocritique est salutaire si on veut s’en sortir un jour.




      0



      0
        Nayla Amal
        19 mai 2017 - 23 h 02 min

        Franchement oui Monsieur je
        Franchement oui Monsieur je trouve qu’on ne s’épargne pas. L’autocritique c’est bien mais le dénigrement de soi est nocif pour une société. Je ne dis pas qu’il faut se jeter des fleurs mais simplement de voir les choses telles quelles sont et de les reconnaître pour ce quelles sont. J’ai fait ce commentaire sur cet article qui disait qu’on accusait à tort « une main invisible étrangère ». Non les algériens n’ont pas accusé à tort, il y avait plus que la main il y’ a eu plus que la main, nous avons été attaqués par de nombreux pays pour nous détruire, nous anéantir. Certes nous sommes responsables de pas mal de dérives, nous avons des défauts comme tout le monde, mais nous avons aussi des qualités. Vous me parlez de votre voisin et je suis d’accord avec vous concernant certains individus, moi aussi j’ai eu des voisins du même acabit et même pire mais je ne parle pas des individus déviants Monsieur moi je parle du peuple algérien qui est réellement je le dis et le répète un peuple d’exception capable d’héroïsme et d’humilité. Comme l’armée algérienne oui l’armée algérienne est une grande armée, les forces ennemies lui ont lancé un défi de taille, onze année de terrorisme, pour la piéger et l’anéantir comme ils ont fait à l’armée yougoslave, ils ont réussi avec l’armée yougoslave et d’autres armée et la notre n’est pas tombée dans le piège tendu et ben chapeau bas à cette armée. Vous dites que dans les colonnes d’AP on traite les musulmans de bédouins, non on ne traite pas tous les musulmans de bédouins mais uniquement les saoudiens et les qataris, ceci dit il n’y a pas de mal à être bédouins mais il y a beaucoup à dire sur ces gens là, ces « princes » (car ils sont tous princes n’est ce pas?) qui n’ont pas hésité à traîner l’Islam dans la boue et le sang, des gens qui ont participé, financé des groupes de criminels, d’ignobles assassins qui ont fait des massacres dans les pays musulmans, des gens qui ont pactisé avec les sionistes et l’occident contre des nations musulmanes mais je m’arrête là car ce n’est le sujet. Maintenant Monsieur que vous dire vous croyez ce que vous voulez mais ne réduisez pas le peuple algérien à votre voisin.




        0



        0
          m.larbi
          20 mai 2017 - 1 h 31 min

          Ce que je voulais dire madame
          Ce que je voulais dire madame, c’est que l’inversion des valeurs a entrainé chez nous la perversion de la raison. On ne sait plus juger des choses, ni des évènements . Tout est à l’avenant pourvu qu’on titille la fibre nationaliste. Il faut se réveiller de ce cauchemar. Nous sommes perçus, à raison, comme les derniers de la classe. La première université algérienne est classée à la 1248è place au niveau mondial. Nous exportons pour 2% de notre PIB, essentiellement de l’huile d’olive. Nous avons le taux d’accidents de la circulation le plus élevé au monde en proportion de la population (incivilité). Nous avons brûlé 1000 milliards de dollars depuis 1999 et avec tout cet argent nous n’avons pas réussi à doter le pays d’un tissu industriel qui aurait permis à nos jeunes de travailler décemment. Plus de 30% d’entre eux sont payés actuellement à ne rien faire sur les deniers de l’état (15000DA par mois) juste pour conserver la paix sociale.
          Quant à notre armée, que dieu la préserve, ne vous méprenez pas trop sur ses capacités. L’Irak se disait aussi un grand pays et son armée, disait-on, était la 4è puissance du monde. Ça a pris exactement 48h à Bush Jr pour déclarer la victoire et la cessation des combats. Qu’à Dieu ne plaise, une guerre de ce type et de cette envergure, ne nous laissera pas plus de chance qu’elle n’en n’a laissé à la pauvre armée irakienne. Alors …




          0



          0
          leputois
          23 mai 2017 - 8 h 29 min

          Effectivement il faut voir
          Effectivement, il faut voir les choses telles qu’elles sont. C’est à dire regarder la réalité telle qu’elle se présente à nous. Or, qu’est-ce qu’on constate à l’heure où nous dissertons à propos de notre pays et de notre peuple? Notre pays est quasi dernier de la classe dans pratiquement tous les classements mondiaux établis à l’international. Que nous vivons exclusivement de la rente pétrolière et que nous ne produisons quasiment aucune richesse. Qu’on est dirigé par un système basé sur la prédation est la distribution de la rente. En bref, que les Algériens sont simplement réduits à des tubes digestifs ambulants. Maintenant, qu’il y ait une main invisible étrangère qui soit responsable de cet état ou non, ce n’est pas le problème. Que ça soit la faute à untel ou un autre, ce n’est pas non plus le problème. Le problème est que le peuple Algérien a accepté cet état de fait depuis quasi l’indépendance. Il a eu quelques soubresauts sporadiques, vite éteints par le système au pouvoir. Quelles qualités pourrait-on attribuer à un peuple qui se laisse couvrir sous une chape dictatoriale par un système mafieux? La dignité a disparu, l’honneur n’y est plus, la « redjla » s’est volatilisée. ça me fait penser à Abdelmadjid Meskoud qui chantait « ya dzayer ya el3assima ».
          Mais cet état de fait a été voulu, bien évidemment, et par le système uniquement. Vous dites que l’armée Algérienne est une grande armée, oui, mais par le passé, celle qui a fait la guerre au colonisateur pour recouvrer l’indépendance du pays. Vous n’allez pas me faire croire que dans un régime dictatorial, l’armée n’y est pour rien. (…) Dire les éloges de notre glorieuse armée du passé oui, mais je ne dirais pas la même chose de l’actuel. Certes le devoir de sécurité semble effectué, mais est- ce pour autant suffisant pour la blanchir pour l’état de déliquescence dans lequel se trouve le pays?. Depuis l’indépendance, on n’a jamais eu un pouvoir libre, démocratique, qui rende compte au seul peuple. Et donc forcément nous allons encore subir tant que perdurera cet état de fait. Et pour terminer je pose la question suivante: pensez vous sérieusement qu’un pouvoir qui tient entre ses mains la rente pétrolière par laquelle il s’enrichit illégalement puisse comme ça, un jour, décider de la (la rente pétrolière) rendre au peuple et de proposer une transition démocratique du pays? Pensez-vous qu’un pouvoir pareil prendra le risque de démocratiser le pays au risque de se voir amené à la barre en justice par la suite pour tous les méfaits qu’il a commis? Et puis de vous à moi, si on a depuis si longtemps des dirigeants mafieux, c’est tout simplement à cause de l’égoïsme de chacun de nous qui a permis une telle pérennité. D’où l’état actuel dans lequel se trouve le pays.




          0



          0
      Anonymous
      20 mai 2017 - 3 h 59 min

      Vous avez lu un peu trop vite
      Vous avez lu un peu trop vite cette contribution. Il n’est pas dit que tout ce qui nous arrive n’est que de notre faute. Il est dit en gros que nos gouvernants ont eu tendance à constamment se réfugier derrière le prétexte de la main étrangère, pour expliquer tout nos malheurs et problèmes, et se dédouaner ainsi de toutes responsabilité. (Il rajoute que nos gouvernants ont eu également tendance par démagogie à flatter nos égo en surexploitant notre fibre nationaliste), en Il faut faire la part des choses entre ce qui est dû aux ingérences étrangères, et ce qui est de notre propre ressort. Ce n’est pas parce que des puissances étrangères ont voulu et veulent encore nous nuire, que ça doit nous empêcher de porter un regard lucide sur nos propres responsabilités dans ce qui nous arrive. Sinon on ne progressera jamais.




      0



      0
      leputois
      22 mai 2017 - 13 h 03 min

      Il faut se rendre à l
      Il faut se rendre à l’évidence de deux choses. La première est que c’est notre pays qui est bon à rien. En effet, si le pays est bon à quelque chose ou à faire quelque chose il n’attendrait pas l’argent de la rente pour nourrir ses habitants, les Algériens. Ces derniers ne créent aucune richesse de leurs mains ou de leur intelligence ou savoir-faire. Cela se voit à nos exportations annuelles qui sont à 98% des hydrocarbures dont les recettes permettent de nous entretenir. Donc notre pays ou notre système vit de la prédation et de la distribution de la rente qui fait des algériens juste des tubes digestifs ambulants.
      La seconde chose est que les Algériens, donc les tubes digestifs ambulants, se sont bien accommodés à cette façon de vivre et laissent le système ou le pouvoir (qui fait uniquement de la prédation et de la distribution de la rente) faire ce qu’il veut et ne font rien pour le destituer. Donc finalité: tout le monde y trouve son compte. Et si tout le monde a cette lucidité de dire les choses ainsi, il ne faut pas leur en vouloir encore moins leur faire un procès puisque c’est la réalité constatée par des millions d’Algériens. Donc vous faites exception, celle qui confirme la règle. A moins que vous ne soyez pas Algérien.




      0



      0
    Santa Clara
    19 mai 2017 - 13 h 46 min

    Précisément Monsieur la main
    Précisément Monsieur la main de l’étranger, nous pouvons même dire les mains de tous les étrangers qui veulent nous nuire par jalousie, par cupidité, par faiblesse, par malveillance. Le nier comme vous cherchez à le faire c’est comme ne pas reconnaitre notre responsabilité car il y a les deux. Les étrangers et nos traitres. Comment peut on devant l’évidence ne pas reconnaitre que ceux qui veulent notre perte sont nombreux. Les algériens ne sont pas parfaits bien-sûr, loin s’en faut, mais il faut reconnaitre à ce peuple sa bravoure, son courage, son humilité et sa maturité. Les algériens n’ont jamais nié leur propre responsabilités dans les drames et les tragédies qui ont secoué notre pays, nous avons tout subi sans porter d’accusations. Et pourtant, devons nous nier que nous avons des ennemis et que ces ennemis se sont acharnés contre nous avec une férocité et une violence sans égales. Les pays frontaliers pour commencer malgré leur faiblesse ont fait tout ce qu’ils ont pu (et continuent encore aujourd’hui), les pays de l’Europe de l’Ouest, la France n’a jamais désarmé, nous connaissons tous le rôle qu’a joué la Grande Bretagne dans les 11 années de terrorisme, ainsi que l’Arabie et d’autre pays de moindre importance. Je ne vais pas parler de l’embargo qui ne disait pas son nom qui nous a été infligé etc … Je vais m’arrêter là car la liste est longue. Et avec tout ça nous algériens nous allons dire que personne ne nous veut ou nous a voulu du mal que nous sommes seuls responsables de nos malheurs. Oui notre responsabilité à nous algériens c’est d’avoir des traitres. Comme disait Fidel Castro: « quand la forteresse est assiégée toute dissidence devient trahison ».




    0



    0
    Anonymous
    18 mai 2017 - 6 h 45 min

    Comme vous dites bien c’est
    Comme vous dites bien c’est toujours la main de « Fantomas » qui y est pour quelque chose.




    0



    0
    Anonymous
    16 mai 2017 - 22 h 51 min

    J’espère avoir compris ce que
    J’espère avoir compris ce que vous avez voulu dire Mr Khider. Qu’au delà des menaces et mauvaises influences externes qui pèsent sur l’Algérie (comme sur n’importe quel pays d’ailleurs), il fallait faire un travail d’introspection pour reconnaître les raisons internes à nos échecs. Parce qu’à force de se réfugier constamment derrières les excuses, telles que les méfaits réels ou supposés des influences étrangères, on ne fait pas notre auto-critique, exercice préalable et indispensable pour toute amélioration de nos pratiques et comportements. Il est indéniable que la cause de la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, est avant tout interne. Elle nous incombe, et elle incombe surtout à nos gouvernants depuis 1962. Leurs choix malheureux (que vous avez très bien rappelés : arabisation précipitée et excessive, falsification de notre Histoire et de notre Identité, encouragement du conservatisme religieux etc…) ont été motivés, moins pour des raisons idéologiques, que pour des raisons de calculs politiques et de cynisme (affaiblissement de l’opposition démocratique, création de division et clivage linguistique et culturel, stigmatisation de minorité…..). La situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, est en grande partie la conséquence de décisions politiques, prises il y a plusieurs décennies de ça. Ainsi donc pour entreprendre des changements, et espérer voir notre pays repartir de l’avant, il va falloir au préalable se regarder sans complaisance dans un miroir, et prendre conscience de tout ce qu’il ne va pas, et réfléchir comment y remédier. Ce qui est valable à l’échelle d’un individu, l’est également à l’échelle d’une nation. Bravo, pour votre contribution.
    PS: Je crois qu’il y a une petite évolution dans le bon sens, car si vous aviez diffusé votre contribution il y a quelques années, une armée de censeurs vous aurait traité d’agent de l’étranger cherchant à nuire au pays (ou au minimum d’être un adepte de « l’algerian-bashing ») ..




    0



    0
    jughurta
    16 mai 2017 - 21 h 46 min

    Cer monsieur, Il y a des
    Cer monsieur, Il y a des soucis de premières envergures à l’ interieur du pays comme à l’ exterieur du pays. Il y à des problèmes internes au pays qui sont aussi reliés directement à certaines puissances économiques ( pétrolière) et idéologiques ( wahhabite, amérique, europe). Si votre article consiste à nous dire qu’ il n’ ya pas de puissances étrangères qui nous veulent du mal et que tout vient viens de l’ intérieur, vous êtes bon à duper et vous ne leurerer personne. Tolérance quel forme de tolérance ? Une ouverture d’ esprit qui serait synonyme d’ ouverture des cuisses nous oppressants l’ honneur naturel ancestral et travestissant nos moeurs, nous fesant passer pour des obsédés car nous detestons naturellement l’ impudeur ? C’ est à demain que je penses. Tolérance Soyez plus prédis Mr, c’ est tres vague, nous sommes pas prêt à tolérer tout et n’ importe, jusqu’ à quand cet alignement obsessionnel et de complexe empêchant le complexif d’ embellir demain . A quand le « masculisme » pour contrer le féminisme invention rockfellerienne ? Il faut un juste milieu pour tout et à toutes choses. Vous écrivez un article à titre d’ eveil sans savoir que cela est pour endormir, vous nous parlez de duperie. Qui cherche à duper l’ autre ? Celui qui nie les évidences factuels des dangers externe imminent pour notre pays ou bien celui qui cherche à nous dire qu’ il n’ y a aucun problèmes exterieur si ce n’ est ceux de l’ interieur? On ne peu éveiller un peuple sur ses problèmes internes en lui disant que tout est beau et rose à notre égard de la part du monde exterieur et que tout viens de l’ interieur. ils emmetrés un doute, une suscpicion immédiate del’ incohérence basé sur le factuel. Les dangers sont interne certes ( agents du mossad etc etc etc) mais il y a aussi les dangers exterieur qui tente nous complexer ( car tres facile à complexer) et nous aligner par la contrainte à eux en nous parlant de progressisme, d’ évolutionnisme, de libéralisme, d’ ouverture d’ esprit etc etc comme si nous étions encore aux temps des Barbaresques, dans énormément de domaines, c’ est à eux à évoluer, pas à nous. Nous avons encore tout à construire certes, c’ est clair mais n’ allez pas jusqu’ à remettre en cause nos codes féodaux et déontologiques. Ne pas confondre  » El Muraqaba » et paranoïa, surtout pas. L’ une est vital, l’ autre peut servir, l’ un empêche le malsain, l’ autre la malsainité. La paranoia peut parfois nourrir l’ éveil et en être sa principale source comme c’ est souvent cas ( psychanalyse et paranoïa; Jacques Lacan). Comme on ne peut pas plaire à chaque fois, pour le coup, je suis assez déçu de vous, de votre intelligibilté et de votre naïveté Mr Mesloub. Vous devez peut être vous dire  » je n’ ai pas voulu dire qu’ il n’ y avait pas de danger exterieur etc mais qu’ il fallait se concentrer AUSSI sur les sujets internes etc », oui je sais que c’ est ce que vous avez voulu dire en réalité ( question et réponse tout seul mdr). Ya3tik saha déja pour votre contribution. Au plaisir de vous relire Mr Mesloub.




    0



    0
    Amigo
    16 mai 2017 - 20 h 47 min

    CE qui nous a casse c est d
    CE qui nous a casse c est d abord l ideologie socialiste de Boumediene , le deni de la vraie histoire d Algerie , l arabisation du systeme educatif les mauvaises orientations pedagogiques et economiques . Les quelques priviligies se sont empare des rennes et on verouille le champs politique. On s est retrouve avec des gens sans competence aux posted cle qui se don’t entourés de proches . Ceux qui Ont acquis des competences et qui auraient Pu basculer le pays vers une bonne gouvernance Ont etes marginalises et honis par les oportunistes de tous birds . Maintenant Il est Presque trop tard de soigner cette Algerie malade . Il a tellement de corruption et de laissez alle a tous les niveaux . Je suis triste de voir que des Algeriens de tres haut niveau exercent leurs talents sous d autres cieux . Nos compatriotes sont au top a l etranger car Il sont apprecies et valorises . Ils exellent Dans des systemes performents et de haut niveau . Le vrai coupable en Algerie c est le systeme et ceux qui le maintiennent . Nous sommes une monarchie of the dark ages .




    0



    0
    Mello
    16 mai 2017 - 13 h 23 min

    Nous venons de vivre une
    Nous venons de vivre une etape crutiale de notre jeune vie de la nation, a savoir les elections legislatives du 4 Mai 2017 et des conclusions furent tires par des spécialistes en la matiere. A l’examen des resultats, est ce que la responsabilite incombe seulement au regime ? Le peuple n’est pas exempt de tout reproche, en tournant le dos aux institutions de leur pays,en les assimilant a tort comme la propriete du regime. Quand ,environ 15 ou 16 millions ne se prononcent pas et laissant les 7 a 8 millions decider a leur place, est ce un reveil militant, tel qu’avancé par Benflis ? Malheuseusement cela ne contrarie pas le pouvoir. En somme, le plus grand perdant est le peuple, car , meme si le boycott est constate par ce pouvoir , mais cela n’a aucune avancee democratique et ne permet guere le changement « souhaite » par cette majorite. Comme le disait Si El Hocine (Allah irahmou) : contrairement a ce que martèle la rethorique officielle,si lEtat Algerien ne s’est pas effondre au cours des decenies passees, c’est parce que des millions d’Algeriens ont refuse la logique de l’affrontement, a laquelle les conviaient autant les extrémistes islamistes que les faucons du regime . Se posant ,avec brutalite ,en tuteur permanent du peuple, le pouvoir a dilapide les chances de la nation de se constituer sur des bases democratiques. La force de ce regime a toujours ete, d’entretenir des mythes. Hier, celui « d’avant garde du tiers monde », apres le 11 Septembre, celui de « pionnier dans la lutte contre le terrorisme » et aujourd’hui ,celui de la « stabilite et d’un Etat fort ».
    Pour nous, Algeriens, l’heure est venue de regarder, ensemble, la richesse de notre histoire, la vraie, de nous ecouter les uns les autres, par dela les differentes chapelles ,de debattre de nos echecs pour rendre une actualite aux ideaux de Novembre 1954 et trouver les conditions de leurs realisations.




    0



    0
    Mello
    16 mai 2017 - 12 h 13 min

    Voila un article de grande
    Voila un article de grande facture, un article qui nous renvoie, tel un miroir, une image sublime que personne ne peut aller voir , que personne ne peut comprendre . La realite est au quotidien,cette realite que nous vivons tous, chacun dans son coin,chacun avec ses malheurs et ses moments de bonheur qui lui font oublier ce calvaire d’un peuple qui ne sait plus ou pas de ce sera fait demain. Un foisonnement d’idees farfelues nous parasitent au point de se croire plus elever que d’autres.
    Cette maladie qui est en nous n’est pas de nous, non, elle vient d’une vie qui nous inhibe. Ce quotidien attache a nous parce que l’Algerien ne voyage pas, ne sort pas pour aller voir et constater que le monde qui nous entoure ,nous depasse et nous laisse un avant gout de jalousie. Il ne faut se voiler la face, on est loin avec ce quotidien qui bridé par la faute ,non pas de l’etranger, mais de nos gouvernants qui ,eux, ne vivent pas tous les tracas populaires.
    Merci Mr Mesloub.




    0



    0
    Boumediene
    16 mai 2017 - 12 h 10 min

    mais au moindre bobo ils
    mais au moindre bobo ils prennent l’avion pour se faire soigner chez cette main étrangère, en plus de leur progéniture qui étudie la bas
    YAOU FAKOU
    N’est-ce pas?




    0



    0
    m.larbi
    16 mai 2017 - 10 h 35 min

    On peut longtemps gesticuler
    On peut longtemps gesticuler sur les raisons qui font que le peuple algérien ait fui, et fuit toujours, ses responsabilités. On peut longtemps ergoter sur ses penchants à prendre des raccourcis pour justifier son impuissance à relever les graves défis auxquels il fait face . Mais de grâce, comment peut-on passer de ce sujet qui constitue la trame centrale de l’article à la question de l’implantation de la  »bigoterie islamique  » en France? Quel rapport y a t-il entre les 2 thèmes? Aucun . Et pourtant, ces scribouillards finissent toujours créer ce lien même en forçant sur la note. L’essentiel est de conclure comme leurs séides de sionistes aiment: l’Islam bashing. Il n’y a pas toujours la main de l’étranger pour expliquer le marasme algérien ou celui de la France ou celui de la Grèce . Mais elle existe et le nier c’est vouloir endormir le peuple.
    Il y a surtout le fait qu’Internet soit devenu le véhicule par excellence de la propagande sioniste. Internet, via les réseaux sociaux, la presse électronique, les blogs, est investi par toute sorte d’hurluberlus qui véhiculent l’idéologie sioniste pour faire en sorte qu’aucun pays au monde ne puisse se constituer en nation homogène, mue par ses intérêts exclusifs. Il faut de la dilution. C’est dans le chaos universel qu’adviendra ce gouvernement mondial conçu dans les salons feutrés de la Rothschild bank. Le seul épouvantail qui empêche cette horreur apocalyptique d’advenir, c’est l’Islam. C’est donc l’Islam l’ennemi ultime à abattre. C’est la raison pour laquelle, quel que soit le thème traité, les champions de l’anathème savent dès le départ que le but ultime de leurs interventions c’est…l’Islam bashing. Ils n’y arriveront pas bi idhni Allah.




    0



    0
      NasserS
      16 mai 2017 - 15 h 06 min

      Comme vous le dites, c’est
      Comme vous le dites, c’est vrai, l’islam est un épouvantail qui empêcherait ce fameux gouvernement mondial d’advenir. Mais, malheureusement, il ne fait peur qu’aux oiseaux.
      BES BES




      0



      0
        M.larbi
        16 mai 2017 - 21 h 41 min

        L’image est bucolique mais j
        L’image est bucolique mais j’ai bien peur de vous décevoir. Les oiseaux n’ont pas peur de l’islam. Ils prient Dieu à leur façon. C’eut été merveilleux si les hommes en faisaient autant. BESS




        0



        0
          leputois
          18 mai 2017 - 7 h 20 min

          Prier Dieu dans quel but?
          Prier Dieu dans quel but? depuis le temps que l’humanité prie Dieu de différentes façons, elle n’a connu que guerres, croisades, exterminations, abominations, dominations de l’un par l’autre..etc. Vous ne me contredirez pas sur le constat de l’histoire de l’humanité j’espère. Dans ce contexte on retiendra une chose. L’évolution de l’homme dans son environnement où il est interactif. L’homme est construit sur la base de son ADN, ses gènes et c’est ce qui défini sa nature. Et dans celle ci on lira qu’il se doit d’évoluer. Il est alors naturellement égoïste, prédateur, dominateur, compétiteur….tout cela pour évoluer et survivre. Je ne pense pas qu’il doive prier Dieu pour assurer sa survie. ce n’est pas en implorant Dieu qu’il pourra conquérir et coloniser Mars pour évoluer si possible encore sur cette planète lorsque le soleil aura gonflé pour absorber la planète terre. Je ne pense pas qu’il doive prier Dieu pour trouver le moyen de voyager à grande vitesse pour aller à la conquête d’autres planètes dans d’autres systèmes solaires ou stellaires. Voyez vous mon ami, il y aura ceux qui continueront de prier Dieu à leur façon et qu’ils attendent que Dieu leur dise ce qu’il faut faire sans leur en donner les moyens, et il y aura ceux qui auront réfléchi et essayer de trouver le moyen de faire évoluer l’espèce humaine pour que celle ci survive aux aléas et à son environnement évolutif. Et à ce titre, si rien n’est trouvé d’ici 4 milliards d’années, je vous promet que tout ce qui vit et se trouve sur terre retournera en noyaux d’atomes pour aller former, peut être, d’autres planètes et d’autres étoiles dans l’immensité de l’univers.




          0



          0
      Abou Stroff
      17 mai 2017 - 10 h 31 min

      « C’est la raison pour
      « C’est la raison pour laquelle, quel que soit le thème traité, les champions de l’anathème savent dès le départ que le but ultime de leurs interventions c’est…l’Islam bashing. Ils n’y arriveront pas bi idhni Allah. » concluez vous! en effet, l’islam, avec ces cinq piliers auxquels nous pouvons ajouter la question essentielle du sexe et des femmes (thèmes qui occupent 99% des discours des augustes musulmans) constituent le seul obstacle à la valorisation de la valeur ou, pour me mettre à votre niveau, à l’accumulation du capital ou pour me faire facilement comprendre, à l’enrichissement des kouffars et à l’appauvrissement ….. des musulmans.
      mais Bon Dieu! réveillez vous et arrêtez de croire aux dogmes qui ne font que vous abrutir. l’islam et les musulmans ne sont ciblés par personne (les musulmans peuvent ils servir de modèles aux êtres humains que sont les non-musulmans?). seuls comptent les puits de pétrole et de gaz qui sont sous leurs pieds et qui sont nécessaires à la bonne marche de la machine capitaliste. lorsque les puits se seront asséchés, personne (je souligne), personne ne s’intéressera à l’islam, à la tenue vestimentaire des musulmans et encore moins à leurs croyances car ils seront hors histoire et ne semblent guère enclins à réintégrer cette dernière.




      0



      0
        M.larbi
        17 mai 2017 - 14 h 51 min

        Logorrhée, verbiage,
        Logorrhée, verbiage, inconsistance, fourberie, fumisterie. Un seul paragraphe qui contient tout cela il faut le faire! C’est en général le produit de l’enseignement dispensé dans les goulags staliniens que sont les universités de l’ex URSS.
        On devrait vous mettre au musée.




        0



        0
    Karamazov
    16 mai 2017 - 9 h 43 min

    En vérité dans tout ce fatras
    En vérité dans tout ce fatras il n’y a que deux éléments à retenir. Les seuls pertinents sont : l’Idéologie arabo-islamiste et l’économie de la rente. L’un et l’autre se tiennent et se soutiennent comme la corde soutient le pendu. Tant que les algériens pourraient vivre de la rente, l’islamisme, la bigoterie, les faux semblants, qui n’ont rien à empêcher car ils ne sont des obstacles à rien ni utiles à quoi que ce soit, perdureront. Le jour où ils deviendront un obstacle, où les prières ne seront d’aucune utilité pour faire bouillir la marmite, alors, celle qui fait sortir le loup du bois, se chargera de bousculer tout ce beau monde léthargique, et lui achètera la conduite qui sierra à sa condition. En attendant, tant que elbegra tehleb, vive essalate wa erregda ou tmangi! C’est d’une évidence darwinienne et cela relève de la pure biologie. Le cerveau n’a pas besoin de concevoir un changement alors qu’il n’y est pas forcé.




    0



    0
    Anonyme
    16 mai 2017 - 8 h 26 min

    bravo pour l’article pour une
    bravo pour l’article pour une fois je suis d’accord a 100% avec l’article . j’espère que les lecteurs ne vous traitent pas de maroqui ou d’autre pays comme la france et israél… Comme vous savez les mains de l’intérieur sont « saintes » c’est normal ce sont des mains des responsables algeriens qu aiment leur pays, mais qui aiment aussi acheter et se soigner a l’etranger. Sacrée main étrangère!!!




    0



    0
    Lyes Oukane
    16 mai 2017 - 8 h 25 min

     » …jamais responsable
     » …jamais responsable jamais coupable  » ! En France , quand ca les concerne , ils ont trouvé mieux que toi  » responsable mais pas coupable  » fallait la trouver celle-là ,non ? l’OTAN , zaâma innocent comme le pain blanc , sème des bombes sur toute la planète depuis plus de 50 ans . Mais juste pour faire fleurir la démocratie .Eh les gars , faut y croire sinon vous serez taxé de complotiste . Nos routes sont pleines de nid de poules ,d’accord c’est de notre faute . Notre école est sinistrée, c’est toujours à cause de nous. Si nos hôpitaux sont des mouroirs nous en sommes coupables,c’est vrai… mais de là à nous dire que nous avons formé des terroristes que nous exportons et qu’il faut nous en prendre qu’à nous-mêmes, c’est une couleuvre que je me refuse d’avaler . Les terroristes de « Ben La Benne » et nos afghans des années 90 n’ont-ils pas été formés par qui tu sais ? et les boko haram , les terroristes d’Indonésie , ceux de Chine ou du Cameroun, c’est toujours l’Algérie ? Même Pablo Escobar et Al capone ?!! Puisque nous sommes des bourricots ,tu devrais savoir qu’ à trop charger le mulet il n’avance plus. Bientôt on va me dire que le réchauffement climatique est de notre faute parce que le Sahara est en grande partie en Algérie ,que le SIDA c’est nous … On est forts ya bourab! Ca matraque dur mais avec la réputation qu’ont les chaouis, je suis blindé . Au fait , et nos frères kabyles qu’est ce qu’ils viennent faire dans cette énumération à la Prévert de tous les maux de la planisphère?




    0



    0
    Dr Knock
    16 mai 2017 - 8 h 23 min

    Dire que l’islamisme et sa
    Dire que l’islamisme et sa matrice ne nous viennent pas de l’Arabe Saoudite c’est nous prendre que pour des abrutis. Sauf que si l’un nous a été imposé l’autre nous avons bien été le chercher. La question qui mérite d’être posée est : nous avons envoyé des étudiants se former dans les bonnes universités occidentales beaucoup plus qu’en orient, pourquoi ce sont ces derniers qui ont essaimé ? Je passerais sur la principale contradiction qui caractérise la crise que nous vivons où la situation socioéconomique n’engendre que des mauvaises réponses et même des réponses qui ne font que la conforter. Vous me diriez que les crises sont tératogènes et la nôtre l’est encore plus.
    Quant à la main de l’étranger, qui y croit vraiment ? Pas plus que la bigoterie qui a infesté la société n’est prise au sérieux par les bigots apparents eux-mêmes et ne résistera pas à la marche de l’histoire, les couleuvres distillées tant que la rente est disponible ne perdureront. La seule alternative nous met devant un choix facile : laisser l’histoire faire son œuvre et ça durera encore un siècle ou plus, ou lui donner le coup de grâce. Mais comment ? Oui les tenants et les héritiers du système ont raison de redouter la main et l’esprit de l’étranger, parce que, complètement anesthésiée par l’arabo-islamisme, notre société ne saurait trouver en elle-même les ressources nécessaires à l’autocritique ou tout simplement à la prise de conscience de soi pour s’en sortir.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.