Libye : Sarraj propose des élections pour sortir de l’impasse

Sarraj, Libye
Saraj réussira-t-il à sortir les Libyens de l’impasse ? D. R.

Face au refus du gouvernement de Tobrouk d’appliquer l’accord politique interlibyen conclu en décembre 2015, le chef du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA), Fayez Sarraj, a proposé, samedi soir, dans un discours à la nation la tenue des élection présidentielle et parlementaires en 2018 pour mettre fin aux rivalités politiques qui affectent la Libye depuis 2011, date du renversement par l’OTAN de Mouammar El- Kadhafi.

Sa proposition est contenue dans un plan de sortie de crise composé de neuf points. Selon ce plan, le GNA resterait en place «jusqu’à la nomination d’un Premier ministre par le chef de l’Etat élu et l’approbation d’un nouveau cabinet par le Parlement». Sarraj a, par ailleurs, proposé que «la Haute Commission des élections, en coordination avec l’ONU, prépare et supervise le déroulement des élections». Il a précisé que le mandat du président et des députés durera «au maximum trois ans» mais pourra expirer avant si la rédaction de la Constitution est achevée, a-t-il ajouté, précisant que le projet de Constitution serait soumis à référendum, qui sera lui-même suivi de nouvelles élections.

Sarraj a estimé, par ailleurs, que la situation sécuritaire était la plus «épineuse», regrettant que ses prédécesseurs n’aient pas désarmé les milices «dès les premiers jours» après la fin de la révolte. «Les Libyens ont perdu patience !» a averti Sarraj. Il va attendre maintenant de savoir quel accueil sera réservé par le gouvernement rival de Tobrouk à la feuille de route de Sarraj.

Sadek Sahraoui

Comment (2)

    Anonyme
    17 juillet 2017 - 4 h 31 min

    Pourquoi les resultats des elections qui ont elu le parlement de Tobruk ,ont eté remis en questions par bel hadj et ses copains? Quelles sont les garanties avancées par El serraj pour faire reussir celles qu’il propose? Rien ne va plus en libye ,tant qu’une partie ne s’impose pas par la force.




    0



    0
    quoi ? c'est pas encore fait ?
    16 juillet 2017 - 19 h 42 min

    il fallait le faire il y’a bien longtemps ( des éléctions ) , ensuite si une faction veut combattre …au moins cela deviendrait légal de les pendre !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.