Didouche Mourad : le fin stratège et l’ange gardien de la Révolution (I)

Le 5 juillet 1962 à Alger. D. R.

Par Abdelaziz Boucherit – Quelle était cette étincelle qui alluma le feu dans le cerveau d’un jeune enfant ? Où, soudain, un jour, il reçut la vérité, entre les deux yeux, d’une révélation : la libération de son peuple ? Quand et comment ce garçon, qui venait juste de sortir de l’adolescence, s’était-il mis de telles idées en tête ? Quelle était cette faculté de discernement fleurie d’une sensibilité encore innocente le poussa subitement à croire raisonnablement à un idéal d’indépendance, lointain et hors de portée, avec une conscience politique naissante et déjà radicale ? Quels étaient les événements, les incidents qui marquèrent cet esprit encore frais, sans insouciance et qui ne demandait qu’à jouir de l’effervescence d’une vie pleine de jeunesse ? Quel était le premier élan déclencheur qui le poussa vers une adhésion aux idées nationalistes ? Et quelle était la raison de cette solide croyance qui l’animait et qui le décida très tôt, que l’ultime moyen de l’emporter sur le colonialisme était la lutte armée ? Une histoire familiale douloureuse causée par l’injustice coloniale ? Un destin injustement interrompu ? Le statut miséreux de son peuple face à l’opulence ostentatoire des Européens ? Personne n’a la moindre idée. Bien que nous ayons beaucoup cherché, le mystère de l’engagement précoce de Didouche Mourad reste entier. Mais, sans prétendre apporter une réponse toute faite, nous pouvons d’ores et déjà affirmer qu’un homme ne peut être enflammé par une idée fixe qui conditionna toute sa vie que si un événement l’a ébranlé. Son génie en devenir, illustré par une grande faculté d’analyse et une puissante intuition, ne pouvait passer à côté des blessures béantes indélébiles et des souffrances profondes vécues en silence par son peuple. Sa fréquentation, dès son jeune âge, des Scouts musulmans algériens (SMA), véritable école de nationalisme, avait certainement participé à un tel éveil politique. Les premières douleurs de l’esprit d’un enfant germèrent, se développèrent et marquèrent pour la vie le futur de l’homme. Sa souffrance de l’âme et sa vengeance, sans savoir complètement contre qui, le pressèrent d’adhérer à l’âge de 16 ans au PPA (Parti du peuple algérien).

Nous voulons essayer de suivre les détours empruntés par la pensée de Didouche Mourad et la ramener à son engagement précoce afin de mieux cerner sa personnalité. Nous sommes partis sur sa trace, depuis quelques moments, car il nous a semblé découvrir en lui, au fur et à mesure de nos recherches et de nos lectures, une pépite rare. Un modèle d’abnégation hors du commun sur lequel notre jeunesse algérienne devrait prendre le relais pour achever l’œuvre de Didouche Mourad, jusqu’ici déviée de ses véritables objectifs à des fins mercantiles. La tolérance confessionnelle, la liberté de conscience politique et philosophique, la construction d’un pays moderne et performant dont on exprimera le bonheur d’y vivre. La vie de Didouche Mourad relativement courte et pourtant féconde en termes d’idées nouvelles, modernes et progressistes. C’était l’architecte, le concepteur incontesté, l’animateur infatigable, le visionnaire et le père de l’insurrection, le chef de la révolution1, l’homme par qui l’éclosion du FLN/ALN était possible. Didouche Mourad, contrairement aux autres chefs historiques, était un pur révolutionnaire. Il avait compris avant tout le monde que le système politique des partis, basé sur les querelles intestines stériles entre messalistes et centralistes, n’aboutissait à rien et qu’il fallait se résoudre à créer de nouvelles structures saines (création du CRUA et puis du FLN/ALN) pour engager la lutte armée, seule alternative pour libérer le pays des mains d’une domination coloniale têtue et bornée qui campait sur des schémas habituels de mépris, de racisme et de l’exploitation de notre terre spoliée. L’identité de l’Algérien a été effacée, démantelée et écrabouillée, jusqu’à la réduire au simple terme péjoratif d’indigène, sous-entendu le sauvage, incapable de réfléchir, en somme, une bête. Didouche avait toujours exprimé sa confiance au soulèvement du peuple le moment venu. Mais alors, comment empêcher un peuple de se révolter, quand on pense à tout ce qu’on faisait pour extirper son âme, à ses monstres qui brisaient son humanité et qui voulaient le ravaler au rang de bête.

Les tragiques évènements du 8 mai 1945, auxquels il participa activement aux manifestations, renforcèrent encore plus la conviction de Didouche d’une façon définitive d’opter pour la seule voie qui restait possible et exploitable à ses yeux : la violence par la lutte armée. Comme étant le seul puissant remède d’espoir en vue de mener le pays vers la liberté totale.

A 18 ans, il s’inquiéta déjà des pertes de repères de notre société. Et plus tard, il tenta de positionner la révolution sur les valeurs qui s’inspiraient des modèles culturels chers à nos pères et aïeux. Ressusciter les vertus de chez nous et suivre leurs exemplarités pour redorer le blason de notre riche culture en Algérie. Il reprit à son compte et remit au goût du jour la formule chère à Ferhat Abbas : l’Algérie algérienne. Par opposition à Messali Hadj et, quelque part, à Ben Bella, qui prêchaient l’Algérie arabo-islamique comme programme de leurs engagements. Même si ce dernier avait réussi à lisser sa position, le pouvoir aidant, il resta sur la ligne d’une lutte à la gloire du monde arabe jusqu’à la fin de sa vie. Contrairement à Didouche Mourad qui luttait pour la révolution d’une Algérie pour les Algériens d’abord.

Faute de documents disponibles sur l’œuvre et l’engagement véritable de Didouche, ce personnage de premier plan, où sa vie avait été volontairement ignorée par les hommes de second plan qui ont accaparé, par l’imposture, le pouvoir et endossé avec cynisme tous les mérites relatifs à la légitimité révolutionnaire. Toutes les lumières étaient braquées sur leurs seules petites personnes. En dehors de quelques petites notices et de petits écrits sur des anecdotes d’un style insipide et sans couleur, nous restons désemparés face à la hargne des hommes de vouloir bannir l’image du rôle historique d’un jeune homme brillant qui avait mis sa vie au service de la liberté du peuple algérien. Un châtiment pire que la mort : l’oubli.

Mort jeune en martyr n’était pas assez pour les opportunistes, il faut supprimer toute trace, effacer toute mention de ses actes, toutes les contributions, toutes les valeurs de liberté, de fondement et de l’organisation de la guerre d’indépendance. Avec un vague pincement de regret, nous constatons que de ce grand homme, il ne reste que le souvenir d’un nom associé à une grande avenue d’Alger et le nom d’une petite ville au Nord-Constantinois. Peu se souviennent de sa gloire et d’avoir été un authentique révolutionnaire, un défenseur acharné de la liberté. Celui qui avait forcé le destin sans moyens, sans hommes, sans armes, avec sa seule volonté, inébranlable et inégalée, d’allumer la mèche de l’insurrection du 1er novembre 1954. Que Didouche Mourad se rassure là où il se trouve, son appel ne restera pas vain : «Et si nous venons à mourir, défendez nos mémoires.» J’espère que cet article est un préambule préparatoire de notre part pour écrire une œuvre biographique complète du personnage. Il nous reste à faire des investigations et recueillir des témoignages sur le terrain pour accumuler encore plus des informations exhaustives sur lui, sur sa famille et son action.

A. B.

(Suivra)

1 Zoubir Bouadjadj, ami très proche de Didouche (Yve Courrière, Les fils de la Toussaint)

Comment (4)

    Un seul héro, le peuple.
    7 juillet 2017 - 16 h 00 min

    C’est devenue une habitude pour ceux qui ecrivent sur nos heroes de liberation:
    1) classer le héro en question dans une sorte de championnat des meilleurs révolutionnaires que notre pays a enfanter.
    2) « antagoniser » le héro en question par rapport a d’autres acteurs de la révolution; le plus bas en met les autres, le plus haut notre héro apparaît, quitte a même traiter les autres de traîtres.
    3) L’histoire de notre révolution ne se concentre que sur les leaders alors que devant la mort on est tous égaux. Je suis de ceux qui croient que dans cette révolution armées il existe beaucoup de héros inconnues plus nationaliste, plus patriotique, plus courageux, plus sincère,….que tout les leaders de la révolution sans diminuer de l’engagement sincère de ses derniers. Un simple djoundi qui accepte volontairement le sacrifice suprême pour freiner l’avancée des troupes ennemies et donner le temps a ses compagnons de se retirer; on le classe ou? Un jeun fidaii qui se porte volontaire pour une mission impossible avec certitude qu’il ne reviendra pas vivant; on le classe ou?….

    NASSER
    7 juillet 2017 - 13 h 30 min

    ne laissez pas les politiques de tous bords récrire l’ histoire de la guerre de libération.c’ est aux historiens et journalistes en quêtes de vérités de le faire soient en fouillant dans des archives ou recueillant les témoignages des algériens et algériennes avant qu’ il ne soit trop tard, car ils et elles avancent dans l’ âge. autre chose… je m’ aperçois qu’ au fur à mesure de mes lectures on veut nous faire « avaler des couleuvres ».En rétablissant des vérités vous leurs rendrez hommage et ferez taire ces imposteurs qui tentent de nous confisquer cette « HISTOIRE »

    MELLO
    7 juillet 2017 - 12 h 00 min

    Merci Mr BOUCHERIT de nous avoir révélé un pan de notre histoire qui aurait pu être un chapitre des cours d’histoire au niveau de notre école. Mais les tenants du pouvoir depuis le premier coup d’Etat de 1962 contre le GPRA, ont tout fait pour effacer les péripéties de ces grands révolutionnaires de la guerre de libération. La particularité de la révolution algérienne, c’est que dès sa genèse elle s’appuie sur un groupe restreint. Contrairement aux révolutions classiques où la direction du mouvement prend la suite des manifestations en vue de les canaliser, celle du 1er novembre 1954 emprunte le chemin inverse. En effet, c’est ce groupe qui ouvre la voie aux différents groupes sociaux. D’ailleurs, en 1953, personne ne pouvait tabler sur le lancement d’un tel mouvement. Ils étaient 9 à se consulter et à se mettre d’accord sur le déclenchement de la guerre d’Algérie, chacun d’eux a sa propre personnalité, son statut social et ses capacités intellectuelles. Hocine Ait Ahmed est le plus intellectuel des neuf. Les deux chefs historiques qui peuvent avoir un niveau proche de lui sont Mohammed Boudiaf et Larbi Ben Mhidi. A coté d’eux, on retrouve Ahmed Ben Bella. Ce qui l’intéresse, c’est le pouvoir, non les préceptes moraux, l’éducation politique ou la recomposition sociale. Ben Boulaid, il se distingue par son sens de l’organisation, il apporta une aide tant matérielle qu’intellectuelle à l’organisation du 1er novembre 1954.. Dans un autre registre, Didouche Mourad et Rabah Bitat ont un point en commun : ils sont des militants révélés par le parti. En d’autres termes, ils doivent tout au parti. Mais la comparaison s’arrête là. Ainsi, bien qu’ils soient de la même génération, Didouche Mourad est le plus engagé des deux. En effet, malgré son jeune âge, Didouche Mourad assume un rôle prépondérant après la scission du parti indépendantiste, le PPA-MTLD. Le plus vieux des neuf, en l’occurrence Mohammed Khider, est quasiment le seul à avoir milité au sein de l’ENA (étoile nord-africaine), en 1934. Enfin, le cas de Krim Belkacem est un peu particulier. Des neuf chefs historiques, il est le seul à avoir pris le maquis, sept ans plus tôt, contre le régime colonial. Dans cette longue liste, il y a un homme d’une grande valeur qu’il faut associer au groupe. Il s’agit évidemment de Ramdane Abane. En effet, s’il n’était pas en prison depuis 1951, dans le cadre des arrestations découlant du démantèlement de l’OS en 1950, il serait sans doute un membre à part entière du comité restreint. D’ailleurs, dès sa libération en janvier 1955, les dirigeants de la révolution prennent aussitôt attache avec lui pour qu’il les rejoigne. il va de soi que les neuf chefs historiques marquent de leur empreinte l’histoire de l’Algérie. En effet, après la fin d’un cycle politique, incarné par Messali, ils ont su trouver les ressources nécessaires en vue d’en commencer un autre, et ce, alors que tous les indices ne leur étaient pas favorables. Enfin, malgré leur élimination par le colonisateur et/ ou les nouveaux dirigeants, après l’indépendance du pays, ils demeurent –sans que l’on n’établisse aucune hiérarchie entre eux –le symbole de la nation.

    ALGERIE TOUJOURS DEBOUT
    7 juillet 2017 - 9 h 46 min

    Le père Didouche, propriétaire d’une boulangerie au Golf (Alger) actuellement El Mouradia du prénom de cet authentique Algérien, a eut vent dans les années 1950 de l’engagement indépendantiste de Mourad.
    Les sentiments paternels lui ont fait craindre le pire pour son fils auquel il fit cette proposition : « Jure moi d’abandonner la politique et nous iront sur le champs chez le notaire : Je te fais donation de la boulangerie »
    Réponse de Mourad : « Je te jure de quitter la politique, mais la boulangerie ne me suffit pas, je veux l’Algérie »
    Gloire aux authentiques Algériens, sus aux usurpateurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.