Le renversement du roi Salmane se prépare-t-il en catimini ?

Arabie Saoudite, prince héritier, Mohamed Ben Salmane, roi Salmane
Le prince héritier Mohamed Ben Salmane. D. R.

La mise à niveau de l’Arabie Saoudite aux normes occidentales a commencé. Selon le quotidien arabe Rai el-Youm, publié à Londres, la nomination de Mohammed Ben Salmane, 31 ans, fils du roi Salmane Ben Abdelaziz Al-Saoud, comme prince héritier d’Arabie Saoudite est annonciateur de changements radicaux destinés à sortir le royaume de l’anachronisme qui continue de dominer la vie quotidienne des Saoudiens. Le point de non retour dans la série de transformations, qui ont déjà commencé, sera la destitution, préparée en catimini, du roi Salmane et son remplacement par son fils, avec l’accord de l’Administration américaine dirigée par Donald Trump. La même source indique que le renversement du roi Salmane, 81 ans et diminué physiquement, pourrait avoir lieu plus tôt qu’on ne l’imagine.

Les observateurs ont noté que tout a commencé avec la mise à l’écart de Mohammed Ben Nayef, neveu du roi, ce qui a permis de rompre avec une tradition vieille de plus d’un demi-siècle qui veut que le pouvoir se transmette entre frères. La voie ouverte à Mohammed Ben Salmane est perçue comme l’annonce d’une politique de réformes qui pourrait aller loin et changer substantiellement la face du royaume.

On a beaucoup entendu parler de son plan «Vision 2030», lancé en 2016, pour mettre en place la transition énergétique du pays et sa transformation économique. Rai el Youm rapporte que les indices probants de l’ouverture voulue par le nouvel homme fort du royaume ont été décelés dans l’organisation, pour la première fois, d’activités culturelles mixtes, c’est-à-dire en présence de femmes côtoyant des hommes, ce qui constitue la transgression d’un double interdit religieux, bien qu’il s’agisse d’interdits non écrits dans des lois, mais imposés par le pouvoir des imams et des prédicateurs. Cette initiative, expliquent les observateurs, fait partie des gages que Mohammed Ben Salmane veut donner aux Occidentaux pour leur prouver sa volonté de changer les choses en fonction de leurs souhaits.

Les transformations les plus radicales que le prince compte introduire concernent la place de la femme saoudienne, qui pourra accéder aux activités culturelles et sportives sans les anciennes contraintes religieuses. Ces activités, qui seront mixtes, bénéficieront d’une couverture médiatique et télévisuelle très large et inédite dans le royaume. Tout récemment, les Saoudiennes ont obtenu le droit de voyager, étudier et avoir accès à certains soins de santé sans la permission du tuteur, mais la conduite d’un véhicule leur reste encore totalement interdite.

Jusqu’à quel point Mohammed Ben Salmane pourra-t-il satisfaire les exigences de ses alliés occidentaux, pilotés par les Etats-Unis, mais aussi de son voisin arabe, l’Egypte, qui abrite une forte communauté chrétienne visée par un terrorisme islamiste alimenté par des prêches enflammés qui partent souvent d’Arabie Saoudite. La police égyptienne vient d’annoncer l’arrestation de six terroristes qui projetaient des attentats-suicides dans des églises et des lieux appartenant aux chrétiens coptes. En moins de deux mois, trois attaques terroristes ont fait plusieurs dizaines de morts et plus de 130 blessés parmi les coptes en Egypte.

Le principal obstacle sur le chemin tracé par Mohammed Ben Salmane est dressé par les dignitaires religieux wahhabites dont l’idéologie est la principale source d’inspiration et de mobilisation des groupes terroristes dans leurs diverses fractions, en premier lieu celles qui opèrent dans le royaume lui-même. Vendredi dernier, un terroriste s’est fait exploser dans la ville sainte de La Mecque pour ne pas être arrêté lors d’une opération de lutte antiterroriste qui a touché également Djeddah. Des faits de ce genre, expression d’une vraie guerre interne, sont certainement appelés à se reproduire.

Houari Achouri

Comment (15)

    mhd bouira
    26 juin 2017 - 15 h 29 min

    Certainement la récompense pour avoir été responsable de la mort de plus de 750 pèlerins(2015) à lui tout seul.




    0



    0
    abdel
    26 juin 2017 - 13 h 56 min

    Tout ce qu’on peut dire, ce n’est pas un exemple de sociétés à suivre, ils n’ont rien de bon, et beau sur tout les plans.
    Maintenant pour nous , il faut qu’on sache comment on veut vivre, malheureusement beaux des nôtres ont pour référence leurs modes vies et ont même honte d’être algérien, ils veulent être plus saoudiens que les saoudiens dans leurs pires débilités.




    0



    0
    Ait walou
    26 juin 2017 - 6 h 02 min

    Avec ce roi c’est peut être la fin du dictat des prêcheurs et des fetwas insensées. L’onde des chouyoukhs diminuera mais risque à ce qu’on verra surgir des fetwas locales, de la sous traitance en jargon professionnel. C’est le début d’une nouvelle ère, et quel sera le schéma préparé et à quoi ressemble t -il? Tout ce que je sais , c’est qu’il faut le suivre de près, car de cette région rien n’augure de bon et il faut bien se prémunir.




    0



    0
    Benhabra brahim
    26 juin 2017 - 2 h 10 min

    ki saoudi ki el quatari…………………………………deb rakeb foug khouh.Ils se font manipuler et plumer juste pour que leur trone soit un heritage.Et ca se dit musulman!!!….khrout.C est l islam qui a abolit la transmission du pouvoir par heritage(art.1 de la constitution seoudienne;.L arabie seoudite est un etat islamique,sa religion est l islam selon le coran et la sunna) et puis ensuite::..(art.6 ;le citoyen prete allegence au roi cad obeissance totale).Voila comment ces monarchies,eux meme etant un heritage coloniale,ont reussi a faire du pouvoir un heritage.Meme si le gars est incapable de savoir monter sur un dromadaire???!!..




    0



    0
    Bouzorane
    25 juin 2017 - 20 h 40 min

    Mais non, vous n’avez rien compris!!!….Vous vous intéressez aux futilités (droit de vote des femmes, droit de conduire, plus d’ouverture, moins de conservatisme…) mais vous avez négligez le plus important…. En réalité, les changements qui s’annoncent sont beaucoup plus importants… un jeune de 31 ans qui remplace un vieux de plus de 80 ans, cela veut dire changement de culture politique, les jeunes sont plus affirmés que les anciens, ont une culture de la confrontation plus prononcée…. sont nationalistes, belliqueux et expansionnistes…. Bref, ce qui s’annonce, ce n’est pas juste des petites réformes sociétales, mais plutôt des guerres et des tensions…. Ce petit jeune a déjà fait ses preuves : il serait l’artisan de la guerre contre le Yémen… l’embargo contre le qatar, c’est encore lui!…. Ce sera donc l’escalade avec l’iran et plus d’interventions en syrie et en lybie… Ce changement impactera forcément l’Algérie, d’une manière très défavorable…. nos dirigeants doivent prendre conscience de ce danger




    0



    0
      abdou dz
      25 juin 2017 - 23 h 30 min

      L’analyse fait certes l’impasse sur l’essentiel et les éléments cités ne fournissent pas d’éclairage sur les véritables enjeux du deal conclu avec trump
      Ce nouveau trublion ne se satisfera pas du chaos yéménite ou des autres conflits fomentés par son père
      La fuite en avant de ce royaume du mal va continuer mais la géopolitique turbulente de cette région et les intérêts des puissances ne lui laisseront aucune chance et il finira inéluctablement nez au mur
      Oui l’Algérie doit redoubler de vigilance et faire une lecture pertinente et renouvelée de ce qui se trame chez les voisins de l’est, notamment la Libye




      0



      0
    Zombretto
    25 juin 2017 - 20 h 00 min

    Il y a 50 ans, ce titre aurait fait partie des « faits divers » sans aucune importance pour l’algérien, ne suscitant tout au plus qu’une petite curiosité, certainement aucun intérêt réel, car qu’est-ce que ça aurait bien pu avoir à faire avec les algériens ? Hélas ! Les choix de nos dirigeants ignarissimes nous ont mené dans une situation dans laquelle si le roi de l’Arabie Maudite ou du minuscule Qatar éternuent, ça risque d’avoir des répercussions sur nous. Je me rappelle quand les premiers égyptiens sont arrivés chez nous, on ne les voyait que comme de gros sacs de patates risibles, de gros bouffons ridicules comparés à la haute idée que nous avions de nous-mêmes en tant qu’algériens. Maintenant ils sont admirés par une grande frange de notre société tadis que ce qui est algérien est dévalué.
    Merci beaucoup pour ce revirement, chers dirigeants honnis !




    0



    0
      Abbas
      26 juin 2017 - 13 h 52 min

      Chapeau bas




      0



      0
        Coktail Khorotov
        26 juin 2017 - 19 h 51 min

        Oui, mais il y a sakata , les algériens n’avaient pas encore muté. On n’était pas admiratifs devant les chaines arabes. Et je crois qu’on n’était pas encore musulmans car l’arabo-islamisme peinait à prendre racine chez nous.




        0



        0
          Zombretto
          27 juin 2017 - 21 h 52 min

          J’ai l’impression de bien savoir de qui provient ce post, n’est-ce pas que ji rizou ? Je t’ai envoyé un email il y a deux ou trois jours..si c’est bien toi Mr Karim Azov.




          0



          0
    Nourreddine
    25 juin 2017 - 19 h 45 min

    les chiens ne font pas des chats !




    0



    0
    Raïna
    25 juin 2017 - 18 h 47 min

    Le peuple saoudien devrait commencer par se libèrer de ce sectarisme et de cet obscurantisme qu’est le wahabbisme,cette idèologie de l’âge de pierre totalement contraire aux préceptes,aux principes et valeurs de l’Islam.
    Et par la suite renverser cette monarchie pérverse à la solde de l’impérialo-sionisme…La dynastie Al Saoud est un virus qu’il faut èradiquer jusqu’à la racine.




    0



    0
    amel
    25 juin 2017 - 18 h 04 min

    akhtiwna metchitine. ala3no blis. Ce genre de titres paraissent dans un genre de presse complice qui aime mettre la cible sous pression. Et l’algérie que gagnera t-elle que salmane soit écarté? On s’en fous, il y a pire que les saoud auxquels l’eau coule en bouche à l’idée de devenir les serviteurs des lieus saints: par exemple les turcs. Entre deux catastrophes il faut choisir la moindre. et la moindre ce sont les al saoud. Croyez-moi, je ne me suis jamais trompée. Si les al saoud tombent, il y aura pires qu’eux.




    0



    0
      Le Patriote
      25 juin 2017 - 19 h 27 min

      Rien que ton pseudo à lui seul est plein de « tchitine ». Ton que plusieurs d’entre nous, patriotes inguérissables de l’amour de notre pays, nous n’avons eu de cesse de te débusquer dans tes positions de ‘autruche apeurée, la tête enfouie dans le sable. Nous t’avions toujours conseillé de garder tes conseils pour toi, toi qui nous demander de « laisser le Maroc et de nous occuper de nos propres problèmes ». Tiens, tiens! Te revoilà sur cette nouvelle présentation de ce site Algérie [très] patriotique. Et que fais-tu? tu prends la défense du plus rétrograde, du plus criminel, du plus soumis aux Américains (ce qui au demeurant peut s’expliquer puisque ce sont eux qui l’ont conçus in vitro), suivi presque ex æquo par le royaume du Maroc (avec les mêmes qualificatifs). Une petite question: le conflit étant entre l’Arabie et Qatar, pourquoi ne prends-tu pas la defense de ce minuscule émirat, aussi vil, aussi (ajoute les mêmes qualificatifs pour éviter la répétition) et aussi asservi, servile et inféodé aux puissances occidentales que tes modèles. Alors, s’il te plait: shut up!




      0



      0
      Chaoui
      25 juin 2017 - 23 h 54 min

      …Mais cette monarchie auto proclamée (quant hier ses composantes étaient des bédouins parcourant le désert en mendiants) n’est pas à « la solde » du…sionisme pour la simple raison qu’une large partie est elle-même…juive.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.