Une situation inédite dans le football

Par Kamel Moulfi – Nos concitoyens qui se réfugient dans l’actualité sportive, et dans le sport-roi, le football, pour fuir la politique, doivent être bien ennuyés en ce moment. Les deux compétitions principales – le championnat et la coupe – ressemblent à un champ de bataille occupé par des partis. Comme dans des élections politiques, la menace du boycott – qui vient d’un club de premier plan, l’Entente de Sétif – plane sur les dernières épreuves. La saison sportive risque de se terminer dans le désordre. Les matches vont se dérouler et se terminer en plein Ramadan estival ou autour de la fête de l’Aïd, mise à profit habituellement pour une trêve par tout le monde, y compris les boulangers, qui désertent leurs fours.

L’actualité footballistique nationale prend également des allures de front syndical. Le mot grève, familier aux salariés, de l’industrie jusqu’à la Fonction publique, résonne maintenant dans les vestiaires des joueurs de foot, à l’exemple de ce qui se passe chez l’USM Bel-Abbès (voir article AP). Comme dans les syndicats classiques, les revendications sont salariales. On a beaucoup parlé des montants faramineux que reçoivent en fin de mois les footballeurs en Algérie, mais on apprend aussi que ces salaires ne sont pas forcément payés, en tout cas pas dans les délais inclus dans les contrats.

Autre «ingrédient politique» dans le foot algérien : l’ingérence étrangère (voir article AP, sports, du 2 mai 2017). Même si la FAF ne ferme pas les yeux sur les dépassements, sa réaction frise la complaisance et a tendance à entretenir l’impunité. Mais la Fifa veille au grain et ses sanctions peuvent détruire un club, indépendamment des considérations politiques algéro-algériennes qui interfèrent à outrance, depuis quelques années, sur le fonctionnement du monde du football.

Comment va se terminer la saison ? Le boycott par un club des phases finales de la coupe est une situation inédite en Algérie. Les responsables ne cessent de botter en touche, de report en report, pour, comme dans d’autres domaines, éviter d’aborder les vrais problèmes. Jusqu’à quand ?

K. M.

Comment (6)

    Mello
    23 mai 2017 - 11 h 58 min

    Normal pour ce pays
    Mr Zetchi, vous avez ete elu pour prendre des decisions fermes.
    Voila ,qu’aujourd’hui , le president de la FAF a pris le torreau par les cornes en decidant de sevir sur toutes ces personnes qui se croient intouchables . Ce monde du foot en Algerie n’est que le reflet d’un marasme politique , social et economique dans lequel nous baignons.




    0



    0
    Mohand
    21 mai 2017 - 4 h 10 min

    On ne veut pas du sport, du foot
    C’est comme au Brezil. On en veut pas, du foot, de ce cache misère. Les brésilien ont compris et se sont opposés à ce cache misère. pendant que le peuple s’occupe du foot, la misère se tresse des lauriers, des favelas, de l’insecurité. Ils ont dit non au foot et à sa footaise, à ces concourt d’éthetique, à cette vente des corps, à ces footeur riches pendant que le peuple creve.




    0



    0
    Sportifdz
    20 mai 2017 - 19 h 59 min

    La FAF c’est toute l’algerie
    Mr ould ali je vous informe que La FAF appartient a toute l algerie se n est pas un CLUB ferme d alger et environ – si on voit Zatchi alger – haddad usma -3 vice presient
    President hussin dey- medane……..ect.. tout le.monde est d alger et environ c est une fede regionaliste il faut corriher c urgent




    0



    0
    [email protected]
    20 mai 2017 - 12 h 33 min

    situation inedite de le foot algerien
    le foot africain en general et algerien en particulier resemble aux contes qu’on nous appris a l’ecole cel du petit poucet et de l’ogre mais cette fois fois le conte ne rime pas a cause des dirigeants du foot algerien qui ne peuvent pas se chausser des bottes de l’ogre pour couvrir les longues distances du continent africain car leur jambes sont trop courtes et leurs pieds sont des pattes de grenouille, minuscules…




    0



    0
    Anonymous
    19 mai 2017 - 15 h 16 min

    Kerbaj devait tenir une AGEX
    Kerbaj devait tenir une AGEX dont l’ordre du jour était: LE DÉPÔT DE SA DÉMISSION et éventuellement, la fixation de la date de l’AG pour les dépôts de candidature des nouveaux postulants. Hors, nous avons vu un gourou et ses adeptes qui lui ont demandé de rester. Monsieur Kerbaj a juré par trois fois que cette fois-ci, c’était la bonne. Comment peut-on espérer le renouveau de notre football avec des gens pareils.




    0



    0
    Mello
    19 mai 2017 - 11 h 14 min

    Inedite pour tout le pays
    Jusqu’a quand ??
    Jusqu’a ce que ce pays revienne entre les mains de ses veritables enfants. Lesquels ?
    Le foot ball aux footballeurs, la boxe aux boxeurs, le basket aux basketteurs et ainsi de suite jusqu’ a ministere des sports a un sportif. Ce sont tous ces ingredients qui constituent le peuple, ce peuple qui decide.
    Pour revenir au foot ball, le soit disant professionalisme a ete mis en place , sans les outils du professionalisme:
    – Centres de formation inexixtants
    – Auto-financement inexistant
    – Stades aux normes inexistants
    – Club avec son propre stade inexistant
    – President digne de ce nom ,inexistant ( Actionnaire majoritaire) exception faite de Haddad de l’USMA
    Sans ommettre de signaler cette grosse arnaque que celle du MCA sponsorise par la Sonatrach.
    Mr ZETCHI vous avez ete elu pour prendre des decisions fermes.
    En fait pourquoi Raouraoua est parti de la FAF, mais il a laisse son ami Kerbadj a la LFP ?.
    Ce descriptif succin est avant tout valable pour cette pseudo-democratie qui nous fait croire en une veritable. Cette pseudo-democratie qui fait fuir son peuple . La democratie ? C’est avant tout l’independance des institutions entre elles.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.