La Tribune : les associés Ameyar introduisent une intervention auprès du juge des référés

La veuve Taos Ameyar
La veuve Taos Ameyar. New Press

Les associés Ameyar, dans la Sarl Omnium Maghreb Presse, éditrice du journal La Tribune, qui a cessé de paraître depuis jeudi dernier, ont introduit une «intervention volontaire auprès du juge des référés» pour s’opposer à la liquidation de l’entreprise, a déclaré mercredi à Alger la veuve de Kheireddine Ameyar lors d’une conférence de presse animée au siège du Syndicat national des journalistes (SNJ) pour faire le point sur la situation de l’entreprise.

«Nous avons introduit ce mercredi une intervention volontaire auprès du juge des référés (…) pour dire que notre avis est primordial et s’opposer à la liquidation de l’entreprise», a-t-elle expliqué, dénonçant «la facilité» et «la brutalité» avec lesquelles a été décidée la fermeture du journal et la mise au chômage de son personnel.

Accompagnée de l’avocat des associés, Taous Ameyar a estimé qu’«on ne demande jamais la dissolution d’une entreprise devant un juge des référés et que les associés minoritaires n’ont pas le droit de liquider l’entreprise puisqu’il n’y a pas eu une décision de la justice», s’interrogeant sur les motivations de la cessation de parution du titre qui «n’a pas été prise ni par l’assemblée générale de la Sarl ni par son gérant».

S’adressant au personnel du journal présent sur les lieux, la conférencière a assuré que «des solutions peuvent être envisagées» pour faire face notamment à la situation de surendettement dans laquelle s’est retrouvée l’entreprise.

De son côté, le SNJ «va engager une action en référé, à travers son avocat, pour défendre les droits sociaux des salariés», a indiqué son secrétaire général, Kamel Amarni.

La Tribune a cessé de paraître depuis jeudi dernier suite à la décision de deux actionnaires, Djamel Djerad et Cherif Tifaoui, d’introduire en référé une demande auprès de la justice pour la cessation des activités de la Sarl.

M. Tifaoui avait estimé qu’il était «impossible» pour le journal de continuer à paraître au vu de la situation financière de la Sarl qui est, selon lui, déficitaire depuis 2002 ainsi que des problèmes d’ordre statutaire.

R. N.

Commentaires

    zahir
    16 août 2017 - 23 h 02 min

    c est le rififi dans le pays des millions de chahid dommage ou va t on?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.