Boutarfa à Vienne pour plusieurs réunions de l’Opep

Noureddine Boutarfa. New Press

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, se rendra à Vienne les 24 et 25 mai pour prendre part à la réunion du haut comité de monitoring conjoint Opep et non Opep ainsi qu’à la 172e conférence ministérielle de l’Opep et à la conférence ministérielle Opep et non Opep, apprend-on auprès du ministère de l’Energie. Avant de s’envoler vers la capitale autrichienne, M. Boutarfa s’était rendu la semaine dernière à Bagdad et à Moscou pour élargir l’adhésion au principe de l’adoption d’une position commune quant à la prolongation de l’accord de réduction de la production pétrolière des pays Opep et non Opep.

Visant à assurer un retour à l’équilibre du marché d’ici le premier trimestre 2018, cette position a été effectivement affirmée lors de la rencontre du ministre de l’Energie avec ses homologues irakien Jabbar Al-Aluaibi et russe Alexander Novak, qui se sont exprimés en faveur d’une prolongation de l’accord sur une réduction de la production pour une durée de 9 mois supplémentaires.

Ce principe avait également été retenu lors de la visite du ministre vénézuélien du Pétrole et des Mines, Nelson Martinez, en avril dernier à Alger, pour soutenir la reconduction de l’accord entre les pays Opep et non Opep.

Un accord Opep-non Opep sur une prolongation de la réduction de la production de pétrole semble certain puisqu’il a déjà acquis un très large consensus.

A plusieurs reprises, le ministre saoudien de l’Energie, Khaled Al-Falih, s’est dit confiant sur la perspective d’une prolongation des quotas de production de pétrole, ainsi que les pays du Golfe membres de l’Opep qui se sont montrés favorables à cette extension.

Pour rappel, l’Opep et des pays producteurs hors Opep avaient convenu, en décembre 2016 à Vienne, d’un accord, le premier du genre depuis une quinzaine d’années, pour agir ensemble en réduisant leur production d’un total avoisinant 1,8 mbj à partir de janvier 2017 à raison de 1,2 mbj par l’Opep et 600 000 bj par onze pays hors Opep (Azerbaïdjan, Brunei, Bahreïn, Guinée Equatoriale, Kazakhstan, Malaisie, Mexique, Oman, Russie, Soudan et Sud-Soudan).

En application de l’accord de l’Opep, M. Boutarfa avait instruit en décembre dernier l’Agence de régulation des hydrocarbures (Alnaft) de faire procéder par les contractants de gisements d’hydrocarbures liquides à une réduction totale de leur production d`hydrocarbures liquides de 50 000 barils par jour à répartir équitablement entre tous les contractants, et ce, à compter du 1er janvier 2017 pour une première période de 6 mois.

R. E. 

Commentaires

    leputois
    23 mai 2017 - 18 h 30 min

    Tout faire pour maintenir le
    Tout faire pour maintenir le prix du baril le plus haut possible. faute de quoi il n y a aucune autre façon de gouverner le pays. Pas d’idées, pas de compétences, pas de savoir faire, pas d’intelligence rien de tout cela. On ne connait que le service de la prédation et de la distribution de la rente et on modelé tout le monde à cela. Du coup, on ne trouvera que des squatteurs à tous les étages guettant les moindres opportunités de s’enrichir à partir du robinet de la rente. L’après moi le déluge prend tout son sens avec le comportement de nos dirigeants et de l’ensemble de ses thuriféraires.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.