Une contribution de l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles – Le futur accord UE-Maroc devra être conforme au droit international

Amar Belani, une activité intense à Bruxelles qui dérange le Makhzen et ses lobbyistes. D. R.

Malgré les contorsions de l’Union européenne, le futur accord avec le Maroc devra être conforme au droit international et à la décision de la Cour européenne de justice.

Le Conseil des ministres de l’UE a adopté, le 29 mai, une recommandation de la Commission européenne, autorisant cette dernière à ouvrir des négociations entre l’Union européenne et le royaume du Maroc sur l’adaptation de certains protocoles à l’accord entre l’UE et le Maroc, ainsi qu’un projet de directives de négociation d’un accord entre l’UE et le Maroc.

L’arrangement proposé par la commission prendrait la forme d’un échange de lettres entre l’UE et le Maroc, étendant le champ territorial de l’accord d’association déjà en place, notamment dans ses aspects commerciaux (protocole n°1 relatif au régime applicable à l’importation des produits agricoles originaires du Maroc et protocole n°4 relatif à la définition de la notion de «produit originaire» et aux méthodes de coopération administrative), au territoire du Sahara Occidental, soi-disant pour prendre en ligne de compte le constat établi par la cour, selon lequel l’approbation du peuple sahraoui est requise pour la conclusion d’un accord qui comprenne le territoire du Sahara Occidental.

Il est important de souligner que l’accord obtenu par la Commission européenne ne porte pas sur des amendements précis, mais sur un mandat de négociation, lequel devrait respecter certains paramètres rappelés notamment dans un communiqué publié le 29 mai par le gouvernement suédois, tels que la conformité de l’accord additionnel avec le droit international, y compris les dispositions contenues dans la décision de la Cour de justice de l’UE sur l’approbation du peuple sahraoui. Il ne s’agit donc pas d’un chèque en blanc donné aux négociateurs de la Commission européenne, dont l’action devra satisfaire aux exigences de transparence. La position des Etats membres sur l’accord final dépendra, en outre, de la conformité de son contenu avec les attentes et principes promus par ces pays.

Cette séquence politique est le résultat de contorsions juridico-techniques et d’intenses discussions entre l’Exécutif européen et les autorités marocaines, les deux parties s’échinant depuis des mois à se sortir de l’embarras causé par l’arrêt de la Cour de justice de l’UE (CJUE) du 21 décembre 2016, qui avait établi que le Sahara Occidental est un territoire distinct et séparé du Maroc et que, par conséquent, les dispositions contractuelles liant le Maroc à l’UE en vertu d’un accord agricole ne sont pas applicables aux produits issus de ce territoire non autonome.

Le résultat de ces tractations menées en secret et dans l’opacité la plus totale est une formule boiteuse et accommodante pour le Maroc, axée sur deux éléments : l’extension des préférences tarifaires contenues dans l’accord agricole et ses protocoles subséquents aux produits issus du territoire du Sahara Occidental ; la perpétuation du lien de subordination du peuple sahraoui dans les territoires occupés à l’administration marocaine, en soumettant l’exportation, et donc l’exploitation des ressources du territoire, à l’assentiment d’un organe représentatif de la «population des provinces du Sud», constitué de «sujets» de sa majesté et donc totalement acquis à la thèse sur la «marocanité du Sahara».

En proposant une telle formule, l’Exécutif européen cautionne la prédation des richesses du Sahara Occidental par le Maroc et, fait plus grave, fait le choix hasardeux et immoral de soutenir indirectement l’occupation marocaine d’un territoire sur lequel aucun Etat au monde ne reconnaît sa souveraineté.

De plus, le mandat de négociation requis par la commission s’orienterait, selon certaines sources, vers une requalification du statut des habitants autochtones du territoire au mépris de la légalité internationale et de l’arrêt de la CJUE, en leur ôtant la qualité de «peuple». Ceux-ci seraient, en effet, considérés comme une simple «population locale» constitutive et prétendument intégrée dans le tissu social marocain, ce qui est un déni de leur identité propre, de leur histoire et de leur aspiration légitime à l’autodétermination.

En réalité, ce résultat était prévisible s’il l’on examine attentivement le discours des responsables européens, qui avaient, lors de leurs interventions devant les différentes commissions du Parlement européen, défendu bec et ongles l’accord agricole UE-Maroc, arguant que l’arrêt de la Cour de justice de l’UE du 21 décembre 2016 n’entravait en rien sa mise en œuvre, mais leur imposait simplement d’en clarifier certains aspects.

Ce discours, rassurant en apparence, visait en fait à anesthésier à fortes doses de jargon technique les eurodéputés qui s’interrogeaient sur la licéité de la démarche promue par la Commission européenne et sa compatibilité avec la décision de la Cour de justice, avec la complicité et l’appui discret de certains pays européens connus pour leur soutien indéfectible au Maroc.

Se sont joints à ce concert de louanges, des responsables français embrassant une carrière au sein de l’Exécutif européen, à l’instar de Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques et financières, à la fiscalité et aux douanes, et de Bruno Dethomas, ex-chef de la Délégation de l’UE à Rabat, actuellement employé au cabinet de lobbying bruxellois «GPlus», mobilisé à coups de séjours, tous frais payés, dans les riadhs marocains au décor enchanteur, pour apporter leur caution politique à la démarche du Maroc et louer ses réalisations, minimisant, ce faisant, l’impact de l’arrêt de la justice européenne et l’action de la Commission européenne, dont la principale préoccupation serait en définitive de dissiper les «malentendus» pour rassurer son partenaire marocain.

Ce faisant, l’UE commet quatre erreurs qui finiront tôt ou tard par lui imposer de nécessaires clarifications :

1- En contournant une décision de justice qui lui est pourtant contraignante et qu’elle est tenue d’appliquer de bonne foi, l’UE contribue à l’affaiblissement de son propre système juridique et le socle de valeurs sur lesquelles a été construite et à l’aune desquelles elle fonde son rayonnement à l’international (soft power). Sa posture morale à géométrie variable en est l’exemple le plus édifiant, n’hésitant pas à pratiquer à l’encontre du peuple du Sahara Occidental ce qu’elle dénonce chez Israël par rapport à la situation des Territoires palestiniens occupés.

2- En encourageant le conseil à approuver une proposition qui contredit la politique de longue date de l’union sur le Sahara Occidental, en soutien aux efforts des Nations unies, l’UE se disqualifie bêtement de toute perspective de jouer un rôle constructif dans le règlement du conflit. Dans ce contexte, il lui sera impossible de jouer un rôle dans l’apaisement souhaitable des relations entre le Front Polisario et le Maroc qui permettrait de stabiliser la région pour se consacrer à l’édification d’un Maghreb arabe uni et prospère.

3- En encourageant aussi le Maroc à poursuivre l’exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara Occidental, elle sape les efforts des Nations unies pour la relance des négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit, tels que stipulés dans la résolution 2351 adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU en avril 2017.

4- Loin d’aller à la rencontre des besoins du peuple sahraoui et d’être à l’écoute de son seul représentant légitime, le Front Polisario, l’UE a été dans le déni. Certes, il est dur de renoncer à la chaude ambiance de complicité, aux codes bien rodés, au partage décalé de références communes, acquis en plusieurs années de coopération, parfois houleuse, avec le Maroc. Mais de là à ignorer royalement les aspirations légitimes du peuple sahraoui, misant à chaque étape sur son échec à affirmer ses droits inaliénables, procède de calculs à courte vue et écorne irrémédiablement son statut d’acteur global qui promeut la paix et la stabilité dans le monde et défend le principe d’Etat de droit.

Seules demeurent, pour le salut du peuple sahraoui, deux inconnues dans cette équation :

1. Le vote du Parlement européen, qui devrait passer dès le 30 mai 2017 par le filtre des commissions sectorielles avant d’être adopté en session plénière. Dans ce cadre, la commission devra répondre aux inquiétudes des parlementaires sur la compatibilité des arrangements qu’elle propose avec l’arrêt de la justice européenne et le droit international. C’est, d’ailleurs, le sens de l’amendement adopté le 30 mai par la commission des affaires étrangères du Parlement européen dans le cadre du projet de rapport sur la recommandation du Parlement au conseil concernant la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies, au terme duquel ils appellent le conseil à «se conformer à l’arrêt de la Cour de justice européenne au sujet du Sahara Occidental et soutenir les efforts des Nations unies visant à garantir un règlement équitable et durable du conflit au Sahara Occidental sur la base du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et conformément aux résolutions pertinentes des Nations unies» et à «œuvrer pour que la Mission des Nations unies pour le Référendum au Sahara Occidental (Minurso) se voit conférer un mandat relatif aux droits de l’Homme, à l’instar de toutes les autres missions de maintien de la paix des Nations unies, et pour que tout le personnel de la Minurso soit autorisé à reprendre ses fonctions».

2. La validation par certains gouvernements, dont celui de la Suède, notamment du texte de la décision qui sera adoptée en dernier ressort par le Conseil européen. Cette ultime étape pourrait s’avérer une tâche difficile, car chaque gouvernement devra justifier, parfois devant son Parlement national, la pertinence de l’approche adoptée par la Commission européenne, elle-même de plus en plus critiquée pour ses postures sur certains dossiers et son éloignement des réalités socioéconomiques des citoyens européens.

A cela s’ajoute l’embarras dans lequel se trouve Rabat, après la décision récemment adoptée par la Cour de justice de l’UE sur l’accord de libre-échange UE-Singapour, qui remet en question la compétence exclusive de la Commission européenne dans la conclusion d’accords de libre-échange et lui fait obligation d’obtenir l’aval de tous les Parlements des Etats membres.

Ceci est loin d’être une bonne nouvelle pour le Maroc et promet de rendre plus complexes les négociations en cours avec l’UE sur un Accord de libre-échange complet et approfondi (Aleca), d’autant que l’approbation finale de l’accord sera soumise aux aléas politiques et aux sensibilités de certains Parlements nationaux à la cause sahraouie.

Amar Belani, ambassadeur d’Algérie à Bruxelles

Comment (26)

    Benhabra brahim
    31 mai 2017 - 21 h 35 min

    El marroqui et sa diplomatie
    El marroqui et sa diplomatie continuent de s enfoncer dans les abysses de la mediocrite.Cette mediocrite avait atteint son extreme idiotie quand el marroqui avait refuse de recevoir l ex sg des nations unies.Et probablement cela pourrait expliquer le « pourquoi » des chef d etat a leur tour on refuse de le recevoir??!!!..Quand aux europeens,d un point vue juridique il y a un paradoxe que je ne m explique pas???…Ils ont abolie la peine capitale,mais certains ont legalise…………………………………l euthanasie.Dans un milieu pareil,il est normal que el marroqui essaye de brouiller les cartes pour essayer d obtenir un moratoire et faire perdurer le status quo concernant son occupation du sahara occidental.




    0



    0
    hach houch
    31 mai 2017 - 19 h 22 min

    que votre personne soit
    que votre personne soit cette elite qui merite votre honneur et le notre rabi yahfdak




    0



    0
    Rachid Djha
    31 mai 2017 - 16 h 15 min

    Que des mauvaises nouvelles
    Que des mauvaises nouvelles pour le Prédateur M6 puisque on vient de nous annoncer que les COP21 et 22 sont mortes et enterrées aujourd’hui et que Trump vient de réciter l’oraison funèbre.




    0



    0
      Messaoud
      31 mai 2017 - 18 h 50 min

      @Rachid Djha

      @Rachid Djha
      Certainement que Trump avait compris que ces Cop sont des fumisteries du duo Hollande-mimi6 pour detourner l’attention des Etats sur la derniere colonie en Afrique a savoir le Sahara occodental.




      0



      0
    dz patriote
    31 mai 2017 - 15 h 45 min

    Gouvernement d’AP- Ministre
    Gouvernement d’AP- Ministre de la défense nationale : Ras El Hanout mission: lutte sans merci contre tous les clandestins et contrebandiers mokokos qui circulent en Algérie. -Ministre de l’intérieur : Aomar : mission: former de nouvelles structures chargés exclusivement de lutter contre les mokokos. -Ministre des affaires étrangères : Ziad Alami : réaffirmation avec niaque du soutien de l’Algérie à la cause sahraoui, faire vivre des cauchemars au regime du makhzen. -Ministre de la justice : Mouloudéen : emprisonnement ou renvois aux frontieres de tous les délinquants mokokos circulant en Algérie. -Ministre du commerce : Jean Boucane : Imposer un boycott et bloccage de toutes les marchandises mokokos -Ministre des finances: Anonymous : Imposer un paiement d’impôts très élevés aux quelques mokokos vivant en toute légalité en Algérie – Ministre de l’industrie et des mines :patriote: Suspendre toute coopération industrielle avec le regime d bouffi 6 – Ministre de l’energie : Foueddz: Stopeer l’exportation de gaz, pétrole et electricite vers le Maroc – Ministre des moudjahidines : Bab El Oued Al Chouhadas et Lotfi ALN vice-ministre : Rechercher tous les félons qui ont collaborés avec les mokokos pendant la guerre de libération et la guerre des sables. – Ministre du Tourisme: Kahina : Campagnes de préventions afin de faire comprendre que le tourisme en Algérie ne doit pas se développer de la même manière qu’au Maroc, sous peine de devenir un deuxième bordel à ciel ouvert de pédophiles sexuels -Ministre de l’éducation nationale : Amel : Enseigner dans les écoles la vraie histoire dévoiler la trahison des mokokos contre les Algériens depuis des siècles. – Ministre de l’emploi : Thidet : Traquer les mokokos qui travaillent au noir en Algérie – Ministre de la culture : Moskodz: Réhabiliter l’algérianité de notre patrimoine usurpée par les mokokos – Ministre de la santé Hannibal: suspendre toute aide médicale aux mokokos -Ministre de la jeunesse et des sports : Jugurtha: Lutter contre les héroïnes en provenance du Maroc, qui affectent la jeunesse Algérienne – Ministre de la communication: Nobody : Construire une communication très forte pour se montrer très agressifs envers le regime de bouffi 6 et stopper toute vente de journaux mokokos en Algérie. Je m’excuse de ne pas avoir pris tout le monde, beaucoup d’autres méritent de faire partie ce ce gouvernement virtuel d’AP.




    0



    0
      Makhloufi
      31 mai 2017 - 16 h 28 min

      Et moi !!! Je suis ou dans ce
      Et moi !!! Je suis ou dans ce Gouvernement ? Pourtant je promet et jure sur la tête de mon père mort en 1963 sous les balles de la soldatesque des Far que mon programme reposera sur deux priorités : 1/- reconduire aux frontières de l’Ouest les 450.000 clandestins marocains qui circulent en toute liberté à travers le territoire national. 2/- J’enverrai une équipe de choc au Maroc pour aller chercher le fils du glaoui et le faire juger par un tribunal algérien pour sa guerre narcotique qu’il mène contre la jeunesse algérienne.




      0



      0
        dz patriote
        31 mai 2017 - 20 h 46 min

        En plus du ministère de la
        En plus du ministère de la défense nationale, on rajoute un vice-ministère c’est vous le ministre.




        0



        0
      Moskosdz.
      31 mai 2017 - 23 h 49 min

      +dz patriote//De ma part j
      +dz patriote//De ma part j’invites tous les Algériens à dénoncer la torture,les crimes,les viols et les rapts commis sur le peuple Marocain par les généraux barons de drogue au service du régime dictatorial de Rabat sur toute vidéo concernant le Rif.




      0



      0
    HANNIBAL
    31 mai 2017 - 15 h 22 min

    C’est la panique totale a
    C’est la panique totale a bord le makhzen frise l’hystérie il
    est défendu par ses proxénètes qui viennent a son secours pour le rassurer tel que moscovici
    le pedophile qui était au royaume du plaisir il y a 2 jours on continu de protéger meme si on aime pas ! mr Belani fait son travail de diplomate le Polisario doit faire le reste !! ! voici une preuve sur moscovici !!

    https://www.youtube.com/watch?v=Oc6LOhLkzoo




    0



    0
    Fouedz
    31 mai 2017 - 15 h 08 min

     »Merci Mr Belani », c’est le
     »Merci Mr Belani », c’est le titre d’un article du propagandiste site du Makhnez (ma360) traitant de ce sujet. Sa lecture met en évidence la panique qui habite le Régime allaouite allochtone. Me concernant je dirais simplement et humblement : Thank you so much Dear Ms Belani for your precious contribution. Respecfully.




    0



    0
    Vangelis
    31 mai 2017 - 14 h 02 min

    Ce que je ne comprends pas du
    Ce que je ne comprends pas du tout est le fait que l’U.E prenne autant de gants et de temps pour respecter une décision de justice appliquée non pas à l’un de ses états membres mais bien à un état qui lui est étranger territorialement, juridiquement et socialement. Si donc les membres de l’E.U chargés de la renégociation sont à ce point manœuvriers c’est au seul motif de subir un chantage du makhzen. Et en effet, ce pays, « gardien » de la porte d’entrée vers l’Europe par les enclaves Ceuta et Mellila est pourtant rémunéré pour ses actions à l’encontre des subsahariens qui veulent émigrer vers l’Europe et plus particulièrement vers l’Angleterre. Cette fonction de goumier assurée par le makhzen ne peut à elle seule justifier les réticences voir les blocages que comptent adopter les négociateurs européens. Il y a forcément une autre forme de chantage exercé contre l’Europe et celui ci est le terrorisme dont Madrid, Londres et Paris en ont eu l’avant goût. En dehors de cet aspect de terrorisme sous la forme de chantage exercé par le makhzen, je ne vois pas pourquoi l’Europe traîne à plier cette affaire en conformité avec la décision de justice de sa propre Cour. Qui plus est, je ne vois pas pourquoi l’Europe commerce avec un pays qui vit de la drogue en finançant par ricochet sa mainmise sur un territoire qui ne lui appartient pas.




    0



    0
    Mello
    31 mai 2017 - 13 h 54 min

    Tous ces accords avec l’UE ne
    Tous ces accords avec l’UE ne sont , en fait, que du pipo, du khorti, car c’est l’Europe qui tire les dividendes de tels accords. Pour le cas de l’Algerie, il est souhaitable qu’elle puisse se rapprocher de ce BRICS ( association des 5 pays emergents que sont le Bresil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud) pour avoir une relation gagnant -gagnant. Ce pole constitue une menace economique aussi bien pour l’ UE que pour les Etats Unis, en creant leur propre banque de developpement etablie a Shangai pour assurer le flux monetaire entre ces pays et ils ont decide de creer leur propre agence de notation estimant que les agences existantes Moody’s , standard and poors et Fitch etaient biaisees vis a vis des societes occidentales. Tous les economistes occidentaux les donnaient perdants, mais le temps a demontre le contraire. Notre pays , qui fait face a la recession, y gagnerait a y adherer.




    0



    0
    BabElOuedAchouhadas
    31 mai 2017 - 13 h 33 min

    Excellence, merci à vous et à
    Excellence, merci à vous et à votre équipe pour cette précieuse contribution. Toutefois je reste convaincu que l’indépendance du Sahara occidental est au bout du fusil de son peuple avec le double mérites : 1/- le recouvrement de la liberté pour ce peuple du Sahara occidental qui a tant souffert. 2/- débarrasser la Région Afrique du Nord de cette féodale prédatrice famille allaouite venue de l’Arabie Yahoudite.




    0



    0
    Felfel Har
    31 mai 2017 - 13 h 22 min

    On retrouve une fois de plus
    On retrouve une fois de plus une Europe fourvoyée dans des contradictions inexplicables. Elle chante les vertus de la démocratie, des droits de l’homme et tutti quanti, mais elle se fait prendre en flagrant délit de déni de justice à l’égard du peuple sahraoui. Quel crédit peut-elle bien avoir quand elle viole sans vergogne les décisions de sa propre Cour de Justice?
    Je fais appel à l’un des leurs, l’immense W. Churchill, pour prononcer mon verdict:  » Vous avez à choisir entre la guerre et le déshonneur, vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre ».
    J’ignorais à quel point la cupidité et la stupidité pouvaient faire perdre la raison à quelques illuminés. On ne joue pas avec des allumettes quand on est assis sur un baril de poudre, ça peut exploser à tout moment.




    0



    0
    djilali
    31 mai 2017 - 13 h 11 min

    on a jamais vu les fils de
    on a jamais vu les fils de lalijou devenir des patriotes et les fils des harkis egalement (…) rkhass … tahanine …




    0



    0
    désolé je me repete
    31 mai 2017 - 12 h 40 min

    Son altesse M6 fait du cinéma
    Son altesse M6 fait du cinéma car ça va mal dans son royaume… Alors ils veulent créer ce problème avec l`Algérie pour détourner l`attention de son pauvre peuple mais juste en Europe. Pourquoi? car les dés ont été jeté dans ce G7… Il y a eu comme un retrait de confiance des européens vis à vis des américains qui ont raflé les 380 milliards aux arabes. Donc l`Europe songe à créer sa propre défense militaire et revoir sa stratégie économique avec le reste du monde.
    Macron n`a pas invité Poutine pour visiter le nouveau musée, mais pour repenser et se repositionner par rapport à la Syrie car TRUMP leur a signifié que les pigeons se sont envolés.. Et l`OTAN est en phase de disparaitre. Alors pas de temps à perdre avec EL KHORTI6 qui ne représente rien du tout (…) il faut trouver des pays sérieux avec qui faire du commerce et l`Algérie représente des potentialités non négligeables.
    l`équilibre stratégiques de ce monde est en train de prendre une tournure non prévue par les penseurs européens. Donc on procède au coup par coup. Dans son intérêt, Israël va opter une solution à deux états avec la Palestine et deviendra la grande défenderesse des pays arabes et musulmans qui, eux, ont choisi de donner 380 milliards aux américains et ignoré la France qui se retrouve désorientée car elle ne représente plus rien aux yeux de tous. Elle est juste considérée détentrice du pétard nucléaire, au même titre que la Corée du nord.




    0



    0
      Bennani
      31 mai 2017 - 13 h 42 min

      Pertinente mise au point qui
      Pertinente mise au point qui permet de faire une autre lecture de proximité à savoir que le fils du Glaoui est maintenant réellement nu avec une main devant et une autre derrière.




      0



      0
      Bennani
      31 mai 2017 - 13 h 44 min

      Pertinente mise au point qui
      Pertinente mise au point qui permet de faire une autre lecture de proximité, à savoir que le fils du Glaoui est maintenant réellement nu, avec une main devant et une autre derrière.




      0



      0
    Mazouzi
    31 mai 2017 - 12 h 26 min

    Président de la République
    Président de la République : RAMTANE LAMAMRA
    Premier Ministre : ABDELKADER MESSAHEL
    Ministre d’état Ministre des Affaires Etrangères : AMAR BELANI
    Ministre des Mines et de l’énergie : NOUREDDINE BOUTARFA
    Ministre de l’Interieur : TAYEB ZITOUNI
    Ministre de la Défense : GAID SALAH
    ça c’est l’ossature et le reste, des jeunes dynamiques et intellos…de vrais combattants avec l’Amour du pays.
    c’est un désir personnel sans lien aucun avec aucune personne de la liste…seulement mon Algérie que j’aime.




    0



    0
      Mello
      31 mai 2017 - 13 h 35 min

      On ne propose pas des membres
      On ne propose pas des membres du gouvernement par empathie ou sympathie. Cela se passe dans une republique bananiere. Le changement politique vers une democratie apaisee et en phase avec la majorite des Algeriens, fera sortir de nouvelles competences issues d’elections propres et honnetes, ayant l’aval de la majorite. Il faudrait a ces personnes que vous avez citees passent l’epreuve des elections legislatives avant de pretendre a un poste ministeriel.




      0



      0
    Dyhia
    31 mai 2017 - 12 h 03 min

    GO ON Mr. Belani !! La

    GO ON Mr. Belani !! La justice doit avoir le dessus sur les pervers à gage du makhzan.




    0



    0
    Mohand Assam
    31 mai 2017 - 10 h 08 min

    Droit dans bottes, notre
    Droit dans bottes, notre ambassadeur fait preuve de compétences, et de sérénité.
    Les fonctionnaires (véreux) de l’Union Européenne a la solde de leur Gouvernement respectif, et du Mahzen
    placé directement sous l’autorité de Mr. Azzoulay, Ministre conseiller spécial de Roi, fait le reste. La répartition des rôles de chacun des acteurs , est parfaitement définis par une feuille de route établie par Mr. Hollande, et tous ses prédécesseurs.
    La proximité du Luxembourg, et ses machines a Cash,
    font le reste.
    Nous avons (l’Algérie) à parfaitement les moyens de de sa politique pour mettre tout ce beau monde au piquet, et prendre ainsi a témoins l’opinion publics
    Internationale .
    Gageons, que viendra le moment ou, nous n’auront d’autres choix que de passer a la vitesse supérieur.




    0



    0
    Anonymous
    31 mai 2017 - 9 h 37 min

    C’est très bien qu’on nous
    C’est très bien qu’on nous parle un peu des choses et qu’on s´adresse à nous, il ne faut jamais oublier que l’erreur commune à tous les pays c’est quand les élites méprisent les peuples dont ils sont issus et courent après des mirages idéologiques qui les poussent à mépriser de là où ils sont issus. C’est la source des problèmes en général, il faut une élite, mais qu’elle soit au service de son peuple.
    On vous soutient Monsieur l’Ambassadeur, la situation au Sahara occidental est un scandale pour la communauté internationale. Tout le monde s’en rendra compte, en espérant que ce ne soit pas trop tard. Gardez le cap, c’est un combat juste et nous ne devons pas être du coté des lâches qui profitent du malheur des autres, ce n’est pas nous ça, nous devons rester fidèles à nos valeurs d’anticolonialisme.




    0



    0
    Méditorial
    31 mai 2017 - 9 h 26 min

    Quel plaisir de vous lire
    Quel plaisir de vous lire votre excellence Monsieur l’Ambassadeur!
    Compétence, lucidité, et patriote sont les qualificatifs qui me viennent à l’esprit quand je vous lis.
    Merci de nous donner tant de fierté et surtout de faire comprendre aux sbires – marocains et français – qu’ils jouent perdants par avance parceque pris dans la nasse juridico-administrative de l’ONU et de l’UE. Catch 22 en somme.




    0



    0
    HOUMTY
    31 mai 2017 - 8 h 44 min

    SALAM ALAIKOUM LKHAWA……
    SALAM ALAIKOUM LKHAWA….. FINALEMENT ILS ONT OUVERT LES YEUX CES EUROPEENS, GRACE A LA DIPLOMATIE ET A LA COMPETENCE DE SON EXCELLENCE NOTRE AMBASSADEUR EN BELGIQUE QUI A SU APPORTE DES ARGUMENTS CONCRETS, POUR CONTRE LES QUELQUES PARLEMENTAIRES (EURODEPUTE) A LA SOLDE DU PSEUDO NARCOROYAUME QUI DISTRIBUE L’ARGENT DE LA BEUZ ET DE LA FAMILLE EL SAOUD , A CETTE CLIQUE D’EURO-MAFIOSO EUROPEENS… LONGUE VIE A NOTRE MERE PARTIE L’ALGERIE.
    P.S LE BIEN L’EMPORTERA SUR LE MAL INCHA ALLAH.




    0



    0
    Rayés Al Bahriya
    31 mai 2017 - 8 h 32 min

    Commissions ! Vous dites .

    Commissions ! Vous dites le bakchiche. Que le roitelet 106 refile donc par des tierces personnes et récupère l’argent après.
    Moralité : » biens mal acquis ne profitent qu’après » .
    Ils magouillent ces petits arlequin de basses besognes.
    Y a des affaires. ..à scandales dans ce royaume européen en décrépitude.
    C’est la lutte du pot de terre contre le pot de… vin, bien sûr.
    La lutte du peuple Sahraoui triomphera car c’est une cause juste.
    Allah est avec les justes.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.