Niger : opération secours des migrants

migrants désert
Ils ne possèdent rien, ils n'ont que la volonté d'aller vers le nord. D. R.

Environ 1 000 candidats à l’immigration clandestine ont été secourus depuis avril 2017 dans les zones désertiques, au nord du Niger, par des équipes de l’Organisation internationale des migrations (OIM), a déclaré l’agence onusienne dans un communiqué de presse.

Du 19 au 25 juillet, l’OIM a mené une mission d’évaluation des itinéraires migratoires dans le désert du Ténéré et la région frontalière entre le Niger et la Libye. Le but de la mission était de mieux comprendre comment aider les migrants en détresse sur cette route et renforcer la capacité du gouvernement du Niger à gérer les migrations.

L’OIM, en collaboration avec le Département de la protection civile du Niger (DCP), a couvert plus de 1 400 km à la fin du mois de juillet dans la partie nord du pays pour étudier les flux et les routes migratoires tout en sauvant des migrants en détresse. Les opérations de secours font partie intégrante du projet Migrants Rescue and Assistance in Agadez Region, financé par le gouvernement des Pays-Bas, complémentaire d’une initiative plus large, le Mécanisme de ressources et d’intervention pour les migrants ) développé par l’OIM Niger et financé par l’Union européenne.

Depuis janvier, on a observé l’entrée de plus de 60 000 personnes au Niger, dont seulement la moitié a été comptabilisée comme quittant le pays à travers les deux points de suivi à Séguedine et Arlit, selon la même source. Par rapport à l’année précédente, il y a beaucoup moins de migrants déclarés à la fois entrants et sortants. «J’ai été choqué quand, non loin de la frontière entre le Niger et la Libye, à Toummo, nous avons rencontré un groupe de femmes, principalement du Nigeria et du Ghana, dans un hangar sombre proche du poste frontalier, qui attendaient leur prochain passage vers le nord», a déclaré Alberto Preato, responsable du programme d’assistance au Niger. «Nous devons mieux comprendre comment les réseaux de trafic et de contrebande sont connectés et accroître notre présence dans ces zones éloignées afin de fournir de l’information, de l’assistance et des alternatives aux migrants qui en ont besoin», a ajouté M. Preato.

R. I.

Comment (3)

    Viva l'Aldjérie
    10 août 2017 - 2 h 53 min

     » Ils n’ont que la volonté d’aller vers le nord.  » C’est à dire chez nous. A nous l’exode généralisé, le déplacement massif et définitif de populations subsahariennes vers l’Afrique du Nord par tribus entières du nouveau né jusqu’à l’aïeul. Derrière la première grande vague vraiment visible, le tsusnami nous attend. Au Yemen c’est toute la Corne de l’Afrique qui cherche à se déverser sur ce malheureux pays en guerre qui donc ne peut s’opposer à rien. Le Yemen est désormais un pays aussi africain qu’arabe, nous savons ce qui nous attend.
    Selon Saïda Benhabylès, un millier de Nigériens ont été rapatriés à ce jour depuis l’annonce du 1er août. A ce rythme lceux qui ont été rassemblés dans des centres d’accueil (ceux de Tizi Ouzou, du pont routier de Ben Ali, de Dar el Beida par exemple ) ont tout le temps de prendre la poudre d’escampette comme ils ne manquent pas de le faire à chaque fois, seuls restant les femmes et les enfants. Car vraiment il faut être naïf pour s’imaginer que ces gens là vont se laisser cueillir à l’aube bien gentiment par la maréchaussée. Je me souviens qu’à Béjaia en 2015 le camp organisé à leur intention sur la demande d’âmes bienpensantes avait été déserté dès le lendemain de leur arrivée dans les lieux, alors qu’il n’était pas question de les rapatrier. Alors que dire lorsqu’ils savent que leur sort est scellé.
    A mon avis les rapatriements doivent être immédiats en direction de Tamanrasset et le tri se faire là bas. Sinon c’est le jeu du chat et de la souris sans fin.

    Nostalgia
    9 août 2017 - 19 h 02 min

    <>
    J’espère que cet OIM ne va pas les diriger vers notre pays et que notre armée nationale ne les laissera pas faire dans ce cas de figure. Il est prouvé que ces organisations sont les organisateurs de tous ces mouvements massifs dans le but de déstabiliser certains Etats.

    BEKADDOUR
    9 août 2017 - 11 h 45 min

    ILS n’ont rien, dit la légende sous la photo, je complète la légende, ILS n’ont pas même le courage de crever dignement CHEZ EUX, mais il y a anguille sous roche dans cette sempiternelle histoire de « mi_grants » qui ont tout sauf d’être grands

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.