Une conférence de Saïd Sadi à Béjaïa soumise à une autorisation de la wilaya

Sadi wilaya
Saïd Sadi est le prochain invité du Café littéraire d'Aokas. New Press

La direction du Théâtre régional de Béjaïa (TRB) invite le Café littéraire de cette même ville à demander une autorisation auprès des services de la wilaya pour la tenue de sa prochaine soirée littéraire prévue le 17 août prochain. La raison est que l’invité de cette soirée est Saïd Sadi, un homme politique et ancien président du RCD. Bien que la conférence porte sur son livre qui traite de la riche carrière de Chérif Kheddam, une autorisation de la wilaya est exigée.

Les organisateurs expriment leur étonnement alors qu’ils ont déjà eu l’accord de la direction du TRB pour l’organisation de ce café littéraire. «Que faut-il faire devant cette situation ? Accepter cette mesure au motif que Sadi est d’abord un homme politique, comme on nous l’a insinué ? Quand bien même notre invité serait souvent présenté sous cette étiquette, cela ne nous suffit pas pour nous plier à cette mesure. Car, pour nous, même un homme politique doit s’exprimer librement sans qu’il soit autorisé à le faire par les autorités. La liberté d’expression est un droit imprescriptible, inaliénable, et tout citoyen doit jouir de ce droit, quel que soit son statut dans la société», poursuivent-ils.

«Le Café littéraire a décidé de ne pas introduire de demande d’autorisation aux autorités locales car il estime qu’il est temps de revenir au régime déclaratif. Une demande de réservation d’une salle peut amplement suffire pour pouvoir mener ses activités culturelles ou autres. Il est donc impératif que les militants associatifs, les partis, l’élite intellectuelle et l’ensemble des citoyens puissent se mobiliser sans relâche pour imposer ce régime déclaratif pour nous libérer définitivement de ces entraves politico-administratives qui nous privent de nos libertés», ajoutent les organisateurs qui comptent ainsi défier l’autorité de wilaya et rejeter ses injonctions.

«Le Café littéraire élèvera dans les tout prochains jours une forte protestation pour dénoncer ces mesures injustes, contraires à l’esprit de la démocratie et de la liberté d’expression. Nous savons que ce combat sera long, rude mais si une grande bataille pour notre liberté n’est pas engagée, nous en pâtirons encore plus à l’avenir», concluent les organisateurs qui assurent qu’ils ne resteront pas les bras croisés.

La tension risque ainsi de monter dans les prochains jours à Béjaïa. On se souvient des émeutes enregistrées à Aokas suite à l’interdiction d’un café littéraire et la mobilisation citoyenne qui s’en est suivie.

Hani Abdi

Comment (34)

    Said
    4 août 2017 - 16 h 19 min

    @ MELLO 3 août 2017 – 16 h 31 min, toi tu es un VRAI Bougiote et çà se voit que la connais bien son histoire et que tu y vit en plus ! Ce n’est pas comme certains qui n’y ont jamais mis les pieds et qui en parle de cette ville comme d’un monstre ! Les quartiers que tu cites je les connais très bien ! C’est un gage que tu connais très, très bien V’gaeith ou Bougie, c’est comme tu veux, je prends les deux !

    Tu as raison de dire que les policiers ont vite fait d’embarquer des manifestants dès qu’ils sont dans la rue pour revendiquer des droits quels qu’ils soient et tout est suspect même quand la Kabylie pète ! Au vu de ces dépassements, on trouve même des internautes qui sont du côté du pouvoir (ou pas) pour dire : c’est bien fait pour ces kabyles ! Mais pour qui ils se prennent ces kabyles ….???! Pourtant Dieu sait ce que la Kabylie a perdu comme grands hommes et comme destructions de villages durant la guerre de libération ! Bien sûr que d’autres régions ont perdus de grands moudjahiddines et ont connu la même hargne du colonialisme français (comme les Aurès par exemple) mais il y a tellement de haine contre les kabyles que tout ce que la Kabylie entreprend, tout de suite la main de l’étranger est brandie. Chaque fois que la Kabylie est bastonnée ou bâillonnée des millions d’algériens sont contents et entérinent les dépassements des services de sécurités … aux ordres d’Alger, des Tagarins et d’El Mouradia ! Le comble dans cette historie c’est que le plus souvent cela vient d’internautes qui se prétendre combattre le pouvoir ! Certains pseudos de part leurs interventions semblent être contre le pouvoir, mais dès qu’il s’agit de Kabylie le ralliement au pouvoir devient une règle et ils se permettent même de planter un couteau dans le dos des kabyles …et sans remords ! C’est ce que j’appelle de la lâcheté, celle de choisir son ennemi selon les circonstances ! Et c’est la réalité ! Va comprendre çà ya @ MELLO !!???




    0



    0
      MELLO
      4 août 2017 - 19 h 01 min

      Ya Said, le vent reste cette force qui oriente les bateaux à voile, pas seulement, même certains esprits obnubilés par cette portion de rente qui les élève au firmament. Mais que la chute est difficile . Les forces antidémocratiques composant le système politique algérien continuent de faire diversion à travers les réseaux sociaux, les télévisions privées, les journaux et les quelques hommes et femmes que le régime a mis en avant de la scène. En tout cas, 55 ans, après l’indépendance de mon pays, le féodalisme du régime mine la nation, accroît les intrigues et les inégalités sociales. Les militants restent sans une correcte analyse de la situation nationale globale, car les choses ne sont pas dites en face du peuple. Le débat est pathologiquement combattu par la seule minorité qui détient le pouvoir. Pour les plus pessimistes, certains parleraient de l’existence de deux Algérie (s). L’une opulente, réservée aux dirigeants et à leur clientèle, et une autre pauvre, regroupant le reste des Algériens, comme au temps du second collège. Doit-on incomber l’échec au seul phénomène du régime ? En partie seulement. Car, depuis 1962, ce sont des Algériens qui empêchent d’autres Algériens d’accéder au statut de citoyen à part entière. Enfin, qu’il en déplaise au régime et à ses courtisans, cela est contraire à l’esprit de novembre 1954.




      0



      0
      Anti-Menteurs
      5 août 2017 - 2 h 40 min

      Il y a deux catégories d’Hommes.
      Celle des Hommes qui cherchent à découvrir et à faire triompher la vérité. Et celle des Hommes (souvent haineux et hypocrites) qui cherchent au contraire à la cacher, la masquer, en recourant au mensonge grossier, à l’intox, à la diffusion de fausses informations invérifiables, comme ce (…) Otto. Qu’est ce qui motive, cette seconde catégorie d’individus ? L’argent ? (il s’agit alors de khobzistes, chyatines au service du pouvoir), des rancoeurs et des haines personnelles ?? Ils me font plus de la peine qu’autre chose




      0



      0
    Said
    4 août 2017 - 14 h 29 min

    Il y a un internaute ici sur AP qui se dit amazigh et qui s’appelle @Otto mais qui n’aime pas les amazighs kabyles.

    Il pense que tous les problèmes de l’Algérie proviennent des kabyles et de la Kabylie ! Le comble c’est qu’il affirme que tout ce qu’il sait de la kabylie, il l’a appris par voix de presse nationale , donc pour lui c’est fiable, sûr et officiel !! Il n’a pas la kabylie dans le coeur mais il n’a même pas le courage ni la franchise de le dire clairement et ouvertement ! Oh ma mia !!!!




    0



    0
      Otto
      4 août 2017 - 16 h 11 min

      Eh saïd, faut te calmer mon petit, l’Algérie est grande, très grande, tellement grande que la kabylie, petite et grande ne fait pas plus de 3% du territoire national, donc une tout petite superficie, c’est normal que beaucoup d’algériens ne la connaissent pas.
      La vérité c’est que l’administration algérienne contient énormément de kabyles qui ne sont pas des foudres de guerre en terme de travail et qui gèrent les administrations comme on gère un douar, fatalement ça se répercute sur le niveau qui est exécrable.
      Si tu as un problème avec cette vérité, continue à te mentir et à trouver des bourourous pour cacher les médiocrités de tes semblables. Hadad est peut-être une lumière pour toi, (…) je suis sûr que tu t’entendrais très bien avec lui, (…).




      0



      0
    un algérien
    4 août 2017 - 14 h 05 min

    je n’ai rien contre la Kabylie c’est une wilaya d’Algérie comme une autre , mais ce que je n’arrive pas à admettre (je suis libre non ) c’est que de tous les habitants d’Algérie il se trouve qu’il n’y a que les kabyles qui rouspètent qui protestent qui crient à tort et à travers , qui ne sont jamais contents ni satisfaits à croire que ce sont les seuls « hommes » du pays mais peut-étre pensent-ils qu’il faut qu’ils portent bien leur nom qu’ils se sont donnés « amazigh » qui parait-il veut dire homme libre comme si tous les autres algériens ne sont pas libres,et pourtant Dieu seul sait ce que l’Etat les a pourvu en infrastructures de base au dépens de plusieurs wilaya du pays , alors mettez un peu de sourdine et du bémol.




    0



    0
      MELLO
      4 août 2017 - 18 h 42 min

      Algérien vous êtes, Algérien vous le demeurez, alors pourquoi avoir quelque chose contre cette Kabylie, belle région d’Algérie ? Un des grands hommes de cette Kabylie ,coupant court à toute autre interprétation, Mouloud Mammeri n’a-t-il pas déclaré ceci : « Je revendique l’unité de l’Algérie, mais je dis en même temps que les Kabyles, avec les autres bien sûr, forment la texture de l’unité nationale. ». Les kabyles se souviennent, tous, du rêve brisé de l’Algérie en 1962. Bien que l’indépendance soit l’œuvre du peuple Algérien, le fait que le duo Ben Bella-Boumediene ne veuille pas le laisser décider de son sort, l’Algérie allait et va encore de régression en régression. Et pour peu que l’on ne veuille pas cacher le soleil avec un tamis, la principale raison de notre échec incombe à ceux qui ont exercé une violence sans vergogne contre le peuple algérien depuis 1962. En effet, au sortir de la longue nuit coloniale, un groupe d’officiers, dont aucun de Kabylie, s’est emparé illégalement des commandes de l’État, brisant par la même occasion le rêve de millions d’Algériens. Cela dit, bien que le régime verrouille le champ politique, il y a eu et il y a toujours des forces qui résistent. Celui qui symbolise cette résilience par excellence, c’etait incontestablement feu Hocine Ait Ahmed. Anticipant la crise avant tout le monde, le chef charismatique a préconisé, le 27 juillet 1962, à Paris, lors d’une conférence de presse, le départ de toute la direction. Pour lui, la solution résidait dans la mise en place des institutions contrôlées directement par le peuple algérien. Hélas, le visionnaire a été marginalisé dans le premier temps, emprisonné ensuite et enfin forcé à l’exil. Cependant, au fur et à mesure que le pouvoir se renforce, la société perd sa cohésion et devient, du même coup, amorphe. Petit à petit, elle agit comme le personnage antique, Ponce Pilate, en fuyant uniment ses responsabilités. Résultat des courses : les fléaux et les vices gangrènent la société, à l’instar de la Hogra, la corruption, etc. En somme, malgré ce constat d’échec, la Kabylie ne doit rien se reprocher. Car, s’il y a un échec à sortir le pays de la crise, la défaite est celle de tout le pays. Et le principal responsable, c’est indubitablement l’équipe qui dirige le pays. En revanche, l’histoire jugera sévèrement ceux qui abandonneront le combat.




      0



      0
      Toufik Meziani
      4 août 2017 - 20 h 25 min

      Tu trouves que les kabyles rouspettent trop , mais nous les kabyles on dit que vous les non kabyles vous êtes des moviettes et que vous acceptez tous ce que vous dicte le pourvoir dAlger !

      Si vous les non kabyles vous êtes satisfaits, nous non ! Voilà le problème est clair. De toute façon on est convaicu que vous ne serez jamais au grand jamais de notre côté et çà date depuis le mouvement national et la crise berbère de 1949 ! Voilà , cher frère algérien où se situe le problème ! Etudie d’abord l’histoire réelle de ton pays et non ce que te racontes le FLN de 1962, et tu comprendras tout !




      0



      0
      Toufik Meziani
      4 août 2017 - 20 h 28 min

      Ma réponse est destinée à l’interanute @un algérien 4 août 2017 – 14 h 05 min, et même à tous ces copains acolytes !




      0



      0
    Aboudesoufle
    3 août 2017 - 22 h 16 min

    Toujours comme d’habitude , pourquoi chercher des poux sur la tête d’un chauve.




    0



    0
    Otto
    3 août 2017 - 19 h 54 min

    Said samedi doit savoir qu’en démocratie il faut demander une autorisation à la mairie pour tout rassemblement, colloque, débat ou autres manifestations. C’est le minimum syndical et quand on se prétend être un « responsable politique » excusez du peu, on doit se soumettre à la loi sinon tu deviens automatiquement un hors la loi. C’est ce qui se passe en kabylie ou les militants de tout bord se revendique démocrates mais qui agissent comme de vulgaires voyous. La kabylie donne l’image d’une zone de non droit ou le seul code qui existe est celui de la jungle.




    0



    0
      Omar Khentache
      3 août 2017 - 21 h 55 min

      Très bien tonton @Otto , bien dit ! Il faut que Said Sadi sache qu’il n’y a que le FLN et le RND qui ne demandent pas d’autorisation à la mairie pour un rassemblement et qu’ils ont le droit de l’oragniser n’importe où et n’importe quand ! C’est très bien de le lui faire savoir ! Non , mais il se prend pour qui celui-là ????




      0



      0
        Otto
        3 août 2017 - 22 h 18 min

        Aomar, comme la gare.
        Tous partis politiques, toutes organisations, tous rassemblement fut-il pour un débat sur les fourmilles nécessitent une autorisation de l’autorité compétente, C’est la loi et elle s’applique pour tous et quand on se prétend démocrate, on ne transgresse pas la loi, On agit pas comme un voyou.
        Maintenant que l’administration roule pour le FLN ou le rnd ça c’est un autre débat, d’ailleurs toutes les administrations sont bourrées de kabyles, cela voudrait dire que les kabyles eux-mêmes détestent saïd samedi pour lui mettre autant de bâtons dans les roues. Bien essayé mais la paranoïa maladive des kabyles se sentant opprimés par l’administrastion centrale ne prend plus tout simplement parce que les kabyles sont partout dans les administrations. N’essayez pas de voir une main invisible qui ferait la pluie et le beau temps, essayez juste de vous soumettre à la loi et de vous comporter comme de réels démocrates, actuellement c’est la loi de la jungle qui régit vos vies là-bas, la kabylie est devenue un no man’s land, pas de gendarmerie, pas de centre d’impôts et maintenant on ne veut pas de maire ou de walis, bientôt vous aurez votre palmarès dans le livre de guiness comme étant une population anarchique qui n’évolue que dans le chaos.




        0



        0
          mzoughene
          4 août 2017 - 8 h 29 min

          Ouyahia enarque de formation a eu l idee noire de controler la population a travers ses collegues enarques egalement( ministres,walis, chefs de daira,sg,…….etc afin de prendre le pouvoir par une administration aux ordres politiques ;et les fraudes successives aux precedantes elections nous rensiegnent sur l etendu des degats incomensurable! l administration a asphyxie le peuple algerien et demobilise tout initiative de creation; et fait fuire des milliers de competents vers l etranger! Pour les prochaines elections les partis democrates doivent exiger le depart de tous les walis,chef de daira,sg et remplaces par les presidents des APW de wilaya c est plus logique ?




          0



          0
          Otto
          4 août 2017 - 11 h 33 min

          Zombreto tout un programme, c’est la mixture que préparent les moins que rien pour se détruire d’avantage le cerveau, Je rigole calme toi.
          1- je suis pas arabe mais amazigh comme les 97% des algériens pas du tout kabyle, donc je fais parti de l’ecrasante majorité des algériens.
          2- si je dis que la kabylie est un no man’s land, une zone de non droit ou la gendarmerie n’existe pas où on brûle volontairement les centres d’impôts pour ne pas payer l’impôt ou les terroristes on trouvé refuge, c’est pas moi qui le dit mes les médias.
          3- si tu ne sais pas que l’administration algérienne est bourrée de kabyles, je t’invite à te présenter dans n’importe quelle administration pour le constater, et ce n’est certainement pas pour leur talent qu’ils sont là sinon on aurait eu un pays développé, c’est uniquement pour leur amour de la bureaucratie et surtout par accointances, la famille, les amis et tout le village se retrouve à ne pas administrer justement les affaires des communes, wilayas ou d’autres administrations.
          4- tu vois de la haine là où moi je ne vois que la triste réalité, celle d’une administration sclérosée par la kabylie au détriment d’autres régions qui peuvent certainement apporter beaucoup mieux que la médiocrité rampante actuelle.
          Regarde la Sonatrach, que des kabyles, très mal géree, regarde la sonelgaz, que des kabyles, très mal gérée, air allergie, que des kabyles, très mal gérée… Dire cela, n’est pas de la haine mais juste un constat, une réalité n’en déplaise aux chauvins.
          Personne ici ne déteste les kabyles, pourquoi faire, ils sont algériens comme nous, donc on a le même destin, on doit mettre aux postes de responsabilité les meilleures compétences et non la famille et les amis, c’est pour cela que l’administration ne fonctionne pas, il y a que des incompétents et désolé pour toi Zombreto, ils sont tous kabyles, c’est la triste réalité, le mensonge ne fera qu’aggraver la situation, il faut dire la vérité même si elle est amère.




          0



          0
    Anonymaoui
    3 août 2017 - 19 h 37 min

    Étant suspicieux par expérience toutes ces agitations autour d’une simple conférence me laissent qu’il y a une entente entre le pouvoir et Said Sadi pour lui redorer son blason depuis ses échecs pathétiques de 2011/2012 durant la vague du printemps arabe et son débarquement du RCD. Une réhabilité politiquement Sadi pourra faire une OPA reussie sur le RCD. Peut-être qu’un RCD sous les ordres de Sadi est mieux accepté par les tenants du pouvoir pour une stratégie de maintien en place. Qui sait en Algérie tout est plausible.




    0



    0
      Omar Khentache
      3 août 2017 - 21 h 58 min

      @Anonymaoui , ah, ah , ah , ah , depuis que j’ai lu ton post je n’arrête pas d’en rire ! Ah, ah, ah merci mon frère de me faire rire !!




      0



      0
    Le Patriote
    3 août 2017 - 17 h 02 min

    Vraiment l’Etat cherche la p’tite bête surtout que la réunion que venir SAÏD- est programmée pour -SAMEDI.




    0



    0
      Le Patriote
      3 août 2017 - 17 h 06 min

      2 en 1: « venir » = « veut tenir »




      0



      0
    MELLO
    3 août 2017 - 16 h 31 min

    Si certains veulent verser leur trop plein de venin anti -Béjaia, je leur conseillerais d’aller le faire ailleurs , l’Algérie est bien très vaste . Pour leur petite tête, il y a lieu de souligner, que Béjaia (Bhegaith) a existé bien avant Saldae qui a été fondée par Juba II, le berbère et non par les Romains comme le prétendent certains historiens. Résumons brièvement les faits historiques. Béjaia, la hammadite a été fondée en 461 de l’Hégire(1067), par Moulay Nacer, fils de Alenas, fils de Hammad, de la grande tribu berbère des Sanhadja, pour deux raisons essentielles : s’éloigner des attaques répétées des bandes hilaliennes et créer un port pour s’ouvrir sur l’extérieur. Cette nouvelle ville a connu immédiatement une prospérité incomparable, comme l’attestent certains écrits. Cette prospérité n’a cessé de se développer pendant la période Almohade et Hafside jusqu’à l’agression des Espagnols en 1509. Ce sont ces derniers, avec une barbarie effrénée, qui ont détruit la ville : ses palais, ses mosquées, ses quartiers ; ils l’ont pillée, volée et détruit toute trace de civilisation. Les Français, à partir de 1833, ont continué ce travail de destruction. Les quartiers encore debout à leur époque, ont été rasés, à l’exception d’une partie de deux (Bab el-Louz et Karamane), pour laisser place à la ville que nous avons trouvé en 1962. Presque toute la mémoire de Béjaia a été, ainsi, détruite par les deux occupations, espagnoles et françaises.
    Bien plus près de chez nous, en Mars 2016, plusieurs photos et vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont suscité la polémique à Béjaia. Elles montrent un petit groupe d’hommes, vêtus de burnous, un habit traditionnel, et d’un foulard blanc, prêcher en public près d’une mosquée dans le centre de la ville .
    – Témoignage : J’habite à 20 mètres de la mosquée devant laquelle cinq hommes se sont installés trois jours avec leurs tapis de prières. Ils récitent des prières et plusieurs passants s’arrêtent, par curiosité ou par intérêt… Avant-hier soir, ils ont dormi dans un square juste à côté de la mosquée. Il est vrai que ce rassemblement est assez étonnant, surtout à Bejaïa. Nous n’avons pas l’habitude des rassemblements religieux et il est vrai que notre ville est très tolérante à l’égard des différents cultes. Enfin, je pense qu’il y a aussi une part d’agacement de la population. Il y est très difficile d’organiser un rassemblement à Bejaïa, dès qu’il y a une dizaine de personnes dans la rue, les policiers arrivent en nombre pour les disperser. Le 1er mars, le prix des transports a augmenté dans la ville et une mini-manifestation avait été organisée pour dénoncer cela. Mais les policiers ont vite fait d’embarquer tout le monde…Pareil à l’université où il est difficile d’organiser des conférences. Traitement partial de la loi sur les regroupements.




    0



    0
    y en a marre
    3 août 2017 - 14 h 05 min

    Ils cherchent toujours la petite bête
    l’état s’il y en a doit être ferme avec l’ami de BHL




    0



    0
    mzoughene
    3 août 2017 - 13 h 05 min

    Citation :
    « cette phrase date de1920 ! elle provient de la philosophe russe et américaine Ayn Rand »
    Quand vous vous rendez compte que pour produire, vous avez besoin de l’autorisation de quelqu’un qui ne produit rien….Quand vous rendez compte que l’argent, c’est pour ceux qui font des affaires non pas avec des biens mais avec des faveurs…….Quand vous vous rendez compte que beaucoup sont devenus riches avec des pots-de-vin et une influence plus que pour leur travail, et que la loi ne nous protège pas de ces individus, mais qu’elles les protèges eux….Quand vous vous rendez compte que la corruption est récompensée et que l’honnêteté mène vers le sacrifice de soi-même………..Alors vous pouvez dire sans avoir peur de vous tremper, que la société est condamnée.




    0



    0
    un algérien
    3 août 2017 - 13 h 01 min

    Où est le problème , Said Sadi n’est-il pas un citoyen comme les autres ? alors pas de chichi svp !!!




    0



    0
      Loundja
      3 août 2017 - 13 h 57 min

      @un algérien . Pour l’instant personne n’a dit que « Said Sadi n’est pas un citoyen comme les autres  » !

      Le problème ici est l’interdiction d’une conférence que Said sadi souhaite donner sur la vie d’un chanteur kabyle qui s’appelle Chérif Kheddam ! je t’informe que l’administration du Théâtre de Bougie a donné son accord mais les autorité politique de la ville et d’Alger ont dit « niet ». Si tu ne connais pas ce chanteur ce n’est pas grave pour toi et c’est ton problème, mais les kabyles aiment beaucoup de chanteur ! Donc , où est « ton » problème ou « le » problème avec Said Sadi ???




      0



      0
        un algérien
        4 août 2017 - 14 h 04 min

        je n’ai rien contre la Kabylie c’est une wilaya d’Algérie comme une autre , mais ce que je n’arrive pas à admettre (je suis libre non ) c’est que de tous les habitants d’Algérie il se trouve qu’il n’y a que les kabyles qui rouspètent qui protestent qui crient à tort et à travers , qui ne sont jamais contents ni satisfaits à croire que ce sont les seuls « hommes » du pays mais peut-étre pensent-ils qu’il faut qu’ils portent bien leur nom qu’ils se sont donnés « amazigh » qui parait-il veut dire homme libre comme si tous les autres algériens ne sont pas libres,et pourtant Dieu seul sait ce que l’Etat les a pourvu en infrastructures de base au dépens de plusieurs wilaya du pays , alors mettez un peu de sourdine et du bémol.




        0



        0
    Anonyme
    3 août 2017 - 10 h 53 min

    Moi je pense que les Musulmans de béjaia doivent mettre en ordre leurs villes communes etc…au lieu d’organise des rencontres qui n’ont aucun n’effet?! regarder cette ville de Tichy par exemple tous ses Hotels qui vous donnent l’impression d’être dans une prison une pénétrer cette ville en particulier ce coter droit?? a mon avis ils ont carrément détruit les paysages de ce village mais a un point très vulgaire ces hotels el aloui saphir bleu sy phax etc..il faut absolument les classés zone rouge et les détruire avec le temps! prenez l’exemple de la Corse….




    0



    0
      Lounedja
      3 août 2017 - 12 h 02 min

      Cher @Anonyme, heureusment que AP ne t’a pas censuré. Tu as raison de parler ainsi. Je suis d’accord avec toi ! Il ne faut pas seulement…. « classés les hotels et les stations balnéaires de Bougie zones rouges » … mais il faut les faire disparaître très vite…..
      Il faut aussi que les bougiotes non musulmans soient décapités car la majorité sont des kafers et des apostats! Ils mangent le ramadhan, tu te rends compte ??!!! Bougie est devenue une ville qui ne parle que de livres et de cultures occidentales, alors que nous avons un merveilleux livre envoyé par Dieu : le Coran!!!! Il faut vite purifier Bougie (…) c’est vital pour le pays ! Que Dieu te garde cher @anonyme




      0



      0
        mzoughene
        3 août 2017 - 21 h 30 min

        NE PAS OUBLIER UNE OUAADA A SIDI BOUMEDIENE LE SAINT DE TLEMCEN ?IL A BIEN ENSEIGNE A BOUGIE SANS OUBLIER CHICHNAQ PHARAON AMAZHIG D EGHYPTE DE BENI SNOUS W TLEMCEN ET LE ROI SYFAX AMAZHIG DE HONAEINE W DE TLEMCEN ET EGALEMENT LE CHEIKH MESSALI HADJ EGALEMENT DE TLEMCEN ! POUR CELA LA SMALA A RESERVE LE POUVOIR POUR 100 ANS COMME L A CONFIRME OULD ABBAS DROLE DE PAYS !




        0



        0
    jughurta
    3 août 2017 - 5 h 24 min

    Demander une autorisation pour l’ entretien et la préservation de son authenticité originelle ? C’ est comme demander à un poisson de boire la tasse. Manatalbouch hnaya encore moins quand rana fi hoqoqna. Nous serons jamais flexible, vous pouvez tester comme vous le voulez.




    0



    0
      moh_blida16
      3 août 2017 - 15 h 17 min

      Hi All,

      pour Lounedja, est ce que tu fais de la dérision ou tu parle sérieusement ? Si tu fais des blagues, je suis d’accord avec toi mais si tu parle du fond de ta pensée… pour le livre que Dieu ta donné , il est plein de sang et de crimes abominable… ce livre a mené a 250 000 hommes, femmes, enfants tués en Algérie entre 1992-1999. faut pas être amnésique!




      0



      0
    Akli Boughzer
    3 août 2017 - 2 h 35 min

    A court d’arguments,le régime use et abuse de la bureaucratie la plus exécrable.Au lieu de s’occuper des vrais problèmes qui se posent au pays il passe son temps à interdire tout et rien.Jusqu’à quand allons-nous supporter ses niaiseries sans queue ni tête?Il veut tous régenter alors que l’essentiel lui échappe.




    0



    0
    MELLO
    2 août 2017 - 21 h 34 min

    Pour pouvoir penser lancer un café littéraire, c’es d’abord avoir un niveau culturel de haut niveau , avoir cette capacité à organiser, à choisir des thèmes, à inviter des personnalités du domaine , avoir encore cette envie d’écouter , d’échanger et d’apprendre. En ce sens que tout ce qui est cité précédemment relève d’une utopie chez tous ces administrateurs plumitifs, noyés dans la paperasse, face à des armoires chargées de dossiers poussiéreux qui ont servis d’autorisations et autres agréments aux associations citoyennes à l’effet d’apporter du savoir et des connaissances au petit peuple que nous sommes. Said Sadi, c’est d’abord et avant tout un Médecin, un cadre de la nation (puisqu’il a été député) ,un militant des droits de l’homme, un responsable politique qui fut candidat à la présidentielle. Tant que ces commis du pouvoir joue à ce jeu machiavélique, ils sont instigateurs de violence.




    0



    0
    mzoughene
    2 août 2017 - 20 h 01 min

    DIALOGUER AVEC QUI ? MR Tebounne vous est sympa et a l age de la retraite dépassé allez vous reposer loin de ces loups !les seuls qui méritent le dialogue c est les 90/00 des abstentionnistes des dernières législatives ;le reste n’est que manipulation et le peuple n’est pas dupe . L’ugta de sidi said , l’unpa de alioui, ouled chouhada; le ffs, le cap, le fce , le mpa ;le mca , le pt , le crb, la faf , le coa le fln ,le r n d,…………….SI ON ASSOCIE TOUS CES SIGLES .LE RÉSULTAT EST UNE POIGNÉE DE KHOBSITES DE COQUILLES VIDES QUI NE REPRÉSENTENT QUE EUX MÊME! alors soyez sérieux pour une fois dans votre vie d’énarque de revenir a la réalité et dialoguez avec ces 90/00 d abstentionnistes si vous voulez réellement sauver l’Algérie du chaos a bon entendeur.




    0



    0
      y en a marre
      3 août 2017 - 14 h 07 min

      @Mzoughene
      je vous rejoins sur toute la ligne




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.