Le frère du terroriste de Manchester planifiait un attentat

La reine Elisabeth rendant visite aux blessés. D. R.

Le frère cadet du kamikaze de Manchester, Salman Abedi, planifiait une attaque contre l’Envoyé spécial de l’ONU et des diplomates impliqués dans le processus de stabilisation de la Libye. Des rapports des services de sécurité affirment que Hashem Abedi, 20 ans, avait planifié d’assassiner Martin Kobler, le chef de la Mission de soutien des Nations unies en Libye, lors d’une visite à Tripoli plus tôt cette année.

Le plan élaboré par une cellule terroriste était dans sa phase finale, mais il a été déjoué avant qu’il ne soit exécuté. Selon le quotidien britannique, The Sunday Telegraph, le groupe extrémiste islamique a été mis sous surveillance pendant plusieurs mois par les services de sécurité libyens, une opération ayant permis de conclure que le jeune frère d’Abedi est très bien implanté au sein de ce groupuscule. Ce dernier a été arrêté mardi dernier dans la maison familiale des Abedi à Tripoli, il est en ce moment interrogé conjointement par le renseignement britannique, le MI6, et les services de sécurité libyens sur son rôle dans l’attaque de Manchester de lundi dernier.

22 personnes ont été tuées et 119 blessées lorsque Salman Abedi a fait exploser une bombe à clous lors d’un concert d’Ariana Grande dans une salle archicomble à Manchester. Hashem, le frère cadet de Salman Abedi, aurait avoué avoir acheté les composants de l’engin explosif. Le jeune homme âgé d’une vingtaine d’années aurait également avoué aux enquêteurs que son frère et lui-même soutenaient Daech, affirmant que l’attaque a été menée en représailles à l’implication des forces de la coalition internationale en Syrie et en Irak.

Cela étant, suite à ses aveux, le jeune Hashem Abedi, qui porte la nationalité britannique, pourrait être extradé vers le Royaume-Uni pour être jugé devant une juridiction britannique, en vertu de la législation antiterroriste, pour son implication dans l’une des pires attaques terroristes que la Grande-Bretagne ait connu depuis 2005.

Ahmed Bin Salem, officier de la Force de dissuasion spéciale libyenne, une brigade en charge de la lutte contre les factions djihadistes, a confié au Sunday Mail que «Hachem savait tout du plan de son frère Salman, sauf le timing». Il savait pertinemment qu’il planifiait une attaque terroriste d’envergure. Ses révélations viennent appuyer les thèses selon lesquelles le groupe terroriste Daech, qui ne cesse de perdre du terrain en Syrie et en Irak, profite du chaos libyen pour s’implanter dans la région et rallier à sa cause l’ensemble des factions djihadistes libyennes.

De Londres, Boudjemaa Selimia

Comment (2)

    Anonymous
    28 mai 2017 - 14 h 04 min

    Effectivement la presse
    Effectivement la presse Britannique parle d’une de diplomates de hauts niveaux étaient sur la liste des personnalités cibles par les groupes terroriste en Libye, Abdelkader Messahel, qui prend plaisir de se balader dans des zones à risque en Libye, devrait faire très attention.




    0



    0
    Sauve qui peut
    28 mai 2017 - 12 h 59 min

    Il semblerait que la Libye
    Il semblerait que la Libye est desormais la plaque tournante des mouvements Dihadistes, que Kafdafi a su leur barrer la route, mais aujourd’hui le chaos libyen est une chance reve pour cette mouvance pour transforme la region en une zone de non droit.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.